Déc 102011
 

 Beaucoup de gens cherchent à parfaire leur art au travers d’internet. Avant internet il y avait les films vidéos d’abord sur cassettes vidéo, puis sur CD et DVD… Et avant cela c’étaient les livres d’arts martiaux. Les pratiquants allaient chercher de la connaissance culturelle, historique, mais aussi technique ainsi que des méthodes leur permettant d’ouvrir des axes de recherche afin de continuellement progresser. La technologie évoluant, les pratiquants se sont adaptées, et avec cela la possibilité en plus de communiquer et d’échanger.

Est-ce une bonne chose? Est-ce une erreur? Internet a cela de formidable c’est qu’elle (ou il, peu importe) permet à des gens de nationalité différente, de culture différente qui se situent des kilomètres l’un de l’autre, des centaines de kilomètres, des milliers de kilomètres, de rentrer en contact les uns avec les autres et de pouvoir communiquer. Internet permet aussi de garder la mémoire des choses passées, de conserver ces informations mais aussi des les transmettre et de permettre à tous d’y avoir accès. Internet c’est tout cela. Mais si on y trouve le meilleur, on y trouve aussi le pire: la désinformation, les idées reçues, les certitudes, des incitations à la haine, de la manipulation, et tout le pire de l’être humain. Et pour les arts martiaux c’est la même chose!

Mais comment différencier ce qui est bon de ce qui ne l’est pas? Comme séparer le bon grain de l’ivraie? C’est simple, ce n’est tout bonnement pas possible! Du moins avant un certain niveau de maitrise, de pratique et de compréhension de la pratique. Du coup, lorsque l’on débute, que l’on reproduit les mouvements, sans vraiment avoir conscience et ressentir les explications au plus profond de soi, ce n’est pas possible. De ce fait, je suis fondamentalement persuadé qu’un débutant NE DOIT PAS utiliser internet seul, sans conseil de ses ainés, de ses sensei et s’entrainer en regardant des vidéos prises après une courte requête sur un moteur de recherche. En effet, combien de fois m’a-t-on demandé “j’aimerais trouver des vidéos de kata de l’école, mais je ne sais pas lesquelles prendre parmi toutes celles que j’ai trouvé, car chacune a des choses de différent par rapport à ce que j’apprends en cours”. A juste raison puisque le corps de chacun est différent et qu’un même kata pratiqué par deux personnes différentes semblera différent, et à fortiori si ces personnes sont de niveau différent. Comment juger du niveau de quelqu’un que l’on ne connait pas et qui n’est pas connu dans le milieu en plus? Comment prendre comme exemple un kata réalisé par un maître, alors que celui montre une forme personnelle réalisée avec sa compréhension et non une vidéo didactique destinée à l’apprentissage?

Sans compter que de nombreuses personnes proposent des cours sur internet, simplement par le fait qu’elles sont professeurs dans un club. Seulement faire un cours face à un public de gens en chair et en os ce n’est pas la même chose et les mots ont une portée différente. Peu de gens ont ce qu’il faut pour faire en amateur une vidéo didactique digne d’avoir un intérêt pédagogique. Beaucoup de vidéos professionnelles sont faites par une équipe, avec une sélection, une préparation, un montage, une revue, des corrections. Alors que pour certains vidéo-amateurs, ce n’est pas le cas. Et si la forme ne choque pas, le fond peut-être mis à caution. Surtout pour des arts martiaux, ou la vue en trois dimensions est un facteur non négligeable mais aussi la correction physique est prépondérante. Et pas seulement physique, la correction tout court. Si je fais une vidéo sur l’art de se tenir droit et que je dis “pousser votre bassin vers l’avant de façon à redresser vos lombaires” (c’est un exemple, qui ne veut rien dire car je n’y connais rien en bio-mécanique humaine), ça veut dire quoi “pousser le bassin vers l’avant”, ça veut dire quoi “redresser les lombaires”? Chaque personne qui viendra sur ce blog lire cet article aura une interprétation différente. Sans compter que le corps de chacun étant différent, copier sans avoir de retour d’erreur, c’est peut-être en soi une erreur. Lorsque je prends la même position de base que mon sensei, il vient à chaque fois déplacer mon bassin pour me mettre dans une position qui ne ressemble pas à la sienne mais que je trouve confortable. Alors imaginez à travers une vidéo? Je prendrais tout de suite de mauvaises habitudes qui seront de plus en plus dures à corriger avec le temps. Sans compter que je pourrais me blesser à long terme, car à force de prendre des postures anti-anatomiques, tôt ou tard le corps finit par se venger. Si personne ne vient me corriger parce que j’ai mal vu le détail d’une technique ou que j’ai mal interprété les explications. Et en cas de problème, de douleur à cause de la pratique, ou d’une mauvaise progression, car correction de mauvaises habitudes? Qui prendra la responsabilité des conséquences? L’éditeur de la vidéo? Ou vous qui l’avez regardé et en avez suivi les conseils? Je suis prêt à parier que l’auteur de la vidéo, s’il n’a pas mis une message de mise en garde type “ceci est une vidéo blablabla je ne saurais en aucun cas être tenu pour responsable de blablabla”, niera toute implication en responsabilisant le spectateur. Pour reprendre une citation attribuée à Bernard Werber “Entre Ce que je pense, Ce que je veux dire, Ce que je crois dire, Ce que je dis, Ce que vous avez envie  d’entendre, Ce que vous croyez entendre, Ce que vous entendez, Ce que vous avez envie de comprendre, Ce  que vous croyez comprendre, Ce que vous comprenez, Il y a dix possibilités qu’on ait des difficultés à communiquer. Mais essayons quand même”

