Jan 012012
 

TOUT D’ABORD BONNE ANNÉE 2012 à toutes et à tous… ce nouvel an est pour moi l’occasion de vous parler de la nuit de la saint sylvestre ainsi que du jour suivant au Japon…

Le nouvel an japonais (正月 Shogatsu) appelé de façon plus cérémonieuse oshōgatsu (お正月, oshōgatsu) ou ganjitsu (元日, ganjitsu) est l’un des plus importants festivals annuels, avec ses propres coutumes, et a été célébré depuis des siècles. En raison de l’importance de la fête et les préparatifs nécessaires, les jours précédents sont très occupés, en particulier la veille, connu sous le nom ômisoka.

Le nouvel an japonais a été célébré depuis 1873 selon le calendrier grégorien, le 1er janvier de chaque année (jour de l’An, lorsque le calendrier grégorien est utilisé).

Histoire

Avant l’ère Meiji, la date du Nouvel An japonais a été basé sur le calendrier lunaire chinois, comme le sont les nouvel-ans actuels chinois, coréen et vietnamien. Cependant, en 1873, cinq ans après la restauration Meiji, le Japon a adopté le calendrier grégorien et le premier jour du mois de Janvier est devenu officiel et culturel pour le nouvel an.

La nourriture traditionnelle

Pendant les premiers jours de l’année, la tradition veut que l’on ne fasse rien, même la cuisine. Les mères de famille préparent alors les plats à l’avance et les conservent dans des sortes de boîtes à bentō appelées jûbako prévues à cet effet. Les Japonais mangent une sélection spéciale de plats lors de la célébration du Nouvel An  qui s’appelle Osechi-ryori (御 节 料理 ou お節 料理), généralement abrégé en Osechi. Cela consiste d’algues bouillies (konbu 昆布), croquettes de poisson (蒲 鉾 kamaboko), purée de patate douce à la châtaigne (栗 きん と ん kurikinton), mijoté de racines de bardane (金 平 牛蒡 kinpira gobo), et graines de soja noires (黒 豆 Kuromame). Beaucoup de ces plats sont sucrés, aigres, et séchés, afin qu’ils puissent se conserver sans réfrigération dans la tradition culinaire pour respecter l’époque lorsque les ménages n’avaient pas encore de réfrigérateur, et quand la plupart des magasins étaient fermés pour les vacances. Il y a de nombreuses variantes de Osechi, et certains aliments consommés dans une région ne sont pas consommés dans d’autres (ou sont considérés comme inappropriés, voire interdits). Un autre plat populaire est ozōni (お 雑煮), une soupe avec des gâteaux de riz (mochi) et d’autres ingrédients qui diffèrent en fonction de diverses régions du Japon. Aujourd’hui, les sashimis et sushis sont souvent consommés, ainsi que les aliments non-japonais. Et pour permettre à l’estomac très sollicité de se reposer, une soupe de riz aux sept herbes (七 草 粥 nanakusa-gayu) est préparé sur le septième jour de Janvier, un jour connu comme jinjitsu (人日).

Tintement de la cloche

À minuit le 31 Décembre, des temples bouddhistes dans tout le Japon sonnent leurs cloches un total de 108 fois pour symboliser les 108 péchés humains dans la croyance bouddhiste, et de se débarrasser des 108 désirs terrestres. L’admiration des tintements de cloches est un évènement majeur et très populaire à Tokyo. Les japonais pensent que la sonnerie des cloches peut les débarrasser de leurs péchés au cours de l’année précédente. Après avoir profité des sons de cloche, ils vont faire la fête et manger des soba.

