Juin 032007
 

stage kyusho
Le 2/3 juin Leeroy Roder a eu la bonté de venir nous faire travailler encore une fois sur l’utilisation des points de pression en combat.
Pour le représenter, il a commencer les arts martiaux enfant par judo, puis du karate et finalement du taichi (sous la direction de son père, professeur en médecine chinoise et de taichichuan), puis kickboxing.
Sa rencontre avec Dillman l’ammènera à aller régulièrement à Okinawa pour s’entrainer sous la direction de sensei Hokama Tetsuhiro (qui selon les dire de Hanchindi est un sensei bien vicieux comme on les aime qui aime appuyer là où ça fait bobo).
L’orientation médiatique, commerciale, ésotérique, et trop théorique de Dillman, l’ammènera à se séparer de lui pour faire ses propres recherches.

Nous étions une trentaine samedi et une quarantaine dimanche.
Des pratiquants de judo, judo jiujitsu, Nihon tai jitsu, taichichuan, kung fu, arts vietnamiens, yoseikan budo, shotokan, shitoryu, penchak silat, …
Et tout le monde y a trouvé son compte.

J’aime beaucoup l’approche de l’utilisation des points de pression donnée par Leeroy.
Il en donne à tous pour leur argent.
Pour ceux comme moi qui cherchent à cogner et faire mal, mais qui ne sont pas très précis, il nous explique qu’il y a de nombreux points dans telle ou telle zone.
Que si on rate un point, ça n’est pas vraiment grave, car dans la région, il y en a plein d’autres.
On a les explications anatomique des percussions sur les points: tel nerfs à écraser contre l’os, tel nerf à frotter, …
Mais aussi compte tenu de la présence de personne intéressés par le côté MTC, il ira jusqu’aux explications des méridiens, et des éléments.
La présence de personne travaillant sur l’énergie interne l’amènera aussi à donner des explications énergétiques, avec chikung et méditation à la clef.
Chacun prend ce qu’il est capable de prendre.
Moi ce sera la façon de bouger, de frapper, de réagir et les zones où ça fait plus bobo!

Ce qui est intéressant c’est qu’il donne toujours une application de ce qu’il avance, une preuve.
Il démontre plus qu’il ne théorise.
Il explique comment il utilise les points de pressions quand il combat en kick boxing avec les gants. Que les gens sont plus ou moins sensibles en fonction de leur morphologie.
Quelles zones sont plus accessibles avec quel type de morphologie.
Un grappler aux avant-bras développés, ou un karateka entrainé au kote kitae sera moins sensible aux points sur les avants bras que quelqu’un d’autre, une personne au menton fin sera moins sensible de la machoire, …

On travaillera en combat style freefight, en utilisant toutes les armes, mains ouvertes, poings fermés, coude, genou, tête.
En finissant sur des amenées au sol, sur des clefs, des controles au sol afin que tous les AM soient plus ou moins représentés.
Rendre kote gaeshi plus douloureux avec une pression sur tel point, rendre ashi mawashi plus “drôle) avec frottement ou pression sur le nerf mentonnier, …

On travaillera de nombreux points sur les bras. Les nerfs étant protégés par le muscle, il convient de frapper fort de façon à pénétrer le muscle et écraser le nerf contre l’os.
Puis des points sur le visage, la poitrine.

Le message que Leeroy essaye de nous faire passer est que le Kyusho Jutsu n’est pas une discipline à part entière.
Mais c’est la partie de toute disciplien qui a pour but de faire le plus bobo possible!

Leeroy nous répète bien: le Kyuhso jutsu n’a ce nom que pour des raisons commerciales ET lucratives.
Ce n’est pas un art à part entière mais plus un ensemble de principes, de connaissances en compléments d’arts.
La science des points de pression est une activité qui existe depuis le début des arts martiaux et fait partie de tous les AM et SDC.
Le fameux KO du boxeur par percussion au foie ou au menton, la clef portée en Aiki(do, jutsu, budo, …) en appuyant sur tel ou tel zone, …
Dans tous les styles de karate on dit souvent, viser tel endroit, toucher tel endroit… car ça fait plus mal.
En self défense, on dit bien de mettre un coup de pied dans l’entre jambe…
L’ancienne forme de o-soto-gari consistait à mettre un coup de talon dans le creux du mollet…
Et bien c’est ça le Kyusho jutsu, [b]c’est taper là où ça fait le plus mal possible, taper dans des endroits qui provoquent le plus de douleur possible[/b].
Derrière le fait de faire plus mal en appuyant sur une point particulier du corps, une zone, il y a de nombreux principes.
théorie de base: l’anatomie
points: nerf
principe de frappe: écraser le nerf contre l’os, étirer le nerf, frotter le nerf

théorie supérieure: MTC
points: points d’acupunctures situés sur des méridiens

en général les méridiens correspondent à des réseaux biologiques (exemple le méridien du poumon suit le nerf radial, je crois… je suis une tanche et en MTC et en anatomie)
et vice-versa mais il y a des points de la MTC qui correspondent à rien niveau anatomique et vice versa (le nerf mentonnier ne correspond pas à un point d’acupuncture, je crois)

Lors de stage on parle beaucoup de E5, P5, … ça correspond à la dénomination des points en MTC.
Mais dans le cadre de la pratique de l’utilisation des points de pression en combat, c’est surtout une nomenclature afin de repérer ces points dans des diagrammes d’acupuncture.
E5 est plus facile à repérer et à retenir pour rechercher dans un bouquin que “insertion sterno-cleido-claviculaire de l’articulation scapulo-fibulaire” (je dis n’importe quoi, je suis archi nul en anatomie)

L’utilisation des sons, donc des vibrations lors des frappes est aussi relié à des théorie (chaque organe a une vibration qui lui est propre, et attaquer un organe avec une vibration opposé le détruira que plus).
Mais ça reste du domaine de la recherche.

