Mai 082010
 


Titre: 市 – Ichi

Autres titres:
I tyfli samurai : Grèce
Ichi – Die blinde Schwertkämpferin: Allemagne
Ichi, la femme samouraï : France

Sorties:
Japon : 25 octobre 2008
Allemagne : 14 mai 2009
Angleterre : 10 juillet 2009
Allemagne : 7 octobre 2009 (DVD premiere)
Amllemagne : 5 novembre 2009 (Fête du film asiatique de Munich)
Canada : 26 novembre 2009

Metteur en scène : Fumihiko Sori
Scénariste: Kan Shimosawa (historie)

Acteurs:
* Haruka Ayase (はるか綾瀬) : Ichi
* Shido Nakamura : Banki
* Yôsuke Kubozuka : Toraji Shirakawa
* Takao Ôsawa : Tôma Fujihira
* Kazuma Chiba
* Akira Emoto
* Yûko Endô
* Daishirô Hano
* Horiken
* Yoshihiro Ishizuka
* Masaki Katô
* Mitsuki Koga
* Usagi Kôno : vaudevilliste aveugle
* Eiko Kotake : vaudevilliste aveugle
* Toshiki Masuda : voyou
* Shôichirô Masumoto
* Hiroki Matsukata
* Wakako Matsuzaka : vaudevilliste aveugle
* Masaaki Nagae
* Shirô Namiki
* Gô Rijû
* Mayumi Sada
* Ayumu Saitô
* Ryôsuke Shima
* Tetta Sugimoto
* Riki Takeuchi
* Kumiko Tsuchiya
* Eri Watanabe
* Megumi Yokoyama

1. Résumé

Ichi est une goze  (瞽女) qui voyage à travers le Japon à la recherche de son père, qui présente les même caractéristiques que Zatoichi (masseur aveugle expert au sabre). Accompagné d’un samurai en quête de lui-même ils se retrouveront impliqués dans une guerre entre un village dirigé par un gang de yakuza et un groupe de bandits organisés, le Banki-tô.

2. Histoire

Une jeune femme aveugle appelé Ichi (Haruka Ayase) erre à travers l’ancien Japon en tant que joueuse de Shamisen itinérante. Elle fut rejeté par la maison de goze où elle logeait pour avoir eu une relation avec un client, bien que ça ne soit pas consentit, mais un viol. Au fond d’elle même, elle n’a plus de raison de vivre. En fait la seule chose qui lui donne une raison de continuer à vivre est de retrouver un homme aveugle, celui-là même qui l’a recueilli, conduit dans la maison de goze, qui est venu régulièrement lui rendre visite et lui a même enseigné l’art du sabre caché dans une cane alors qu’elle apprenait le chant et le shamisen auprès des goze. Elle considère cet homme comme son père et le recherche. Il est en fait possible que cet homme soit son père biologique.

Alors qu’elle se repose dans un petite auberge, elle rencontre un rônin charmant qui semble peureux, nommé Tôma Fujihira (Takao Osawa). Durant leur première rencontre (une prostitué aveugle qui après avoir donné satisfaction à un client se fait abusé à cause sa cécité et molesté par des brigands, dont l’un d’eux a été notamment le client), Tôma plutôt héroïque essaye de la protéger d’un groupe de hors la loi, mais est un tout petit peu freiné par son incapacité à sortir son épée. Ichi n’a pas ce type de problème et massacre les hors la loi en une fraction de seconde.

Tôma est intrigué par Ichi, même si elle semble aussi émotive et chaleureuse qu’une pierre. Elle lui rappelle peut-être sa mère, qu’il a rendu aveugle par accident lors d’un entrainement à l’épée. Cet accident est la raison pour laquelle il n’arrive pas à dégainer son sabre. Tant qu’il combat avec une épée d’entrainement tout va bien (on verra plus tard, qu’en tant qu’héritier d’une école prestigieuse de sabre, il est même meilleur combattant que Ichi), mais lorsqu’il s’agit de dégainer son arme actuelle et combattre, c’est au-delà de ses capacités.

