Juil 102008
 

Le shamisen ou samisen (Japonais:  三味線, littéralement “trois cordes parfumées”), aussi appelé sangen  (littéralement “trois cordes”) est un instrument de musique à trois cordes que l’on joue avec un  plectre appelé bachi. La prononciation en japonais est généralement “shamisen” (dans l’ouest du  Japon, et souvent dans les sources de la période Edo: “samisen”) mais parfois “jamisen”  lorsqu’utilisé comme suffixe (exemple Tsugaru-jamisen).

Construction

Le shamisen est similaire en longueur à une guitare (de 1,10m à 1,40m), mais son cou est bien plus  fin et il ne possède pas de frets. Sa caisse de raisonnance type tambour de forme rectangulaire,  connu comme étant le dô, est couverte devant et derrière d’une peau à la manière d’un banjo qui  amplifie le son des cordes. D’ailleurs on donne parfois au shamisen le nom de banjo japonais. La  peau est généralement celle d’un chat ou d’un chien, mais dans le temps un type de papier spécial  était utilisé et récemment différents types de plastiques sont esayés. Sur la peau de certains  parmis les meilleurs shamisen, la position des tétons du chat peut encore être visible.

Les trois cordes sont traditionnellement faites de soie, ou, plus récemment, de nylon. La partie  infèrieure du shamisen passe sur une petite bosse au niveau du sillet final afin que ça puisse  bourdonner, créant le son caractéristique connu sous le nom de sawari (quelque part une  réminiscience du “bourdonnement” d’une sitar, qui est appelé jawari). La partie supérieure du dô,  celle dirigée vers le joueur, est presque toujours protégée par une couverture connu sous le nom de  dô kake, et les joueurs portent souvent une petite bande de tissu sur la main gauche pour faciliter  le glissement vers le haut et le bas sur le cou. Cette bande de tissu est appelée yubikake. Il peut  y avoir aussi une couverture sur la tête de l’instrument connu sous le nom de tenjin.

Jeu

Dans la plupart des morceaux, le shamisen se joue avec un grand plectre lesté appelé bachi, qui  était traditionnellement fait en ivoire ou avec une carapace de tortue mais qui est maintenant  habituellement en bois, et qui est de la forme d’une feuille de ginkgo. Le son du shamisen est  similaire dans certains aspect à celui du banjo américain, du fait que le corps type tambour,  recouvert de peau, appelé dô, amplifie le son des cordes. Comme pour le style de jeu clawhammer (un  méthode de pincement des cordes propres au banjo) pour le banjo américain, le bachi est souvent  utilisé pour frapper à la fois les cordes et la peau, créant un son très percutant.

En kouta (小唄; littéralement “chant court”) et occasionnellement dans d’autres morceaux de musique,  les cordes du shamisen sont pincées avec les doigts.

Histoire et morceaux

Le shamisen dérive du sanshin ou Jabisen qui est un instrument okinawaien d’origine chinoise (le  sanxian, 三絃) qui fut introduit dans l’île d’Okinawa au milieu du XVIe siècle et utilisé dans la musique  populaire. C’est au début de la période Edo (1603-1868) qu’il fit son apparition dans les autres  îles de l’archipel japonais. Il est utilisé avec des voix dans les chants populaires et comme  instrument soliste ou d’ensemble (comme dans les orchestres de kabuki). Il devient l’instrument de  prédilection des geisha.

Le shamisen d’Okinawa est traditionnellement recouvert de peau de serpent (Habu 波布, un serpent de  la famille des vipères actuellement en voie de disparition) et est nommé Jabisen ( 蛇皮線).


jabisen/sanshin en peau de Habu

Le Jabisen ( 蛇皮線 ) est un instrument de musique à cordes originaire de Chine et développé à Okinawa  où il est appelé sanshin (三線 , littéralement “trois cordes”, sanxian en chinois), en référence au  nom chinois de cette instrument. Il est utilisé en musique japonaise, notamment dans le Ching dong,  punk folk japonais inspiré des marching bands de la Nouvelle Orléans. Il est à l’origine du  shamisen, instrument typiquement japonais. Il tire son nom japonais de la conception en peau de  serpent de sa caisse de résonance.

Le shamisen peut être joué en solo ou avec d’autres shamisen, voir même dans un ensemble avec  d’autres instruments de musiques japonais (koto, taiko, shakuhachi, etc.), voir avec du chant comme  nagauta (長唄), ou même comme un accompagnement de pièces, notablement kabuki (歌舞伎) et bunraku (文楽).  Traditionnellement les hommes et les femmes jouaient du shamisen, même s’il était l’instrument de  prédilection des geisha.

Le plus célèbre et peut-être le plus demandant en style narratif est le gidayû, nommé d’après  Takemoto Gidayû (1651-1714), qui fut lourdement impliqué dans la tradition du théatre de  marionnettes bunraku à Osaka. Le shamisen gidayû et son plectre sont les plus grands de la famille  des shamisen, et le chanteur-narrateur est tenu d’exprimer les dialogues de la pièce, autant que  chanter tous les commentaires des actions. Le rôle du chanteur-narrateur est souvent si prenant  vocalement qu’il est nécessaire de changer l’artiste au milieu d’une scène. Il y a une petite  notation dans les livres (maruhon) de la tradition sauf les mots et les noms de certaines réponses  appropriées génériques du shamisen. Le joueur de shamisen doit connaître l’ensemble du travail  parfaitement pour pouvoir répondre de manière efficace à l’interprétation du texte par le  chanteur-narrateur. A partir du dix-neuvième siècle, les artistes féminines connu comme onna-jôruri  ou onna gidayû on aussi portée cette tradition de concert.