Cartes postales

La fin du mois de Décembre et le début du mois de Janvier sont les périodes les plus occupées pour les bureaux de poste japonais. Les Japonais ont coutume d’envoyer des cartes postales de Jour de l’An (年 贺 状 Nengajo) à leurs amis et parents, semblable à la coutume occidentale de l’envoi de cartes de Noël. Leur but initial était de donner à leurs amis lointains et proches des bonnes nouvelles, d’eux et de leur famille immédiate. En d’autres termes, cette coutume existait pour que les gens puissent dire aux autres personnes qu’ils ne rencontrent pas souvent qu’ils étaient bel et bien vivant.

Les Japonais envoient ces cartes postales afin qu’elles arrivent le 1er Janvier. Le bureau de poste garantit de livrer les cartes postales de voeux au premier Janvier si elles sont postée dans un certain délai qui va de la mi-Décembre jusqu’à la proximité de la fin du mois et sont marqués avec le mot “Nengajo”. Pour délivrer ces cartes à l’heure, le bureau de poste emploie généralement les étudiants à temps partiel pour aider à délivrer les lettres.

Il est de coutume de ne pas envoyer ces cartes postales quand on a eu un décès dans la famille durant l’année. Dans ce cas, un membre de la famille envoie une carte postale simple appelé 丧 中叶 书 (mochyuu hagaki もち ゅうはがき, ou carte postale de deuil) pour informer les parents et amis qu’il ne doivent pas envoyer de cartes de Nouvel An, par respect pour le défunt.

Les gens obtiennent leur Nengajo de nombreuses sources. Les papèteries vendent des cartes pré-imprimées. La plupart d’entre eux ont en impression le signe du zodiaque chinois de la nouvelle année, ou des salutations conventionnelles, ou les deux. Le zodiaque chinois est un cycle de 12 ans. Chaque année est représentée par un animal. Les animaux sont, dans l’ordre: rat, boeuf, tigre, lapin, dragon, serpent, cheval, mouton, singe, coq, chien et sanglier. 2007 fut l’année du sanglier, 2008 fut l’année du rat, 2009 fut l’année du bœuf, 2010 fut l’année du tigre, et 2011 est l’année du lapin et 2012 est l’année du dragon. Des personnages célèbres comme Snoopy, (2006) et d’autres personnages de dessins animés comme Mickey et Minnie Mouse, (2008) ont été particulièrement populaires durant ces années en question.

Les cartes postales peuvent avoir des espaces afin que l’expéditeur écrive un message personnel. Des cartes vierges sont disponibles, ainsi les gens peuvent écrire à la main ou dessiner leurs propres illustrations. Les tampons en caoutchouc avec des messages conventionnels et avec l’animal annuelle sont en vente dans les grands magasins et autres papèteries, et de nombreuses personnes achètent des brosses d’encre pour des salutations personnelles. Les périphériques d’impression spéciaux sont très populaires, surtout chez les personnes qui pratiquent l’artisanat. Des logiciels vous permettent également aux artistes de créer leurs propres créations en utilisant une imprimante couleur. Parce qu’une personne sociale pourrait avoir des centaines de carte à écrire, des boutiques d’impression offrent une grande variété de cartes postales en échantillon avec des messages courts de sorte que l’expéditeur n’a plus qu’à écrire les adresses. Même avec la montée en popularité du courrier électronique, le Nengajo reste très populaire au Japon.

Les salutations conventionnelles des Nengajo comprennent:

– kotoshi mo yoroshiku o-negai-shimasu (今年 も よろしく お願い します) (je l’espère pour votre faveur à nouveau dans l’année à venir)
–  (Shinnen) akemashite o-medetō-gozaimasu ((新年) あけまし て おめでとうございます) (Le bonheur de vous à l’aube [d’une nouvelle année])
– Kinga Shinnen (谨 贺 新年) (Bonne Année)
– shoshun / Hatsuharu (初春) (littéralement «au début du printemps”)

Otoshidama


Pochette pour donner Otoshidama appelé Otoshidama-Bukuro (お年玉 袋).

