Juin 262014
 

Allez, aujourd’hui c’est sur le coup de la lassitude, du dégoût, de l’écoeurement, d’une profonde déprime et d’un raz-le-bol le plus complet que je m’exprime.  Entre la grève des transports ferroviaires ajouté à la grève des transports aériens (je me fiche de savoir quel syndicat fait grève, quel corps de métier, pour quelle raison), la grève d’autres professions (toutes aussi injustifiées), se rajoutent des problèmes mécaniques et électriques sur des équipements pratiquement neufs (d’ailleurs on nous a pourri des mois de juillet et août durant deux ans pour les installer), tout ceci influant à la fois sur ma vie professionnelle et personnelle, ça devient vraiment lassant. Dans ce contexte de crise, où l’on atteint des sommets en terme d’impôts, de baisses du niveau de vie, d’activité économique, de chômage (2,779 millions au premier trimestre 2014), on n’a pas le droit de faire grève. Ces grèves sont une insulte pour ceux qui n’ont pas de travail et se battent chaque jour pour survivre. Et si ces grèves ne m’impactent plus personnellement depuis que je boycotte ces transports irrespectueux et inhumains (Plutôt crever sur le bitume au guidon de ma moto que perdre ma dignité dans ces hangars à bestiaux que la SNCF/RATP appelle… RER ou Transilien), elles m’impactent professionnellement et financièrement, mais également, elles impactent mes proches, à un niveau qu’il est difficile de quantifier, d’expliquer. Et qu’un gréviste de la SNCF/RATP essaye de m’expliquer qu’il fait grève pour mon bien, et il pourra immédiatement transcender son avis de grève en arrêt maladie. Parce que si les trajets hors de domicile avaient été au minimum supportables, cela aurait un poids énorme en moins et ça n’aurait pas conduit à cette situation pourrit qui est dorénavant irréversible. Merci la SNCF, merci la RATP, merci pour vos grèves, votre part de responsabilité de cette situation est complètement acquise! Je ne vous haïrai jamais suffisamment.

Se rajoute à ça toutes les incivilités du quotidien… ces incivilités du quotidien qui ne sont JAMAIS punies. Encore aujourd’hui, les fumeurs de Pétards-Shit-Ganja (« PSG fais les planer ») se sont réunis dans un lieu non fumeur pour me faire partager les mauvaises effluves de leur daube. Et vu l’odeur de vieux pneus, ils ont bien raccourci leur longévité avec celle là. Alors que 500 mètres plus loin les agents de sécurité, riaient en partageant blagues sexistes, et autre passe-temps, les résidus de sous-merde, se foutaient éperdument des gens qu’ils indisposaient et des forces de l’ordre. Sans oublier également les racailles, ces immondices putréfiées, qui agressent, tabassent, parfois pour le seul plaisir de voir une personne souffrir sous leurs coups et valent moins qu’un insectes (car les insectes ont leur utilité dans l’ordre naturel des choses, pas ces moins-que-rien). Sans oublier les pousseurs-resquilleurs qui n’hésitent pas à écraser une femme enceinte, une vieille dame. Mais jamais, il n’y a punition. On tolère ces comportements qui ne sont pas tolérables dans une société qui se veut civilisée. D’autant plus qu’on nous massacre d’impôts afin de pouvoir payer le RSA de ces crevures.

Depuis que j’ai commencé à côtoyer la communauté japonaise en 2001, que j’ai même été amené à vivre avec une personne de nationalité japonaise, j’ai découvert une face cachée, qu’on ne rencontre qu’en vivant avec un étranger et encore plus avec une personne asiatique (je vous expliquerais pourquoi, c’est particulier). Je peux vous dire, que ces choses que l’on découvre, on ne les voit pas quand on reste en environnement francophone. Et c’est choquant. En 26 ans, je ne l’avais jamais vu, jamais vécu, n’en avait jamais entendu parler. Et si j’avais su, jamais je ne l’aurais fait venir en France, jamais!!! Ce fut la pire erreur de ma vie, croire qu’on peut vivre heureux en France avec quelqu’un d’étranger. Et je pense que je payerai cette regrettable erreur jusqu’à la fin de ma vie. A tous les couples franco-étrangers…  fuyez la France! Si j’avais su, je me serais expatrié. Si seulement j’avais pu savoir…

