Août 142010
 


Titre: 薄桜記 – Haku ô ki

Autres Titres:
– Het verhaal van de bleke kersebloesem : Hollande
– Samurai Vendetta
– Samurai Vendetta: A Chronicle of Pale Cherry Blossoms : USA (Titre DVD)

Sorties:
Japon: 22 novembre 1959
Hollande: 6 janvier 1992 (Festival International du Film de Rotterdam)

Metteur en scène: Kazuo Mori

Scénaristes:
– Kôsuke Gomi
– Daisuke Itô

Acteurs:

– Raizô Ichikawa : Tange Tenzen
– Shintarô Katsu : Yasubei Nakayama    
– Chitose Maki : Chiharu
– Ryôsuke Kagawa
– Reiko Fujiwara
– Tokiko Mita
– Fujio Suga

Samurai Vendetta (薄桜記 ou ‘Hakuoki’) est un chanbara japonais de 1959 mis en scène par Kazuo Mori avec en vedette Raizo Ichikawa et Shintaro Katsu, à l’origine réalisé par  Daiei Motion Picture Company (appelée actuellement Kadokawa Pictures). Le film présente les débuts du Samurai Horibe Yasubei, qui était un des “Quarante-sept Ronin“. Le film est aussi appelé “chronique des pâles fleurs de cerisier”, une référence poétique aux Quarante-sept Ronin.

1. Sujet

Le film présente  Raizo Ichikawa dans le rôle de Tange Tanzen, et Shintaro Katsu dans le rôle de Yasubei Nakayama (plus tard il changera son nom en Yasubei Horibe), et commence avec un duel dans lequel Yasubei combat simultanément plusieurs samurai membres d’une écoles d’arme différente.Yasubei bat facilement ses adversaires, mais est renvoyé de son école par décision du soke qui ne désire pas créer d’inimité et d’antécédent entre les deux écoles de sabre, et donc décide de renvoyer son meilleur disciple. De façon similaire le soke de l’école opposé dont fait partie Tange Tanzen, le meilleur combattant de l’école, renvoie Tange Sazen pour appaiser les tensions entre les deux écoles. Après sont expulsion Tange croise le chemin de Chiharu qui se fait attaquer par des chiens sauvages (protégés par décrêt du shogun Tsunayoshi). Tange protège Chiharu (une membre du clan Uesugi… et non Uesagi comme on peut le voir écrit), toutefois, pour la protéger il tue un chien errant, et de ce fait se rend coupable d’un crime  punit par la mort à cause des décrêt du shogun et ses affinités pour les chiens (il est né l’année du chien à l’heure du chien). Yasubei qui passait aussi parvient à couvrir Tange, mais il le fait seulement pour se rapprocher de Chiharu. C’est à cause de son affection cachée pour Chiharu que Yasubei, rônin sur le point d’être engagé, se rapproche du clan Uesugi qui lui a fait une proposition de recrutement.

Yasubei agit en direction d’un recrutement par le clan Uesugi, bien qu’il ait de nombreuses propositions dans d’autres clans. Divers samurai sont envoyés pour éliminer Yasubei suite à sa prestation lors du duel qu’il a été amené à éliminer des gens important de l’école rivale. Tange, se sentant toujours en dette envers Yasubei, du fait qu’il ait été couvert par ce dernier dans l’affaire des chiens errants, combat les assassin de Yasubei, d’autant plus que venant de son école il se sent coupable de la situation et les blesse sérieusement, vu qu’il ne souhaite pas les tuer. Alors que Yasubei regarde Tange combattre il se rend à l’évidence que ce dernier est au même niveau que lui et fait arme égale avec lui. Pendant ce temps, la famille de Chiharu la presse afin qu’elle choisisse un prétendant, en la personne de Tange. Yasubei refuse l’offre du clan Uesugi au moment où il apprend la nouvelle des fiançaille de Chiharu lors de l’entretien avec le chamberlan du clan Uesugi qu’il avait rencontré pour justement lui faire part de son acceptation de rentrer dans le clan Uesugi. Mais se retrouver dans le clan de Chiharu, fiancée à Tange était trop dur et le coeur brisé il refuse et finalement accepte de rentrer dans le clan Asano.

Lors de la fête de Hinamatsuri, Chiharu est droguée avec l’aide d’une serviteuse qui s’est vendue à l’ennemi, alors que Tange est en mission à Kyoto. Elle sera kidnappée et violée. Tange est incapable d’empêcher que cela arrive, et il s’en voudra profondément, modifiant ainsi les relations du couple… Mais pour couronner le tout, une rumeur parcour le monde des samurai prétendant que Chiharu aurait eu une aventure avec Yasubei pendant l’absence de Tange. Chiharu se sentant souillée, Tange ne pouvant se pardonner à lui même, tout en ne pouvant se déroger à la règle des Samurai cherche une solution pour  préserver l’honneur de Chiharu dans cette histoire auprès de sa famille pour lui éviter d’être forcée de se suicider et pour se venger. Après une mise en scène subtile, après être parvenu à stopper les déshonneur de Chiharu, il divorce d’elle et démissionne de ses fonctions devenant un rônin avec pour seul but la vengeance. Lors d’une entrevue avec le père de Chiharu, et ne pouvant expliquer l’histoire, il rend furieux un des frères de Chiharu passé par hasard qui lui tranche le bras droit. Il se sauve, et s’en va dans un onsen de Hakone pour se soigner. Après avoir guéri ses blessures il devient artiste de rue dans le but de retrouver les hommes responsables de ses misères.

