Août 272009
 


Usagi Yojimbo (兎用心棒, Usagi Yôjinbô, littéralement. “le lapin garde du corps”) est une série de manga crée par Stan Sakai en 1984.

1. Stan Sakai

1.1 Biographie

Stan Sakai (坂井 スタン, Sakai Sutan), est né le 25 mai 1953, il fait partie de la troisième génération d’américain-japonais, Créateur de bade dessiné ayant gagné le prix Eisner Award.

Né à Kyoto, au Japon, Sakai a grandit à Hawaii où il y a passé 22 ans et a étudié aux beaux arts de l’université d’Hawaii. Plus tard il intégra le Art Center College of Design à Pasadena en Californie. Lui et sa femme Sharon, vivent à présent et travaillent à Pasadena.

Il a commencé sa carrière en faisant le lettrage de bandes dessinées (de façon notable “Groo the wanderer” de Sergio Aragonés et Mark Evanier) et devient célèbre avec la création de Usagi Yojimbo, la saga épique de Miyamoto Usagi, un lapin samurai  vivant entre le seizième et le dix-septième siècle au Japon.  Publié une première fois en 1984, la bande dessinée continue actuellement, avec Stan Sakai comme unique auteur et presque seul artiste (Tom Luth sert de principal coloriste de la série et Sergio Aragonés a fait quelques contributions pour certaines histoires, de même qu’il a contribué à l’ancrage de l’histoire en noir et blanc “retour à la plaine Adachi” qui figure dans le volume 11. Stan Sakai a aussi créé une spinoff futuriste de Usagi Yojimbo appelée Space Usagi qui raconte l’histoire d’un descendant de Usagi Yojimbo dans le futur.

Le film préféré de Stan Sakai est Satomi Hakkenden (1959).

De 1993 jusqu’à 2005, Stan Sakai a reçy vingt et une nomination pour le Eisner Award. Il a aussi été nominé comme Ecrivain Favori parl e Guide Award du Comic Buyer en 1999 et en 2000.

1.2 Autres Travaux

Avant Usagi Yojimbo, Sakai a écrit et illustré une série de bandes dessinées intitulée “The Adventures of Nilson Groundthumper and Hermy”. C’est la première apparition de personnages anthropomorphiques. Les personnages sont apparu pour la première fois dans Albedo numéro 1 en 1984.

Sakai a écrit aussi l’histoire “I’m not in Springfield Anymore!” pour “Bart Simpson’s Treehouse of Horror” numéro 7 et illustré le dos de la couverture de “Treehouse of Horror” numéro 6.

Sakai est l’artiste pour la couverture du livre de poche “Stupid, Stupid Rat Tails”.

2. Concept

L’histoire se place au début de l’ère Edo au Japon (fin 16ème siècle début 17ème), avec des animaux anthropomorphiques remplaçant les humain. Il présente un lapin ronin, Miyamoto Usagi, qui est en partie basé sur le célèbre samurai Miyamoto Musashi (en fait le nom Miyamoto Usagi est un jeu de mot, usagi = lapin, le personnage de miyamoto musashi est représenté justement pas un lapin). Usagi erre sur les terres japonaise dans un musha shugyo (pélérinage du guerrier) vendant ses services occasionnellement comme garde du corps. Usagi Yojimbo est très influencé par le cinéma japonais et a beaucoup de référence au travail de Akira Kurosawa (le titre de la série est dérivé du film de Akira Kurosawa de  1960: Yojimbo) mais aussi des référence sur les icônes populaires du cinéma japonais comme Kozure Okami (Lone Wolf and Cub), Zatoichi et Gojira. La série est aussi influencé à un certain niveau par “Groo the wanderer” de Sergio Aragonés (Sakai est le lettreur de la série), mais le ton général de Usagi Yojimbo est typiquement moins humoristique.


Les livres consistent en de petites histoires, et occasionnellement des histoires plus longues, parfois avec un sujet sous-jacent plus vaste qui culmine au terme de plusieurs histoires. Les histoires incluent de nombreuses références à l’histoire japonaise, au folklore japonais, à la mythologique japonaise, aux religions shintoistes et aux superstitions, à l’ésotérie japonaise ainsi qu’aux contes et légendes japonais, ce qui fait que parfois, elles incluent des créatures et objets mythiques surnaturelles. L’architecture, les habits, les armes et les autres objet sont représenté avec une grande fidélité du style de l’époque. Il y a souvent des histoires dont le but est simplement d’illustrer les arts et les métiers japonais, comme la fabrication de cerf-volant, la confection d’épées et la poterie. Ces efforts ont été suffisament couronné de succès car la série a reçu le prix “Parent’s Choice Award” en 1990 pour sa valeur éducative à travers “le tissage des faits et légendes habile dans le travail” de Stan Sakai. La série suit aussi la convention japonaise standard traditionnelle de nommage pour tous les caractères représentés: le nom de famille est suivi par le prénom. Usagi a été nommé le “le trente et unième plus grand personnage de bande dessinée” par Empire Magazine.

