Jan 032014
 

Aujourd’hui après le traitement habituel, Saori-san accompagnée de sa navigatrice Miho-san (sa grande soeur) me conduisent à Fukushima.

J’omets exprès le suffixe “-ken” qui signifie département, après le mot Fukushima, pour introduire à dessein l’interrogation quand au nom “Fukushima”. Grâce à nos formidables médias (qui font tout sauf de l’information) le Japon ne se borne plus à n’être que la ville de Tokyo… Maintenant grâce à la grande culture que nous donne les médias français, le Japon c’est maintenant Tokyo et la ville de Fukushima. C’est presque tout! Forcément, bien qu’avec les moyens modernes de communication, il est difficilement pardonnable de ne pas se renseigner, il est clair que si l’on croit ces menteurs médias sur parole, on tombe dans les clichés et les certitudes, alors que la réalité du terrain est toute autre. Si on cherche un peu, on découvrira que le Japon, c’est des dizaines d’îles dont 4 principales et un archipel (Okinawa/Ryukyu, qui n’est japonais qu’au sens géographique et politique… mais c’est une autre histoire). Mais aussi que Fukushima, ce n’est pas seulement une ville, mais surtout un département. Et que ce département est composé de nombreuses provinces, dont celle de Aizu, extrêmement riche historiquement et culturellement. Et c’est après cette richesse historique et culturelle que je suis allé à la recherche. Et les drogués de TF1,M6, LCI, BFM-TV qui boivent la sainte parole divine des présentateurs de ces farces qu’on appelle “journaux télévisés” (je rappelle que pendant des mois les journalistes couvraient l’actualité au Japon comme s’ils y étaient alors qu’ils avaient tous évacué le pays le 12 mars 2011), ne pourront jamais comprendre puisque pour eux, le Japon c’est seulement deux villes, Tokyo et Fukushima. Donc si un “il a été à Fukushima, il est fou” vous est venu à l’esprit, ou si un rapport entre mon voyage et une dose de radioactivité vous a effleuré l’esprit, alors vous pouvez remercier la désinformation communiquée par ces médias qui n’ont de cesse que faire de vous un CON-sommateur dénué d’esprit critique, de soif de connaissance, de curiosité et d’ouverture d’esprit. Personnellement je cherche à casser les idées reçues et montrer justement que l’image donnée par les médias n’a rien à voir avec ce que je peux vivre là-bas, et que ce qui est véhiculé par les médias en France, n’est pas la vérité, mais seulement ce que les français veulent entendre, et donc acheter. Un journaliste n’est plus un informateur, mais un commercial qui a pour but de vendre, quelque soit ce qu’il peut vendre, vérité ou mensonge… finalement il n’y a que le mensonge qui vend, car la vérité, la majorité des gens n’aiment pas ça.

Bref, Mon but dans ce voyage c’était la découverte de Aizu, dans le département de Fukushima. Derrière ce titre provocateur je tenais justement à exprimer mon dédain pour les médias tels que TF1, M6, LCI, BFM TV, etc… (toutes ces chaines qui se veulent informatives, mais qui ne donne QUE ce que les gens veulent entendre, quitte à déformer la vérité et mentir par omission), mais aussi à exprimer ma tristesse pour les gens qui les regardent ET SURTOUT qui les croient sans aller vérifier ailleurs (surtout quand on voit que des journalistes se renseignent, sur des blog!!!). Faire constamment référence à la ville de Fukushima lorsqu’on prononce le mot cela reviendrait à parler de Verdun à chaque fois qu’on parle de la Lorraine…

Pour rappel, les centrales nucléaires dai-ichi et dai-ni ne se trouvent pas dans la ville de Fukushima. Dai-ichi est située sur le territoire des bourgs d’Okuma (tranches 1 à 4) et de Futaba (tranches 5 et 6), dans la préfecture de Fukushima, au bord de l’océan Pacifique, à environ 250 km au nord de Tokyo, 45 km au nord de Iwaki, 45 km au sud de Sōma. La centrale dai-ni, est située dans les bourgs de Naraha et Tomioka, à 240 km au nord de Tokyo, au bord de l’Océan Pacifique. A 100km de là où je suis allé. Et pour info il existe une carte GeigerMap qui recense les relevés de radioactivité, et il n’y avait rien de catastrophique dans le lieu des photos de cet article. Les relevés de la geigermap  concordaient avec les analyses d’un collègue physicien, qui avait fait quelques relevés la semaine passée.

