Juin 282009
 


Kodô (鼓童) compte parmis l’élite des ensembles de taikô professionnels. Basé sur l’île Sadô, au Japon, ils ont été une force majeure après la seconde guerre mondiale pour faire repartir l’activité du taikô, à la fois au Japon et à l’étrnager. Ils font régulièrement des tous au Japon, en Europe et aux Etats-Unis d’Amérique.

Bien que l’activité principale soit la prestation d’ensemble de taikô, d’autres instrument traditionnel japonais comme le fue et le shamisen font aussi leur apparition dans leur représentation mais aussi des dances traditionnelles et des chants. La représentation d’un spectacle de Kodô  inclue des pièces basée sur des rythmes traditionnels régionaux  du Japon, des pièces composée par des parolistes contemporains pour Kodô, et pièces écrites par les membres de Kodô eux-mêmes. Les numéros que Kodô peut exécuter durant une représentation peut changer de concerts en concert. Les représentations de Kodô durent normalement environ une heure et demie.

En japonais le mot “Kodô” peut avoir deux significations: “Battement de coeur” la source primal de tout rythme, et lu d’une façon différent, le mot peut signifier “enfant du tambour”, une reflection du désir de Kodô de jouer du tambour simplement, avec le coeur d’un enfant.

Kodô s’efforce de préserver et de réinterprêter les représentations artistiques traditionnelles japonaises. De tour du monde en voyages de recherche, Kodô rapporte à Sadô la musique mondiale et les expériences qui exercent maintenant une grosse influence sur les représentations et les compositions du groupe. Ils collaborent aussi avec beaucoup d’autres artistes et compositeurs.

Depuis leur début au Festival de Berlin en 1981, Kodô a donné pas moins de 3 100 représentations sur les cinq continents, passant un tiers de l’années à l’étrangers, un tiers en tournée au Japon et le tiers restant à préparer du nouveau matériel sur l’île de Sadô.


Histoire

Kodô a été formée en 1981 par un ex membre du groupe de taikô Ondekoza et a débuté au Festival de Berlin. Le groupe a passé les 7 années suivantes en tournée en Europe, au Japon, en Amérique du Nord et du Sud et en Extrême Orient.

1988: le village Kodô est ouvert sur l’île Sadô. Le village inclue un grand hall pour la pratique et des dortoirs pour les membres et les membres de l’administration. Le premier festival international des arts “Célébration de la Terre” a lieu sur l’île Sadô la même année.

1989: Premier atelier de tambour “Kodo Juku” ouvre.

1991: Un petit groupe spécial “Kodo San’nin Gurui” fait unre représentation à Ghana, Nigéria, Sénégal. L’atelier Kodo Juku ouvre en Irelande du Nord lors d’une partie du “Festival Japonais” anglais. Première rencontre annuelle pour un concert de 3 jours à la grande salle des vergers, Shibuya, Tokyo.

1994: “Kodô” reçoit le MIDEM Music Video (Forme longue) Award au 3ème festival international de la musique visuelle de Cannes. Le groupe a aussi reçu un prix du ministère des affaires étrangères japonais pour les féliciter de la contribution à exporter la musique japonaise dans le monde et à l’occasion de la célébration de la Terre.

La fondation culturelle de Kodo a été établie en  1997.

1999: Premier Tour appelé “Koryu Gakko Koen Tour”.

2002: Etablissement du “Kodo Arts Sphere America” (KASA) en amérique du Nord. Participation à la bande sonore du film chinois “Hero”  (Musique composée par Tan Dun). Sortie du thème officielle du CD FIFA 2002 World Cup.

2003: Premier workshop tour présenté par Kodo Arts Sphere America (KASA) en Amérique du Nord. Kodo Cultural Foundation sponsorise “Earth Furniture” un projet désigné pour utiliser le matériel régional dans un but dd’indépendance de l’industrie locale. Premier livre par “les livres Kodô”, “La barque de l’île Sadô”. Le “Kodo One Earth Tour Special”, dirigé par Bandô Tamasaburô V, fait un 25-show run à Tôkyô, Nagoya, Osaka, Niigata et Sadô.


Village Kodô

Après plus d’une dizaine d’année passée dans une école, Kodô a finalement obtenu 25 acres (100 000 m²) d’une terre boisée d’une forêt dense sur la péninsule de Ogi dans la partie sud de l’île, et en 1988 la cérémonie d’ouverture de l’île fut tenu.

Vis à vis de  l’effort de Kodô pour préserver les arts traditionnels, la première structure, le batiment principale, a été réassemblé à partir de poutre d’une ferme de 200 ans qui était prévu pour être démoli. Cela a été étendu à l’heure actuelle et compte maintenant des cuisines communales, et des cantines aussi bien qu’une librairie dédiée aux musiques et aux danses du monde.

A partir de là, un batiment de réception (provenant d’une ferme réassemblée), un batiment de dortoir, un studio et plus récemment un nouveau batiment de répétition a été rajouté. En plus de ces batiments communaux principaux, les membres du groupe mariés ont construit leur maison dans les environs.

