Avr 222011
 

kenichi affiche

Genre: Arts martiaux, comédie, romance

Manga
Ecrit par: Shun Matsuena
Publié par: Shogakukan
Magazine: Shônen Dimanche
Diffusion: 9 août 2002 à aujourd’hui
Volumes: 43

TV anime
Dirigé par: Hajime Kamegaki
Studio: TMS Entertainment
Licence: Canada et USA (Funimation Entertainment)
Chaine de diffusion: TV Tokyo
Chaine de diffusion anglaise: United States Funimation Channel
Période de diffusion de la série japonaise: 7 octobre 2006 – 29 septembre 2007
Episodes: 50

Shijô Saikyô no Deshi Ken’ichi (史上最強の弟子ケンイチ, littéralement. “Histoire de Kenichi le plus fort disciple” ou “Le disciple ultime”) est un manga japonais de Shun Matsuena sérialisé dans le manga hebdomadaire Shônen dimanche.

Le premier tankôbon (単行本, livre indépendant) a été publié le 9 août 2002. Une adaptation en dessin animé par Tokyo Movie Shinsha a été diffusé au Japon d’octobre 2006 à septembre 2007.

Ce manga est un remake de Tatakae! Ryôzanpaku Shijô Saikyô no Deshi (戦え!梁山泊 史上最強の弟子, littéralement. Combat! Ryôzanpaku, Histoire du disciple le plus fort), qui a été sérialisé dans le magazine de manga mensuel Shônen Dimanche Super, publiant l’équivalent de cinq tankôbon entre 2000 et 2002.

1. Sujet

La série raconte l’histoire de Kenichi Shirahama, un lycéen de 16 ans qui a été tyrannisé par des brutes toute sa vie. Toutefois, au premier jour de classe, il rencontre et devient ami avec une mystérieuse jeune fille, nouvelle élève qui vient d’être transférée dans l’école: Miu Fûrinji. Conduit par son désir de devenir plus fort afin de protéger ceux qui sont autour de lui, il la suit à Ryôzanpaku, un dojo où se rassemblent ceux qui sont réellement fort et qui ont maitrisé leur art complètement (Ryôzanpaku vient d’une histoire chinoise appelée “The Water Margin“, chinois simplifié: 水浒传; chinois traditionnel: 水滸傳; pinyin: Shuǐhǔ Zhuàn, “Au Bord de L’eau” en français qui s’entrainent tous à Liangshan 梁山). Après avoir appris les bases avec Miu, Kenichi est capable de battre des membres du club de karate de l’école de haut niveau, et il devient ainsi la cible des délinquants désireux de prouver qu’ils sont les plus forts. La raison pour laquelle Kenichi s’entraine est qu’il souhaite remplir une promesse qu’ils a fait à Miu d’être capable de la protéger. Par conséquence, la vie journalière de Kenichi en tant que Uchi Deshi, est de suivre les entrainements infernaux que lui préparent les six grands maître de Ryôzanpaku, et de combattre les membres de Ragnarok, puis les membres d’un  groupe plus puissant et plus dangereux appelé YOMI, un groupe de disciple qui se sont entrainés sous la direction de maîtres très puissants qui rivalise avec Ryôzanpaku: Yami. Il réalise qu’ils souhaite devenir le plus fort pour être capable de protéger sans tuer personne. En compagnie d’ancien membre de Ragnarok, devenus ses amis et qui ont rejoint l’alliance Shinpaku, un groupe créé par le camarade de classe de Kenichi, Haruo Niijima, Kenichi combat maintenant Yami pour prouver ses idéaux et protéger ceux qui ont besoin de l’être.