Parmi la joie d’être japonaise en Rance, je peux citer par exemple et entre autre, se faire appeler « sale chinetok » en passant devant des camps de gitans. Ne pas se faire saluer dans les magasins, alors que toutes les autres clientes caucasiennes se font saluer. Se faire engueuler à cause de Pearl Harbour quand l’interlocuteur apprend la nationalité japonaise. Ou encore lorsqu’on te reproche Nankin, et qu’on te dit « TU n’es même pas désolée pour Nankin, d’ailleurs tu ne t’es même pas excusée » (c’est comme si on me reprochait la guerre d’Algérie et les exactions de l’armée française… ben non j’étais pas né, j’en ai rien à battre, je suis pas désolé et je m’excuserai pas non plus). Et quand le japonais n’est pas pris pour un chinois et insulté parce que: il mange des chiens, la crise du pétrole c’est de sa faute, il aide la Corée du Nord, il fait copie tout, fait des produits de mauvaise qualité, il brime le Tibet et tue les gentils moines bouddhistes tibétains (et tout ça, tout seul évidemment et de son propre chef, c’est bien connu), et tout autre cliché raciste… Donc quand il n’est pas pris pour un chinois, alors il est également insulté à cause du Tsunami du 11 mars 2011 et ses conséquences, des baleines chassées, des dauphins qu’il mange, et tout autre débilité du genre. Il est suivi à la trace par les vigiles dans les magasins de parfums, de vêtements, comme un voleur en puissance sur le point de commettre un méfait. Quand on lui parle, on place les doigts à la commissure des yeux pour les brider. On prend un accent insultant, celui que Michel Leeb croyait être drôle lorsqu’il imitait les chinois en 1980. Lorsqu’on lui demande d’où il vient et qu’il explique vivre en France on lui répond: « Non mais sérieusement, tu vis où, vraiment ».

Ce qui m’amène à parler d’une forme de racisme dont personne ne parle. Outre le racisme ordinaire français envers tout étranger (voir même français venant d’une autre région), le racisme anti-français ou anti-blanc (« sale français je te nique ta xxxxxxx », « je nique la France », voir même « sale blanc » ou « vous les français vous êtes des moutons et on est vos bergers » entendu régulièrement et lu sur des tags plus souvent encore), il y a un racisme dont personne ne parle, c’est le racisme des minorités ethniques entre elles, mais plus précisément de certaines ethnies envers les populations asiatiques. Particulièrement des personnes typées maghrébines, africaines et d’Europe de l’Est de ce que j’ai pu personnellement voir ET expérimenter (j’ai entendu également qu’au sein du Maghreb ils n’étaient pas tendre les uns avec les autres, mais je n’en ai pas l’expérience). Et ça se traduit par des actes d’agressivité, se faire bousculer, pousser (« de toutes façons vous les japonais vous avez l’habitude vu comme vous êtes compressés dans vos métros »). Se faire cracher dessus. Tout à coup tu sens de l’eau qui te tombe sur la tête dans un escalator avec avoir entendu « ptuuuu » sonore, et les personnes derrières toi se marrent puis te regardent agressivement pour t’inciter à pas la ramener. Et lorsque les personnes qui se tiennent devant la porte du métro ne te laissent pas rentrer malgré des « pardons », « excusez-moi », « s’il vous plait, je peux passer » et que la sonnerie te force à t’imposer, tu te fais traiter de « niakoué », « de sale jaune », de « face de citron » et tu te fais promettre « une tournante dans la T-6 », etc. Et lorsque tu en parles à des collègues eux aussi d’origines ethniques différentes car tu espères que eux, subissant également le racisme des français comprendront et trouveront les mots de soutient, tu entends comme réponse « moi ça me choque pas, c’est normal, tu es chinoise ». Et ce racisme anti-chinois subit par TOUS les asiatiques, qu’ils soient cambodgiens, laotiens, vietnamiens, japonais, thaïlandais, chinois, sans distinction, par les types citées précédemment est quelque chose qui n’a jamais vraiment été mis à la lumière du jour et qui n’intéresse pas les médias plus enclins à propager désinformations, clichés et idées reçues (car ça rapporte plus de développer cette haine inter-ethnique, que de tenter de l’apaiser).