3. Histoire

A l’origine, Usagi et les autres personnages de la série devaient être humain dans l’histoire et explicitement modelés d’après la vie de Miyamoto Musashi. Toutefois, un jour, lorsque Sakai gribouillait mollement dans sa recherche d’un héro, il dessina un lapin avec les oreilles attachées par un liens pour attacher les cheveux et fut inspiré par l’image que cela lui donnait. Usagi fut d’abord conçu comme personnage secondaire de “The Adventures of Nilson Groundthumper and Hermy”, une brève série antèrieur à Usagi Yojimbo. Sakai étendit rapidement l’idée et le monde de son histoire prit une nature cartoonesque anthropomorphique qui permit de créer des bases fantaisistes qui collait parfaitement avec ses besoins dramatiques tout en ayant un visuel qu’il pensait attractif pour les lecteurs.


Usagi est apparu pour la première fois dans le recueil Albedo Anthropomorphics, et plus tard dans le Fantagraphics Books: receuil des créatures anthropomorphiques, avant d’apparaitre dans sa propre série. La série Usagi Yojimbo a été publiée par trois différents éditeurs. Le premier était Fantagraphics (volume un; 38 numéros réguliers, plus un numéro spécial été et trois numéros spéciaux en couleurs). Le second fut Mirage Comics (Volume deux; 16 numéros). Le troisième est Dark Horse Comics, dans lequel Usagi Yojimbo est toujours publié (volume trois; plus de 100 numéros), et qui a aussi sorti un quatrième volume Spécial en Couleurs. Un quatrième éditeur, Radio Comix, a aussi publié deux numéro de “l’Art de Usagi Yojimbo” qui contient un sélection de dessin non publiés, de sketch lors de conventions, et d’autres choses diverses de l’artwork Usagi Yojimbo. Le premier volume contenait aussi une petite histoire originale de Usagi Yojimbo. Pour rendre les choses encore plus confuses, en 2004 Dark Horse Comics a aussi publié un volume à couverture cartonnée pour le vingtième anniversaire de Usagi Yojimbo aussi intitulé “L’Art de Usagi Yojimbo”.

Parce que Usagi Yojimbo est une bande dessinée appartenant entièrement à Stan Sakai dont il est le seul propriétaire  et artiste complet, le personnage de Usagi Yojimbo peut apparaitre occasionnellement dans des petites histoires publiées par d’autres éditions que celles qui publient sa série. Usagi est apparu dans des histories publiées par Cartoon Books, Oni Press, Sky Dog Press, Wizard Press, et plus récemment dans un livre de charité “Drawing the Line”, dont les bénéfices des ventes vont au Princess Margaret Hospital et à l’Hopital pour enfant Malade, tous deux à Toronto, pour la recherche contre le cancer.


Stan Sakai a aussi pu expérimenter des formats divers avec Usagi Yojimbo, comme lorsqu’il a publié l’histoire colorisée “Green Persimmon” à l’origine douze chapitres séparés de deux pages adapté pour le catalogue mensuel “Previews” de Diamond Comic Distributor. Il a aussi adapté deux courtes histoires dans un format de bandeau dessiné de la taille d’un tabloïde pour la publication promotionnelle Dark Horse Extra. Avec Usagi Yojimbo s’échelonnant en taille de la simple page histoire “gag” sur une page  à une aventure épique sur plusieurs volumes, Stan Sakai a prouvé qu’il était un maitre conteur d’histoire séquentielles.

Usagi a aussi fait son apparition plusieurs fois dans Les Tortues Ninja (Teenage Mutant Ninja Turtles) à la fois dans le comic, la série animée et la ligne de jouets), et les Tortues Ninja ont aussi fait leur apparition dans un épisode de Usagi Yojimbo. Dans ses apparitions en tant qu’invité, il se rapproche plus de Léonardo, avec qui il partage les même idéaux et la même éthique

En plus, Sakai a créé une série spin-off limitée appelée Space Usagi, qui présente des personnages similaires à la série d’origine, incluant un descendant de Miyamoto Usagi, mais installé dans un monde futuriste, qui émule quelque part le Japon féodal dans le style et la politique. Trois mini séries de trois numéros chacun comportant deux courtes histoires présentant les personnages ont été produites. Sakai a prévu de produire une quatrième mini séries,  mais rien n’a encore été annoncé. Il y a eu aussi le projet abandonné d’adapter la série Space Usagi en dessins animés, avant l’échec de “Bucky O’Hare and the Toad Wars” qui a découragé tout développement supplémentaires. Space Usagi a été une des figures d’action produit sous la lignée des jouets des “Tortues Ninja”.

