Août 022010
 


段 (pas, étage, marche, échelon, niveau)
* On’yomi: だん (dan), たん (tan)
* Kun’yomi: きたえる (kitaeru), わかち (wakachi)

Le dan (段) est un système japonais permettant de marquer des niveaux, qui est utilisé dans les arts traditionnels (et pas seulement martiaux). Inventé à l’origine dans une école de Go durant la période Edô, le système a été appliqué aux arts martiaux grâce à Jigoro Kano, le fondateur du jûdô qui l’a appliqué en premier au jûdô. Puis ce système fut introduit plus tard dans les autres pays d’Asie.

Le dan est aussi utilisé pour indiquer un niveau de hauteur (voir exemple sur les niveau d’attaque de bras, de jambe ou les défenses): jôdan (上段, niveau haut), gedan (下段, niveau bas), chûdan (中段, niveau moyen)… Le niveau ceinture noire (en arts martiaux) appelé en japonais shodan (初段) veut dire en fait: “débutant” (voir la suite pour l’explication)

Dans les arts martiaux japonais modernes, les porteur de rang “dan” portent une ceinture noire. Les niveaux “dan” sont toujours attribués dans les arts comme les jeux de plateaux stratégiques Go et Renju, l’art d’arrangement floral (ikebana), et la cérémonie du thé… ainsi qu’à l’art du port de kimono.

Le caractère chinois de “Dan” (段) est utilisé en japonais pour signifier pas ou grade, mais est communément équivalent à degré. Toutefois, l’origine du kanji, se prononçant duán en Pinyin moderne, était utilisé pour signifier “phase”. Le rang “Dan” est souvent utilisé en compagnie du système de niveau plus bas kyû (級). Il y a d’autres méthodes d’attribution des niveau dans les systèmes d’arts martiaux japonais, un en particulier est le système plus ancien de menkyo.

1. Histoire

Le système de classement de niveau par dan a été inventé par Honinbo Dosaku, joueur de go professionnel durant la période Edô. Avant cette invention le niveau du bas en haut était évalué en fonction du handicape et était très vague. Il évalua le plus haut porteur de titre, Meijin à 9ème Dan.

Les niveaux de Dan furent appliqués aux arts martiaux par Jigoro Kano le fondateur du Jûdô. Kano commença le système de grades moderne lorsqu’il nomma au niveau shodan (le plus bas des grades dan) deux de ses élèves gradés (Shiro Saigo et Tsunejiro Tomita) en 1883. Même à ce moment, il n’y avait pas de différence externe entre un yûdansha (有段者, ceux qui ont un dan: niveau ceinture noire) et un mudansha (無段者, ceux qui n’ont pas de dan). Kano commença la coutume de faire porter à ses yûdansha des obi noires (黒帯, kuro obi : “ceinture noires” – obi = ceinture) en 1886. Ces obi n’étaient pas celles que portent les pratiquants de jûdô ou de karate actuellement. Kano n’avait pas encore inventé le jûdôgi (uniforme pour la pratique du jûdô), et ses élèves pratiquaient encore en kimono. Ils portaient alors le large obi que l’on porte avec un kimono de cérémonie. Ce n’est qu’en 1907, que Kano introduisit le jûdôgi moderne et son obi moderne, avec les grades ceinture blanche et ceinture noire.

Il parait que l’utilisation de ceinture pour dénoter le grade était utilisé par divers département de sport dans les système des écoles japonaises, de façon notable pour les nageurs, avant leur adoption par Kano.

2. Utilisation moderne en Go

Traditionnellement, le niveau des joueurs a été défini en utilisant les grades kyû et les grades dan. Le niveau kyû est considéré comme étant le niveau des élèves. Le niveau dan  est considéré comme étant le niveau des experts. Plus spécialement dans le jeu amateur, ces grades facilitent le système de handicape, avec une différence de un niveau correspondant grossièrement à un mouvement libre au début du jeu. Avec l’accessibilité  des calculateurs et des ordinateurs, le système de notation a été introduit. Dans un tel système, une note est calculée rigoureusement sur les bases d’un résultat de jeu..