Un ami français, dont l’origine marocaine remonte à plusieurs générations m’avait expliqué que c’était normal ce sentiment car les souks qu’ils soient de Tunis, d’Alger ou de Rabat voient de plus en plus de produits chinois, moins chers, et de plus en plus de commerçants chinois qui ouvrent plus tôt et ferment plus tard. En gros, ces populations voient d’un mauvais oeil ces gens parce qu’ils… travaillent plus… WTF! O_o’

Sans oublier les problèmes habituels des personnes au physique asiatique en Rance: ne trouver personne à qui parler quand on a besoin d’aide car tous les employés n’ont pas envie de parler à une petite asiatique, les voir s’enfuir dans la réserve. Se faire engueuler parce que « pas d’anglais, ici on est en France alors on parle français » parce qu’on a dit un mot en anglais car on ne le connaissait pas en français et qu’on a tenté un mimétisme.

On peut rajouter également l’attaque de la langue qui pue. Répondre en français quand on parle en anglais. L’étron d’or de l’attaque de la langue qui pue, de mémoire, revient à un magasin de Strasbourg. Deux japonaises entrent dans le magasin, une grande marque française que je ne citerai pas (et si c’était la seule… mais pour cette marque, on a atteint la quintessence de la mauvaise foi), évidemment, on ne les salue pas. Elles se dirigent vers une vendeuse qui parlait en allemand à un couple d’acheteurs Outre-Rhin. Une fois la vendeuse libre une des  japonaises habitant Münich pose une question en Allemand, La vendeuse répond en anglais. La japonaise switch en anglais, et là la vendeuse se met à parler en français. Fort heureusement la deuxième japonaise parlait français, elle est donc venu au secours de son amie. La vendeuse… a finit par continuer la conversation en alsacien!!!!! Oui… en alsacien. C’est à vomir tellement cet étron d’or est mérité.

Que pensez au niveau des entreprises et du travail dans une entreprise en Rance, quand vous avez fait 3 entreprises différentes, et qu’à chaque fois les comportements étaient absolument les mêmes! Et toujours des mêmes types de personnes. Au bureau, tu manges tout seul, car personne n’a envie d’avoir un asiatique avec soi. Et ceux qui te trouvent sympa et voudraient manger avec toi, sont méchamment dissuadé par les autres. Ceux qui te parlent sont mis à l’écart par les autres. Et en plus on te donne le travail non fait à cause de pauses-café très fréquentes et bien longues, parce que « vous les japonais vous aimez travailler ». Sans oublier les comportements antipathiques mesquins typiquement français, sourire par devant, et entendre quand on a le dos tourné « quelle pute! ». Se retrouver à servir d’interprète à son patron en réunion avec des hommes d’affaires japonais, voir son patron français et son adjoint insulter le client en français, et dire « tu vois, c’est vraiment un con, je l’insulte, et il se contente de sourire en s’inclinant », alors que tu ne peux même pas traduire ça, compte tenu de ton code de conduite.  Ou voir le client demander « vous êtes marié à un français, c’est comment un homme français » et se faire couper la parole par son patron qui dit en anglais « don’t listen to her, her husband is not really a man… » (note pour moi-même: celle là mon vieux, pour avoir été à l’origine de 6 ans de conflits conjugaux, et pour avoir prétendu que je suis un « pussy », je vais régler l’affaire comme un real man, et je vais t’envoyer à l’hosto, t’inquiète pas, t’aura pas de frais de dentiste, je te garantis, qu’il n’aura plus aucune dent à soigner après le traitement que je te réserve).

