Août 212010
 

Titre original: 五衛門 – Goemon

Autres Titres
The Legend of Goemon : Allemagne (titre DVD) / International (titre de festival) (titre anglais)
Goemon efsanesi : Turquie (titre turque)
Goemon: The Robin Hood of Japan : Australie (titre DVD)

Japon : 19 mars 2009 (Okinawa International Movie Festival)
Japon : 1 mai 2009
France : 14 mai 2009 (Cannes Film Market)
France : 9 septembre 2009 – (L’Étrange Festival)
Espagne : 2 octobre 2009 (Sitges International Festival of Fantastic and Horror Cinema)
Taiwan : 16 octobre 2009
USA : 4 novembre 2009 (New York City, New York)
Corée du Sud : 5 novembre 2009
Allemagne : 7 novembre 2009 (Munich Asia Filmfest)
Thailande : 19 novembre 2009
Singapour : 25 février 2010
Allemagne : 27 mai 2010 (Hamburg Japanese Film Festival)
Allemagne : 28 mai 2010 (DVD premiere) (Blu-ray premiere)
Hong Kong : 3 juin 2010
Australie : 16 juin 2010 (DVD premiere)
Turquie : 16 juin 2010 (DVD premiere)
Angleterre : 16 août 2010 (DVD premiere) (Blu-ray premiere)

Mise en scène: Kazuaki Kiriya
 
Scénario:

– Kazuaki Kiriya (histoire originale et scénario)
– Tetsurô Takita (scénario)

Acteurs:
– Yôsuke Eguchi : Goemon Ishikawa
– Takao Ôsawa : Saizo Kirigakure
– Ryoko Hirosue : Chacha Asai
– Jun Kaname : Mitsunari Ishida
– Gori : Sasuke Sarutobi
– Mikijiro Hira : Rikyu Sen
– Masatô Ibu : Ieyasu Tokugawa
– Tetsuji Tamayama : Matahachi
– Hashinosuké Nakamura : Nobunaga Oda
– Eiji Okuda : Hideyoshi Toyotomi
– Choi Hong Man : Gao
– Susumu Terajima : Hanzo Hattori
– Eriko Satô : concubine Yoshino
– Erika Toda : concubine Yukiri
– maiu Tsuruta : mère de Koheita
– Ryô : mère de Goemon
– Ema Fujisawa : Okichi
– maiumi Sada : Orin
– Arashi Fukasawa : Koheita
– maiuko Fukuda : Chacha – adolescente
– Ryohei Hirota : Goemon – adolescent
– Tokimasa Tanabe : Goemon – enfant
– Takeru Sato : Saizo – enfant
– Yoshikazu Ebisu : propriétaire de Sobaya
– Naomasa Musaka : Kinokuniya Bunzaemon
– Fumiyo Kohinata : Yashichi
– Gibson
– Yûki Ishida
– Kazuaki Kiriya : Mitsuhide Akechi
– Lina
– Shôichirô Masumoto
– Udo Suzuki

Produit par:
Takashige Ichise : producteur
Kazuaki Kiriya : producteur
Yoshiya Nagasawa : producteur associé
Yûji Ueda : producteur associé
 
Musique originale de Akihiko Matsumoto
 
Cinématographie par Kazuaki Kiriya

Edition du Film:
– Kazuaki Kiriya
– Chisako Yokoyama
 
Casting: Masashi Yamaguchi
 
Design de production: Yuji Hayashida
 
Design des costumes:
– Vaughan Alexander
– Tina Kalivas
 
Département maquillage : Ryoji Inagaki (coupe de cheveux, maquillage)
 
Management de la production : Yutaka Tachibana (manager de production)
 
Deuxième unité de direction ou assistant de direction: Kazuhiko Kondô (premier assistant de direction)
 
Département des arts:
– Yoshihito Akatsuka : producteur du département des arts
– Atsuo Hirai : design
– Tomomi Nishio : habits
 
Département du son
– Mizuki Itou : éditeur des effets sonors
– Masato Yano : son
 
Effets Spéciaux: Tomo Hyakutake
 
Effets visuels:
– Takuya Fujita : producteur d’effets visuels
– Kôji Nozaki : superviseur des effets visuels
 
Cascadeur: Seiji Mori (coordinateur)
 
Département caméra et électricité
– Kenji Tanabe : opérateur caméra
– Kenji Ushiba : porteur de gaffe
 
Département édition: Motoyuki Kawase (éditeur assistant)

L’histoire

Elle se déroule dans le Japon Médiéval entre 1560 et 1603. On y voit le règne de Oda Nobunaga, son assassinat par Mitsuhide Akechi puis le régne de Toyotomi Hideyoshi et la fin de son régne (mais différente de l’histoire). Le film reprend l’histoire du célèbre bandit héro, Ishikawa Goemon mais d’une façon très historico-fantastique.
Un fils de Samurai dont la famille s’est fait éliminé, est adopté par Oda Nobunaga qui lui donne le nom de Goemon et le confie entre les main du ninja Hanzo pour en faire un ninja. A l’assassinat de Nobunaga, le jeune garçon quitte les rouages politiques et devient le “roi des voleurs”. Mais un incident va ramener l’histoire à ses pieds et va lui faire reprendre du service.

Mon Avis

Je n’ai vu le film qu’en version française, donc mon avis ne concerne que cela… Je mets toutefois en garde la condamnation du film sur la seule vision de la version française. Il convient de voir la version originale pour ne pas tomber dans le piège d’un rejet du film à cause de cette mauvaise version!

