Jan 022014
 
Après la petite ballade, Saori-san et Miho-san m’emmènent à Shiogama pour visiter Shiogama jinja un des plus grands sanctuaires et des plus important de tout Tohoku.
 
Shiogama (塩竈市, Shiogama-shi) est une ville du Japon située au nord-est de la préfecture de Miyagi, au Japon. La ville a été fondée le 1er avril 1889. Le nom de la ville signifie chaudron de sel en référence à un rituel shinto, où l’on fabrique le sel à partir de l’eau de mer ; ce rituel est encore pratiqué chaque année en juin au temple d’Okama-jinja. La population de la ville est de 56 650 habitants pour une superficie de 17,86 km2 (2010).

Le Shiogama-jinja (鹽竈神社) est un sanctuaire shinto situé à Shiogama, préfecture de Miyagi au Japon. Connu depuis le IXe siècle, quinze de ses bâtiments sont désignés biens culturels importants. Bashō rapporte sa visite dans la “La Sente étroite du Bout-du-Monde” (Oku no Hosomichi), évoquant les magnifiques piliers, le plafond peint, le long escalier de pierre, les lanternes votives et “l’éclat de la clôture vermillon dans le soleil du matin”.

 
Il y a trois routes pour rejoindre le jinja, et une d’entre-elle est le franchissement de 202 marches en pierre…
 



 
Et au sommet, la récompense…


 
Et du haut du sanctuaire, une vue sur l’océan
 
 
 
 
 
 
Ensuite nous allons dans un restaurant à sushi réputé. Avec le plat de sushi, je profite pour goûter un cru de la ville, et on me propose un deuxième verre avec un cru local pour comparer… très sympa… et le saké est vraiment ce qui va le mieux avec des sushis, tels que ceux que j’ai pu avoir.
 

 
Puis mes deux charmantes guides insistent pour me ramener dans une pâtisserie française tenue par un français de Normandie. La pâtisserie s’appelle Ringo no ki (le pommier). L’adresse est28-5 Ojimacho, Shiogama, Miyagi-Ken, Japon. J’ai pu rencontrer Keiko-san l’épouse de Vincent, ce jeune Normand qui a franchit le pas. Curieusement, l’histoire de ce Normand est sensiblement semblable à la mienne.

Et de retour chez Saori-san, nouveau nomikai avec toute la famille. Cette fois encore le papa de Saori, un monsieur de plus de 70ans qui ne m’épargne pas, et prend même une bonne longueur d’avance.

Il tient a me chanter ma chanson de minyo préférée, issu de sa région natale: Aizu Bandai-san, mais dans un état d’ébriété aussi avancé que le miens, il oublie la suite des paroles. Toutefois, il m’a fait gouter le saké dont le personnage de la chanson aime consommer a outrance (Ohara Shosuke, que l’ont voit partout à Aizu Wakamatsu par exemple).

 Leave a Reply

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

(requis)

(requis)

Solve : *
8 + 25 =


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.