Un niveau dan (abrégé en ligne “d”) est un niveau pour joueur amateur avancé. Bien que de nombreuses organisations laissent les joueurs choisir leur propre niveau kyû, les niveau dan sont souvent régulés. Cela signifie que les joueurs doivent donner de bons résultats en compétition ou passer des examens pour être nommé à un niveau de dan. Les joueurs sérieux de ce jeu essayeront d’atteindre un niveau dan. Pour les amateurs, les niveau dan sont disponibles jusque 7ème dan, au-delà le joueur doit devenir professionnel pour acquérir des promotions plus importantes.

Bien que des joueurs qui ont atteint des niveau dan professionnels sont nominalement plus fort que des joueurs amateurs de niveau dan, en pratique certains des plus forts joueurs amateurs 7ème dan ont un niveau de jeu comparable avec celui de joueurs professionnels.

3. Utilisation moderne dans les arts martiaux

Alors que l’utilisation du système kyû/dan, et des ceintures colorées est commun aux arts martiaux directement japonais ou bien d’origine de l’Asie de l’Est, et d’arts qui en dérivent, ou même d’autres origines, ce n’est pas universel.

3.1 Dans les arts japonais

Dans les temps modernes, un pratiquant de niveau dan d’un style est reconnu habituellement comme un pratiquant d’arts martiaux qui a surpassé le niveau kyû, ou le niveau basique. Il peut aussi devenir un instructeur diplômé de son école. Dans de nombreux styles, toutefois, réussir un niveau dan signifie simplement que l’on n’est plus considéré comme un débutant, mais ne veut pas nécessairement dire qu’on est devenu un expert. Plutôt, cela signifie qu’on a appris les bases.

Le nombre de rang dan est spécifique à l’école, au style, à l’organisation (du 1er au 5ème, et du 1er au 10ème sont assez habituel dans les arts japonais, bien qu’à l’origine, le système se limitait à 5 dan, il a ensuite été étendu). Les niveau dan les plus bas peuvent être obtenus habituellement à travers un passage de grade ou parfois suite à des résultats de compétition. Les dan les plus hauts nécessitent habituellement des années et des années d’expérience et de contribution à l’art martial en question. Ce qui peut-être atteint grâce à de l’enseignement,t des publications ou des recherches. Ces grades ne peuvent être attribués que par des un jury de représentants les plus gradés du dôjô principal ou parfois par une commission de direction. Il n’y a pas de niveau de réussir établit qui soit universel. Le système de niveau sont spécifiques à l’école ou au style. Ainsi les niveau ne sont pas nécessairement équivalent d’une école à l’autre et ne peuvent pas être traduits d’une art martial vers un autre art martial différent (par exemple en ninjutsu Bujinkan on compte 15 dan, en karate 10, dans les koryû 5 et dans les arts martiaux philippins il n’est pas rare d’en voir plus de 10). En fait les niveaux dan n’indiquent pas nécessairement qu’on porte une ceinture noire. Dans certains arts martiaux comme le iaidô, le kendô ou le jôdô, il n’y a pas de signes extérieurs de niveau porté par le pratiquant.  Quoi que la ceinture noire soit de loin le symbole le plus habituel le plus reconnaissable par le grand public.

Les plus haut grades dan sont parfois réservés au fondateur ou au chef d’un style et seul les élèves de plus haut niveau peuvent être promus à ces mêmes hauts niveaux. Ce qui a conduit que certains haut niveaux ont disparus dans certains arts. Par exemple en jûdô, il y a seulement sept  dixièmes dan vivant dans le monde et seulement dix-neuf ont été élus à ce rang depuis son origine. Dans d’autres styles le plus haut rang n’est pas le seul niveau que l’ont peut atteindre, avec les certifications ou autorisations d’instructeur, d’arbitrage ou de juge étant comprises comme des haut niveau ou parfois même plus sophistiqué.

3.1.1 Grades en japonais

De nombreux arts utilisent une notation de 1 à 10.

On peut s’étonner, pour ceux qui savent compter en japonais, que le premier degré des grades Dan ne soit pas appelé ichidan(一段). Si on se penche un peu plus attentivement sur l’étymologie japonaise du mot Shodan (初段), on peut voir qu’il est composé de deux idéogrammes. L’idéogramme Dan (段) est l’idéogramme utilisé pour représenter le degré, la marche d’escalier. L’idéogramme Sho (初) est particulièrement intéressant. Il se décompose en deux parties, l’une représentant le tissu/le vêtement (衤, koromo) et l’autre le sabre (刀, tô/katana). En effet pour faire un kimono, il faut commencer par couper l’étoffe. Sho signifie donc simplement commencer, débuter. Devenir ceinture noire ou shodan, c’est donc seulement avoir gravit la première marche de l’escalier art martial. Tout comme le musicien apprend ses gammes avant de pouvoir jouer une ouvre complète, le budoka apprends les techniques de base pendant la période de la ceinture blanche à la ceinture marron pour ensuite commencer le vrai travail de recherche sur son art à partir de la ceinture noire.