Dans les premières années du vingtième siècle, les musiciens aveugles, dont Shirakawa Gunpachirô  (1909-1962), Takahashi Chikuzan (1910-1998), et voyants comme Kida Rinshôei (1911-1979), ont  développé un nouveau style de jeu, basé sur des chants folkloriques traditionnels (“min’yô”) mais  développant plus d’improvisation et de jeu de doigts tape-à-l’oeil. Ce style – maintenant connu  comme Tsugaru-jamisen, d’après la région natale du style dans le nord de Honshû – continu d’être  relativement populaire au Japon. Le style virtuose Tsugaru-jamisen est parfois comparé au style  bluegrass du banjo.

Kouta (小唄) est un style de chant appris par les geisha et les maiko. Son nom signifie littéralement  “petit” ou “petit chant”, ce qui contraste avec le genre de musique trouvée dans les bunraku et les  kabuki, autrement connu sous le nom de nagauta (長唄) (chant long).

Jiuta (地唄), ou littéralement “musique terrienne” est un style plus classique de musique au  shamisen.

Shamisen dans les morceaux non-traditionels

Un joueur de shamisen contemporain, Takeharu Kunimoto, joue de la musique bluegrass sur le  shamisen, après avoir étudié pendant un an le bluegrass ) l’Université de l’état de l’Est-Tennesse  et joue avec un groupe de bluegrass basé là-bas. Un autre joueur utilisant le Tsugaru-jabisen dans  des morceaux non traditionnels est Michihiro Sato, qui joue des improvisations libres sur  l’instrument. L’américano-japonais pianiste jazz Glenn Horiuchi jouait du shamisen dans ses  représentations et sur ses disques. Un duo populaire au Japon connu sous le nom des frères Yoshida  (Yoshida Kyodai) ont développés un style énergétique de jeu lourdement influencé par des solos  rapides et aggressifs qui soulilgnent la vitesse et la vibration; qui est habituellement associée à  la musique rock sur guitar électrique. L’américain joueur de Tsugaru-jamisen et de guitar Kevin  Kmetz dirige un groupe de rock appelé “Dieu du Shamisen”, qui est basé à Santa Cruz en Californie,  et joue aussi de l’instrument avec le groupe Estradasphere.

Variations dans la construction et le style de jeu

Les shamisen varient en forme et en taille, dépendant du style pour lequel le shamisen sera  utilisé. Par exemple, le futozao (littéralement “cou fin”) du Tsugaru-jamisen est une innovation  plutôt récente, et est construit délibérément bien plus large que les styles traditionnels de  shamisen, et son cou est bien plus long et fin que les shamisen traditionnels nagauta et/ou jiuta.

Généralement, le hosozao au cou fin est utilisé en nagauta, le cou plus fin et plus petit  facilitant les conditions d’agilité et de virtuosité du kabuki. Le hosozao est souvent utilisé en  kouta, ou il est pincé avec les ongles. Le chuzao est préféré pour les jiuta, avec un timbre plus  fort et plus mélodieux. Finalement, le futozao au cou fin, est utilisé dans la musique robuste de  Gidayubushi (la musique de Bunraku), Joruri et Tsugaru-jamisen. Dans ces styles, le cou plus fin  facilite la force plus importante utilisée dans le jeu de la musique de ces styles.

Le bachi ou plectre utilisé pour jouer du shamisen diffère aussi dans la forme. Le bachi utilisé  pour les shamisen de nagauta et jiuta a une forme très triangulaire, avec souvent des angles très  pointus. Le Gidayû shamisen utilise un bachi très mince, ayant une forme triangulaire plus  imperceptible. Le bachi utilisé en tsugaru-jamisen a une forme triangulaire très notée, mais est  toujours moins prononcé que le bachi utilisé dans le nagauta et jiuta.

La largeur du pont (koma) varie aussi entre les styles, et même entre les école de musique, comme  le musicien de jiuta de l’école Ikuta-ryu joue avec un koma de taille différente que le musicien de  jiuta de l’école Yamada-ryu.

Le shamisen utilisé pour les styles de musique japonaise, comme jiuta, kouta et nagauta, adhèrent à  des standars très strictes. Les puristes de ces styles demandent que les shamisen soient fait avec  le bois correct, la peau correcte, et sont joués avec le bachi correct. Il n’y a que peu de place  pour des variations. Le tsugaru-jamisen, d’un autre côté, s’est prêté à l’utilisation moderne, et  est utilisé dans des styles modernes comme le jazz et le rock. Comme un instrument plus ouvert, des  variations existent pour le spectacle. Le tuning des chevilles et du plectre, qui sont  habituellement fabriqués à partir d’ivoire ou de carapace de tortue, sont parfois fait de matériaux  acryclic pour donner au shamisen, une apparence plus moderne, plus tape-à-l’oeil. Récemment des  inventeurs avant-gardistes ont développé un Tsugaru-jamisen avec des micro pouvant être utilisés  avec un amplificateur, comme les guitars électriques: le tsugaru-jamisen électrique est né!

source: http://en.wikipedia.org/wiki/Shamisen

une vidéo de morceau de shamisen:

Et d’autres vidéos de musique avec shamisen:
shamisen et taiko: http://fr.youtube.com/watch?v=09vfa4vuHFY
spectacle: http://fr.youtube.com/watch?v=G1PDHb2FElc

Les célèbres Yoshida Kyodai : http://www.youtube.com/watch?v=RERXiliJfdI
Et leur superbe morceau: http://www.youtube.com/watch?v=u6Ml-3CR4x4

Et un superbe morceau d’un ensemble: http://www.youtube.com/watch?v=lyfvQ7kosBc&NR=1

 Leave a Reply

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

(requis)

(requis)

Solve : *
8 + 13 =


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.