Le rônin qui est un vagabond sans but comme Ichi, se retrouvera au centre d’un conflit qui fait de la ville relais où il se sont rencontrés quelque chose de spécial. La ville est tenu par un groupe de Shirakawa, une sorte de Yakuza honorable qu’on retrouve principalement dans les ninkyo eiga. Seulement la ville est terrorisée par un gang de hors la loi, dont les personnes qu’a massacré Ichi en sont qu’une petite partie. Ces gens, le gang Banki, étaient dans une position plus importante de l’échelle sociale, mais ils s’engagent maintenant à rendre tout le monde aussi misérables qu’ils le sont eux-mêmes actuellement. Et ils sont plutôt efficaces pour cela.

Les choses évoluant, Ichi et Tôma se retrouvent au coeur du conflit pour différentes raison, tous deux liés par une sorte de changement dans la façon de vivre avec leur traumatisme.

3. Autour du film

* La jeune première Haruka Ayase prend le rôle rendu célèbre par Shintaro Katsu qui a joué le masseur aveugle et épéiste émérite dans 27 films commençant en 1962.

* Elle sera le seconde personne à prendre le manteau après Takeshi Kitano (vedette de la version de Zatoichi de 2003 une peu musicale).


4. Critique

Etant un grand fan des films classiques de Zatoichi avec Shintaro Katsu, j’étais un peu sceptique sur un retour de la série avec une femme en protagoniste. A mon grand plaisir, j’ai trouvé un film qui n’atteint peut-être pas les hauteurs de la série originale, mais qui est très sérieux dans le thème du Chanbara et est dans l’esprit des vieux films. Ce n’est pas vraiment un retour, mais plus une suite avec un nouveau personnage. Le film ne prétend jamais que la figure de père de Ichi est le zatoichi original joué par Shintaro Katsu, mais il y a des indices qui vont en ce sens… mais sans jamais établir une vérité.

Après un début relativement lent et pas très prometteur, mais on rentre doucement dans l’histoire et on se retrouve avec l’histoire de deux personnes traumatisées (Ichi elle-même car elle souffre d’un symptome classique de Trouble de stress post-traumatique), qui n’arrivent pas à aller au-delà du traumatisme mais commence à vivre et changer un peu. Ce n’est pas non plus un film sur l’amour comme étant une puissance conquérante qui permet d’éliminer et surmonter tous les traumatisme (comme l’enseigne Hollywood), de même qu’il ne raconte pas que l’amour et la bonté humaine ne sont pas nécessaires et n’aident pas. En d’autres termes, Ichi est un des rares films qui met cet aspect en ordre.

J’ai été aussi très agréablement surpris sur le fait que le film apporte aux personnages mineurs un peu plus de profondeur (et même pour l’évolution du trait de caractère! Certains vont même jusqu’à la fin sans mourir) que d’habitude dans le genre, suffisamment pour garder le sujet original frais et miser sur le personnage principale, ce qui est parfait pour un film de Zatoichi.

Les jeux d’acteurs sont eux aussi très bon. Chaque acteur est vraiment capable de donner une solide et excellente représentation, avec le Tôma de Osawa et le jeune chef Yakuza de Yosuke Kobuzuka étant exceptionnels.

Ayase (étant une ancienne idol, et non une actrice) est techniquement la moins convaincante, mais elle donne ce qu’elle est supposée donner, c’est à dire de paraitre jolie en haillons et d’essayer de faire transparaitre le peu d’émotion possible puisque son personnage a renfermé la plupart de ses sentiments. Elle est même assez fantastique dans les quelques scènes d’action qu’elle a, donnant une Ichi sinistre, presqu’une présence fantomatique seulement à travers le langage du corps.

Les séquences d’action ne sont pas particulièrement spectaculaires, mais efficaces et assez belles à leur façon. Le metteur en scène Fumihiko Sori a fait quelque chose d’assez intéressant avec une utilisation rythmée des accélération et ralentissement que je ne pense pas avoir vu auparavant.

C’est un superbe film, poétique et romantique; il contient de très belles musiques et des images somptueuses. A voir et à revoir.

bande annonce: http://youtu.be/FLZd1rFnBqQ


 Leave a Reply

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

(requis)

(requis)

Solve : *
17 − 14 =


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.