Juin 252006
 
Stage de Leeroy du 24 juin 2006

Leeroy et moi

Samedi 24 juin 2006 et dimanche 25 juin 2006, j’ai eu l’honneur de participer à un stage de Kyusho Jitsu avec Leeroy Roder (Site de Leeroy)
Leeroy Roder est un excellent pratiquant d’arts martiaux. Professeur de Tai Chi Chuan, de Kick boxing, de Combat libre, il est 5e dan de Ryukyu Kempo et 1er dan de Nihon Ju Jutsu.

C’est avec plaisir que je l’ai retrouvé vendredi soir pour un barbecue avec mes amis Serge et Laurent, tous deux 4e dan de Nihon Tai Jitsu et professeur.
J’ai eu mon petit KO sur le point E5 (sur la machoire). et C’est impressionnant… une giflette et je perdais ma motricité pendant une fraction de seconde, juste le temps de me retrouver par terre, un peu désorienté.
Leeroy c’est quelqu’un de très riche martialement parlant et humainement aussi.

Tout d’abord parlons de Leeroy. C’est une personne très sympathique et très abordable totalement passionnée par les arts martiaux.
Il a commencé enfant par le judo et le karate comme de nombreux enfants et a continué par le Tai Chi Chuan enseigné par son père.
Issu d’une famille de professeurs et passionnés d’arts martiaux. Son style de base est donc le Tai Chi CHuan Yang sur lequel il a greffé tous les autres AM ou SDC qu’il a appris (Kickboxing, muay thai, Tode, …).
Puis il a rencontré Dillman qui l’a mis sur une nouvelle voie. Depuis son divorce, Dillman a un peu pété les plombs et de ce fait pratiquement tous ses hauts gradés le quitte pour garder une “amitié à distance”… longue la distance.
Ecoeuré par ce que sont devenue les stages aux USA de Dillman il a pris de la distance pour continuer à progresser de son côté avec sa conception des points de pression.
(Pour plus d’info –> MP)
Durant la première partie du stage, il y avait une audience plus shotokan. Il a donc démontrer une forme de lecture des katas possibles avec des frappes sur les points vitaux.
On a vu quelques mouvements de Unsu, Kankudai, Tenssho, (et d’autres dont j’ai oublié le nom).
On a travaillé sur divers points dont un qui n’est pas relié à un méridien et n’est pas sur les planche d’acupuncture (je crois): le nerf mentonier, ainsi que ses applications pour briser la nuque.
Le nerf mentonier peut s’écraser (se presser) , se frotter ou se percuter. Donc des centaines d’applications pour ce seul point.
J’ai eu le droit à mon KO avec une giflette sur la machoire (point estomac 5 pour les puristes).
Le lendemain j’ai pu rencontrer François.w qui est venu. Donc le stage n’avait pas commencé qu’un chose positive arrivait.
François.w est vraiment une personne très sympathique avec une personnalité très intéressante (même si je pourrais le faire à l’origine le coup de coeur ne le concerne pas même si l’envie ne manque pas… plus tard peut-être ;) )
On a eu le droit, ce dimanche, à des techniques de frappe dans un flow (un enchainement fluide).
Puis des techniques de réanimation, dans le cas d’une frappe sur un point provoquant une grosse douleur (béquille par exemple).
Puis des KO léger (la personne est encore debout et consciente mais un peu étourdi), les moins léger, la personne tombe au sol mais est consciente (KO de boxer), puis KO profond (perte de connaissance).
KO dont il nous a dit qu’il ne s’agissait que d’un jeu que l’intérêet des Kyusho était plus l’application des principes et l’intégration dans la discipline de chacun.
Pour finir par un KO à distance sur moi.
Je reviendrais sur mes KO plus tard.
Tout d’abord Leeroy ne se contente pas de proposer une application théorique, mais plutôt en combat réel. Selon lui un combat ne doit pas dépasser une ou deux secondes. On rentre, on frappe et c’est fini.
Voici quelques phrases qui diffèrent des discours que j’ai déjà entendu sur les Kyusho que j’ai pu traduire:
“La connaissance n’est pas la force. Connaitre tous les points de pression et ne pas savoir les appliquer ne sert à rien. C’est la connaissance de la technique qui est la force.”