Que faire alors?

J’ai envie de dire, simplement: “RIEN!”… mais comme beaucoup de débutants ou de personnes qui ne sont pas suffisamment avancées tiennent quand même à apprendre par eux même avec l’aide de vidéos sur internet, alors mon conseil est le suivant: parlez en à votre professeur, à vos senpai. Demandez leur quelle vidéo est intéressante, qui suivre en vidéo, demandez leur des liens vers des sites de bonne qualité. Et lorsque vous travaillez seul, montrez ce qu’on vous dit dans ces vidéos, reproduisez ce que vous travaillez et faites vous corriger rapidement. Et surtout parlez, échangez avec votre sensei et vos senpai. Si vos parents vous ont donné la parole, c’est pour vous en servir.

Et les forums dans tout ça?

Les forums sont comme internet, on y trouve le meilleur, comme le pire. Mais c’est comme dans une conversation ou un débat, chaque partie qui vient avec des idées préconçues, des clichés et des certitudes va tenter de convaincre l’autre. Le débat n’a d’intérêt et de possibilité que si les deux parties sont ouverts à la discussion, aux explications et susceptibles d’être convaincus. De ce fait, à moins d’avoir des preuves irréfutables, il est parfois inutile de discuter.

Parler technique? N’importe qui ayant un minimum de pratique comprendra que les textes sur internet ne sont pas suffisant pour appréhender des discussions techniques, sans montrer, sans faire ressentir. De ce fait si les forums permettent à leur membre de discuter quelque soit la distance, se rencontrer est moins aisé.

Discuter culture des arts martiaux? On en revient à ce qui a été dit précédemment, comment juger de la pertinence des propos d’un anonyme? Car autant lorsqu’il s’agit d’un auteur identifié, connu et reconnu par toute la communauté, il en est moins aisé de croire en la véracité des propos d’un anonyme caché derrière un pseudonyme. Encore plus lorsqu’il s’agit de quelqu’un qui donne son nom, ses coordonnées et qui explique des choses révolutionnaires, alors qu’en fait il a seulement réinventé l’eau tiède… ou même justifie de la pertinence et la véracité de ses propos par son non-anonymat (“moi je me cache pas derrière un pseudo, car j’ai raison, alors que toi qui me contredis, tu ne donnes pas ton identité”). Vient ensuite le problème des sources. Jusqu’à une période récente les sources étaient orales. L’écriture a permis de perpétuer des enseignements, le côté traditionnel d’un art, mais beaucoup de choses se sont perdues en route. Alors que croire? Un livre écrit par un pseudo chercheur qui ne fait que plagier des documents de sources tout aussi discutables qu’il n’a pas vraiment traduit correctement? Ou quelqu’un qui aura été puiser à la source orale et retranscrira ce qu’il a entendu, interprété? Heureusement qu’il existe des gens qui n’hésitent pas à prendre de leur temps et croiser des recherches, nommer des sources, traduire divers ouvrages de référence dans des langues asiatiques différentes, pour retrouver des origines et refaire correctement une histoire qui a été un peu ruinée par des idées reçues, des certitudes et des problèmes de traduction (exemple d’histoire complètement erronée: les paysans okinawaiens qui ont créés le karate pour se défendre contre les samurai de Satsuma…. alors que lorsqu’on connait la difficulté du métier de paysan, nulle doute qu’il ne leur restait pas beaucoup de temps et d’énergie pour s’entrainer et combattre).

 Les forums n’ont d’intérêt que pour les membres qui se connaissent ou ont appris à se connaitre via ce média et qui ne sont pas (ou plus) des anonymes. Et leur échanges d’information n’ont d’intérêt que pour leur groupe. Vue de l’extérieur, certaines blagues, certains humours, pourraient être mal interprété.

