Mar 052009
 


柔道の最高の目的 – jûdô no saikô no mokuteki  – “plus haut but du jûdô”
C’est le “slogan” de l’école kodokan de maître Jigoro Kano.
最高 – saikô – “le plus haut, maximum”
目的 – mokuteki – “but”

Premier but:  精力最善活用 ou 精力善用

精力最善活用 – Seiryoku saizen katsuyô
精力善用 – Seiryoku Zen’yô

Signifie: “La meilleure application de l’énergie”
精力 – Seiryoku – “énergie, vigueur, vitalité”
最善 – Saizen – “Le meilleur”.
活用 – Katsuyō – “utilisation pratique, application”.

Seiryoku saizen katsuyô : la meilleure exploitation de l’énergie
Seiryoku Zen’yô : utilisation habile et bonne de l’énergie.

Ce principe est la recherche du meilleur emploi possible des énergies physiques et mentales. Intégrant le principe de jû (la souplesse) et le dépassant, il invite à l’application de la solution la plus pertinente à tout problème: Agir juste, au bon moment, avec un parfait contrôle de l’énergie employée, utiliser la force et les intentions du partenaire contre lui-même.
Seiryoku Zenyo est un idéal.

Pour un Japonais, Seiryoku saizen katsuyô est avant tout une expression compacte et assez hermétique. Les caractères sont simplement juxtaposés et c’est dans le courant de la lecture que ce forme le sens, à la manière chinoise. L’effet de la calligraphie est d’abord un impact esthétique, au même titre qu’un tableau, avant de faire référence à un héritage culturel. Le sens vient ensuite, chargé du contenu émotionnel propre à ce mode d’expression, volontairement choisi par Jigoro Kano pour donner plus de force à son message.

Deuxième but: 自他融和共栄

自他融和共栄  – Jita yûwa kyôei ou tout simplement (自他共栄 : Jita Kyôei)
signifie en mot à mot: “prospérité mutuelle et harmonie pour soi et les autres”

自他 – Jita – “soi et les autres”.
融和 – Yûwa – “harmonie, réconciliation”. (ne pas confondre avec 宥和, qui se prononce yûwa mais qui veut dire appaisement)
共栄 – Kyôei – “prospérité mutuelle”.

Jita

Exprimé de façon elliptique : ji-riki, “sa propre force” et ta-riki, “la force de l’autre”. Ces deux termes bouddhiques expriment deux notions antagonistes : le premier signifie que notre réalisation ne dépend que de notre propre force tandis que le second exprime qu’elle est entièrement dépendante de la force de l’autre.

Yuwa

deux sens possibles: s’ouvrir aux autres et entretenir avec eux de bonnes relations, une bonne entente et/ou se fondre harmonieusement.
Maître Morihei Ueshiba (fondateur de l’aikidô) parle souvent d’harmony, et lorsqu’il le fait, il utilise les mots 調和 chouwa et 融和 yuuwa. Parfois aussi 和合. 和 est pour moi, le mot pour harmony en japonais. Un grand exemple se trouve dans le livre de Robert Whiting sur le baseball Japonais “You Gotta Have Wa”. Lorsque les japonais se soucient d’harmonie, ils se soucient de “wa”.
和 – wa – “unité, harmonie, paix, union”

Kyoei

Prospérer ensemble. Cela signifie prospérer selon les trois plans matériel, physique et spirituel, sans qu’il s’agisse d’en exclure aucun dans l’interprétation de cette formule.

Signification

On peut lire à propos de jita yûwa kyôei: Le principe est l’entente harmonieuse, la prospérité mutuelle par l’union de sa propre force et de celle des autres. Découlant de l’application sincère de jû (la souplesse) et de Seiryoku Zenyo, il suggère que la présence de partenaires et celle du groupe sont nécessaires et bénéfiques à la progression de chacun. En jûdô, les progrès individuels passent par l’entraide et les concessions mutuelles.

Jita Yuwa Kyoei est une prise de conscience.

Comme Seiryoku Saizen Katsuyô, Jita Yûwa Kyôei est une calligraphie. Pour un Japonais, elle éveille donc les mêmes effets esthétiques, émotionnels, culturels à la lecture. D’ailleurs, si le terme yûwa apporte un complément de sens indéniable, il semble qu’il ait surtout pour fonction d’équilibrer graphiquement et rythmiquement les deux expressions qu’elle complète. Elle est le plus souvent exprimée, par Jigoro Kano lui-même, par Jita Kyôei.
JITA KYOEI : prospérité mutuelle par notre force et celle des autres.
JITA YUWA KYOEI : entente harmonieuse et prospérité mutuelle par notre force et celle des autres.

Conclusion

Cet article a pour but d’expliquer les deux plus hauts  buts du jûdô et en aucun cas en donner une interprétation. Libre à chacun de faire une interprétation qui soit purement martiale, ou humaine et sociale.

 Leave a Reply

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

(requis)

(requis)

Solve : *
26 ⁄ 13 =


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.