2. Personnages

2.1 Héros

Kenichi Shirahama (白浜 兼一, Shirahama Ken’ichi) doublage: Tomokazu Seki
Kenichi est un lycéen en premier année, qui aime jardiner et lire des livres. Il est depuis toujours pris comme quelqu’un de faible par le reste de l’école et il est classé comme le lycéen le plus faible de l’école. Dans le but de devenir plus fort afin de protéger ceux qui ont besoin de l’être, il devient le disciple du Dojo Ryôzanpaku, et finit par y vivre (Uchi Deshi), afin de pouvoir apprendre pleinement les techyniques de ses maitres. Bien qu’ils soit timide par nature, il évolue pour devenir un vrai combattant, et lorsqu’il est motivé, c’est à dire lorsqu’il utilise ses talents pour aider les autres, qu’ils soient des adversaires ou des alliés, il se transforme en véritable génie des arts martiaux à son niveau de pratique. Bien que ses maîtres et de nombreux adversaires le décrivent comme quelqu’un qui n’a aucun talent pour les arts martiaux, ce qu iimplique que son obstination et son talent pour le travail dur lui permettent de progresser. Ses maitres disent aussi: “tu es une personne qui ne peut pas apprendre de mouvement de haut niveau car tu n’as aucun talent pour les arts martiaux, c’est la raison pour laquelle nous allons faire de tes techniques de bas niveaux les plus fortes!”. Si Kenichi n’a aucun talent pour les arts martiaux, c’est son travail à l’entrainement qui le fera progresser et dépasser toute attente.

Miu Furinji (風林寺 美羽, Fûrinji Miu) doublage: Tomoko Kawakami
Miu est une lycéenne en premier année, qui se retrouve dans la même classe que kenichi. Miu est de nature très discrête, bien qu’elle soit une talentueuse combattante entrainée par son granb-père depuis qu’elle est enfant. Son grand père est l’ainé et chef du dojo Ryôzanpaku. Miu a du mal à se faire des amis et chérit ses entrainement avec Kenichi, mais elle semble avoir de vrais sentiments pour Kenichi, ainsi elle devient réellement jalouse lorsque qu’une autre fille montre de l’affection pour Kenichi, et ce en divers occasions. Elle va jusqu”à être très embarassées lorsque les autres personnes suggèrent qu’ils soient un couple.

2.2 Maîtres

Fûrinji Hayato (風林寺 隼人) : le grand père de Miu, l’invincible combattant de Ryôzanpaku

Sakaki Shio (逆鬼 至緒): Karate, l’homme aux 100dan de Karate, qui a maitrisé tous les styles

Apachai Hopachai (アパチャイ・ホパチャイ) : Muay Thai et Muay Boran, le dieu du monde souterrain du Muay Thai

Kôsaka Shigure (香坂 しぐれ) : Kobujutsu, le maitre des armes de blanches.

Ba/Ma1 Kensei (馬 剣星) : Arts martiaux chinois et acupuncture

Kôetsuji Akisame (岬越寺 秋雨) : Aikijujutsu et kiropracteur/kinésithérapeute

2.3 Ennemis:

Des pratiquants de: Street Fight, Boxe anglaise, Savate Jûdô, Koppo, Kung-fu, Jû-jutsu, Sambo, Capoeira, Hakkakuken, Pencak Silat, Lucha Libre, Kalarippayatt, Kempo, Iaidô, Savate, Kali/Eskrima/Arnis, Systema, Close-Combat Commando, Ditangquan (地趟拳), Bājíquán (chinois traditionnel: 八極拳; pinyin: Bājíquán; Japonais: 八極拳, Hakkyokuken), Taijiquan, Muay Thai, Muay Boran, Piguaquan (chinois: 劈掛拳 ou Piguazhang : 劈掛掌), Zui Quan (chinois: 醉拳; pinyin: Zuì Quán), Hikaken et Hakkyôken, Sumo, jôjutsu, Taekwondo, Baguazhang, Xingyiquan, xiquan, tanglangquan, et de nombreux arts martiaux chinois (je ne peux pas tous les lister: http://en.wikipedia.org/wiki/List_of_Chinese_martial_arts)

liste des personnages: http://en.wikipedia.org/wiki/List_of_Kenichi:_The_Mightiest_Disciple_characters

