Mar 142014
 

Titre original : ももへの手紙
Titre romaji: Momo e no Tegami
Titre français : Lettre à Momo
Réalisateur : Hiroyuki Okiura
Scénario : Hiroyuki Okiura
Storyboard : Hiroyuki Okiura
Directeur d’animation : Masashi Ando
Animateurs clés : Hiroyuki Aoyama, Takeshi Honda, Ei Inoue, Toshiyuki Inoue, Tetsuya Nishio
Sociétés de production : Production IG, Kadokawa Shoten Publishing Co.
Pays : Drapeau du Japon Japon
Langue : Japonais
Format : couleur
Dates de sortie :
Japon : 21 avril 2012
France : 5 juin 2012 (Festival d’Annecy), 25 septembre 2013 (sortie en salles)

Site officiel : http://momo-letter.jp/

Sujet

Momo Miyaura est une fille de 11 ans timide et imaginative qui souffre en raison de la mort récente de son père et les changements importants qui en résultent dans sa vie. De la grande ville de Tokyo, la famille de Momo se déplace à la maison d’enfance de sa mère, une île lointaine nommée Shio. Momo ne s’adapte pas bien à son nouvel environnement. Son père lui a laissé une lettre inachevée ne contenant que deux mots : “ももへ” (“pour Momo”). Alors qu’elle essaie de donner un sens à ces deux mots et deviner ce que son père essayait de lui dire, quelques incidents étranges se produisent sur ​​l’île, qui est par ailleurs tranquille. Les vergers de personnes sont saccagés par une personne inconnue, et certains de leurs biens précieux commencent à manquer. Momo commence aussi à entendre des bruits étranges provenant du grenier de sa maison.

La mère de Momo refuse de croire Momo sur les sons étranges de grenier, de sorte Momo se lance dans une aventure à découvrir la source de ces perturbations. Au cours de ses enquêtes, Momo rencontre Kawa, Mame et chef le Iwa, un groupe de yôkai, qui ont chacune une personnalité différente. En outre, Momo découvre que la mystérieuse lettre de deux mots de son père est reliée à toutes les occurrences étranges, et à son arrivée à Shio.

Doublage

Karen Miyama : Momo Miyaura.
Yuka : Ikuko Miyaura, mère de Momo.
Toshiyuki Nishida : Iwa
Kōichi Yamadera : Kawa
Chō : Mame
Daizaburo Arakawa : Kazuo Miyaura, père de Momo
Yoshisada Sakaguchi : Grand père de Momo
Ikuko Tani : Grand Mère de Momo
Takeo Ogawa : Koichi
Kota Fuji : Yota
Katsuki Hashimoto : Umi

Développement

Le distributeur Kadokawa Pictures a annoncé ce film dans ses réalisations de films de 2011 et 2012 le 15 Février 2011. Plus de détails sur le film ont été annoncés le 11 Juillet 2011. Il a été annoncé que le réalisateur Hiroyuki Okiura serait en charge de ce film. Son travail précédent comme directeur comprend le films de 2000 comme “Jin – Roh, la brigade des loups”. Le film “Une lettre à Momo” est le premier film de Hiroyuki en 11 ans après Jin -Roh. Il avait passé sept années à créer le script, diriger le film et la création de la maquette de ce film.

Casting

Les principaux membres de la distribution vocale de “Une lettre à Momo” a d’abord été annoncé le 17 Novembre 2011. Il a été annoncé que l’actrice Karen Miyama serait la voix de Momo, personnage principal, tandis que la chanteuse Yuka serait la mère de Momo. En plus, l’acteur Toshiyuki Nishida fera la voix d’un personnage dans le film.

Thème

Dans une annonce faite le 11 Juillet 2011, il a été révélé que la chanson thème du film “Une Lettre à Momo” est la chanson Uruwashimahoroba ~ Utsukushiki Basho ~ (ウル ワシ マホロバ~美しき 場所~ ) par la chanteuse japonaise Yuko Hara. Cette chanson est un morceau acoustique, il crée une image du riche paysage naturel de la mer intérieure de Seto. Le «美しき 場所” dans le titre de la chanson est l’ancienne façon de décrire “un bel endroit pour vivre”. Hara a écrit les paroles de la chanson et a composé la musique, avec Junichi Soga en tant qu’éditeur de la chanson.

Yuko Hara, qui est le claviériste du groupe japonais Southern All Stars, aurait passé 5 ans à travailler sur ce morceau de musique. Elle a dit que “j’ai adoré l’animation depui un très jeune âge, alors être en mesure de contribuer au thème de ce film me rend heureuse et honorée”.

Manga

Une lettre à Momo a été adapté en manga de film et est publié sous forme d’épisodes dans le mensuel Asuka, publié par Kadokawa Shoten. Ce manga est écrit par Akiko Kitami, et le premier chapitre du manga a été publié dans le numéro de Novembre 2011  de la revue. Les œuvres précédentes de Kitami ont également déjà été publié en feuilleton dans le mensuel Asuka.

Mon Avis

Le film commence avec de très belles images et une très belle musique. On est instantanément transporté au Japon. Les dessins et les images sont superbes. Le film reprend le thème des Yôkai et de leurs interactions avec les humains. Le film nous emmène dans une île de la mer intérieur Seto (瀬戸内海 Seto Naikai) entre Honshu et Shikoku sur l’île de “shiojima” (汐島, une île inventée pour le film). Et c’est superbe!!!

Il semblerait que ce soit le village de Mitarai sur l’île de Ôsaki Shimo Jima (en face de Hiroshima) qui ait été prise pour exemple: http://goo.gl/maps/jFSCV

La description de l’île correspond bien à ce que l’on trouve dans le film: http://momo-tabi.jp/course_ocho_mitarai.htm

Réalisateur du génial Jin-Roh en 1999, Hiroyuki Okiura s’était fait plutôt discret depuis.C’est un animateur professionnel de métier, ce qui ne le destine pas tellement à briller sous les projecteurs… Dans les années 2000, le Japonais a notamment travaillé sur Blood: the Last Vampire, Metropolis, le deuxième Ghost in the Shell et Paprika. Pour ce qui est de Momo, le projet a mis sept ans à éclore, dont deux pour l’écriture du scénario par Okiura lui-même. Il s’agit d’ailleurs de son premier scénario, puisque le très sombre Jin-Roh avait été écrit par Mamoru Oshii.

 Si le scénario est sans grosse surprise, l’histoire est malgré tout enserrées dans un bel écrin graphique (très jolis décors 2D, plans 3D intégrés avec finesse) et musical (chouettes mélodies de Mina Kubota, rappelant parfois Joe Hisaishi).

Le secret d’Okiura est le suivant : il sait insuffler la vie à ses personnages. Peu importe qu’ils soient dessinés avec une relative simplicité, il suffit de rendre chacun de leurs mouvements crédibles et de les animer avec soin, sans négliger tous ces petits rituels ou mimiques du quotidien.

Entre Chihiro et Pompoko, un très chouette film. A regarder évidemment en VO sous-titrée pour ne pas être écoeuré par les moches voies françaises qui ne collent pas pour un sous à l’ambiance et le folklore du film (je suis toujours surpris de voir à quel point le doublage français gâche tout, ici on quitte le Japon pour se retrouve dans une ville de la banlieue de Marseille à un point qu’on s’attend à voir des anciens partager un pastis en jouant à la pétanque).

trailer: http://youtu.be/nduPEihBMz4

 Leave a Reply

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

(requis)

(requis)

Solve : *
28 × 22 =


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.