Mar 292018
 


(cliquer sur l’image pour l’agrandir)

S’il y a bien un maître Japonais à connaître en France, c’est bien Mikinosuke KAWAISHI (川石 酒造之助, KAWAISHI Mikinosuke).

C’est le fondateur du Judô en France et quelque part le précurseur de tous les autres arts martiaux japonais, il est également le maître de la plupart des maître français d’arts martiaux japonais (dont Maître Roland HERNAEZ). Sans la façon dont il a introduit le judô en France, et le système de ceinture, les arts martiaux japonais tels que karate, aikidô, etc. n’auraient pas eu le même attrait.

Article wikipedia: https://fr.wikipedia.org/wiki/Mikinosuke_Kawaishi

Kawaishi en est venu à croire que le simple fait de transposer les méthodes d’enseignement du Japon à l’Occident était inapproprié. Il a développé un style d’enseignement intuitif et un classement numérique des techniques qu’il estimait plus adaptées à l’Occident. Il a adapté ses méthodes d’enseignement à la culture européenne. Cela est devenu connu comme la méthode Kawaishi. L’un des changements dont il est crédité est l’introduction de nombreuses ceintures de couleur pour reconnaître l’avancement dans le judo. Cela a semblé s’accomplir en France et il y avait une croissance rapide d’intérêt pour le judo.

Le système de judo de Kawaishi est entièrement décrit dans son livre “Ma méthode de Judo”, écrit quand il était 7ème dan et publié en 1951. Il a écrit: “”Et maintenant quelques mots de conseil. Apprenez à fond tous ces mouvements. Étudiez-les attentivement dans tous leurs détails. On ne peut jamais savoir trop de technique. Et puis, surtout, au dojo, entraînez-vous dur, consciencieusement, sérieusement et courageusement.”

Il publie ensuite “Ma méthode de self-defense” en 1952, “Enchainements et contreprises du Judo debout” en 1959, “Ma méthode secrète de judo” en 1960 et “Les Katas complets du Judo” en 1967

Ses livres se vendent maintenant à plusieurs centaines d’euros.

Il est intéressant de voir que dans la méthode de Judô de maître Jigoro Kano transmise par maître Kawaishi, on retrouve des atémis, dont des coups de coude, des coups de genou… Qui a dit qu’on ne frappait pas au Judô?

Si maître Mikinosuke Kawaishi est mort le 30 janvier 1969 et qu’il repose au cimetière du Plessis-Robinson. Selon certaines sources, ce que l’histoire ne raconte pas, c’est qu’il a été enterré dans un relatif anonymat et qu’il a vécu les derniers instants de sa vie, dans une relative misère abandonné de tous.

 

 

 Leave a Reply

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

(requis)

(requis)

*