3. Terminologie

3.1 Dou

Un pratiquant d’arts martiaux de type Dou utilise sa colère pour dépasser ses limites. Ainsi il tend à devenir aggressif en combat, et s’éloigne rarement de l’offensive. Dans certains cas, ils deviennent carrément bestiaux, comme on peut le voir avec Miu et Kisara, après qu’ils aient reçu des émotions intenses de douleur et de frustration, respectivement.  Les utilisateurs semble se reposer lourdement sur leur instinct et sur la force brute lorsqu’ils combattent.  Selon James Shiba, un combattant de type Dou se concentre à faire exploser son “ki”, après l’avoir canalisé à travers la cible pour la détruire. Selon le manga, Apachai, Sakaki, et Miu sont de type Dou. Il semble que les combattants de type Dou sont plus apte à emprunté le chemin de  Asura (le chemin du meurtre), car ils combattent avec la colère et peuvent rarement se controler lorsqu’ils combattent. Toutefois, Apachai, Sakaki, et Miu sont capables de soutenir les principes de Katsujin-ken à cause de leur sens naturel de la bonté.

3.2 Sei

Un pratiquant d’arts martiaux de type Sei ne combat pas avec de la puissance ou de la colère, mais avec talent et esprit. Ces traits sont évidemment ceux de Kensei, Akisame, Hayato, et Kenichi. Les principes reposent sur un état de calme et de clareté de l’esprit.

3.3 Le chemin du Shura

C’est le chemin qu’emprunte un pratiquant d’arts martiaux qui recherche la puissance dans le but de protéger les gens autour de lui. Kenichi est un exemple notable de celui qui a accepté ce principe. Ceux qui suivent ce chemin protégeront ceux autour d’eux, renonçant aux techniques mortelles.

3.4 Satsujin-ken

Littéralement “le poing qui tue”. Le côté Yin des arts martiaux, qui prétend qu’un art martial a été créé pour tuer et détruire. Les Yami personnifient ce principe et reconnaissent qu’il n’est pas possible de prouver que le Satsujin-ken est la vraie signification des arts martiaux sans défaire Ryôzanpaku, qui personnifient le principe de katsujin-ken.

3.5 Katsujin-ken

Littéralement “le poing qui sauve”, le côté Yang des arts martiaux qui prétend que les arts martiaux ont été créés pour protéger et sauver des vies. Même sans les ressources et la main d’oeuvre des Yami, les maitres de Ryôzanpaku se plient à soutenir ce principe.

4. Media

4.1 Manga

kenichi manga

Le manga  “Histoire de Kenichi le disciple le plus fort” est actuellement mis en série dans le magazine Shônen du dimanche. La série compile plus de 40 tankôbon. La série de manga continue après la fin de l’anime, par la rencontre  de Kenichi et des membres de Yomi et leurs maitres respectifs.

4.2 Anime

Une adaptation animée du manga par  Tokyo Movie Shinsha a commencé le 7 octobre 2006. Il a été diffusé 50 épisodes du début de la série jusqu’à la confrontation de Kenichi et des membres les plus élevés de l’organisation Ragnarok. Tous les 50 episodes ont été diffusé au 25 mai 2010.

4.3 Jeu

Le 15 mars 2007, Capcom a distribué le premier jeu de la série, Shijô Saikyô no Deshi Kenichi: Gekitô! Ragnarok Hachikengô, exclusivement sur Playstation 2.

5. Differences

5.1 entre le manga et l’anime

* Dans le mange, Kenichi commence l’entrainement à Ryôzanpaku après avoir vaincu Daimonji. La carte de Miu était tellement peu claire que Kenichi a eu besoin de Honoka pour la décoder pour lui.

* Un passage avant la rencontre de Kenichi et Hermit montre que Akisame a emmené Kenichi dans les montagnes pour lui apprendre l’art de la tactique.En plus de l’apprendre, Kenichi montre aussi que l’entrainement peut être une tactique en tant que tel. ce passage n’est pas présent dans l’anime.

* Dans le manga, après la deuxième bataille entre Kenichi et Hermit, il y a un bref passage où Kenichi et Sakaki défient un autre dojo, où un des membres de l’alliance Shinpaku apprend un art martial d’une conduite indigne d’un sportif et pratiquant d’arts martiaux (crevant les yeux de l’adversaire, utilisant des tables pour attaquer l’adversaire par derrière,  etc…). Ce passage n’est pas présent dans l’anime.

