Jan 042014
 

Après avoir quitté le Ryokan, nous empruntons une petite route enneigé pour aller à Ôuchijuku, une ville qui a gardé son caractère médiéval. Juché en haut d’une montagne, c’est limite s’il ne faut pas des chaînes pour circuler aux pneus. C’est sans compter sur l’expertise de Saori-san pour qui la conduite sur neige n’a plus aucun secret.

La ville de Oichijuku est magnifique et les maisons superbes, les plus de 50 cm de neige ne nuisent en rien aux charmes de l’endroit.
Ōuchi-juku (大内宿, Ōuchi-juku) est un shukuba (relais de poste) du Aizu Nishi Kaidō de l’époque d’Edo. À présent situé dans la ville de Shimogō, Fukushima, district de Minamiaizu dans la préfecture de Fukushima, il est renommé pour ses nombreux bâtiments de l’époque d’Edo aux toits en chaume qui bordent sa rue principale. Ōuchi-juku était un important relais de poste dont les bâtiments servaient de boutiques, d’auberge et de restaurants pour les voyageurs. De nombreuses constructions ont été conservées telles qu’elles étaient avant la restauration Meiji et le site a été désigné Important Preservation Districts for Groups of Traditional Buildings (en) (Importants districts de préservation pour groupes de bâtiments traditionnels). Le village est maintenant une destination touristique populaire.

Les habitants de ce village, pour la plupart les commerçants animants les boutiques, vivent ici depuis deux ou trois générations. Leur japonais est difficilement compréhensible pour moi, tant l’accent est prononcé et tant le dialecte y est assez fort.

Rencontre avec un jeune Shibaken de un an, très joueur

Nous nous arrêtons dans une petite auberge pour une dégustation de toshi-mochi (年餅) avec de l’amazaké.

Toshi-Mochi au Macha et à l’anko

L’auberge est superbe…

nous allons discuter avec un brasseur, qui nous offre des patates grillées et ses saké en dégustation. Encore une fois Saori-san doit se contenter de thé pendant que je profite de la dégustation avec Miho-san.

Puis c’est le retour en passant sur les berges du lac wakasato et inawashiro. Le lac Inawashiro (猪苗代湖 Inawashiro-ko) est un des 4 plus grands lacs du Japon. Au sud du mont Bandai, il est aussi appelé “lac miroir du ciel” (天鏡湖 Tenkyōko). On aurait dit un océan intérieur… Grandiose!!!

Au retour, le corps sans vie du petit shibaken Anne nous attends pour les derniers rites, et nous lui offrons de l’encens selon la tradition bouddhiste. Cela peut sembler aberrant pour un européen, voir stupide, de faire un rite funéraire pour un chien, ou un chat. Je le sais, car dans un autre registre, j’ai entendu déjà “tout ça pour un clébard”, “c’est juste un sac à puce, ça sert à rien”. Mais au Japon, c’est culturel. Les compagnons des humains ne sont pas “juste” des chiens ou des chats . Le bouddhisme profondément ancré dans la vie des japonais veut que l’on respecte toute vie, et que “consoler” l’âme des défunt fussent-ils des animaux fasse partie d’eux-mêmes comme il en est pour le respect, la politesse, la notion de GI (gimu, giri, …). Lorsque la religion catholique n’avait pas encore écrasé les autres religions, telles que les religions latines, grecques et celtiques, dans ces religions polythéistes un hommage était rendu aux compagnons des humains. On retrouve ainsi des sépultures pour les chiens et les chevaux. Bref inutile d’en dire plus, C’est culturel, soit on partage cette vision de la vie, soit on accepte que ça soit comme ça dans d’autres pays, ça ne se discute pas, ça ne se juge pas.  Quoi qu’il soit RIP Anne, ton souvenirs est désormais sur internet et tu vivras virtuellement sur mon blog…

 

 Leave a Reply

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

(requis)

(requis)

Solve : *
8 ⁄ 4 =


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.