Fév 052016
 

Date de naissance: 14 décembre 1971 (age 44)
Lieu de naissance: Kawasaki, Japon
Nationalité: Japonaise
Taille: 1.80 m
Poids: 100 kg
Style: Kyokushin

Kazumi Hajime (数見 肇) est l’un des combattants qui a eu le plus de succès en Karate Kyokushin style de karate au KO. Il est également instructeur en technique de full-contact et jissen karaté.

Carrière

Kazumi détient la ceinture noire 6ème dan, il a commencé le karaté Kyokushin à l’âge de quinze ans et à vingt ans Kazumi a vaincu de nombreux combattants et parmi les meilleurs pour atteindre la finale de la All Japan Karate Tournament. Depuis Kazumi n’a jamais terminé en dehors des deux premières places dans un tournoi. Ses enchainement de coup de poings efficaces et ses combinaisons de coups de pied l’ont aidé à atteindre la finale de six tournois All Japan d’affilé, remportant quatre de ces derniers en battant le record de Keiji Senpai. Il a également atteint la finale de deux tournois mondiaux ouvert où il a perdu face à Francisco Filho sur la casse de planches et Kenji Yamaki, partenaire d’entraînement et élève de Tsuyoshi Hiroshige de la branche Jonan.

Après la défaite face à Filho, Kazumi est retourné au Championnat du Monde après avoir remporté le 2e World Weight Category Tournament à Osaka en 2001 et avant de prétendre à un cinquième titre inédit dans la All Japan de 2002 en battant Hitoshi Kiyama en finale.

Kazumi a intégré la formation Taiki-ken dans sa pratique du karaté, et a modifié son style de combat en comptant sur les enchainements de poing et les low kicks à la place des high kicks qui sont caractéristiques du karaté Kyokushin. Cette stratégie a fait de lui un combattant à  succès, démontré par son record de victoires.

Le 24 Novembre 2002 Kazumi a officiellement démissionné de Kyokushinkai (IKO1) pour se joindre à une nouvelle organisation dirigée par Hatsuo Royama et son instructeur Tsuyoshi Hiroshige. La raison pour laquelle Kazumi a quitté la IKO1 était pour “poursuivre le vrai Karaté Budo”. Il a démissionné plus tard du Kyokushin-kan (IKO6/KKI) pour devenir le responsable d’une nouvelle organisation d’un groupe indépendant de dojos opérant dans la région de Tokyo.

Avec Tatsuya Iwasaki, Kazumi est l’auteur de Shinseki la Bible du Karaté Réel, un manuel pour l’enseignement des kumite en full-contact avec en accompagnement un DVD. Il produit également des vidéos de formation sur Internet pour l’enseignement du karaté full-contact.

Kazumi Hajime est un des rares champions de Kyokushinkai à inviter dans son dojo des maître de Taijiquan, de Qigong, et d’arts divers et variés et à continuer à apprendre d’eux. C’est un professeur très ouvert.

dans le numéro de Guts to fight (vol. 10, automne 2008) de la société Isami, Kazumi Hajime  y décrit sa synthèse présentée comme un amalgame scientifique de karatedô de de grappling mais aussi, plus original, de techniques de yoga. Le dôjô lui même est pourvu d’un sol rappelant celui des cages de combat du type octogone. Des grillages mobiles sont d’ailleurs utilisés lors des séances de travail en newaza. Les entraînements sont composés de plusieurs modules dont du pied/poing lors duquel les élèves s’équipent de protège tibia/pied et de gants de boxe anglaise.
Les tenues sont décontractées à l’image du free fight. Par contre, le travail du karatedô impose le port du dôgi habituel et, comme pour ne pas perdre les bonnes habitudes acquises au sein de la Kyokushinkai, le maître des lieux passe dans les rangs avec le shinai, afin de motiver les troupes. L’influence de l’Ecole de Oyama Masutatsu Sôsai est également bien présente avec le travail du Sanchin kata, jugé essentiel par le professeur. Selon ses propres termes: “Bon pour le gainage, la puissance, le souffle et la rigueur technique”.