Bref, que dire de cette vie d’asiatique, étranger… se faire insulter à son travail et le faire dans les pires conditions que même un français n’accepterait pas le 10ème avant de faire grève ou de lever tous les organismes possibles et inimaginables contre le harcèlement. Le tout sans se plaindre et en acceptant même les tâches les plus dégradantes et ingrates (parce que c’est culturel)? Être dépendant des transports en commun, mais galérer chaque jour à cause des grèves, des problèmes techniques, à un point tel que la SNCF a remboursé 30% d’une (seule) mensualité pour se faire pardonner pour les 5 ans de dégradation de leurs services (ce qui représente 30 euros).  Se faire cracher dessus, être pris pour une sous-merde et traité comme tel, malgré 2 ans d’apprentissage intensif du français (dans des écoles privées à 5000 euros l’année), 10 ans sur le territoire, être continuellement rabaissé, considéré comme un handicapé car on ne possède pas la langue de Molière comme un natif du sol alors qu’on parle 4 langues européennes et 2 langues asiatiques, et que ceux qui insultent ne parlent QUE le français et en plus pas bien, et que souvent, on corrige même la grammaire et la conjugaison de leur texte français. Et parfois même les gens utilisent de l’argot pour te parler ou parlent très très vite afin de faire en sorte que ‘tu comprennes bien que tu n’es qu’un handicapé linguistique qui n’arrivera jamais à s’intégrer. Si ça n’était que sporadique, exceptionnel… mais quand c’est tous les jours, toutes les semaines, tous les week-end. Que dire quand sortir de chez soi devient un calvaire, que l’on n’a plus de repère, pas d’amis à qui parler (que ceux qui tu appelaient tes amis, t’ont planté un bon gros couteau dans le dos, car une fois qu’ils n’avaient plus besoin de toi, n’ont plus donné aucune nouvelle), que la belle famille n’arrive pas à croire ce qui t’arrive (« quoi? Du racisme contre notre belle fille, dans notre beau pays…. Naaaaaaaan c’est pas possible), que sa famille est à 12000 km et qu’il n’y a plus personne à part le conjoint qui sert de punching-ball pour extérioriser sa frustration, sa tristesse, son écoeurement, sa déception? Et que ça fait 10 ans que ça dure?

Et s’il n’y avait que ça, il y a tellement d’anecdote toutes les plus écoeurantes les unes que les autres et certains impliquant même des proches, même la belle famille!!!!!

Au final on obtient l’impossibilité d’être heureux, voir pire, l’impossibilité de vivre. Je ne sais pas si je peux généraliser au plan national, sur la Rance entière, ou seulement l’île de Rance. Mais tous ces comportements, je les ai vécu au quotidien dans l’est de la France, dans le sud également, en Bretagne (Metz, Strasbourg, Montpellier, même combat). L’étron d’or revient évidemment à la région parisienne (avec des minuscules tellement c’est minable).

Par cet article je tiens à remercier les grévistes de la SNCF, de la RATP, d’Air France, des Aéroport de Paris, des taxis parisiens. Puisse le saint cactus mexicain enduit de concentré de piment rouge coréen vous déchirer le rectum. Je remercie tous les racistes qu’ils soient français, maghrébins, africains, d’europe de l’est, du moyen-orient, les racailles de tout sexe et toute nationalité, les sexistes, et les beaufs de base nourris à TF1 et M6, perfusés au foot et aux reality show. Puisse votre chiasse vous noyer. Merci à tous pour avoir fait vivre 10 ans d’un enfer que je ne pourrais difficilement raconter en détail, à ma compagne et par son intermédiaire, à moi-même. Merci à tous pour la merde que vous foutez en France, pour avoir rendu ce pays invivable, merci pour votre étroitesse d’esprit, votre culture digne de celle d’un gallinacé, de vos clichés et idées-reçues et de votre comportement moyenâgeux. Merci pour ce quotidien de galères journalières qui nous a conduit à un point de rupture et de non retour. Merci à TOUS les politiciens de droite, de gauche comme les extrémistes qui ont rendu cela possible. Bravo la Rance pour ton accueil des étrangers qui veulent s’intégrer, travailler, apprendre la langue et vivre en paix… Tu n’as rien fait pour eux… Pire tu les as considérés encore plus bas que terre, donnant plus d’importance au cancer qui se nourrit de ton système et que tu alimentes allègrement.

Et ce que tu m’as fait vivre par l’intermédiaire de ma compagne, ce que tu as fait vivre aux japonais que j’ai eu l’occasion de connaitre et de côtoyer ici (et même en vacances pour une semaine), je ne l’ai JAMAIS JAMAIS JAMAIS vécu ni en Allemagne, ni aux USA, ni au Japon!!!! JAMAIS!

