Fév 202018
 

Titre français : Yakuza : L’Ordre du dragon
Titre : Like a Dragon
Titre original : 龍が如く 劇場版
Titre romaji: Ryū ga Gotoku Gekijōban
Réalisation : Takashi Miike
Scénario : Masashi Sogo, Seiji Togawa
Production : Toshihiro Nagoshi et Munehiro Umamura
Directeur de la photographie: Hideo Yamamoto
Monteur: Yasushi Shimamura
Musique : Crazy Ken Band
Pays d’origine : Japon
Langue : japonais, coréen
Durée : 110 minutes
Sortie: 3 mars 2007
Sortie DVD / Blu-ray France : Septembre 2010

Like a Dragon, ou en japonais 龍が如く 劇場版 (Ryū ga Gotoku Gekijōban), est un film de yakuza japonais réalisé par Takashi Miike et écrit par Seiji Togawa. Sorti le 3 mars 2007 au Japon. Le film est une adaptation du jeu vidéo Yakuza sorti en 2005 et fait suite à Ryū ga gotoku – jissha-ban de Takeshi Miyasaka.

Histoire

L’intrigue est vaguement basée sur le jeu Yakuza original et est une “histoire d’une nuit” qui se déroule dans une chaude nuit d’été à Kamurocho, la version fictive du Kabukichō de Tokyo Shinjuku.

La nuit commence avec un braquage de banque par un duo manzai d’hommes armés masqués et la disparition de dix milliards de yens des dépôts du Clan Yakuza Tojo. Pendant ce temps, dans les rues de Kamurocho, l’ancien yakuza Kazuma Kiryu et une jeune fille nommée Haruka Sawamura recherchent Mizuki Sawamura, la mère de la jeune fille un amie de l’amour d’enfance de Kiryu, alors que le rival de Kiryu, un yakuza psychotique appelé Goro Majima et son gang sont à leur poursuite.

Après une rencontre avec Kiryu et Haruka dans le Konbini Poppo, l’employé Satoru et sa nouvelle petite amie Yui décident de commencer à braquer des magasins pour de l’argent et pour s’amuser. Ailleurs dans le quartier, un mystérieux tueur à gages sud-coréen, Park, traque le coupable qui se trouve derrière le hold-up du Clan Tojo qui le mène vers l’infâme Jingu ou Mister N et la Millennium Tower.

La recherche de Mizuki amène Kiryu au sommet de la Millennium Tower et se termine par une bataille climatique avec le Yakuza Akira Nishikiyama qui est le meilleur ami d’enfance de Kiryu (ils ont été élevés dans le même orphelinat).

Acteurs

Kazuki Kitamura: Kazuma Kiryu (桐生一馬)
Natsuo: Haruka Sawamura (澤村遥)
Goro Kishitani: Goro Majima (真島吾朗)
Shun Shioya: Satoru (悟)
Saeko: Yui (唯)
Haruhiko Kato: Kazuki (一輝)
Saki Takaoka: Yumi Sawamura (澤村由美) / Mizuki Sawamura (美月)
Show Aikawa: detective Noguchi (野口刑事)
Gong Yoo: Park le tueur coréen (朴)
Yutaka Matsushige: Makoto Date (伊達真)
Claude Maki: Akira Nishikiyama (錦山彰)
Yoshiyoshi Arakawa: le vendeur d’arme coréano-japonais (武器屋)
Kenichi Endou: Imanishi le voleur de banque (今井)
Sansei Shiomi: Shintaro Kazama (風間新太郎)
Tomorowo Taguchi: Le propriétaire de la boutique de coiffure coréano-japonais barbershop owner
Toshihiro Nagoshi: Jingu mais listé comme Mister N (ミスターN)
Alexander Otsuka: un Yakuza (ヤクザ)

sources:
https://fr.wikipedia.org/wiki/Like_a_Dragon
https://en.wikipedia.org/wiki/Like_a_Dragon

Mon avis

On retrouve bien l’ambiance du jeu.
La VF est super mauvaise et c’est dommage… La VO présente beaucoup de situations humoristiques.
Et on ne compte pas le nombre de scènes “what the fuck”, signature de Takashi Miike.