La formule élaborée par Hajime Kazumi doit conduire, selon ses explications, à “former des combattants complets capables de maîtriser toutes les distances et styles de combat”.
Pour autant, il n’est pas question d’envoyer des élèves combattre dans les différents tournois de free fight. L’optique est plutôt le travail pour soi en respectant son corps, notion sur laquelle insiste le godan. Ce dernier exprime par ailleurs le souhait de travailler dans une structure réduite avec un nombre de deshi peu important de façon à se consacrer pleinement à un enseignement personnalisé de qualité. “Chacun doit trouver ce qui lui convient au dôjô” dit encore l’ancien champion qui revendique une autonomie pour chacun avec moins de rigidité que celle supposée exister dans le karatedô.

Voici deux liens pour de plus amples informations sur les activités de Hajime Kazumi:
http://www.kazumi-dojo.jp/
http://www.ameblo.jp/kazumi-dojo/

Compétition

2ème World Weight Tournament 2001 (IKO1) – 1ère Place
7ème World Open Tournament 1999 (IKO1) – 2ème Place (perdu contre Francisco Filho)
6ème World Open Tournament 1995 (IKO1) – 2nd Place (perdu contre Kenji Yamaki)
1er World Team Cup 1998 (IKO1) – 1ère Place (en gagnant contre le Brésil)
34ème All Japan Open Karate Tournament 2002 (IKO1) – 1ère Place (Victoire contre Hitoshi Kiyama)
30ème All Japan Open Karate Tournament 1998 (IKO1) – 1ère Place (Victoire contre Yoshihiro Tamura)
29ème All Japan Open Karate Tournament 1997 (IKO1) – 1ère Place (Victoire contre Garry O’Neill)
28ème All Japan Open Karate Tournament 1996 (IKO1) – 1ère Place (Victoire contre Garry O’Neill)
26ème All Japan Open Karate Tournament 1994 – 2ème Place (Perdu contre Kenji Yamaki)
25ème All Japan Open Karate Tournament 1993 – 1ère Place (Victoire contre Yoshihiro Tamura)
24ème All Japan Open Karate Tournament 1992 – 2ère Place (Perdu contre to Yoshihiro Tamura)

Kumite 100 combats

Hajime Kazumi a réussi l’épreuve des 100 combatsau nouveau Honbu Dojo IKO1 en 1995. Les résultats ont été obtenu du site officiel du IKO1 et sont les suivants:

Temps par Kumite: 1 minute 30 secondes
Heure de début: 11:38
Heure de fin: 15:42
Durée totale de combat: 3 heures 20 minutes 40 secondes
Durée totale: 4 heures 4 minutes
résultats: 58 victoires, 42 nuls, pas de défaites
Ippons: 16 (Ippon: 2, Awase-Ippon: 14)
Victoires par décision: 42 (Waza-ari: 15)

Témoignage

Un témoignage du champion de Kyokushinkai et Excellent Budoka Fabrice Fourment à propos de Kazumi Hajime: http://www.combat-russe.com/fr/events/news/258-l-interview-avec-fabrice-fourment.html

– J’ai trouvé dans l’Internet une de tes interviews que tu as combattu contre Hajime Kazumi et que c’était vraiment une de tes belles émotions dans ta vie, étant entouré de 90 000 spectateurs, quelles étaient tes sensations, peux-tu les décrire ?