 Tagged with:

  8 Responses to “Etron d’or”

Comments (8)
  1. Désolé de te contredire Jack mais ça n’est pas une spécificité française contre les asiatiques et les asiats eux-mêmes ne sont pas les derniers en termes de racisme. Les gens qui t’ignorent parce que tu es occidental, qui te braillent dessus en cantonais ou encore qui te bousculent en te hurlant que tu ferais mieux de rentrer chez toi. La belle famille qui s’en branle que tu ne comprennes pas un mot du diner alors qu’ils parlent tous anglais. Ceux qui mettent la pression à leur fille pour qu’elle n’épouse pas un occidental, puisqu’ils ne sont pas sérieux et que ça serait la honte pour la famille. J’ai vu une secrétaire se rouler par terre en hurlant parce qu’elle avait appris qu’un noir allait rejoindre l’équipe (sans compter qu’en plus c’était un Versaillais hyper propre sur lui, bien élevé, intelligent, bref gendre idéal). Les femmes de ménage qui se font maltraiter voire torturer par leurs « maitres ». La haine profonde entre les hongkongais et les mainlanders. Je ne te fais pas toute la liste, j’en ai pour des heures.

    Tout ça pour dire que le racisme est une réalité, et que des connards il y en partout. En France, en Asie, en Allemagne. C’est chiant, parfois ça pèse, mais au final c’est malheureusement pareil partout, la seule différence est que les minorités diffèrent.

    En revanche la SNCF est bien une spécificité française. Oser dire qu’ils font la greve pour le bien des utilisateurs avec un service aussi merdique est juste une vaste blague

    • Hello Xav,

      Merci pour ton message et ton expérience d’expatrié en Asie, dans ces pays que je ne connais pas que je m’abstiendrai bien de juger.

      Par contre tu te méprends sur le but de mon message. Je n’ai jamais dit que c’était une spécificité française. Je dis juste que j’ai accueilli des japonais en France (mais aussi des américains, des allemands, des chinois) et que ce que j’ai vécu au travers d’eux, je ne l’ai jamais vécu ailleurs. Je n’ai jamais été accueilli comme eux ont été accueillis. Et que ce qui m’a pourri la vie, a détruit mon couple, et continue à me pourrir la vie je l’ai (mal) vécu un peu partout en France où j’ai été m’établir. D’ailleurs je pose la question, pour savoir si on peut généraliser à toutes les grandes agglomérations de France ou si c’est spécifique à quelques endroit, je ne prétends connaitre toute la France. Mais il y a des choses qu’on tait en France, des comportements condamnables qu’on accepte et tolère et qui font qu’il est souvent impossible de se sentir bien. Et c’est beaucoup plus fort en île de France, qui est une région où on travaille, mais où on ne vit pas.

      Ceci dit, que dans d’autres pays ce soit pareil, ou pire, n’est pas important, ce qui est impensable et irrecevable pour moi, c’est que le pays dans lequel j’ai voulu faire ma vie, est un pays qui se veut industrialisé, civilisé, qui fait de sa capitale la vitrine de la France s’enorgueillit de posséder la « plus belle avenue du monde », etc… et accepte tous ces comportements tout juste acceptable pour un pays à peine sorti du moyen-âge. Et le souci, qu’il soit le même partout, je m’en moque un peu, mais que le pays dans lequel je vis, tente de faire la leçon aux autres, se vente de ci et de ça, et permette aux connards de connardiser en toute impunité et même de devenir des super connards… ben ça, ça me fait chier…

      Et grèves plus connard, ça me coute ma moitié, ma santé, et bien d’autres choses à venir… Et ça j’en ai gros sur la patate.
      Et avec les échanges d’anciens collègues et d’amis qui se sont expatriés pour ne plus subir cela, je ne suis pas le seul qui se plaigne d’une situation qui empire avec les années…

      Et je fais tout pour quitter ce pays qui m’a ruiné à tous les niveaux, en espérant que ce ne soit pas les pieds devant.
      C’était le fond de ma pensé et un sentiment de colère tout à fait personnel…

      Au plaisir de te lire

      Amicalement
      Jack

  2. Je comprends bien ta frustration, et c’est d’ailleurs parce que la situation me pesait que je suis parti. De manière générale j’ai tendance à penser que les français ne méritent pas la France. C’est un beau pays avec une culture et un potentiel immense, mais peuplé de connards arrogants qui ne pensent qu’à eux. Quand je vois les hongkongais manifester pour obtenir le suffrage universel direct et préserver leur culture, et en face les cheminots manifester pour… euh pour quoi déjà ? Ça me fout les boules et je me dis qu’il y a vraiment un truc qui fout le camp.