* Tout de suite après la défaite de Thor, le chapitre suivant présente Kenichi se laissant aller et abandonnant l’entrainement parce qu’il pense qu’il est suffisamment fort. Ses maîtres lui prouvent le contraire, avec Apachai le blessant sérieusement. Ce n’est pas montré dans l’anime.

* Tout de suite après le passage où Kisara quitte Ragnarok, les cinq chapitres suivants, racontent la rencontre de  Hayato avec Apachai, et comment ce dernier les a suivit à Ryôzanpaku. Ce passage n’est pas présent dans l’anime, et est immédiatement enchainé par le plan ‘H’ de Nîjima pour pousser Hermit à rejoindre l’alliance Shinpaku. Ce qui est placé tout de suite après que Kenichi revient de sa retraite dans les montagnes avec Hayato dans l’anime, mais dans le manga, Kenichi a participé à l’action.

* Il y a un passage cours dans l’anime où le père de Kenichi lui rend visite au dojo Ryôzanpaku, et après qu’il fut témoin de l’entrainement de son fils, il essaye de ramener Kenichi à la maison. Pour cela il emporte son nouveau fusi, appelé rotowski, qu’il a secrètement acheté sans que sa femme ne l’apprenne.

* Dans le manga, la famille 馬 (Kensei, Sôgetsu, Renka, etc.) prononcent leur nom de famille ば, (Ba); Dans l’anime, et dans certaines traductions, cela a été changé dans la prononciation chinoise, ま (Ma.)

* Le sang dans l’anime a été réduit de façon très significative voir complètement retiré par rapport au Manga.

* L’anime termine avant le passage sur YOMI (chapitre 143 du manga), De même que son existence n’est même pas mentionnée.

5.2. Dans Tatakae!! Ryôzanpaku

Le sujet de ces 5 volumes mensuels prédécesseurs de la série est globalement le même avec quelques différences notables:

* Shigure n’existe pas dans la version mensuelle, et deux des maîtres sont censés être en voyage (la silhouette d’un des deux semble être celle de Shigure, toutefois l’autre est supposée être celle de Saiga Fûrinji). De même que m’âge de Akisame est prétendu être 28 au lieu de 38, bien qu’avec un écart de 10 ans, il ressemble exactement le même.

* Kenichi et Miu ne sont pas dans le même lycée.

* Ma Sougetsu et Ikki Takeda semblent complètement différent que les originaux, et ont une apparence moins musculeuse et moins intimidente, et le dernier a des cheveux noirs court.. De plus, Takeda est appelé Takenouchi (竹ノ内) (une parodie possible de Ippo Makunouchi deu manga “Hajime no Ippo”) et est le capitaine de l’équipe de boxe. Natsu Tanimoto est aussi nommé Natsu Sugimoto (杉本 夏, Sugimoto Natsu).

* Les cheveux de Nîjima sont plus court et en forme de bol plat.

* Le groupe contre lequel se bat Kenichi est appelé (スネイク) et est dirigé par trois membres principaux: Shôgo Furukawa (吉川 将吾, Furukawa Shôgo) (Le Top), Natsu Sugimoto/Hermit (Le second), et Kisara Nanjô (La troisième). Les trois apparaissent dans le manga Kenichi comme membre de Ragnarok (Furukawa apparait en tant que Berserker). Ragnarok a été utilisé comme nom du groupe rival de Snake.

* Kisara Nanjo a une coup de cheveux différent en comparaison du manga et de l’anime et  Shogo Furukawa n’est jamais présenté machant du chewing gum ou en étant normalement passive en comparaison du manga actuel.

* Le Hermit original ressemble exactement (avec quelques différences légères au niveau des cheveux) au noveau Takeda, mais il porte toujours les même habits que l’Hermit original.

* Les différences des maitres de Ryôzanpaku: Shio Sakaki est plus fin que dans le spinoff, Apachai Hopachai a été dessiné avec les mêmes habits mais avec une coup de cheveux à la Guile de Street Fighter, Shigure Kosaka est dessinée avec des habits de ninja typiques, Hayato est moins musclé, Ma Kensei a les mêmes habits mais sans son chapeau et avec des symboles yon/yang sur les épaules, et  Akisame Koetsuji a des cheveux plus court.

