Fév 112014
 

Quand on pense à ce qui peut pourrir la vie, je me prends souvent à penser aux syndicats et leurs grèves injustifiées, pourrissant la vie de ceux qu’ils sont censés défendre et pactisant le plus souvent avec ceux contre qui ils sont censés lutter. Bref, j’en viens à me convaincre qu’un syndicat, c’est un outils du patronat et que ça ne sert strictement à rien.

Globalement les transports en commun en île de France, notamment, c’est de la merde, et leur matériel est pourri. J’avais déjà écrit quelques coup-de-gueule à ce sujet (voir ici et ici), mais finalement à force je me suis résigné. Résigné à avoir une vie pourri par ces transports en communs qui ne fonctionnent pas. Depuis plusieurs mois, les problèmes c’est au moins un par jour… Depuis début 2014, c’est matin ET soir, chaque jour, tout le temps. Parfois c’est 30 minutes de retard, parfois 1 heure. Mais il y a pire!!!

Ce soir j’ai quitté le travail à 18 heures pour pouvoir aller m’entrainer au club de Carrières. Je table pour 1 heure de trajet au lieu de 10 minutes en temps normal (qui n’existe plus depuis des mois) et donc arriver chez moi vers 19h, me changer et marcher jusqu’au club et être à l’heure pour l’entrainement.

Arrivé à la gare RER A, j’apprends que suite à un malaise voyageur, les RER A sont interrompus vers là où je dois aller. Qu’à cela ne tienne, je vais donc prendre un train pour Saint Lazare afin de prendre la ligne L ou la ligne J pour aller à Houilles/Carrières sur Seine. Mais là, c’est une personne sur les voies qui va bloquer le train dans une gare entre La Défense et Saint Lazare. Finalement en prenant un bus et un métro, j’arrive à Saint Lazare pour apprendre que tous les trains pour ma direction sont bloqués à cause d’un accident grave de voyageur. Donc me revoilà partit avec un métro pour rejoindre Auber et prendre un fameux RER A et rejoindre une gare opposée en espérant faire le lien par bus. Finalement, le malaise ayant été réglé (deux baffes dans la tronche et ça repart), les trains passent à nouveau, mais lentement, et avec du retard. Au final j’arrive chez moi à 20h25… Soit 2h15 de plus que d’habitude. J’ai raté mon entrainement, et je dois me coucher tôt car demain je me lève à 5h pour prendre le premier RER A, et rejoindre comme je pourrais Orly pour intervenir chez un client à Bayonne, avec un retour par le dernier vol évidemment. Pour un salaire qui servira à payer uniquement des impôts servant à engraisser ceux qui profitent du système, nos chers racailles (ceux qui nous gouvernent et ceux qui nous agressent). DEUX HEURES VINGT CINQ MINUTES pour faire un trajet qui prend normalement 10 minutes!!!! 2h25 au lieu de 10 minutes…

Voilà, je n’ai plus de colère, juste de la résignation. Ils ont su à me faire dégouter paris, l’île de france (je mets des minuscules tellement ces instituions sont petites, et minables), et maintenant c’est la france qu’ils arrivent à me faire détester. Depuis quelques temps je n’ai plus l’impression de vivre, je me lève, je perds mon énergie dans des transports en commun qui ne fonctionnent pas, à perdre un temps qui se chiffre en plusieurs semaines sur une année, tout ça pour être fatigué, las et ne pas avoir de vie. Je rentre pour me coucher et me lever tôt le lendemain. Les week-end servent à se reposer de la semaine. C’est tout…

Et il n’y en a pas un pour rattraper l’autre:

Entre des hommes politiques qui s’engraissent de plus en plus bafouant ceux qu’ils sont censés représenter, et étant de plus en plus débiles, indignes de confiance (on a quand même élu une paire de pédophiles au gouvernement, qui ne s’en sont jamais cachés), démagogues, immoraux, égoïstes, imbuvables, irrespectueux, menteurs, voleurs, et par leur décisions politiques: meurtriers… Et les journalistes qui n’ont de la profession que le nom et qui se complaisent dans leur rôle de commerciaux qui vendent de la fausse information, sans la vérifier tout en étant à la solde de ceux qui nous dirigent. Mais comment peut-on aller encore bien dans ce pays autrement qu’en faisant la politique de l’autruche?

Il n’y a qu’un seule solution: quitter la France!

Sarkozy n’a-t-il pas dit: « La France tu l’aimes ou tu la quittes? ». Et bien, je n’aime pas la France de ces politiciens. Je n’aime pas la France de ces journaleux. Ils l’ont détruites, et je refuse d’être sur un bateau qu’un équipage de baltringues mène en toute connaissance de cause contre deux récifs.

 Tagged with:

  2 Responses to “Après l’énervement, la résignation”

Comments (2)
  1. Bonjour Jack,

    J’ai lu dans le Parisien de ce jour une nouvelle qui aurait pu être bonne: la SNCF crée des brigades antistress.
    Malheureusement, il ne te sera pas possible de te déstresser sur elles comme tu le souhaiterais peut-être.

    Bon, ça c’était pour le chapitre « manifestation de mon humour affligeant ».

    Dans le genre pas drôle, se souvenir que les « accidents graves de voyageurs » sont très majoritairement des français qui ont décidé de quitter la France en manifestant leur désespoir sur une bonne centaine de mètres.
    Ajouter ceux/celles qui sont pas fichus de prendre un train à l’heure (*)et sont donc des personnes « sur les voies »

    La solution est-elle vraiment là où nous la cherchons?
    Mystère..!

    Marc
    (*) en même temps, après tes explications, les personnes sur les voies sont peut-être des gens qui prévoyaient de prendre le train retardé par un « accident grave de voyageur ».
    On n’en sort pas…

    P.S. Le conseil du jour: acheter cette « $£=~ de moto!

    • Hello,

      Merci pour tes remarques, toujours très justes.

      Un collègue m’a appris qu’en 1967 les taxis avaient fait grève… contre les autobus!!!!
      Le VTC on y viendra…

      Ensuite pour les trains de banlieue et RER c’est un cercle vicieux: un problème technique, accident, panne, et c’est retard et suppression, donc moins de trains et toujours autant de personne à le prendre, donc deux fois plus de personne dans les wagons, et comme le français est fragile et n’a pas l’habitude du mode sardine en boite, on se retrouve avec des malaises voyageurs. Et donc encore plus de retards et de suppression. Sans compter que parfois, on est tellement entassé sur un quai, que le moindre mouvement pourrait faire tomber des gens sur la voie et provoquer… un autre accident grave de voyageur.

      On n’en sort plus.

      A bientôt
      Amicalement
      Jack

 Leave a Reply

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

(requis)

(requis)

Solve : *
23 − 21 =


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.