1.   shodan (初段:しょだん): premier degré de ceinture noire (techniquement, shodan signifie “le niveau débutant” et ichidan est le “premier niveau”; ce dernier terme est le moins utilisé)
2.   nidan (二段:にだん): second degré de ceinture noire
3.   sandan (三段:さんだん): troisième degré de ceinture noire
4.   yondan (四段:よんだん): quatrième degré de ceinture noire
5.   godan (五段:ごだん): cinquième degré de ceinture noire
6.   rokudan (六段:ろくだん): sixième degré de ceinture noire
7.   shichidan (七段:しちだん): septième degré de ceinture noire (alternativement, nanadan)
8.   hachidan (八段:はちだん): huitième degré de ceinture noire
9.   kyûdan (九段:きゅうだん): neuvième degré de ceinture noire
10. jûdan (十段:じゅうだん): dixième degré de ceinture noire

Dans certains styles, shodan implique que toutes les bases du style ont été maîtrisées. Au niveau sandan, l’étudiant est estimé capable d’enseigner indépendamment d’un professeur ou d’un instructeur, souvent appelé sensei. Au niveau gôdan, le budôka peut reçevoir une certification comme un niveau de pratiquant expert (shidôin).  Généralement les niveau plus bas sont validés sur les bases de la connaissance technique et des aptitudes physiques. Plus le niveau de dan est élevé, plus les qualités de dirigeant, l’expérience en enseignement, et les services rendus au style jouent dans la promotion. Par exemple, en jûdô britannique, pour obtenir la promotion des 5 premiers dan, les pratiquants de jûdô doivent démontrer des compétences techniques théoriques et des talents compétitifs lors de compétitions avec classement. La promotion du 6ème au 10ème dan se fait par récompense pour service rendus au jûdô et à sa promotion..

En Kendô, le système de dan a été changé récemment afin que le 8ème dan soit le plus haut grade accessible. A l’inverse du jûdô, toutes les promotions de dan dans la ZNKR, IKF et les états membres se fait par examen. Alors que les niveaux dan sont attribués pour des compétences techniques, il y a un système shôgô parallèle qui récompense par les titres Renshi, Kyôshi, Hanshi, contre la pertinence du rôle de modèle de certains membres kodansha de niveau 6ème dan, 7ème dan et 8ème dan. Renshi et Kyôshi sont attribués par examen écrit et Hanshi par élection. Il y a quelques débats parmi les kendôka non japonais de l’équité et l’impartialité du test de Kyôshi, puis qu’à l’inverse du test de Renshi, doit être écrit en japonais.

Bien que le système de dan est distinctement japonais, il a été adopté par de nombreux autres styles d’arts martiaux. Le dan et son symbole très connu: la ceinture noire, ont été absorbés dans une utilisation habituelle pour représenter une personne avec des compétences au dessus de la moyenne  et qui a beaucoup d’entraînement dans une discipline particulière. Une variation unique est celle du karate d’Okinawa Isshinryû. Les plus vieux pratiquants sont des américains qui ont enseigné à des milliers de personnes aux états-unis depuis 1956. Par conséquent il y a plus de 10 associations de Isshinryû et un nombre importants de 10ème dan légitimes dans le système du Isshinryû à travers le monde (au moins 15 au dernier comptage) qui sont tous des instructeurs ayant entre 40 et 50 ans d’expérience de l’enseignement.

3.2 Dans les arts chinois

Depuis 1998 l’association chinoise de Wushu ensemble avec la commission des sports nationaux et l’Institut chinois de recherche en Wushu int établit un système de niveau basé sur 9 duan:

Symbole: Duan Wei (niveau)

Niveau débutant:
duans basiques appelées ainsi pour les étudiants ayant quelques années d’expérience.