Membres

Il y a actuellement 48 membres de Kodô, incluant 24 membres artistes (17 hommes et 7 femmes) et 24 membres du personnel (ingénieur, chargé des costumes, maquillages, etc.). Les âges des artistes s’échelonne de 22 à 58 ans. En incluant les apprentis et les travailleurs à temps partiel, le nombre total de personnes qui composent la famille Kodô  dépasse les soixante dix personnes.

Les apprentis qui espèrent devenir des joueurs (il y a aussi des apprentis qui souhaitent devenir membre du personnel) passent deux ans à vivre ensemble en communauté dans ce qui était avant une école abandonnée. Après cette période, les apprentis qui ont été sélectionnés pour devenir des membres junior passent une années supplémentaire à s’entrainer et pratiquer dans l’espoir qu’à la fin de l’année ils soient pour faire partie de l’organisation Kodô.

Dans le passé, le groupe vivait communément comme un tout. C’est toujours vrai pour les plus jeunes membres qui vivent ensemble au village Kodô, mais les membre ainés vivent maintenant dans en dehors du village  dans des quartiers proches.

source: http://en.wikipedia.org/wiki/Kodo_%28taiko_group%29


Mon avis (Ekkyo: au-delà des frontières)

Un spectacle grandiose, une prestation sublime et entrainante, des rythmes incroyables, percutants, enivrants tels seraient des qualificatifs que l’on pourrait utiliser pour qualifier l’expérience d’un spectacle de Kodô. Les artistes savent jouer avec le public, chaque scènes est faite de dialogues musicaux, mais aussi dansés, joués. Ils savent être drôles et faire rire la scène entières, montrer des capacités sonores incroyables (écho, tonnerre, vagues, rythmes asynchrones), montrer des danses traditionnelles, des prestations solennelles et des jeux infantiles, le tout en musique, avec le sourire. Ils font même participer le public un peu plus lorsque ce dernier s’investit et joue le jeu. C’est vraiment un spectacle incroyable et de toute beauté. Les rythmes varient au son des kakegoe, et des improvisations lors des solos.

On nous présente de nombreux instruments de percussion allant de tous les types de taikô, aux cymbales, cloches, clochettes, grelots mais aussi aux flûtes traversières japonais en bois, et au shamisen joué au archet. Les danses sont magnifiques, les chants vraiment intéressants montrant ainsi la culture japonaise dans son ensemble, du minyô au gagaku… un grand nombre de musiques traditionnelles déguisées via des arrangement modernes offrant au public une performance rare et sublime qui passe à une vitesse hors du commun. Le spectacle dure plus de 1h45 (décomposé en 45 minutes + entracte + 60 minutes), mais la fin arrive alors qu’on n’a pas l’impression d’avoir été scotché depuis tout ce temps. On se sent vraiment dépasser les frontières du monde, aller dans un rêve au rythme des percussions. Il n’y a pas de mots suffisament fort pour exprimer les sentiments que l’on peut ressentir lors de ce spectacle. On se sent soudainement envahit d’une plénitude incroyable, on se sent en accord avec l’univers, on n’est plus qu’amour et paix. Ce qui est assez incroyable pour un instrument utilisé à l’origine pour faire la guerre ^^.

Les artistes ne sont pas seulement de talentueux musiciens, de merveilleux acteurs, des danseurs accomplis, ceux sont aussi des athlètes de très haut niveau capables de tenir des positions qui demandent un effort musculaire intense, mais soutenir des rythmes rapide et puissant de longs instants. Ils n’ont absolument rien à envier aux pratiquants de karate et autres artistes martiaux. Ils prennent des positions extrêmement basses qu’ils conservent longtemps, des zenkutsudachi, shikodachi, kokutsudachi à un niveau qui ferait pâlir d’envie un pratiquant de shôtôkai ou de shôtôkan jka. Puis ils passent de l’une à l’autre avec des transferts de poids remarquables. Mais encore plus fort, ils arrivent à générer de la force à partir de ces positions pour des frappes rapides, fluides mais puissantes pour faire résonner leur tambours pour notre plus grand plaisir. Et on peut les voir, transpirer, souffrir pour tenir leur performance, et cette investissement physiques est un véritable cadeau pour le public…

Dans ce domaine de performance (ensemble de taikô, plus moderne), ils sont de loin les meilleurs. Et leur spectacle vaut vraiment l’investissement financier et temporel que l’on peut faire pour aller les voir. Leur prestation à Paris est un véritable cadeau. J’espère que les ovations qu’ils ont reçu leur ont donné l’accueil qu’ils méritent, et une preuve de la façon dont ils ont conquis le public français… J’espère que ça leur donnera envie de revenir.

Un regret toutefois: il était fort dommage que le théatre soit fait de places assises et qu’il ne soit pas possible d’avoir une scène pour danser aux rythmes de percussions. Car leur incroyables performance, donne envie de se lever et de se mouvoir aux rythmes enivrants de l’ensemble de taikô, de pouvoir sentir en soit le bonheur de leur musique en l’exprimant physiquement. Dommage qu’il ne soit pas possible de danser, de jouer avec eux en battant les rythmes.

 Leave a Reply

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

(requis)

(requis)

Solve : *
21 × 18 =


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.