Deux éditions d’un jeu de rôle Usagi on été faites, une version 1998 de Gold Rush Games, et une version 2005 de Sanguine Productions

Il y a aussi un jeu d’ordinateur appelé “Samurai Warrior: The Battles of Usagi Yojimbo” qui a vu le jour sur les plateformes Commodore 64, ZX Spectrum et Amstrad CPC en 1988, par le label de jeu d’ordinateur maintenant défunt: Firebird.


accueil du jeu


le jeu sur amstrad cpc 6128

4. Prix

L’intrigue “The Grasscutter” courant du volume 13 au volume 22 dans la série publiée par Dark Horse a eu le plus grand nombre de vote pour le Guida Fan Award de Comics Buyer pour l’histoire favorite en 1999. La collection de livre de poche de cette histoire a eut le maximum de votes du Guide Fan Award de Comics Buyer pour le Favorite Reprint Graphic Album en 2000.

Usagi Yojimbo a aussi gagné plusieurs prix Ursa Major Awards, le plus haut prix du furry fandom. Avec l’exception des années suivantes et comprenant 2006, il a gagné le prix chaque année depuis l’année de fondation de ce prix. Ce qui fait d’Usagi Yojimbo la publication qui a le plus de succès pour ces prix. Il a gagné le prix “Best Anthropomorphic Comic Book or Strip” en 2001 et 2002. EN 2003, 2004, et 2005  il a gagné le prix du “”Best Anthropomorphic Comic Book”. Le “livre des Arts de Usagi Yojimbo” a aussi gagné le prix du meilleur autre travail littéraire anthropomorphique “Best Anthropomorphic Other Literary Work” en 2004.

* 1990 Parents’ Choice Award
* 1991 Inkpot Award
* 1996 Eisner Award (Groo et Usagi Yojimbo)
* 1996 Eisner Award (Usagi Yojimbo)
* 1999 Eisner Award (Usagi Yojimbo “Grasscutter”)
* 1999 Haxtur Award Prix espagnol (Usagi Yojimbo “Noodles”, Version Espagnole)
* 2000 Haxtur Award (Usagi Yojimbo’s “Grasscutter”], version espagnole)
* 2001 Ursa Major Award pour “meilleure bande dessinée Anthropomorphique”
* 2002 National Cartoonists Society Comic Book Division Award (Usagi yojimbo)
* 2002 Ursa Major Award pour “meilleure bande dessinée Anthropomorphique”
* 2003 Ursa Major Award pour “meilleure bande dessinée Anthropomorphique”
* 2003 La Plumilla de Plata (Silver Inkpen Award) pour son travail et son apport au monde des bandes dessinées
* 2007 Harvey Award

5. Référence de films

De nombreux personnages de l’univers de Usagi Yojimbo sont inspiré par des films de samurai. L’ancien seigneur de Usagi est nommé Mifune, qui est un clin d’oeil à l’acteur Toshiro Mifune, un acteur qui est célèbre et reconnu pour ses superbes prestations dans les films de samurai classiques. Gen, le rhinocéros chasseur de prime, est inspiré par le personnage rendu célèbre par Toshiro Mifune dans le film de Akira Kurosawa “Yojimbo” et  “Sanjuro”. Zato-ino, le cochon aveugle, est une référence et un hommage au personnage de Zatoichi. L’histoire “Lone goat and Kid” qui présente un assassin qui erre avec son fils dans un landeau, se rapporte au film et au manga Kozure Okami (Lone Wolf and Cub). Et plus significatif, le nom du personnage principal, Miyamoto Usagi, est un jeu de mot sur “Miyamoto Musashi” le plus célèbre samurai historique japonais et l’auteur du livre “le traité des cinq roues” et “Usagi” le mot japonais pour “lapin”. Quelques volumes s’inspirent aussi de la trilogy “samurai” de Hiroshi Inagaki, qui présente aussi la vie de Miyamoto Musashi dans 3 films (encore avec pour acteur Toshiro Mifune). L’histoire “The dragon bellow Conspiracy” inclu des réminiscences de films classiques d’Akira Kurosawa: Les sept samurai et la Forteresse cachée, particulièrement dans la façon dont Usagi rassemble des alliés pour attaquer la forteresse du seigneur ennemi.