Le jour du Nouvel An, les Japonais ont coutume de donner de l’argent aux enfants. Ceci est connu comme Otoshidama (お年玉). Il est distribué dans de petites enveloppes décorées appelé «pochibukuro,« semblable au Goshugi Bukuro ou aux enveloppes rouges chinoises et à l’étrenne écossaise. Dans la période Edo, de grands magasins et des familles riches donnaient un petit sac de mochi et une mandarine afin de répandre le bonheur autour d’eux. Le montant d’argent donné, dépend de l’âge de l’enfant, mais est généralement le même s’il y a plus d’un enfant afin que personne ne se sent offensé. Il n’est pas rare de donner des montants supérieurs à 10 000 ¥ (100 euros).

Mochi

Une autre coutume est de créer des gâteaux de riz (mochi 饼). Le riz gluant cuit (饼 米 mochigome) est mis dans un seau en bois,  peu profond et une personne tapote avec de l’eau avant qu’un autre personne le frappe avec un maillet en bois. Puis vient le brassage du riz, il forme une boulette blanche collante. Ceci est produit avant le jour du Nouvel An et mangé au début du mois de Janvier.

Le mochi est utilisé dans la décoration du Nouvel An appelé mochi Kagami (镜 饼), formé de deux gâteaux ronds de mochi avec une orange amère (橙 daidai) Placé sur le dessus. Le nom de daidai est censé être de bon augure car il signifie «plusieurs générations».

En raison de la texture très collante du mochi, il ya généralement un petit nombre de décès  par étouffement autour du Nouvel An au Japon, en particulier parmi les personnes âgées. Le bilan des morts est rapporté dans les journaux dans les jours qui suivent la nouvelle année.

Poésie

Les poèmes japonais  font également partie de la tradition du Nouvel An, y compris les haïku (poèmes de 17 syllabes) et les renga (poésie liée). Pour faire partie de cette traditions le haïku doit contenir un ou plusieurs kigo (des mots représetant la saison). Il ya aussi des haïkus qui célèbrent beaucoup le «premier» instant de la nouvelle année, comme le «premier soleil» (hatsuhi) ou «premier lever de soleil”, “premier rire” (waraizome – le démarrage de la nouvelle année avec un sourire est considéré comme un bon signe), et le premier rêve (hatsuyume, il est dit que rêver du mont Fuji ou d’un faucon qui vol est une excellente augure pour l’année). A l’origine le nouvel an traditionnel se situait plus tard dans l’année que la date actuelle (calendrier luni-solaire chinois), de ce fait beaucoup de ces haiku mentionnent le début du printemps qui arrive tôt au Japon.

Avec la carte postale le jour du Nouvel An, le haïku peut citer une “première lettre” (hatsudayori – exprimer le premier échange de lettre), «la première calligraphie» (kakizome), et “première brosse» (Fude Hajime).

Jeux

Il était aussi coutume à de jouer de nombreux jeux au premier jour de l’An. Il s’agit notamment de hanetsuki, takoage (cerf-volant), Koma (en haut), Sugoroku, fukuwarai (jeu durant lequel avec  un bandeau sur les yeux on doit coller des pièces papier représentant des endroits du visage d’une personne, comme les yeux, les sourcils, un nez et une bouche, un visage de papier), et le karuta .

Divertissement

Il y a de nombreux spectacles créés à la fin de l’année, et au début d’année, et pour certains étant une édition spéciale d’une série régulière. Pendant de nombreuses décennies, il est de coutume de regarder la télévision montrent Kohaku Uta Gassen diffusée sur NHK pour la Saint-Sylvestre. Le show présente deux équipes, rouge et blanc, des artistes de musique populaire en compétition les uns contre les autres.

Neuvième de Beethoven

Neuvième Symphonie de Beethoven, avec l’accompagnement en chœur, est traditionnellement réalisé à travers le Japon pendant la saison du Nouvel An, mais seulement pour le 31 décembre (ômisoka). En Décembre 2009, par exemple, il y a eu 55 représentations de la symphonie par divers grands orchestres et choeurs au Japon.