    Mais tout n’est pas parfait ailleurs, loin de là. Il y a des trucs très chiants partout, mais on en supporte mieux certains que d’autres. A fortiori quand on est un étranger et qu’on sent du coup moins personnellement impliqué.

    Enfin tout ça pour dire que si je ne suis pas d’accord sur tout je comprends ta frustration et ta colère. Il est peut-être tout simplement temps de partir et d’écrire une nouvelle page, quitte à revenir plus tard avec une autre perspective. Partir c’est facile, tu fais tes valises et tu prends un avion. Le reste ça s’improvise.

    A bientôt,
    Xavier

    • Hello Xav,

      Rien à dire de plus.
      Chez moi c’est l’improvisation qui pose problème… Qui devient plus de « trouver une solution » qu’autre chose…
      Mais j’y travaille…

      Ceci dit en attendant, je vais faire mon français, et le plaindre, et surtout râler…

      Amicalement
      Jack

  3. Hello Jack !
    C’est Maxime, le Kohai tout fraîchement débarqué au club de Carrières, j’ai entendu que tu avais un site et donc en faisant des recherches sur le style Uechi je suis tombé sur ton blog.
    Magnifique travail, il m’en reste encore beaucoup à lire mais tu fais vivre tes passions avec… passion, c’est très cohérent dans l’interface et il y en a pour tous les goûts (en plus de la mine d’or d’information sur les arts martiaux japonais et la culture en général) .
    Je suis moi aussi grand fan de nanars, j’ai avalé nombre de « grands classiques » du genre (je remercie nanarland) et de cinéma déviant, pourrave, fauché, je sens qu’on aura quelques pépites à s’échanger à la saison prochaine :)

    Alors forcément quand je vois ton article « étron d’or », je pense à une remise de prix perso du plus grand nanar. Mais non, j’ai vite vu de quoi il en retournait.
    La France va mal, les violences de tous types à l’encontre des plus exposés sont de plus en plus tolérées, encouragées, et j’ai l’impression que dans ceux qui n’y participent pas il n’y a que 2 catégories : les révoltés, comme toi, ou les résignés dont j’ai peur de faire partie et qui restent les témoins impuissants de cette violence au quotidien en finissant par accepter, la voyant comme faisant « partie du décors ».
    Ton histoire conjugale est très dure à entendre et je n’ose pas imaginer la haine que ça a pu t’inspirer. Peut-être pour cela aussi que je ne suis qu’un résigné, car cette folie n’a pas encore trop eu d’emprise sur moi.
    Je suis né et ai grandi à Toulouse, et je trouve en effet cette ville plus calme que Paris sur ces sujets là. Mais tout ce que tu cites, on le retrouve quand même, même quand on va en périphérie, dans les banlieues « paisibles ».
    Ma seule vraie comparaison et que j’ai vécu à 2 reprises à Montréal, une fois pour études et l’autre pour le boulot. La dernière fois ce n’était que 3 mois, et j’habitais un quartier très cosmopolite. L’hypocrisie existe bel et bien aux US et au Canada mais le racisme est tellement mal vu, tellement condamné qu’en société il ne transparait jamais. Les gens semblent vivre en harmonie les uns avec les autres, même si peut-être qu’ils se traitent de « sales noirs » dans l’intimité de leur maison. On finit par s’y habituer, et quand on rentre en france et qu’en 10 minutes de voiture on a un condensé de toutes les haines, incivilités, types d’agression on se rend bien compte de la différence entre l’endroit qu’on a quitté et chez nous, la france.

    Ce racisme anti-asiatiques quand même à souligner en effet (je repense au commentaire de Xav, qui donne un très bon éclairage sur le sujet) car contrairement aux maghrébins, arabes, noirs et juifs envers qui les atteintes ont au moins été un peu dénoncées dans l’espace public, il règne une impunité face au racisme « anti-jaunes ». Comme tu dis, c’est l’humour de merde à la Michel Leeb, c’est les petites piques, les clichés qui vont bien. Quand j’entends parler de ce phénomène d’agression sur les touristes asiatiques ça me hérisse le poil, car c’est quand même les premiers clients de notre « belle capitale ». Quand on en parle autour de soi, on voit que la majorité s’en fout.