“Les kyusho seuls ne sont pas intéressants, mais c’est les principes qu’il y a derrière les kyusho qui sont intéressant (rapidité, relachement, contraction, concentration, focalisation et intention)”
“En self défense connaitre tous les kyusho ne sert a rien, car cela demande du temps de tous les maitriser. Mieux vaut connaitre 5 ou 6 points et les connaitre à fond et travailler des applications dessus.”
“En terme de combat les cycles de destruction ne servent à rien (ce n’est pas en plein combat qu’on peut réfléchir aux élément) par contre suivre l’inlux nerveux est une bonne chose (suivre un nerf si l’on connait leur direction)”
“Le plus important dans le kyusho c’est d’adapter les principes et les applications dans son art martial, dans sa pratique.”
“Lorsque l’on rate un point de pression ce n’est pas grave, il y en a plein d’autres à coté qui seront touchés. Ce qui est important c’est de viser une partie du corps (le visage par exemple) et de frapper rapidement en étant décontracté et en mettant l’intention.
“il ya plusieurs niveau de compréhension dans les kyushos et les ko dues aux frappes sur les points de pression. Le premier niveau: premier coup déséquilibre et deuxième coup le type est par terre. deuxieme attaque des nerfs et syncope. Et troisieme : MTC”
“Les numéros au niveau des points de pression ne sert que pour une recherche personnelle pour identifier les points sur des magazines ou des livres, rien d’autre… cela sert aussi lorsque vous allez en stage dans des endroit où l’on parle la même langue que vous. Sinon on parle de la zone frappée. “L’aisne” correspond aux points vitaux situés sur l’aisne et on à un coup situé au milieu de l’entrejambe. Par exemple si l’on parle de S5 (Stomach 5: estomac 5) on peut aussi dire on frappe la machoire. En combat on ne peut réfléchir aux éléments, aux cycles de destruction, par contre on peut cibler la machoire car on sait qu’il y a de nombreux points là.”
“L’importance dans les Kyusho c’est la vitesse: mais pas la vitesse à la frappe, la vitesse au retour. Un peu comme un pistolet: lorsqu’on a tiré un coup (aucune mauvaise allusion), il faut recharger très rapidement pour en tirer un deuxième”
Bref il a dit aussi pas mal de chose comme : “que l’on fasse n’importe quel art martial, n’importe quel sport, si l’on n’est pas concentré dans ce que l’on fait, si l’on n’a pas conscience de nos membre, de nos mouvements, ça ne sert à rien. Il faut focaliser ce que l’on va accomplir et y mettre l’intention, et prendre conscience de ce que l’on fait.”
Il nous a expliquer que le secret de frappe sur les points de pression est
1) une relachement du membre qui attaque (souplesse, comme un fouet)
2) un mouvement de poignet à l’impact (chose que françois connaissais dans la pratique de son école de grue blanche).
3) la fluidité et la rapidité
4) l’intention
5) la direction et l’angle de la frappe
Il a beaucoup insisté sur ces points… mais après tout, c’est valable pour tout coup porté qui permet d’envoyer de l’énergie (une onde de choc).
On sait que pour qu’une onde de choc se propage il faut une composante vecteur de départ ayant certaies caractéristique (angle, direction, intensité).
Et pour donner ces composantes, il faut respecter ces points: détentes, mouvement du poignet pour la percussion, focalisation et intetion (et c’est valable pour tous les arts martiaux et toutes les techniques (presque) étranglement, clefs, …)
Outre les qualités humaine et les qualités techniques Leeroy nous a montré le samedi des qualités martiales certaines.
Pour parler de mes KO:
Le premier a été effectué après un déséquilibre par pression sous le nez (au milieu de la lèvre supérieur) par une frappe sur la machoire sous la joue (Estomac 5 pour localiser le point).
Pendant une faction de seconde j’ai eu un flash blanc et j’ai perdu ma motricité. Je suis tombé par terre, mais étant conscient. Conscient que je pouvais me relever.