Le neuvième de Beethoven a été introduit au Japon par les prisonniers de guerre allemands détenus au Japon pendant la Première Guerre mondiale et qui ont été incorporés à des  orchestres japonais. Puis des orchestres se sont spécialisés dans cette symphonie comme notamment le NHK Symphony Orchestra, qui a commencé à exécuter la symphonie en 1925. Pendant la Seconde Guerre mondiale, le gouvernement impérial a favorisé les performances de la symphonie, notamment lors de la Saint-Sylvestre, afin d’encourager l’allégeance au nationalisme japonais. La symphonie a été jugé approprié à cet égard, car l’Allemagne nazie était un allié du Japon. Après la guerre, les orchestres et les chœurs, subissant une période économique difficile pendant la reconstruction du Japon, ont effectué des spectacles de la pièce autour du Nouvel An en raison de la popularité de la musique pour le public. Dans les années 1960, des représentations de la symphonie au Nouvel An sont devenus de plus en  plus répandue, y compris la participation des chorales locales et des orchestres locaux, ce qui a ainsi établit une tradition poursuivit à ce jour.

9ème symphonie de Beethoven:

  1. première partie: http://youtu.be/2n3R-G38S0U
  2. deuxième partie: http://youtu.be/W5TY9SDsXF8
  3. troisième partie: http://youtu.be/W2-ofV7Z2SA
  4. quatrième partie: http://youtu.be/2InxR6hgdik
  5. cinquième partie: http://youtu.be/hIDJ-jyfLY0
  6. sixième partie: http://youtu.be/Si4ngiwuIG0
  7. septième partie: http://youtu.be/XkQ_pEd8XKw
  8. huitième partie: http://youtu.be/Jj4n6yDW60A
  9. neuvième partie: http://youtu.be/UJeWUV-LIyE
  10. dixième partie: http://youtu.be/BNiHPVNsosI

ma préférée:

la partie la plus célèbre au Japon: l’ode à la vie

Hatsumode, hatsuhinode, les «premières» de l’année

Célébrer la nouvelle année au Japon, c’est aussi participer particulièrement à un premier évènement ou faire quelque chose pour la première fois au premier jour de la nouvelle année.

Hatsuhinode (初日の出) est le premier lever de soleil de l’année. Avant le lever du soleil du 1er Janvier, les gens conduisent souvent en direction de  la côte ou grimper une montagne afin qu’ils puissent voir le premier lever de soleil de la nouvelle année.

Hatsumode est le premier voyage à un sanctuaire ou un temple. Beaucoup de gens visitent un sanctuaire après minuit le 31 Décembre, ou parfois durant la journée sur 1er Janvier. Si la météo est bonne, les gens s’habillent souvent en kimono.

En plus de tout cela il y a aussi les autres premières fois mentionnées ci-dessus («premier soleil» (hatsuhi) ou «premier lever de soleil”, “premier rire” (waraizome), premier rêve (初 梦, hatsuyume) , et “première lettre” (hatsudayori) – en plus de celles spécifiques des haïku), d’autres «premières fois» qui sont marqués comme des événements spéciaux comprennent: shigoto-Hajime (仕事 始め, les premiers travaux de la nouvelle an), Keiko-Hajime (稽古 始め, la première pratique de la nouvelle année), hatsugama (la première cérémonie du thé de la nouvelle année), et le Hatsu-uri (la première solde de la nouvelle année).

Autres pratiques

Les Japonais aiment commencer l’année nouvelle sur de bonnes résolutions. Pour cela, ils pratiquent un grand nettoyage appelé ōsōji (大掃除) les derniers jours de décembre et qui fait office de rite de purification de la maison. On change le papier des shōji, on remplace les objets abîmés, on aère les tatami. Ils doivent aussi avoir liquidé les affaires en cours et réglé leurs dettes avant d’entamer l’ōmisoka, le réveillon du 31 décembre. Il est généralement de mise de faire preuve d’optimisme et de bonne humeur.