    Je terminerai en saluant quand même la lauréate de l’étron d’or, car j’ai bien rigolé : une vendeuse qui parle autant de langues, ça force le respect, et qu’elle aille se réfugier dans un dialecte régional en voie d’extinction pour emmerder une cliente étrangère dépasse tous les standards de l’absurde !!

    J’aurais préféré laisser un premier commentaire sur un article plus « léger » mais ça aurait été ignorer que j’ai lu ce coup de gueule.

    • Bonjour/Bonsoir Maxime,

      Merci pour ton message (permets-moi de te tutoyer), mais j’avais bien mis un prénom sur ton message. Maintenant je peux mettre une adresse email :-)
      Beaucoup de choses dans ton message, et d’ailleurs je te remercie d’avoir pris le temps de l’écrire.

      Merci pour tes compliments mais il faut dire que je n’ai pas fait grand chose en terme de réalisation originale. C’est un peu comme une thèse, on prend un sujet existant, on le paraphrase en essayant d’apporter un peu d’originalité (ou pas), on l’approfondit (ou pas) ou on ne donne qu’un même version mais traduite. Globalement il est difficile de faire du neuf, mais il est seulement possible de reprendre l’existant et d’y apporter un peu de vécu (et autre). Mon travail a juste la chance d’avoir 8 ans d’existence. Et ce n’est pas rien quand on touche à ce qui me passionne: arts martiaux, mangas, nanars, animés, dramas, culture traditionnelle, culture folklorique, culture populaire.

      Pour « l’étron d’or » je ne me serais pas permis de qualifier un nanar « d’étron ». Un nanar est une oeuvre d’art, et bien que par beaucoup de gens il soit qualifié de « nullité », de « navet », de « bouze », il n’en reste pas moins que j’ai pu égayer de nombreuses soirées avec ces films. Et les nanars que je présente, j’ai quand même passé 1h30 à 2h devant… ce qui n’est pas rien. Un film rangé au rang « d’étron », au bout de 10 minutes, j’arrête, casse le DVD ou le jette.

      Concernant l’aspect moins sympa du sujet, tu dis qu’il y a deux types de personnes: les révoltés et les résignés. Je ne pense pas, car ce n’est pas si simple. Il y a les aveugles, qui ne comprennent pas pourquoi ils ne devraient pas croire TF1, M6, etc. Il a les convaincu: « ce que fait le gouvernement c’est bien » ou « ce que fait l’actuel gouvernement c’est mal, mais celui que je supporte fera le bien », il y a des huitres ou les moules (c’est à dire ceux au QI inférieur à celui d’un gallinacé, qui ne regardera même pas les infos parce que de toutes façons il va suivre le troupeau.

      Mais de l’autre côté il y a ceux qui réfléchissent, les plus illuminés. Parmi eux, il y a celui en minorité, qui a bien compris la situation, mais qui l’utilise pour son propre profit, qui a à y gagner de la situation actuelle. En général c’est un politicien, un membre du parti, quelqu’un qui fait de la politique. Il y a les révoltés, mais de ceux-ci il y a deux types: ceux qui gueulent et qui font rien (dont je fais pour l’instant partie) et ceux qui militent, s’investissent et passent du temps pour essayer de faire changer les choses. Quelque part je suis au même niveau que ceux qui sont résignés, dont tu parles. Car après tout, je gueule, je m’exprime, mais ça va pas plus loin. Et si un jour je quitte la France, on n’entendra même pas parlé de moi.

      Du coup, oui, je suis révolté en principe, mais au même niveau que les résignés, je gueule, mais uniquement pour moi, parce que je sais que ça ne sera pas lu, pas utilisé, et que ça ne sera qu’une pierre dans l’océan, même pas le battement d’aile du papillon.
      Et j’ai fait le même constat que toi dans les autres pays où je suis allé et où j’ai brièvement vécu, je ne nie pas un racisme présent. Par contre je le qualifie de presque invisible et nettement moins lourd qu’en France du moins à Paris. Personnellement, quelque soit la position politique de la France en opposition avec celle d’un pays je ne me suis jamais fait casser la gueule, emmerdé, reprendre parce que j’étais français alors que mon pays était en opposition avec celui où je vivais. Même aux Etats-Unis quand la France a refusé de s’embarquer dans une guerre plébiscitée par les américains au point que selon les médias français il y ait un boycotte du vin et du fromage (mais en pratique ça n’a pas été le cas).