Tout d’abord comme à son habitude, les versions françaises gâchent en général tout… l’ambiance, l’histoire, les sentiments… Et là, c’est le cas à 200%! Le version française est une merde sans nom et transforme ce film en bouse infâme! Les voix sont merdiques et à vomir! Les dialogues sont tellement pitoyables que le film se regarde aussi bien sans son, qu’avec le son de la version française. Je pense que si on se limite à la version française, le film est encore plus bas qu’un nanard!

Toutefois, si l’on connait un peu l’histoire du Japon et la culture des samurai, notamment pour ceux qui auraient pu lire “Une histoire de samurai” de Robert Calvet , on retrouve beaucoup de concept et précepte de son ouvrage… à la fois sur l’histoire et le comportement des personnages.

On retrouve les faiseurs de l’histoire que son Oda Nobunaga, Toyotomi Hideyoshi et Tokugawa Ieyasu, les ninja de légende que sont Sarutobi Sasuke, Hanzo,et évidemment Ishikawa Goemon. On peut même y voir Sen no Rikyû, le maitre du thé, ses rapport avec Hideyoshi, et sa mort (ces personnages ont pour la plupart existé et leur histoire est assez fidèle dans les principes). A ce niveau le film est extrêmement riche. On peut y voir aussi de nombreux liens avec la véritable histoire du véritable Goemon historique…

Si les décors sont pratiquement tous en CG (Computer Graphics, c’est à dire des images de synthèse), il est intéressant de noter qu’il ne s’agit pas d’une reproduction du Japon médiéval mais une adaptation complète où la culture occidentale est fortement imprégnée, mais ils ne reste pas moins que ces décors sont très nus et très simples… l’accent n’est pas mis sur les décors mais plus sur l’action. D’ailleurs les armures des bushi sont un mélange d’armure moyenâgeuses françaises et d’armure médiévale nippone. Si le château de Toyotomi ressemble au Himeji-jô il y a une connotation occidentale très forte: rosace des cathédrales, architectures des château médiévaux européens, etc… Si l’histoire en elle même est complètement pourri par les voix et le dialogue français, je n’ai aucun doute sur la version nippone. Les acteurs son grandioses dans le peu de scène réellement importantes… et Masatô Ibu est impressionnant, comme dans ses autres films (Les tortues nagent plus vite qu’on le croit, Nodame Cantabile, Handsome Suit, Azumi, Gojira, etc…).

Pour revenir à la richesse culturelle du film et à la présentation d’un Japon occidentalisé dans les décors, il est intéressant de regarder tous les clin d’oeil à la culture et à l’histoire japonais qui se retrouvent cachés dans le film qui par moment donne des air de “Prince Of Persia”, ou de Casshern, … Mais pour qui sait regarder, le film est vraiment très riche culturellement…

Je pense que les voix françaises, les dialogues pourris français, détruisent toute la crédibilité du film. Au niveau action, on se retrouve dans le même principe que le film Casshern, et c’est un peu normal puisque c’est lui-même qui a réalisé Casshern… Donc un max d’effets spéciaux CG…

Je pense qu’il ne faut pas condamner le film sur la seule version française qui est je le répète mauvaise de chez mauvaise… Je ne comprends pas comment des gens puissent se donner la peine de payer pour faire un doublage de ce niveau? Je suis sûr que des amateurs feraient nettement mieux, comme c’est le cas pour les sous-titres, où l’on peut voir que les fan-sub sous-titrées en français sont nettement meilleures que celles des oeuvres commerciales! Je ne comprends pas que les distributeurs continuent à dépenser de l’argent inutilement pour un résultat tellement médiocre que nous, les passionnés, sommes obligés d’aller chercher la qualité chez les non professionels (mais passionnés). Il est clair que les traducteurs et les doubleurs n’ont pas été passionnés par leur travail au point que les voix et les dialogues en deviennent complètement ennuyeux!!!!

Donc avant de regarder le film, jetez la version française qui gâche tout, et regardez une version originale avec des sous-titres faits par des équipes de fansub.

Si la version française du film est descendu par les critiques, c’est à cause de la sombre merde que nous ont chié les distributeurs français… Evitez les version françaises des films nippon autant que possible, Goemon en est un exemple flagrant, et regardez une fansub, ou une version originale sous-titrée pour vous faire un avis, mais ne condamnez pas ce film à cause de cette VF qui est en dessous de tout… Outre les erreurs de traductions et d’interprétation, les voix n’ont aucune substance, aucune  émotion! Et on le sens bien lorsque Tokugawa Ieyasu chante (là pas de doublage possible), il y a de la puissance, de l’émotion… Et je pense que l’absence des voix japonaises (ou de doublage sérieux) enlève au film toute substance lorsque les acteurs sont présents. Et pourtant le film est riche, très riche… Mais il faut être un peu sensibilisé à l’histoire et la culture japonaise… et pour certaines scènes, aux arts martiaux japonais et au concept de budô et du bushidô…

Et cette remarque je l’avais déjà faite pour un Casshern en VF qui est lamentable alors que la VO a nettement plus de charme… Donc si vous êtes ouvert, intéressé par la culture japonaise, vous ne serez pas foncièrement déçu… Mais si vous ne pouvez toucher qu’à la bouse française,  et que vous ne vous intéressez pas ni à l’histoire du Japon, ni à la culture… alors laissez tomber… Ce film, en français, ne vaut rien!

 Leave a Reply

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

(requis)

(requis)

Solve : *
29 × 8 =


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.