Mar 142008
 


Nous l’attendions tous, le voilà enfin disponible, le guide de pratique de Sécurité Personnelle, Self-Défense & Survie Urbaine, fait par Frédéric BOUAMMACHE et Guillaume MOREL.

Pour vous présenter ce livre et les auteurs, voilà un petit interview :

Quel est votre parcours ?

Frédéric
35 ans, policier de profession, plutôt orienté vers des missions d’interpellations en « flag’ » d’auteurs de crimes & délits..
La « révélation » s’est produite au sortir de l’adolescence, après avoir pratiqué quelques sports individuels et collectifs en dilettante, j’ai embrassé les arts martiaux avec le karaté wado-ryu durant de nombreuses années. En parallèle je considère des activités liées au développement physique, telles que le renforcement musculaire, la course à pieds, la natation et le VTT, comme autant de sources d’épanouissement nécessaires.
Depuis mes débuts en karaté, je n’ai cessé de nourrir un appétit croissant et une curiosité intellectuelle pour le combat de survie, notamment après avoir lu et rencontré Henry Plée. Plusieurs perspectives de progression se sont alors présentées.
Dévorant toutes les revues d’une certaine époque, ainsi que les différentes publications disponibles sur les arts martiaux, participant à de nombreux stages et manifestations en France et à l’étranger tout en rencontrant plusieurs experts de différentes écoles et disciplines, j’ai pu, à la longue, me faire une propre idée de ce que j’estimais comme efficace, adapté à la réalité de la rue, et source de progression personnelle.
A titre d’expériences, après un passage très plaisant et instructif à l’ADAC d’Eric Quequet, je me suis ensuite essayé au kajukenbo à la française….sans y trouver ce que je recherchais réellement.
Dès lors la rencontre avec Fred Perrin fut déterminante. Celle de Philippe Perotti fut également cruciale…
Je m’entraîne au sein de l’Académie du Couteau et de Défense en situation depuis 2001, ce qui constitue le fer de lance de ma préparation au combat.
L’axe de travail très polyvalent (armes/mains nues/sécu perso…) proposé par Fred Perrin, est unique en France. Prônant des principes de combat plutôt que des techniques stéréotypées, proposant une approche pédagogique hors norme visant à conforter le pratiquant dans l’assimilation d’outils techniques exploitables efficacement.
Je suis actuellement passionné par ce que je pratique quotidiennement, par les échanges et les rencontres épanouissantes qu’il nous arrive de faire via le vecteur des arts martiaux et du monde de la préparation au « combat réel ».

Guillaume:
J’ai 32 ans.
– Côté « boulot », je suis consultant dans les média, ce qui explique une forte sensibilité & motivation pour l’édition.
– Côté « arts martiaux », c’est ma passion depuis l’enfance… passion qui m’a poussé à voyager pour rencontrer des experts en Chine, au Japon, aux USA, à collaborer avec des magazines (une 50aine d’articles), à publier des livres variés (Balisong, Shaolin Kung Fu, Arts Martiaux Artistiques… avant PROTEGOR), à participer à l’organisation du Festival des Arts Martiaux de Bercy & au K-1 Paris, etc.
– Côté « pratique », beaucoup de Karaté au début (avec Pierre & Marie Damoiseau, en Auvergne), un peu de Taekwondo (Han Chun Tec à Bordeaux) sur la fin de mes études puis en venant sur Paris j’ai rencontré Patrick Lombardo dont le Pankido m’a beaucoup plu. Plus récemment, j’ai découvert les stages de Fred Perrin, pédagogue marquant, et le Systema (avec Jean-Michel Leprêtre) qui apporte une dimension nouvelle aux disciplines martiales, je trouve… Avec l’âge, les motivations pour la pratique change et maintenant pour moi c’est la défense & l’efficacité. En tout cas, l’expert en Self dans PROTEGOR c’est Fred, pas moi .

Quelles sont les raisons qui vous ont poussé à faire ce livre ?

Frédéric:
Cela fait quelques temps maintenant que je consulte tout ce qui a trait de près ou de loin aux méthodes de combat, à la self-défense, ainsi que ce que l’on désigne maintenant par sécurité personnelle.
J’aime les livres, j’aime lire et faire un bouquin était pour moi un rêve, un objectif à atteindre peut être un jour si tout va bien…
Lorsque j’ai fait la connaissance de Guillaume, peu de temps après qu’il m’ait posé la question de savoir si j’étais motivé pour écrire un livre, ma réponse fut directe et sans ambiguïté…
Et après m’avoir esquissé l’ébauche du projet Protegor (à l’origine, nous cherchions un titre moins original, genre « Guide de Self défense », ou « Guide pratique d’auto-défense », « protection personnelle »… !), nous avons rapidement mis nos savoir-faire en commun, pour le résultat que vous connaissez.

Guillaume:
J’ai de nombreux projets de livres en stock depuis des années, et celui d’un manuel de « sécurité perso » n’est pas nouveau, mais je ne me sentais pas la légitimité seul sur la partie Self en particulier. La rencontre avec Fred Bouammache lors d’un stage de Fred Perrin a été l’occasion de réaliser ce projet : on a clairement les mêmes goûts/passions, on est complémentaires sur plein de sujets, j’avais l’expérience de la publication & c’était un projet qui le motivait à fond… ce projet que j’avais dormant en « todo-list » est devenu concret grâce à Fred.

Qu’est-ce qui différencie votre livre des autres livres de SD, les apports ?