* Ma Kensei et Ma Sogetsu sont des enfants adoptés au lieu de vrais frères.

* Kenichi ne mentionne pas sa règle de ne jamais frapper une fille.

* Au lieu de Ogata qui sauve Natsu quand il était petit c’était Ma Sogetsu.

* C’est une sorte de Grabnd-père qui a adopté Natsu et sa soeur au lieu de l’autre version du businessman sans coeur.

* Après que Kenichi ait vaincu Shôgo Furukawa (吉川 将吾, Furukawa Shôgo) Il devient le chef de Snake et le Numéro 1à contre-coeur.

* Shôgo Furukawa (吉川 将吾, Furukawa Shôgo) et Kisara deviennent les nouveaux disciples de  Ryôzanpaku.

* Au lieu de Mycroft, Christopher Eclair combat Sakaki, mais Mycroft a un petit rôle dans apparition flashback de Sakaki, qui l’enterre avec Chistorpher dans un desert et il est aussi mentionné brièvement. Dans le combat entre Sakaki et Mycroft (dans le manga mensuel), Sakaki fait aussi une référence à cet enterrement. Bien que la haine de Mycroft pour Sakaki n’est pas mentionné dans le manga hebdomadaire.

source: http://en.wikipedia.org/wiki/Kenichi:_The_Mightiest_Disciple

6. Mon Avis

Ce manga est très très bon, extrêmement drôle, très bien dessiné et les notions d’arts martiaux présentées sont réalistes et bien documentées. Bien que surréaliste, les combats présentent des notions de combat des principes des différents arts de façon très romancée. Mais les principes sont expliqués en utilisant les véritables termes et en expliquant leur signification réelle. Ainsi on passe au travers du Hakkei, du Marma Adi, du Fajing, de l’Aiki, de la dualité Jû et Gô. Bien qu’abordées de façon extrême, et très fictives, ces notions sont tout de même présentées avec sérieuxet montre une excellente connaissance du sujet et une très bonne documentation.

Le manga inclue un voyage à Okinawa qui présente l’île de façon très intéressante et présente de nombreux aspects de la culture locale, outre les paysages.

Le manga est bourré de sagesse martiale, sur la voie du “Budô”, comme par exemple “Un maitre enseigne à ses élèves, mais les élèves apprennent au maitre, c’est ça les arts martiaux”. C’est à dire qu’en enseignant à des élèves le maitre append à évoluer et au final reçoit aussi de l’enseignement de la part de ses élèves. Ce qui permet aux deux parties d’évoluer vers le haut ensemble.

La richesse culturelle martiale de ces ouvrages est vraiment impressionnante. j’ai pu apprendre ce qu’était le “Nanba bashiri” (ou “Namba bashiri”). Nanba-aruki (ナンバ歩き) est la façon de se déplacer des samurai qui conciste à déplacer ses épaules en même temps que les hanches pour suivre le mouvement des jambes. Ce déplacement est très célèbre et étudiés dans le milieu des arts martiaux. Et fait en courant ça donne nanba-bashiri. Car courir est le verbe hashiru (走る, 奔る, 趨る). Ce déplacement est très intéressant et la façon dont il est présenté dans le manga est vraiment passionnante. D’ailleurs il a été prouvé par un coach sportif utilisant les principes de nanba-bashiri que l’utilité est réelle puisqu’il a pu faire pulvériser des records, en se basant là-dessus.

Ainsi tout le lexique des arts martiaux est présent et propre à chaque école. Lorsque  Kenichi s’entraine en karate il apprend le nom des techniques de karate d’attaque, de défense, de saisie, de projection et clef, de position. De même lorsqu’ils s’entraine en arts martiaux chinois ou en aikijûjutsu.