Conclusion

Ce qui est valable pour tout type d’information l’est aussi pour les arts martiaux. Donc si vous recherchez des informations, de la technique, de la culture sur les arts martiaux, ou sur votre école d’arts martiaux, méfiez vous. On trouve sur internet le meilleur comme le pire. Il y a des gens qui veulent casser les certitudes et les idées reçues et cherchent la vérité. D’autres qui sont aussi dans cette optique, mais veulent imposer LEUR vérité à eux, d’autres qui ont un intérêt à ce que l’on croit leurs mensonges pour des raisons financières ou simplement d’égo.

Éviter ceux qui vous promettent de faire de vous une ceinture noire en étudiant leurs vidéos… d’autant plus si c’est payant. Croisez vos sources, et n’hésitez pas à faire des stages d’autres disciplines pour avoir de quoi trier le bon grain de l’ivraie. Et patientez d’avoir un peu de pratique pour être capable de sentir ce qui est bon de ce qui ne l’est pas.

Et attention à ce type de site qui vous promet de faire de vous une ceinture noire en 11 DVD: blackbeltcourse.com (je ne mets pas l’URL du site, car dans les conditions d’utilisation il est indiqué qu’ils sont en droit d’attaquer en justice tout site qui les référenceraient… pour en dire du mal par exemple… et cent mille dollars, c’est trop pour moi) à 625dollars américains en seulement  2 ans 1/2, voir 3 ans (pour les moins bons sans doute). Alors que pour intégrer mentalement l’ensemble des techniques et commencer à se bâtir, il faut bien plus que ça…

Ainsi pratiquez au dojo, le plus régulièrement possible. Si vous voulez travailler à la maison, demandez à votre professeur des exercices à faire à la maison. Ou refaites simplement à la maison ce que vous faites en cours, en vous concentrant pour corriger ce qu’on vous a expliqué en cours. Cela ne sert à rien de vouloir aller plus rapidement que la musique. J’ai vu beaucoup de débutants qui voulaient des vidéos de kata supérieurs pour les apprendre à la maison. Alors que bien qu’ils aient été corrigé trois ou quatre fois, leur position n’est pas correcte et leurs coups de poings non plus. Plutôt que d’apprendre d’autres choses, pourquoi ne pas déjà corriger ces techniques et positions de base qui ne sont pas bien faites?

Et surtout attendez d’avoir un peu d’expérience avant de vous lancer dans l’attaque des arts martiaux sur internet. Rappelez vous, rien ne remplace la pratique avec un partenaire ou un professeur qui vous corrigera et vous donnera les clefs pour ouvrir d’autres axes de progression. Vous évoluerez plus rapidement et serez plus technique en travaillant avec un professeur et des partenaires, qu’en étudiant seul avec des vidéos et des textes.

  5 Responses to “Les arts martiaux sur internet”

Comments (5)
  1. Ce genre de choses est à proscrire XD
    http://www.youtube.com/watch?v=UmxXq3pStpU&feature=plcp

    Ce type est amusant car il pratique tout seul et se prend très au sérieux…par ailleurs il semblerait qu’il ai des bases (il l’explique dans une autre vidéo) mais ça reste flou. Enfin ce que je lui reprocherai c’est le fait justement de donner des cours sur le net surtout en donnant l’impression que “vous pouvez faire ça tranquille chez vous entre amis”…cette video montre du sabre (pas si dangereux si on a l’intelligence de ne pas tester sur le petit frère et de ne pas tenir le sabre à l’envers…après le sabre peut aussi ne même pas couper) mais sur d’autre il montre…des clés de cou XD

  2. Bonjour Jack,
    Tu as entièrement raison, on ne peut pas apprendre un art martial sur internet, mais ça peut aider à progresser et à travailler par soi-même. Je suis persuadé que celui qui ne fait que suivre les cours au dojo ne progressera pas aussi vitre que celui qui s’entraine en plus à la maison, que ce soit avec une cassette, un livre ou internet, d’ailleur.
    L’avantage d’internet, c’est l’interactivité. Chacun peut poser des question dans les commentaires sur tel ou tel passage qu’il n’aurait pas compris…
    Après je reste également convaincu qu’il est impératif d’aller au dojo, tout du moins dans les premières années de pratique pour apprendre les bons gestes avec un professeur qui te corrige.
    A+
    Bruno

    • Salut Bruno,

      On est d’accord. Apprendre au dojo, et progresser dans un livre ou sur internet… Se servir de ces médias comme aide mémoire, et non pour acquérir des savoirs nouveaux. Apprendre un kata au dojo et se servir d’internet ou du livre pour ne pas oublier le schéma global.

      Amicalement
      Jack

  3. Il ne faut pas tomber dans le piège du : je vais acheter des bouquins et bosser à la maison.

    1 – on ne progressera pas
    2 – on va prendre de mauvaises habitudes
    3 – on va très vite perdre en motivation

    C’est ce que j’ai pu observer pour ma part, les arts martiaux doivent se pratiquer pour être maîtrisés !

Leave a Reply to Bruno Bandelier Cancel reply

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

(requis)

(requis)

Solve : *
22 × 27 =


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.