Alors qu’Usagi Yojimbo est influencé principalement par les samurai et les films chanbara, il a aussi été influencé par les autres films des autres genres japonais. Par exemple l’histoire en trois partie “Sumi-E” (inclut dans le volumen 18: Travel with Jotaro) présente des monstres ressemblant à Gojira (identifié comme “Zylla” qui a été introduit dans le volume 2 : Samurai), Gamera, Ghidorah, Mothra et Daimajin.

6. Collection

En France, le manga est édité par “Paquet Eds”

* Volume 1: The Ronin (paru en France: mai 2005)
* Volume 2: Samurai (paru en France: mai 2005)
* Volume 3: Wanderer’s Road (paru en France: mai 2005)
* Volume 4: Dragon Bellow Conspiracy (paru en France: mai 2005)
* Volume 5: Lone Goat and Kid (paru en France: mai 2005)
* Volume 6: Circles (paru en France: septembre 2005)
* Volume 7: Gen’s Story (paru en France: janvier 2006)
* Volume 8: Shades of Death (paru en France: août 2006)
* Volume 9: Daisho (paru en France: octobre 2006)
* Volume 10: The Brink of Life and Death (paru en France: janvier 2007)
* Volume 11: Seasons (paru en France: mars 2007)
* Volume 12: Grasscutter (paru en France: juin 2007)
* Volume 13: Grey Shadows (paru en France: septembre 2007)
* Volume 14: Demon Mask (paru en France: février 2008)
* Volume 15: Grasscutter II: Journey To Atsuta Shrine (paru en France: janvier 2009)
* Volume 16: The Shrouded Moon (paru en France: mars 2009)
* Volume 17: Duel at Kitanoji (paru en France: mai 2009)
* Volume 18: Travels with Jotaro (paru en France: août 2009)
* Volume 19: Fathers and Sons (non paru en France)
* Volume 20: Glimpses of Death (non paru en France)
* Volume 21: The Mother of Mountains (non paru en France)
* Volume 22: Tomoe’s Story (non paru en France)
* Volume 23: Bridge of Tears (non paru en France)

7. Mon Avis

Cette série de manga est une des meilleures qui m’ait été donné de lire sur les samurai. Bien sûr les personnages sont des animaux, mais il n’en reste pas que les détails, tant au niveau des vêtements, des métiers, des outils, etc… sont superbes. On retrouve ce niveau de réalisme dans des séries comme Kozure Okami (Lone Wolf and Cub) par exemple… et voir ça sur un manga dans lequel les protagonistes sont des animaux, c’est assez incroyables. Mais non seulement les dessins à ce niveau sont très fins, très détaillés et très recherchés, mais en plus l’histoire, est passionnante associant plusieurs trames… l’histoire du personnage, l’histoire d’une intrigue longue et la courte histoire en court. Les personnages sont vraiment attirants, les relations entre eux mélangent tout ce qu’on peut retrouver dans des films chanbara: romance, aventure, drame, vengeance, noblesse, héroïsme, etc… On fnit vraiment par s’attacher aux personnages, et c’est d’autant plus jouissif que si l’ont connait les films, les personnages desquels sont issus les histoires et les protagonistes du manga.

Non seulement, les ouvrages racontent une belle histoire, mais ils sont aussi un apport culturel incroyable. On y explique comment se forge un katana, les principes politiques du Japon médiéval, les cultures et le folklore. Cette collection de bandes dessinées est un véritable trésor culturel. Usagi Yojimbo est un paradoxe : créée par un japonais, sur des thèmes japonais, cette série est réalisée dans un style graphique qui n’a rien à voir avec le manga. C’est du comics, mais version « underground », loin des canons stylistiques du genre. Stan Sakai a développé sa patte propre, tout en traits simples mais très expressifs. Marre de lire des man­gas sans ori­gi­na­li­té aux per­son­nages et au scé­na­rio sté­réo­ty­pés? Alors jetez vous sur Usagi Yojimbo! Usagi Yo­jim­bo est des­ti­né à un pu­blic fa­mi­lial et se lit très fa­ci­le­ment. Il y a plus de texte que dans un manga clas­sique et cela a l’avan­tage de bien ex­pli­quer l’his­toire. Tout est trai­té sur un ton hu­mo­ris­tique et très se­cond degré. Ce n’est pas une oeuvre co­mique mais di­ver­tis­sante et très culturel à certains moments.

une vidéo de usagi et les tortues ninja
part 1: http://youtu.be/fEXy45nXiZg
part 2: http://youtu.be/cdNtSgPweuE
part 3: http://youtu.be/b6ec0lYMW30

source: http://en.wikipedia.org/wiki/Usagi_Yojimbo

 Leave a Reply

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

(requis)

(requis)

Solve : *
23 − 9 =


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.