Frédéric:
Il ne s’agit pas d’un simple livre de SD. Nous ne présentons pas un panel technique dogmatique ni des solutions à des fins commerciales…
Nous abordons dans Protegor des concepts, des principes, un état d’esprit particulier, le tout dévoué entièrement à un pragmatisme de situation, à la survie et au service de l’homme.
Ce livre illustre pas mal d’années de pratique débouchant sur une synergie, une complémentarité avec Guillaume. Nous revendiquons fièrement nos influences et nos sources inspiratrices, ainsi qu’une indispensable ouverture d’esprit.

Guillaume:
La SD ne représente qu’un tiers du livre. Les manuels de SD sont très nombreux, il n’aurait pas été d’une grande valeur ajoutée de faire un énième manuel de SD sachant que nous ne sommes pas des experts renommés. En revanche, tous les manuels existants, souvent écrits par des experts du monde des arts martiaux, ne traitent pas (ou très partiellement) des aspects amont & aval de l’agression… et nous trouvions cela dommage, étroit. D’ailleurs notre éditeur a eu bien du mal à se décider sur le choix du rayon dans lequel référencer le guide : société ? développement personnel ? voyage ? finalement ce sera « arts martiaux » mais ce n’était pas une évidence, car c’est avant tout un manuel d’attitude plutôt que de technique.

Quels sont les angles d’approches du livres, ce que vous abordez, développez ?

Frédéric:
Trois parties finement structurées, indépendantes & néanmoins complémentaires, avec un fil conducteur tout au long de l’ouvrage qui guide le lecteur vers un cheminement logique.
La sécu-perso et ses principes de base, la self-défense et ses champs d’application, la survie urbaine et une certaine prise de conscience.
Au-delà des livres qui sont dévoués à une école ou un style particulier, Protegor s’annonce dans une démarche plus généraliste dans le sens accessible à tous.

Guillaume:
La structure du livre est très basique : elle est temporelle :
– Avant le danger (comment l’éviter, se protéger, dissuader/communiquer… ie la sécurité personnelle),
– Pendant le danger (self-défense),
– Après le danger (comme survivre, physiquement, moralement & juridiquement).
Et côté « forme » nous voulions un magazine attrayant pour l’œil, presque comme un magazine… d’où la présence de très nombreuses illustrations & surtout d’interviews d’experts que beaucoup d’entre vous connaissent & aimeront lire.

Un livre pour tous ? néophyte des AM et/ou de la SD ?

Frédéric:
Oui. Concrètement à la portée de tous, à base de conseils et de recommandations qui nous apparaissent pertinents et bien ciblés.
Notre objectif est de proposer des solutions simples et pratiques, accessibles à tous, du néophytes au lecteur averti. Du pratiquant débutant au spécialiste chevronné.

Guillaume:
A destination des néophytes ou pratiquants ? Les deux mon capitaine. A la base nous voulions un manuel pour tous, car l’objectif quand on écrit un livre, c’est souvent de toucher un maximum de lecteurs (vu qu’être auteur ne rapporte franchement rien financièrement, l’intérêt est le plaisir que le livre soit lu & apprécié par un maximum de personnes & que cela génère des retombées sous forme de rencontres, d’échanges, de nouvelles idées, de nouveaux projets, etc.). Mais sur certains sujets, on va bien bien plus loin que la base pour le néophyte. Autrement dit, je pense qu’un Kwooneux ne va pas s’ennuyer en lisant le livre, ni se dire « pfff trop basique, c’est pour les débutants » .

Vous avez un site, qu’apporte-t-il en plus ?

Frédéric:
L’idée originale de Guillaume est excellente. Son expérience et son expertise ont fait le reste. Cette passerelle de présentation destinée à promouvoir et présenter notre travail, est un très bon complément.
Le lecteur retrouvera des articles en sus, une mine d’infos pratiques, la genèse du projet, et plein d’autres choses…

Guillaume:
Alors ça c’est une vieille idée que j’avais eu en 2004 sur un ancien projet (qui ne s’est finalement jamais fait) qui avait réussi à séduire Dunod… alors je me suis dit ça peut plaire & séduire notre nouvel éditeur. L’idée de base est de se dire « que peut-on apporter en plus à un lecteur & qui ne soit pas un coût important pour l’éditeur (car sinon ce dernier n’acceptera pas) » ; certains ont fait des CDROM joints (mais c’est un peu has-been maintenant), le DVD joint (mais ça coûte à produire & augmente le prix public)… ma conclusion fut le web (car je sais bricoler des sites & l’éditeur pouvait se dire « chouette, c’est du plus qui ne me coûte rien »), avec une partie « réservée au lecteurs » proposant des articles additionnels, pour aller plus loin – c’est simplement le principe des bonus DVD. Parmi ces bonus, des interviews supplémentaires, l’original en anglais de l’interview de Scott Brennan avec des photos additionnelles, les coulisses du livres (l’aventure du projet, des photos du making of), quelques articles & outils (liens, listing d’équipementiers, exemple de budget, etc.).
Et à ma connaissance, je ne connais pas d’autres auteurs qui proposent cela (si vous en connaissez, je veux bien avoir l’info).
Pour l’anecdote, une autre idée que l’éditeur n’a pas souhaitée étudier pour des raisons de surcoûts importants : une couverture renforcée en acier pour que PROTEGOR en soi soit un accessoire de défense.

PROTEGOR, le site

Merci à vous 2 pour cette petite interview, merci aussi pour nous présenter un ouvrage avec une vision globale de la « survie urbaine », et qui prend en considération aussi bien l’avant que l’après.
Et bravo pour avoir relevé le défi de faire un livre et de le sortir !
Bonne chance et bonne continuation pour la suite.

par Krom pour Kwoon Info : http://kwoon.info/forum/viewtopic.php?t=19783

 Leave a Reply

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

(requis)

(requis)

Solve : *
28 ⁄ 14 =


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.