Les vidéo des KO avec Sandy

stage kyusho
Sandy me met KO en utilisant une frappe sur le E5 (Point 5 du méridien de l’estomac):
https://www.shinryu.fr/img/years/2007/20070603_stage_kyusho/leeroy_roder_juin07_085.AVI

Préparation pour le KO sur Sandy, à la demande de leeroy, ce sera un doublet point situé sus la pomme d’adam et E5
https://www.shinryu.fr/img/years/2007/20070603_stage_kyusho/leeroy_roder_juin07_086.AVI

Le KO et la réanimation:
https://www.shinryu.fr/img/years/2007/20070603_stage_kyusho/leeroy_roder_juin07_087.AVI

stage kyusho
Leeroy nous explique qu’en combat ou en self défense, on ne peut pas s’encombrer de toutes ces théories et des quelques 200 ou 300 points de pression.
Il faut connaitres quelques points, quelques zones à frapper et pouvoir travailler avec dans toutes les situations possibles.
Genre sur une attaque, on martèle la tronche de l’adversaire de patates, baffes, tranchant de main, en visant telle zone, les yeux, …

Après au niveau de la recherche, c’est intéressant, pour ceux que ça intéresse, de travailler sur le plan énergétique et vibratoire.
Mais de là à appliquer cela en combat, c’est autre chose.

Comme le dis souvent Leeroy, le travail énergétique, les “KO”, c’est la partie “show” (commerciale), la partie “fun” des Kyusho.
Mais en self défense, en combat, c’est le principe qu’il y a derrière les kyusho qui sera utile (réaction rapide, frappe relachée et puissante, …)
Pour Leeroy, l’utilisation des Kyusho en combat c’est une seconde, un point/une zone: réaction quasi immédiate face à l’agression et en une seconde in a frappé là où ça faisait mal pour que le combat tourne en notre faveur.
Donc toutes les vidéos de to-ate, de travail énergétique, sonore, … on y croit, on y croit pas… mais ce n’est que la partie recherche, fun, show, commerciale… C’est la partie aérienne de l’iceberg.
Les Kyusho, tout le monde en fait dans son AM ou SDC. La partie immergées, c’est ce que tout le monde fait dans son AM, apprendre à frapper pour faire mal, à réagir instinctivement rapidement et efficacement sans se mettre en danger, …

Il nous explique que la base c’est les frappes, et plus on monte dans la théorie et plus on s’intéresse à l’aspect énergétique (énergie externe, puis énergie interne… et là j’ai déconnecté , donc je ne pourrais en dire plus).
Mais qu’en combat, on revient toujours à la base, la baffe dans la gueule!

On travaillera une défense contre couteau.
Leeroy nous expliquera que face à quelqu’un qui a un couteau, que la personne soit jeune, vieille, grande , petite, il y a une chose à faire: ne pas combattre.
La seule chose qui nous pousserait à l’affrontement est qu’il n’y ait pas d’autres alternative (on ne peut pas fuir, on a des gens à protéger), et dans ce cas, il faut absolument être conscient et prêt à être couper.
Il nous explique quels sont les endroits à présenter pour accepter la coupe, et quels endroits à protéger.
Mais que face à quelqu’un armé d’un couteau, et surtout s’il sait combattre avec… il faut se préparer à pisser le sang.
Donc une seule chose à retenir, ne jamais affronter quelqu’un armé d’un couteau à mains nues.

On finit alors par expérimenter quelques enchainement de frappe légère pour voir l’effet sur le partenaire.
Seuls les volontaires sont invités à tenter.
La difficulté est donc, de frapper la zone suffisament fort pour activer le nerf, mais suffisament doucement pour ne pas casser en deux son partenaire.
C’est là qu’on se rend compte que beaucoup de gens on peur de délier une attaque et de faire mal. Et cette peur contract le bras qui frappe et du coup le coup n’est pas relaché et pas puissant.
J’ai le droit à une chute sur le sol après une pression du nerf situé entre le coup et la clavicule puis une baffe dans la gueule (point Estomac 5 pour les puriste)
Je choisirai à mon tour une pression légère sous la pomme d’adam puis basse sur la machoire.
L’effet est impressionnant, on est conscient mais le choc électrique suivit du déséquilibre nous fait nous retrouver à terre.

On finira par des mouvements de chikung afin de s’étirer un peu et d’effacer les douleurs et les effets que les pressions sur les points auraient provoqué.

Encore un stage extrêmement satisfaisant.
On rencontre des habitués, de nouvelles personnes, on échange avec des gens de disciplines différentes.
C’est l’aspect le plus important des stages, l’aspect humain.

Ensuite ce stage a ramené tous ce qu’on peut trouver d’ésotérique et de théorique sur internet à propos des Kyusho à quelque chose de plus pratique.
Et surtout de montrer qu’avant tout le Kyusho jutsu n’est pas une discipline mais plus un ensemble de principes faisant partie de toutes les disciplines de combat: mettre l’adversaire en situation de désavantage le plus rapidement possible, …

festival de KO lors du séminaire: http://www.dailymotion.com/video/k70xRYVxg7NdAbffjl

Merci à valsolo pour les vidéos et les photos.
Son blog: http://jitsu57.over-blog.com

 Leave a Reply

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

(requis)

(requis)

Solve : *
8 − 1 =


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.