1. Qingying—yi duan: Aigle Bleu
2. Yinying—er duan: Aigle d’argent
3. Jinying—san duan: Aigle d’Or

Niveau intermédiaire:
Duans de niveau moyen pour les élèves en wushu qui sont capable d’enseigner et qui ont environ 10 ans d’expérience de pratique. A partir du 5ème Duan, il doit y avoir la preuve d’un travail scientifique de recherche sur le wushu (c’est à dire des publications).

4. Qinghu—si duan: Tigre Bleu
5. Yinhu—wu duan: Tigre d’Argent
6. Jinhu—liu duan: Tigre d’Or

Niveau avancé:
Les niveaux avancés sont attribués à des experts très expérimentés ayant une excellente réputation en Wushu. La personne reçevant un tel Duan a la permission officielle de se nommer elle-même “Grand Maître”.

7. Qinglong—qi duan: Dragon Bleu
8. Yinlong—ba duan: Dragon d’Argent
9. Jinlong—jiu duan: Dragon d’Or

Pour la standardisation internationale, l’association de Wushu chinoise a décidé d’utiliser le terme Dan au lieu du terme chinois Duan.

Le système de niveau n’est pas totalement nouveau dans le wushu chinois. Dans les temps anciens, il y avait un système de niveau et de grade en wushu chinois, tel que mentionné dans l’encyclopédie Chinoise du Wushu (Zhongguo Wushu baike quanshu) ou plus tard à la court de l’empereur.

3.3 Dans les arts coréens

Certaines écoles coréennes d’arts martiaux utilisent des barrettes brodées pour dénoter la différence de niveau dan (une barrette pour 1er dan, deux pour le 2ème dan, trois pour le 3ème dan, etc…)

Les arts martiaux coréens n’avaient pas de système de grade jusqu’à l’occupation japonaise (1905 – 1945), durant laquelle une grande variété d’arts martiaux japonaise furent introduits dans les systèmes scolaires coréen, principalement le jûdô et le kendô. Après l’occupation, des arts martiaux coréens nouveaux (ou rénovés) émergèrent, comme le taekwondo, le Soo Bahk Do et le hapkido continuant d’utiliser les niveaux dan (단) et geup (급). le système de niveau dan est aussi utilisé par les joueurs de baduk. De nos jours l’association coréenne de  Taekkyon attribue des niveau dan aux pratiquants de taekkyeon.

Celui qui reçoit un grade dan est appelé un yudanja (유단자).

Dans certaines écoles coréennes, principalement en Kukkiwon (WTF) taekwondo, il y a aussi un système de  pum (품) en place. Les pratiquants qui n’ont pas atteint l’âge de 16 ans, ne peuvent pas passer l’examen de niveau dan. Pour eux a été mis en place un système de 4 niveaux de grades pum. Après qu’ils atteignent l’âge de quinze ans et demi, leur grade pum peut être changé dans le grade dan équivalent, bien que certaines organisations demandent au candidat de passer un examen supplémentaire. En Kukkiwon taekwondo on peut passer des grades pum seulement avant 18 ans. Habituellement les ceintures portées par les pratiquants ayant un grade pum est bi-couleur rouge er noire.

3.3.1 Grades en corée

Lorsqu’on dénombre les grades dan, les nombres en sino-coréens sont utilisés. Les noms pour les grades dan sont les suivants:

1. Il dan (일단): premier degré de ceinture noire (appelé aussi cho dan (초단 hanja: 初段))
2. Yi dan (이단): second degré de ceinture noire
3. Sam dan (삼단): troisième degré de ceinture noire
4. Sa dan (사단): quatrième degré de ceinture noire
5. O dan (오단): cinquième degré de ceinture noire
6. Yuk dan (육단): sixième degré de ceinture noire
7. Chil dan (칠단): septième degré de ceinture noire
8. Pal dan (팔단): huitième degré de ceinture noire
9. Gu dan (구단): neuvième degré de ceinture noire

Habituellement les niveaux dan ne dépassent pas le neuvième dan, bien que dans certaines occasions un dixième dan (십단) ait été attribué. Selon le Kukkiwon, Il n’y a que six 10ème dan attribués à titre posthume, et deux attribués à des personnes vivantes, (Un Yong Kim et Sang Kee Paik) qui sont considérés pour avoir apporté une très grandes contributions au Tae Kwon Do.

source: http://en.wikipedia.org/wiki/Dan_%28rank%29

 Leave a Reply

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

(requis)

(requis)

Solve : *
18 − 14 =


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.