      Concernant la vendeuse Strasbougeoise, il faut savoir que compte tenu que le bas-rhinois (langue alsacienne du nord) ressemble aux dialectes allemands des villes frontalières du nord, il est très facile pour un alsacien pure souche de parler nativement français, alsacien et allemand. Et même chez nous en Moselle, c’est souvent ce qui arrivait une fois au collège. Par dessus on rajoute l’anglais, et on possède les 4 langues nécessaires pour vivre en Alsace et avoir une activité économique européenne. Il faut savoir qu’à Strasbourg, outre le parlement européen, en 15 minutes en vélo on est en Allemagne. En voiture en moins d’une heure on est en Suisse, ou en un peu plus d’une heure au Luxembourg ou en Belgique. Donc pour une vendeuse d’un magasin de « luxe », parler français et alsacien est naturel, français alsacien et allemand est le minimum et français alsacien allemand et anglais et une condition sine qua none pour faire du « business » à l’échelle internationale (il y a le consulat du Japon à Strasbourg et de nombreux partenariat avec des universités et villes coréennes et chinoises par exemple). Et la forte concentration d’étudiants étrangers (contribuant à la richesse de l’université, de la ville et du pays) ne fait que renforcer ces conditions linguistiques minimales. Après tout, se prétendre lieu touristique et ne parler que le français, c’est se tirer une balle dans le pied, d’où que l’on vienne en France.

      Mais bon c’est mon avis et ma vision des choses.

      Et je suis persuadé que les gens qui sont en ce moment devant les match de foot (ou pas, vu les klaxons ça a dû finir), pensent différemment. En aucun cas je me place en professeur dictant la vérité. Par contre je raconte ma vérité, ma vie, mon vécu, mon expérience…

      Et si ce n’est le racisme tût en France, on peut parler des grèves…
      Afin de s’excuser, la SNCF s’est fendue d’une pub post-grève. Elle y reprend les verbatims de ses clients et en particulier « Y’en a marre ! ». Guess What : Sud-Rail, organisateur de la grève, s’en offusque et répond à la SNCF (et à ses clients exaspérés) : « Oui, y’en a marre, mais pas seulement 10 jours par an. 365 jours par an, nous réclamons un véritable service public… » Un « VERITABLE service public », par ceux-là mêmes qui ont laissé les gens sur le quai! On ne va pas avoir trop du week-end pour se calmer.
      https://www.youtube.com/watch?v=HOU6rY52xi8

      Pour moi la France c’est ça: 99% d’individualisme, d’égoïsme, d’étroitesse d’esprit, de confiance aux médias qui manipulent et mentent, de croyance en l’état, le gouvernement, les politiciens, des gens qui croient que tout étranger est un danger national, etc.

      Ce qui fait mal, c’est quand des gens de ta propre famille font partie de ces 99% de beaufs… Tu te retrouves, sans famille, dans un pays dans lequel tu ne retrouve plus les valeurs, sans nationalité, sans attaches, mais aussi sans repères…

      Bref, merci pour ton message, et je te rassure, entre révolté passif et résigné, la frontière est mince, et on peut passer de l’un à l’autre très facilement. Et il suffit d’un leader charismatique pour rallier les révoltés passifs et les résignés pour en faire des révoltés actifs…

      Et je suis d’accord avec toi, pourrir les nationalités asiatiques (la majorité de nos touristes) c’est pourrir notre touristes, et se tirer une balle dans le pied quand on vit du tourisme. Mais malheureusement le QI de poule des beaufs, fait qu’ils ne pensent pas à ça… par contre il vont gueuler contre la baisse du tourisme et demander des aides.

      Encore merci pour ton message
      Amicalement
      Jack

  4. Hello Jack,

    Mon retour en France depuis Août dernier n’est pas vraiment joyeux et ce sont des raisons purement familiales qui m’empêchent de repartir en courant… Mais c’est prévu ;)

    Je ne peux que t’encourager dans cette voie de l’expatriation. C’est souvent moins insurmontable qu’il n’y paraît, d’autant plus que tes compétences sont exportables. À ta place je ne m’userais pas inutilement, c’est du gâchis…

    Amicalement,
    Fred.

 Leave a Reply

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

(requis)

(requis)

Solve : *
7 × 4 =


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.