Je précise que j’ai comme tout le monde été un consommateur manipulé par les médias, jusqu’à ce qu’une expérience personnelle me fasse réaliser que ce que j’avais vécu en direct et qui était relaté par les médias n’était pas la même chose… Donc avant de sauter aux conclusions hâtives, renseignez vous par vous même en croisant diverses sources, ne croyez pas les médias qui ne vous donneront pas la vraie information, mais seulement ce qu’ils veulent que vous croyiez…

Quelques précisions:

Fukushima (福島県, Fukushima-ken) est une préfecture du Japon située dans le Tōhoku. Fukushima signifie littéralement « île (島, shima) du bonheur/fortune (福, fuku) ». La préfecture est située dans la région du Tōhoku ; elle se répartit en trois morceaux : Hamadori (浜通り, sur la côte), Nakadori (中通り, au centre) et Aizu (会津, région montagneuse). Elle est entourée par l’océan Pacifique, et les préfectures de Miyagi (nord), Niigata (ouest), Ibaraki et Tochigi (sud), Gunma et Yamagata. La population  est de 1 960 523 hab. (1er décembre 2012) pour une superficie de 13 782,75 km2 (densité: 142 hab./km2)

La municipalité de Fukushima (福島市, Fukushima-shi) est une ville du Japon, capitale de la préfecture de Fukushima. En 2008, la ville avait une population de 294 724 habitants pour une superficie de 746,43 km2. La ville se trouve au milieu des montagnes Azuma et est traversée par le fleuve Abukuma. Les symboles municipaux sont le pêcher, le zelkova du Japon (un arbre) et la mésange charbonnière.

Saori-san me montre le mont Bandai-san

Après deux heures de conduite par autoroute nous arrivons à Fukushima.

Mais non, il n’a pas neigé… enfin pas beaucoup…

Nous nous arrêtons dans un restaurant de ramen qui est très réputé là-bas: Lime-ramen (mince… j’ai pas de photos de ces ramen, pourtant ça valait le détour).

D’habitude j’ai une préférence pour les miso ramen, mais la spécialité du coin est les shoyu ramen (kiitakata ramen). Donc us n’est pas coutume, je mange donc ces ramen. Délicieux… D’autant plus que dégustés en charmante compagnie.

  2 Responses to “3 janvier 2014: En route pour Fukushima”

Comments (2)
  1. Salut

    Ton article nous tient en haleine, jusqu’à ce que… plouf, rien.

    Qu’est-ce qui t’as poussé à croire que tout ce qui était raconté était faux ?
    Quelle expérience t’as démontré le mensonge médiatique ?

    Allez raconte, te fait pas prier :)
    (et rappelle-toi que l’expérience Tchernobyl nous a appris que les radiations n’ont pas de frontières – oui, oui, même si elles n’ont pas leurs passeports – et qu’elles peuvent donc s’exporter sur des milliers de kilomètres – terre, air, mer)

    • Hello,

      Pourquoi je n’en dis pas plus? Parce que ce n’est pas un article, mais simplement les photos d’un voyage accompagné d’un commentaire acerbe sur la cause de réflexions désagréables que j’ai entendu.
      Ensuite pour le reste, ça fera l’objet d’un article, et d’une parution via un autre média. Mais pour l’instant ces publications sont celles de photos d’endroits peu connus des touristes internationaux :)

      Amicalement
      Jack

 Leave a Reply

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

(requis)

(requis)

Solve : *
22 ⁄ 11 =


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.