La vengeance de Tange lui sourit enfin quand 3 des hommes ayant participé au viol lui tendent une embuscade. Il parvient à en tuer deux mais finalement il se fait tirer dessus au pistolet par un des hommes embusqué. Sauvé par Chiharu, mais blessé à la jambe il se fait attaquer par l’ensemble des ennemis, le défiant dans un duel “équitable”, lui blessé par une balle, affaiblit avec un bras coupé contre plusieurs personnes… Tange est capable de se défendre contre une scène superbe du film de “un contre tous”. A cause de ses blessures il ne pourra pas être là pour défendre son maître contre l’attaques des Quarante-sept Ronin, incluant Yasubei. Le film termine avec leur marche finale à l’assault du manoir des Uesugi.

2. Fêtes du film

Hakuôki a fait partie de nombreux festivals du film célébrant le genre Chanbara, mais aussi la carrière de Raizo Ichikawa et Shintaro Katsu dans la dernière décade.

Habuôki a été présent au festival du film de l’hiver 2009/2010 à la Japan Society de New York célébrant le Chanbara.

3. Autour du Film

* Samurai Vendetta a été rejoué peu de temps après la mort de  Raizo Ichikawa, avec en vedette Hiroki Matsukata dans le rôle porté précédemment par Ichikawa. Le remake est appelé  Hiken Yaburi.
* Le personnage de Tange Tanzen semble être une référence au personnage de fiction très célèbre de la littérature et de la cinématographie japonaise de Tange Sazen, à cause du fait que Tange a perdu son bras droit et à cause de son prénom.

source: http://en.wikipedia.org/wiki/Samurai_Vendetta

4. Mon Avis

On est en plein dans la période d’un des premiers Mito Kômon lorsque le shogun Tsunayoshi édicte une loi pour protéger les chiens, tous les chiens même les chiens errants qu’on ne peut plus appeler chien errant mais o-inu-sama.

Un film superbe, avec le grandiose Shintaro Katsu. Les combats sont très réalistes et montrent, qu’un maître au kenjutsu peut choisir de blesser sans tuer… On voit ici la quintessence de la culture japonaise dans les arts (chadô) et les pratiques martiales durant la pax Tokugawa. Pour qui a pu lire le livre de Robert Calvet “Une histoire de samurai”, comprendra mieux les rôles des protagonistes.Le film montre de nombreuses coutumes et fêtes japonaises et la façon dont elles étaient fêtées à cette époque (Hinamatsuri) et ça semble si réel, si proche… On peut voir aussi que les différentes traditions n’ont pas évoluées depuis lors.Ce qui est intéressant au début c’est une vision du fonctionnement d’un dojo et les relations entre les élèves et les intéractions entre le fonctionnement du dojo et les devoirs de la profession.

Les acteur sont tellement bon qu’on s’y croirait vraiment…Shintaro Katsu est divin (comme la plupart des rôles dans lesquels je l’ai vu jouer) et joue à la perfection (on n’en douterait pas après l’avoir vu incarner Zatoichi). Lors de ses scènes de combat il fait complètement illusion, car à la base fils d’acteur Kabuki, Shintaro Katsu 太郎勝 新 (de son vrai nom Toshio Okumura, 利夫 奥村) n’était pas un pratiquant d’arts martiaux mais un acteur à part entière. On le dit très bon joueur de shamisen, mais aussi un grand chanteur de pop et de enka. Mais aux vues des chorégraphies de ses films, il fait complètement illusion comme pratiquant de kenjutsu de très bon niveau.

On voit dans le film les rapport entre les membres de la caste des samurai et l’honneur, mais aussi les devoirs (Gi, Gimu, Giri, …). Et le film d’un point de vue martiale montre les conséquences du choix de laisser vivre des ennemis en les punissant avec quelques mutilations plutôt que des les éliminer. Tange a choisi de laisser vivre ses anciens frères d’arme plutôt que de les tuer lors d’un duel, il en payera chèrement le prix (lui et sa famille en payeront le prix). Preuve que d’un point de vue martial, il est peut-être très mauvais de laisser en vie un ennemi qu’on a combattu.

Un must en matière de Chanbara et un film vraiment superbe à tous points de vue.

 Leave a Reply

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

(requis)

(requis)

Solve : *
20 − 18 =


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.