– La première sensation que j’ai eue – c’était mon premier Championnat du Monde, et Hajime Kazumi c’était quand même le meilleur combattant du monde et à mon avis il reste un des plus grands combattants du monde parce que c’est quelqu’un qui travaille beaucoup avec l’énergie (avec l’énergétique) et qui est très puissant ; il avait  été mesuré à des low kicks à 2,7 tonnes au cm2 à l’impact ( !), incroyable ! Et c’est quelqu’un de très humble, de très gentil, et quand j’ai vu le tirage et que j’ai vu  Hajime Kazumi – aaaaaaahhh, j’étais content et j’étais pas content… j’étais content parce qu’on ne peut pas tomber sur mieux – c’était le meilleur, et j’étais pas content parce que je me suis dit : «Je n’ai aucune chance ! ». Toute la journée au Japon quand les Japonais me croisaient  et me regardaient en disant «Oooooooooooo !!!» [Fabrice montre comment les petits Japonais eberlués le regardaient de bas en haut… ],  j’avais l’impression d’être dans un dessin animé de Tex Avery quand les gens ils voient des rôtis. Et avant le combat c’était beaucoup de pression. Mais en même temps j’observais d’un oeil  Hajime Kazumi et je me disais : j’aimerais pas être à sa place, parce que c’était terrible pour lui, il y avait, tu sais au Japon comment ça se passe, 6 ou 7 journalistes qui le suivaient partout, tout le temps, ils le filmaient, il n’avait pas une seule minute d’intimité.  Et je me disais : Le pauvre, c’est vraiment très dur pour lui. Pour qu’il puisse se changer il fallait que ses élèves ils prennent un Dogi [Do : la voie philosophique et spirituel GI : le vêtement ; ce qu’on appelle par erreur un kimono – Fabrice Fourment], et le tiennent comme ça pour qu’il ait un tout petit peu d’intimité pour se changer derrière.  Quand on a démarré le combat, arrivé sur l’aire de combat je me suis dit : Je n’ai rien à perdre. Je vais me donner à cent pour cent et il arrivera ce qui arrivera. Et apres je me suis dit : De toute façon le KO c’est le coup qui fait le moins mal. [Fabrice rit de bon coeur…] On verra bien. Le Ko ça ne fait pas mal, c’est le réveil qui fait mal ! Et j’ai démarré tout de suite très fort. J’ai fait Mae Geri [coup de pied direct, de face, à la tête – Fabrice Fourment]. J’ai cru que je allais le toucher, je vais toucher, je vais toucher et à trois centimètres de son visage il a juste fait taiki, c’est pour la première fois que je voyais quelqu’un travailler en souplesse taiki et d’un seul coup il a absorbé toute mon énergie et là, c’est un grand moment de solitude parce que la jambe pour qu’elle revienne c’était très long, mais j’ai pris le premier low kick et j’ai compris tout de suite ce que je devais faire devant lui, ensuite j’ai tourné, j’ai tourné, j’ai bougé, j’ai sauvé ma peau, et… et il a été très très intelligent parce que il aurait pu accélerer plus ou contrer vraiment frapper plus fort, il a juste fait ce qu’il fallait pour montrer que c’était lui le chef et – pas plus ! et ça pour moi c’est vraiment une preuve d’intelligence et d’être un vrai guerrier. Alors, à un moment donné j’ai eu confiance en moi, je me suis arrêté et là, ça a été l’erreur. J’ai épluché un low kick interne, à l’intérieur de la cuisse et après ça j’ai fait une phlébite, une artère bouchée et les injections dans le ventre pendant presque 6 mois et c’était terrible. Et les journalistes après ce combat ils ont dit : Ah, c’est incroyable, Kazumi, il a failli perdre, c’était vraiment limite, mais c’est pas vrai. Moi, de l’intérieur du combat je sais que pas une seule seconde il était en danger et c’est lui qui a été courtois et gentil  pour que ça se passe ainsi.

– Tu l’as senti ?

– Oui ! L’avantage de kyokushin et c’est pourquoi que j’aime les combattants parce que entre combattants y a pas de mensonge. On sait tout de suite.  Kyokushin ça veut dire Ultime vérité. Mais ça ne veut pas dire qu’on est les plus forts, ça veut juste dire que il faut tout le temps revenir vers la vérité, pas commencer à penser : Ah, si je fais ça, et si je fais ça, – juste recadrer, recentrer les choses et voilà – la vérité, c’est ça. Et la vérité, c’est que ce jour-là – il était le plus fort, vraiment. C’est ce que j’aime avec les combattants.

Kazumi Hajime en vidéo: https://www.youtube.com/watch?v=B7kJNjZrB2k

Kazumi Hajime interviewé par Nicholas Petas (Samurai Spirit) : https://www.youtube.com/watch?v=_QpxrA01mqs

 Leave a Reply

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

(requis)

(requis)

Solve : *
18 ⁄ 6 =


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.