Sep 142015
 

N’ayant pas pu voir le Kokyô, je remets cette visite à plus tard pour aller voir Meiji-jingū (明治神宮) et Yoyogi-koen (代々木公園). Sur Tôkyô c’est un de mes lieux préférés.

Le Meiji-jingū (明治神宮) ou sanctuaire Meiji, est un sanctuaire shintoïste situé en plein cœur de Tōkyō, dans l’arrondissement de Shibuya, en bordure du quartier Harajuku.
Ce sanctuaire est dédié aux âmes divines de l’Empereur Meiji, mort en 1912, et de sa femme l’Impératrice Shōken, morte en 19141, bien que les deux époux reposent à Kyoto. Il a été construit avec un musée de 1912 à 1920 au milieu d’un jardin dessiné par l’Empereur et composé de 100 000 arbres donnés de tout le Japon lors de la construction. Le temple a été détruit par les bombardements de 1945 et reconstruit en 1958, principalement en bois de cèdre. En 1973 a été construit le shiseikan (至誠館), salle d’entrainement aux arts martiaux (dojo). De 1990 à 1993, un nouveau bâtiment a été construit : le kaguraden (神楽殿), une salle de danse traditionnelle kagura pour fêter les 70 ans du sanctuaire. Une annexe au musée a été construite récemment à l’est du site. C’est le plus grand lieu de culte shintoïste du pays, où l’on célèbre de nombreux mariages et cérémonies.

Le Meiji-jingū est en fait constitué de deux complexes : le principal, parfois appelé naien (内苑), littéralement “jardin intérieur”, où se trouve le sanctuaire, et gaien (外苑), littéralement “jardin extérieur”, situé à plus d’un kilomètre à l’est. Le sanctuaire est au centre du Meiji-jingū gyoen (明治神宮御苑), le jardin impérial, qui s’étend sur 700 000 m² et comptait en 2008 près de 170 000 arbres de 245 espèces différentes. On y trouve en outre un champ de 1 500 iris de plus de 150 espèces différentes. Le chemin principal menant au sanctuaire est ouvert par un torii en bois de cèdre de 12 mètres de hauteur, ce qui en fait le plus haut du Japon. Outre le kaguraden, les bâtiments du sanctuaire sont le honden (本殿), batiment principal construit dans les règles du style nagare-zukuri, le noritoden (祝詞殿) où la liturgie est récitée, le naihaiden (内拝殿), le gehaiden (外拝殿), le shinko (神庫) pour les objets sacrés et le shinsenjo (神饌所) pour les offrandes. Le dojo shiseikan se trouve au nord du site à côté du musée, appelé hōmotsuden (宝物殿, lit. “sanctuaire aux trésors”), et exposant les portraits des Empereurs ainsi que des objets leur ayant appartenu. Au sud du jardin du sanctuaire se trouve le parc Yoyogi, qui s’étend sur 540 000 m².

 Leave a Reply

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

(requis)

(requis)

Solve : *
19 × 12 =


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.