Sep 152009
 

Un Article de Funcal sur le forum Kwoon.info

Dans notre pratique du budô 武道 , l’usage du sauna peut s’avérer utile, pas seulement pour une perte de poids éventuelle mais bien comme soin corporel connexe d’action étendue tant de traitement (douleurs articulaires et musculaires) que de préparation physique (assouplissements articulaires et musculaires).

LA PRATIQUE DU SAUNA

D’où vient le sauna ? Quels sont ses effets ? Qu’en attendre ? Comment le pratiquer ?

1. LES ORIGINES DU SAUNA

Le sauna est né en Finlande. Sa pratique est intégrée dans les mœurs et chaque famille possède son sauna que fréquentent les petits Finnois dès leur deuxième année.
Jusqu’à l’approche de l’accouchement, la future mère va au sauna.

Le sauna est pratiqué même et surtout quand on est malade.
La rudesse du climat (rigueurs d’un long l’hiver et d’un été très court) imposait et impose une cadence soutenue aux travaux des champs. Les Finnois se devaient d’être robustes. Le sauna constitue la forge de cette santé exemplaire.
Après son bain de sauna (d’une température d’au moins 80° C), le Finnois sort nu, pour se rouler dans la neige (par une température de 30° sous zéro).
L’effet bénéfique de la radioactivité de la neige s’associe à ces différences brutales de température pour fortifier les capacités d’adaptation organique.

Hors des conditions finlandaises, une douche froide remplace, partiellement mais avec un effet suffisant, les roulades dans la neige.
Les Finnois considèrent qu’une séance de sauna a le même effet qu’une bonne nuit de sommeil.

2. RÉACTIONS DE NOTRE CORPS DURANT LE BAIN DE SAUNA

Ordinairement, la température du corps humain reste constante grâce à un mécanisme de thermorégulation. Un des mécanismes régulateurs réside en la sudation qui, par surcroît, élimine l’essentiel des toxines.
A une augmentation de température, l’organisme réagit par un mécanisme d’autodéfense destiné à faire retomber la température interne : c’est la sudation.
Durant cette phase d’intense transpiration, l’organisme élimine l’essentiel de ses toxines.

Ainsi, le protocole même du sauna est d’élever la température du corps jusqu’à 38° C. (petite ” fièvre artificielle “) afin que l’organisme réagisse par une transpiration abondante, en éliminant l’essentiel de ses déchets.
Afin de prolonger, en la renouvelant, cette opération, il convient d’abaisser la température interne grâce à une douche froide dont la durée doit être brève, l’écart de température devant être important.

Les mécanismes thermorégulateurs sont limités mais aptes à s’accoutumer à des températures bien au-dessus ou bien au-dessous de celles que le corps humain supporte normalement. Il suffit de les y entraîner et le sauna est un excellent moyen. La preuve en sont les Finnois qui passent aisément d’une température de 80-100° C à une température de 30° C sous zéro.

Le confort de la vie moderne protège trop bien des intempéries et des changements climatiques en général. Le mécanisme thermorégulateur, peu sollicité, se dégrade. Ainsi, un écart de température minime entraîne, fréquemment chez l’homme moderne, un refroidissement.
L’alternance chaud-froid du sauna ne provoque pas de tels refroidissements. Les projections d’eau froide sont bien trop courtes pour que la température du corps baisse à ce point. La douche froide n’est destinée qu’à ramener la température du corps à la normale (37° C environ).

Pour prévenir rhumes, angines, grippes et toutes maladies rhino-pharyngés en général, les bains de sauna sont recommandés.

Détail de ce qui se produit durant la lutte de l’organisme contre la petite fièvre artificielle provoquée par le sauna :

L’organisme déploie tous les moyens dont il dispose :

– les capillaires se dilatent ainsi que les pores,
– la sudation se fait profuse,
– le pouls s’accélère,
– la circulation sanguine est activée et stimulée jusqu’aux régions qui en ont le plus besoin.

Résultats : les toxines sont éliminées et chassées par les émonctoires naturels :

1- la peau,
2- les poumons,
3- les reins,
4- le foie et
5- les intestins.

Il ne faut pas confondre l’action du bain de sauna avec celle des bains de vapeur (hammam) ou encore celle des bains en eau très chaude (bains hyperthermiques) ou en eau très froide.
Le bain d’AIR CHAUD, au sauna, agit puissamment sur le mécanisme thermorégulateur, déclenchant une transpiration importante (possible puisque l’atmosphère est parfaitement sèche). Il n’en va pas de même lors du bain en eau très chaude ou encore lors du bain de vapeur (hammam) durant lesquels toute évaporation est impossible, l’humidité ambiante étant trop importante.
Ces deux dernières méthodes n’ont donc aucune action sur les thermorégulateurs.

3 LES BIENFAITS VISIBLES DU SAUNA

3.1 – Au niveau de LA PEAU

La peau est en rapport étroit avec tout le système nerveux et reflète l’état général du corps. Si la peau est saine, le corps est sain. Si elle est malade, l’individu est malade. La peau transmet une foule de renseignements, notamment en ce qui concerne la température extérieure, afin de permettre à l‘organisme de réagir en conséquence.

Elle participe activement à l’élimination des déchets toxiques. Le système vasculaire de la peau lui permet, dans certains cas, d’attirer vers elle 1/3 de la masse sanguine. C’est pour activer davantage encore ce processus que les Finnois se flagellent avec des branches de bouleau durant leur bain de sauna. Dès les premières séances, la peau devient d’un contact agréable, sèche, douce, lisse, saine et bien irriguée. Les rougeurs et les plus de petits boutons disparaissent. Une peau dure et racornie deviendra souple et élastique.
Le cuir chevelu, mieux irrigué, permettra une régression de la dévitalisation et de la chute des cheveux.

