Juin 172011
 

Titre original : 河童のクゥと夏休み (Kappa no kuu to natsu yasumi)
Titre français : Un été avec Coo
Réalisation : Keiichi Hara
Scénario : Keiichi Hara, Masao Kogure, Yuichi Watanabe
Production : Yoshihiro Iwasaki
Société de distribution : Eurozoom
Pays d’origine : Japon
Langue : Japonais
Dates de sortie :
Japon : 28 juillet 2007
Japon : 12 juillet 2008 (Festival du film Miyazaki)
Japon : 26 août 2008 (Festival du film Gifu Asia)
France : 10 septembre 2008
Japon : 18 octobre 2008 (Festival international du film de Tōkyō)

Vacances d’été avec Kuu (河童のクゥと夏休み, Kappa no kuu to natsu yasumi, litt. « Vacances d’été avec Kuu le kappa », appelé en France “un été avec Coo”) est un film d’animation japonais de Keiichi Hara, sorti le 28 juillet 2007 au Japon.

1. Sujet

Kôichi, jeune écolier en quatrième année de primaire, découvre une pierre bien étrange dans le lit asséché d’une rivière et la rapporte à la maison. Alors qu’il décide de laver ce précieux trophée, un étrange animal en sort. Surprise, c’est un kappa, un esprit de l’eau. La famille de Kôichi appelle ce kappa Kuu et décide d’en prendre soin. Toutefois, la rumeur de la présence de Kuu ne tarde pas à se propager et toute la ville ne parle plus que de lui. Kuu, inquiet d’ennuyer la famille de Kôichi, décide de partir. L’aventure de Kuu à la recherche d’autres kappa commence.

2. Distribution

Kazato Tomizawa : Kuu
Takahiro Yokokawa : Koichi Uehara
Naoki Tanaka : Yasuo Uehara
Naomi Nishida : Yukari Uhehara
Tamaki Matsumoto : Hitomi Uhehara

3. Récompenses

Le film a gagné le prix du meilleur film d’animation en 2008 pour le Mainichi Film Awards et a été nominé pour le prix du meilleur film d’animation au Japanese Academy Award de 2008 et pour le prix du meilleur film d’animation au Asia Pacific Screen Awards de 2007. Il a aussi gagné le Grand Prix pour l’animation au 11ème festival Japan Media Arts Festival de 2008 et dans la catégorie Long Métrage au Tokyo Anime Award de 2008.

4. Mon avis

Le dessin animé est très intéressant et traite notamment des kappa et des légendes qui y sont liées. Les kappa font partie de la famille des yôkai.

Lors de son voyage Kuu et Kôichi se rendent à Iwate, notamment dans les villes de Tôno et Kamaishi célèbres pour leurs légendes sur les Kappa. Il est à noter que la ville de Kamaishi a été entièrement détruite par le tsunami du 11 mars 2011.

J’ai fait l’erreur d’avoir regardé la version avec les doublages français (car n’ayant pas eu accès à la VO au moment où j’écris ces lignes), et de ce fait il m’est difficile de parler de ce film avec passion, car les traductions françaises sont tellement mauvaises (pour coller avec des notions japonaises qui ne se retrouvent pas en France, comme celle des yôkai, etc…) et les doublages sont tellement atroces (comme c’est le cas avec tous les films, dessins animés, série japonaises adaptées en France), que cela nuit à l’ambiance de tout le film. Du coup entendre les mots kappa ou les noms de villes japonaises écorchées de la sorte m’ont vraiment énervé. Pas étonnant que les dessins animés et films japonais marchent peu en France, car les éditeurs s’évertuent à les doubler de façon tellement mauvaise qu’au final il est préférable de ne pas voir la version qu’on nous jette à la figure. C’est une insulte à la fois pour l’art japonais, et pour nous amateurs et passionnés.

Toutefois l’animation est superbe, et les critiques de la société moderne omniprésentes.

Le film traite de nombreux sujet, notamment le fait que l’homme se détache de la nature au point de détruire cette dernière et ainsi de s’auto-détruire lui-même par la même occasion. Les manipulations et les actions de la presse, plus enclin à faire du fric, de l’audience, à vendre plutôt qu’à informer… et ce dans l’irrespect le plus total des victimes et des gens visés montrent que ce phénomène est international et appuie le sentiment de déclin de la société. Excuse des journalistes: “le public a le droit de savoir”… “Oui le public a le droit de savoir, mais vous vous avez aussi le droit de me respecter”.

Et un des sujets majeurs du film, c’est l’idée d’appartenance à un groupe, d’avoir un lien avec son origine. Kuu se découvre être le dernier Kappa de l’endroit où il est né, qui a été détruit par les humains, et il se cherche donc des gens de sa race pour retrouver ce lien avec son origine. Car parmi les humains, il est étranger, et parce qu’il est complètement différent, il n’est pas libre de vivre comme il le faisait, il n’est pas libre d’être lui-même, il n’est pas libre d’être un kappa. C’est un concept qui est très fort au Japon, que celui d’appartenance à un groupe. Or le concept avec le doublage français a été omis et passe très mal, et enlève toute une partie de la compréhension du sujet.

En outre, le film montre la vie actuelle d’habitants de Tokyo, que l’on imagine complètement folle avec du stress, une vie à 100 à l’heure, dans une mégapole surpeuplée. Or ce n’est pas forcément le cas, comme le montre ce dessin-animé qui se déroule dans un quartier de Tokyo. Il montre aussi les relations entre les gens de la campagne et ceux de la capitale, notamment en terme d’idées reçues. Koichi est une jeune garçon de 10 ou 11 ans qui part seul dans le nord du Japon. La remarque des autochtones est assez drôle: “incroyable, tu es aussi jeune et tu pars aussi loin… mais c’est ça les enfants de Tokyo…”

Un dessin animé très plaisant qui apporte beaucoup en terme d’images et d’informations culturelles sur le Japon, la culture japonaise et la vie au Japon.

 Leave a Reply

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

(requis)

(requis)

Solve : *
27 − 7 =


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.