Globalement ce film est une vraie surprise; sorti en 2007, il arrive comme d’habitude très tardivement chez nous et donc on peut douter de la qualité de celui-ci. Mais que nenni , “Yakuza” est une petite perle. Le film reprend superbement l’univers du jeu vidéo avec un Kazuki Kitamura impeccable dans le rôle de gentil-méchant héro et pour une fois les expressions “action survitaminée, combats à mains nues, mise en scène déjantée” inscrites sur la pochette du film ne sont pas là pour rien.

Pour une fois qu’un film respecte l’univers du jeu vidéo qui lui donne origine, il faut le noter. En plus il lui ajoute une petite touche déjantée avec un petit clin d’oeil au créateur de la saga originale “SEGA”.

Takashi Miike est un réalisateur imprévisible, dans ses réalisation il y a le meilleur comme le pire et c’est souvent très inégal, et on a parfois du mal à comprendre où il veut en venir. Toutefois il trouve ici un matériel de base assez en adéquation avec ses sujets de prédilections : l’humour absurde, les yakuza, la violence et tutti quanti. Les spectateurs qui auront vu “Dead or Alive” ou bien  “Rainy Dog” ne seront pas dépaysés.

Ecrit par le scénariste Hase Seishu (City of Lost Souls), l’histoire utilise beaucoup d’ellipses et reste trouble sur le passé des personnages. Du coup ceux qui n’ont pas joué au jeu seront donc un peu perdu. Et donc on oublie pas mal de personnages pour se concentrer sur l’affrontement récurrent entre Kiryu et Majima ainsi que la trame principale du jeu avec Nishiki. Les histoires annexes ne sont pas absolument nécessaires et on pourrait les croire intéressantes, mais cela rajoute un peu de piment. Par exemple on se demande le rôle à jouer de Yui et Satoru, et à la fin… ben voilà on comprend mieux l’objectif de Takashi Miike. On s’attend à des histoires indépendantes qui vont s’entrecouper… et… il faut voir le film… Toutefois sorti de Kiryu et Majima, quelques personnages intéressants et loufoques sortent du lot comme notamment le vendeur d’armes “Ultra Masochiste”  joué par Yoshiyoshi Arakawa (Survive Style 5+, Memories of Matsuko) ou encore celui du tueur Coréen, Park. Et comme c’est Takeshi Miike, forcément, on retrouve également le fidèle Sho Aikawa dans un rôle de flic débile ainsi qu’un caméo de Teah (City of Lost Souls, 1-ichi) en barman. Le  “boss de fin de jeu” est interprété par Kuroudo Maki (“Brother” de Takeshi Kitano) mais n’est pas vraiment convaincant dans son rôle de super fighter.

Niveau réalisation, l’action est, bien que très découpée, pas épileptique pour un sous. Le style est donc vraiment efficace et la photographie est très agréable. Les passages dans le “Kabukichō virtuel” tout illuminé sont bien restitués et on se retrouve ainsi dans l’ambiance du jeu. Le film reste donc fidèle à la trame principale du jeu. On retrouve l’ambiance avec des séquences de combat à mains-nues du jeu, ainsi qu’une fusillade au fusil à pompe bien bourrin. On retrouve également quelques effets des jeux vidéos avec l’aura d’énergie qui entoure les personnages ou bien lorsque Kiryu boit une boisson énergétique pour reprendre des forces (grosse clin d’oeil aux jidôhanbaiki). Ryū ga Gotoku Gekijōban est au final très divertissant sur la durée avec cependant des délires “à la Takashi Miike” qui n’ont rien à voir avec l’histoire. A recommander surtout à ceux qui ont apprécier le jeu ou aux fans de Takashi Miike, les autres auront peut être un peu de mal.

Trailer: https://www.youtube.com/watch?v=NqVot6eHfwA

 Leave a Reply

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

(requis)

(requis)

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.