3.2 – Au niveau DES MUSCLES

Le sauna apporte une totale décontraction après un effort intense ou une journée de travail épuisante. Il est aussi efficace dans le traitement des douleurs articulaires.
En effet, une circulation accélérée, une température plus élevée, un relâchement total des crispations musculaires et, surtout, l’élimination des toxines font disparaître petit à petit les raideurs tant musculaires qu’articulaires en entraînant ainsi une souplesse de l’organisme en général.

3.3 – Au niveau de L’ APPAREIL DIGESTIF

Le sauna agit sur le poids de façon aussi efficace pour une personne trop maigre que pour une personne obèse.
Une personne trop maigre pourra voir son poids se régulariser car le sauna améliore les fonctions du système digestif et favorise ainsi l’assimilation de la nourriture absorbée.

Attention :

– En cas de maigreur excessive, l’avis d’un médecin au fait de ces questions est indispensable.
– Chez la personne obèse, le sauna agit non pas en faisant fondre les kilos en trop, mais en éliminant l’eau excédentaires dans les tissus adipeux. Les graisses, elles, brûlent sous l’effet de l’activation du métabolisme et de la circulation sanguine.

3.4 . Au niveau DES VAISSEAUX SANGUINS

Tandis que les bains chauds et prolongés ordinaires sont à déconseiller aux personnes atteintes de varices, le sauna, en revanche, ne peut être que bénéfique aux variqueux.
Une seule condition toutefois : procéder à des aspersions d’eau très froide sur les jambes, ceci pour stimuler la vasoconstriction.

3.5 . Au niveau du CŒUR

Pas de contre-indication pour les cardiaques. En effet, les capillaires, en se dilatant, régularisent la tension artérielle et, subséquemment, soulagent le cœur en réalisant ” des petits cœurs périphériques “. Le tissu cardiaque fonctionne donc plus librement.

Seule l’eau trop froide, mal tolérée par les personnes souffrant de troubles cardiaques, est à déconseiller. A l’instar des Finnois, nous avons constaté que c’était l’eau froide qui suscitait le trouble cardiaque et non pas le sauna lui-même. En effet, l’eau froide engendre une vasoconstriction des capillaires qui engendre un accroissement du travail cardiaque par augmentation de la masse circulante.
 
4. LE SAUNA ET LA FEMME

Le sauna est très bénéfique à la femme, non seulement parce qu’il assainit et rajeunit la peau, mais aussi par action favorable, dans le cas d’insomnie particulièrement tenace, sur les infections chroniques, la constipation, la décalcification d’origine ovarienne, après des thromboses ou d’autres maladies.

Les perturbations du cycle menstruel, d’origine hormonales, sont également atténuées par la pratique du sauna.
Les inflammations chroniques des ovaires et les troubles dus à la grossesse se sont trouvés sensiblement réduits. Les accouchements se passent plus facilement et sont moins douloureux.
 
5. LE SAUNA ET LES ENFANTS

A partir de deux ans, un enfant peut prendre des bains de saunas. Simplement, les séances seront d’une durée de 5 à 10 minutes inférieures à celles des adultes, la température sera également moins élevée (10°C à 15°C en moins).
La douche froide est très bien tolérée par les enfants.

Seules contre-indications : la spasmophilie, les anomalies cardiaques congénitales (souffle au cœur, par exemple).
 
6. RÉPONSES AUX QUESTIONS SOUVENT RENCONTRÉES

L’avis de son médecin est-il indispensable pour pratiquer le sauna ?
Si vous êtes en bonne santé, rien à craindre, cependant, la première séance devra être courte, car c’est progressivement que votre organisme devra s’adapter à ces différences de températures. Il vaut mieux rester en deçà de ses capacités.

Quelquefois des personnes se plaignent de vertiges pendant une séance de sauna. Est-ce normal ?
Ces indispositions pendant le sauna sont assez rares, toutefois elles existent, chez les personnes âgées par exemple, ou chez qui n’a jamais fréquenté le sauna. Mais, il ne s’agit en aucun cas de défaillance cardiaque, mais simplement du résultat de l’irrigation plus intense des zones périphériques et de l’importante vasodilatation des capillaires. Si cela vous arrive, sortez du sauna, allongez-vous sur une surface dure et levez les jambes à la verticale afin que l’irrigation cérébrale redevienne normale. Une douche froide à le même effet.

7. RÈGLES ET PRÉCAUTIONS A PRENDRE AVANT, PENDANT ET APRÈS LE SAUNA

– Il faut avoir l’estomac vide (attendez au moins 2 heures après un repas copieux).
– Avant d’entrer dans le sauna, prendre une douche tiède et se savonner les parties du corps les plus sujettes à la transpiration.
– Se frictionner au gant de crin, surtout au niveau des masses adipeuses, pour activer la circulation sanguine de l’épiderme.
– Pour une température de l’ordre de 70° à 80° C, la durée de la séance sera de 15 à 20 minutes, pas plus.
– Au sortir du sauna, prendre d’abord une douche tiède qui éliminera toute la transpiration chargée de toxines (les cheveux devront, eux aussi, être soigneusement rincés), puis une douche froide très brève.
– Retour au sauna une seconde fois et recommencer le même processus.
– Terminer toujours par une aspersion d’eau froide afin de refermer les pores dilatés par la sudation.
– Après cela, s’allonger sous des couvertures bien chaudes.
– Si possible, faire suivre cette séance de sauna par une séance de massages.
– Fréquence : au moins une fois par semaine.

Déroulement d’une scéance de Sauna en 8 étapes, en image


 Leave a Reply

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

(requis)

(requis)

Solve : *
19 − 14 =


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.