On décore ensuite la porte des maisons avec un kadomatsu (門松) et un shimenawa (標縄). On dépose également une offrande dans le tokonoma (床の間) de la maison surmonté d’un shimenawa : des gâteaux de riz empilés appelés kagami mochi (鏡餅), généralement au nombre de deux plus une petite orange amère appelée daidai (橙).


Kadomatsu

Visite au temple

Il est coutume le 1er janvier, souvent dès minuit suite à l’ōmisoka, de se rendre au sanctuaire shinto, ou au temple bouddhiste, pour le hatsumōde (初詣), première visite au temple. On y boit le toso (屠蘇), premier sake de l’année, préparé avec des herbes médicinales et censé garantir bonne santé pour l’année. On se rend aussi au temple pour prier et pour tirer les prédictions (お神籤, omikuji) de la nouvelle année.

  6 Responses to “お正月 – oshôgatsu”

Comments (6)
  1. merci jack pour tout ces excellents article , ont y serait presque juste en ferment les yeux ! tu déborde de passion cela fait plaisir à voir ! encore merci de nous la faire partagé , bonne et heureuse année et bon séjour au pays du soleil levant , à bientôt !

    amicalement , youssef.

    • Merci pour ton message, ça fait toujours plaisir de partager ses passions quand il y a des gens réceptifs à cela.
      Encore merci pour ton passage sur mon site.
      Au plaisir de te revoir à l’entrainement
      Amicalement
      Jack

  2. merci jack pour tout ces excellents article , ont y serait presque juste en ferment les yeux ! tu déborde de passion merci de nous la faire partagé , bonne et heureuse année et bon séjour au pays du soleil levant , à bientôt !

    amicalement , youssef.

  3. Bonjour
    j’étais au japon de 1/2 décembre au 9 janvier 2014.
    Votre site complète de façon particulièrement précise les lectures faites pour mieux comprendre ce que j’ai vécu.
    Je suis très impressionnée par la qualité de vos articles.
    Impossible de se rendre au pays du soleil levant sans vouloir y retourner…
    Je pourrai peut-être m’y rendre en juillet. Que pensez-vous de cette période ?
    Toute mes félicitation pour votre site :-)
    Pascale

    • Bonjour,

      merci pour votre compliment que je ne mérite pas, puisque les articles sont pour la plupart des traductions d’autres sources, anglophone pour la plupart.
      Mais je suis d’accord, impossible de se rendre au Japon sans vouloir y retourner. Y aller deux fois par an à des périodes différentes est formidable puisque cela permet d’expérimenter des jours de fêtes différents: ohanami en avril, koyo en octobre, tanabata de sendai en aout…
      Et chaque région, chaque ville a ses fêtes et festivals…

      En juillet, ce qui est sûr c’est qu’il fait chaud au Japon, très très chaud. Donc éviter les activités physiques trop fortes et trop prolongées en pleine journée. Ce qui est sûr c’est que c’est le bon moment pour visiter les jardins (koen). DU moins mieux qu’en hiver.
      Il y a shinbon (la fête d’Obon en juillet), et surtout Gion Matsuri à Kyoto… Une fête à ne pas rater. Et aussi un très grand et beau feu d’artifice à Tokyo (Hanabi Taikai, dernier samedi de juillet), une tradition qui remonte à 1732.
      Après tout dépend ce que vous aimez, les endroits où vous pouvez vous rendre… Mais il n’y a pas un mois de l’année sans qu’il n’y ait de belles choses à visiter, de chouettes matsuri auxquels participer. Après ça dépend des endroits et des gouts…

      Encore merci pour votre commentaire et bon séjour au Japon :)

      Amicalement
      Jack

Leave a Reply to Jack Cancel reply

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

(requis)

(requis)

Solve : *
14 + 8 =


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.