Mais je suis resté assis au sol pour que Leeroy utilise les technique de réanimation pour enlever le mal de tête qui m’avait pris soudainement (un KO sur un point du visage provoque toujours de céphalées).
Après quelques massage du cuir chevelu, de la nuque, c’est partir. On m’avait déjà fait un KO sur ce point sans technique de restauration et j’ai eu mal au crâne une demi journée.
Leeroy a alors expluqé qu’un KO ce n’est pas forcément une perte de conscience. Que seulement le fait de donner une étourdissement à la personne est suffisant.
Le deuxième KO était un “no touch KO”, un to-ate ou KO sans touche.
Leeroy m’ aprévenu que ça ne marchait pas sur tout le monde, certaines personnes y étaient sensibles, d’autres non.
De plus il n’était pas en forme pour ça (faim, trop chaud, fatigue cumulée).
Il m’a prévenu qu’il allait essayer 30sec. Si au bout de 30 secondes rien ne se produisait, si je ne ressentais rien , on arrêterait.
Ou alors si je perdais la connection avec lui, si mes yeux se détachaient de son regard, on ne continuait pas.
D’abord il faut être relaché, décontracté, créer une connection avec l’autre, ne pas quitter le regard de celui qui fait le KO.
Avant que ça commence j’ai ressenti un certains malaise, une certaine oppression.
Tout le monde me regardait, je ne sais pas ce qui allait se passer, ce que ça allait faire.
Et ce que je ressentait était de l’émotivité, je n’était pas tranquille.
Mais je continuais à le fixer et à rester relacher malgrè cette appréhension qui m’envahissait et cette sensation d’oppression qui me tenait.
Finalement il ne s’est rien passé. J’aurais essayé…
Je réessayerai dans d’autres conditions.
Néanmoins compte tenu du temps que prends ces “KO”, il est clair que ce n’est pas applicable sur quelqu’un qui attaque, et encore moins sur quelqu’un d’énervé qui veut en découdre.
L’effet de groupe joue une part d’importance, tous ces yeux tournés vers vous, cette angoisse, cette appréhension , ce stress.
Il y a quelque part de l’auto suggestion. Ou une hypnose de groupe.
Outre cela j’ai apprécié la simplicité de l’intervenant, son amitié et l’efficacité de ses techniques.
Certaines fois travaillées dans un enchainement anti anatomique pour faire travailler les hanches, d’autres fois tellement simple et directe.
J’ai aimé son discours sur plusieurs niveau de compréhension des points pour que tout le monde y trouve son compte, le débutant comme celui qui connait les méridiens et les points d’acupuncture.
Et il y a tellement de chose à raconter à ce sujet..; il a dit tellement de chose comme “le sensibilité à certais points dépendent de la morphologie de chacun, les gens avec des gros muscles seront plus sensibles sur certains points et moins sur d’autres”
Il nous a dit que dans les points vitaux un premier travail est de reconnaitre quels sont les points susceptibles de marcher selon la morphologie de telle ou telle personne (menton carré, gros avant-bras, …)
Rien que pour ses principes de combats et de self défense je pense que c’est un enseignant excellent qui offre de nombreuses connaissances à ceux qui acceptent de les reçevoir.
J’espère que françois.w n’a pas perdu son temps et a pu apprendre pas mal de chose susceptible d’améliorer sa technique ou de parfaire ses connaissances.
Si tu me lis françois, j’attends tes commentaires éclairés sur cette matiné (en espérant que tu ne sois pas arrivé en retard pour ton RV d’après).

ps: je lui avais apporté le livre de Portocarrero sur Tode… avec les deux katas kushanku qu’il ne connaissait pas.
En quelques secondes il avait trouvé des applications sur les premiers mouvements pour les points vitaux.
Vraiment quelqu’un de très intéressant, de très ouvert et avec qui on peut discuter.

La prochaine fois j’espère que l’on sera plus nombreux.

Stage de Leeroy du 24/25 juin 2006

Serge, Leeroy et moi

 Leave a Reply

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

(requis)

(requis)

Solve : *
24 ⁄ 2 =


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.