De plus, de part les nombreux ennemis de Kenichi, qui pratiquent des styles très divers, on apprend des notions de Street Fight, Boxe anglaise, Savate Jûdô, Koppo, Kung-fu, Jû-jutsu, Sambo, Capoeira, Hakkakuken, Pencak Silat, Lucha Libre, Kalarippayatt, Kempo, Iaidô, Savate, Kali/Eskrima/Arnis, Systema, Close-Combat Commando, Ditangquan (地趟拳), Bājíquán (chinois traditionnel: 八極拳; pinyin: Bājíquán; Japonais: 八極拳, Hakkyokuken), Taijiquan, Muay Thai, Muay Boran, Piguaquan (chinois: 劈掛拳 ou Piguazhang : 劈掛掌), Zui Quan (chinois: 醉拳; pinyin: Zuì Quán), Hikaken et Hakkyôken, Sumo, jôjutsu, Taekwondo, Baguazhang, Xingyiquan, xiquan, tanglangquan, et de nombreux arts martiaux chinois (je ne peux pas tous les lister: http://en.wikipedia.org/wiki/List_of_Chinese_martial_arts). Tous les arts martiaux cités précédemments sont présentés par leurs particularités en montrant leur principes de base, leur force, leur faiblesse, le type d’entrainement de cette pratique et tout ce qui la caractérise. Et chaque école est présenté avec ses noms de techniques qui lui sont propres et qui existent réellement. Les arts présentés sont réels et les techniques dans le principe aussi.

Il est à noter aussi de nombreuses références et jeux de mots. Par exemple le nom de famille de Miu: Fûrinji (風林寺): 風 (fû) : le vent; 林 (rin) :  la forêt; 寺 (ji) : le temple. Un rapport avec shôrinji (少林寺) qui signifie “le temple de la petite forêt” ou “Shàolín Sì” en chinois.Bien que le terme Shaolin est formé de 少 (shào, « jeune »), se réfère à shàoshi, nom de l’une des montagnes du massif du Mont Song, et de 林 (lín, « forêt »). Avec 寺 (sì, « monastère, temple »), la traduction littérale de 少林寺 serait donc : « monastère/temple de la forêt du Mont Shaoshi ». Mais aussi Fûrin Kazan (風林火山) qui était écrit sur la bannière du clan Takeda. Furin kazan est en fait la fameuse citation Fu-Rin-Ka-Zan de L’Art de la guerre de Sun Tzu qui était écrite sur la bannière de Shingen Takeda et qui signifie : Rapide comme le vent, silencieux comme la forêt, féroce comme le feu et immobile comme la montagne. Seulement, la version complète de la citation est Fû-Rin-Ka-Zan-In-Rai, littéralement : Vent, Forêt, Feu, Montagne, Ombre, Foudre. Cela signifie : Rapide comme le vent, silencieux comme la forêt, féroce comme le feu, immobile comme la montagne, insaisissable comme l’ombre, frappant comme la foudre.

Encore une fois, le manga bien que sérieux sur les principes d’arts martiaux et dans les combats, bien que fictifs et surréalistes, n’est pas absent de gags et situations comiques. Certains passages sont à mourir de rire.

Ci dessous une démonstration d’un nombreux gag sur l’entrainement. kenichi s’entraine avec Apachai en Muay Thai, on peut voir l’utilisation des appelations des techniques de Muay Thai. Mais pris dans son élan, Apachai perd le contrôle et envoie Kenichi voler dans les airs, ce qui nécessite l’intervention de Akisame pour le ramener à la vie…

D’un point de vue culturel, du dessin, et de l’histoire, un des meilleurs manga d’arts martiaux que j’ai pu voir jusqu’à maintenant. Que du bonheur… mais attention, il reste quand même fictif et surréaliste dans la présentation et l’histoire. On n’est pas dans le réalisme d’un 空手小公子 小日向海流 – Karate Shoukoushi Kohinata Minoru par exemple… Mais les principes et les lexiques derrière chaque école ou pratiquent sont bien réalistes et non fictifs eux…

En plus les dessins sont superbes, et l’humour est omniprésent… Un vrai plaisir pour les yeux, et de quoi faire travailler ses zygomatiques…

kenichi01

kenichi02

kenichi03

opening: http://www.youtube.com/watch?v=6yxztWJjKxw

très chouette scène de combat: http://www.youtube.com/watch?v=E-_YnjqQYy8

 Leave a Reply

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

(requis)

(requis)

Solve : *
28 ⁄ 14 =


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.