Mar 272008
 

Hachikô (ハチ公, Hachikô né le 10 Novembre 1923 – décédé le 8 Mars 1935), connu aussi sous le nom japonais chûken Hachikô (忠犬 ハチ公, lit. ‘Hachikô chien fidèle’), était un chien Akita-inu (ou Akita-ken) né dans la ville de Odate, de la région d’Akita connu pour sa loyauté envers son maitre.

Vie

En 1923, Hachikô né dans la province de Akita dans le Nord de Honshu au Japon.

En 1924, Hachikô est apporté à Tôkyô à son propriétaire Ueno Hidesamurô (上野英三郎), un professeur  du département d’agriculture de l’Université de Tôkyô. Tout au long de la vie de son maitre, Hachikô le regardait partir par la porte d’entrée, et allait l’accueillir à la fin de la journée à la gare de Shibuya. L’emplacement de la maison où résidait Hidesaburō Ueno serait dans les environs du siège social de la compagnie Tôkyû Department Store Co., Ltd. (東急百貨店, Tōkyū hyakkaten).

Le 21 Mai 1925, le Docteur Ueno n’est plus réapparu à la Gare. Victime d’une attaque (crise d’apopléxie), il est décédé à l’Université. Hachikô avait alors dix-huit mois. Même après la mort d’Ueno en mai 1925, Hachikô retournait chaque jour à la gare pour l’attendre, et ainsi pendant les dix années qui suivirent. En 1928 un nouveau chef de gare s’installa à la gare de Shibuya, il devint fan du chien et lui permit d’aller et venir librement dans le bâtiment. Hachikô continuait à tenir son horaire mais aussi avait l’autorisation de rester dans la gare durant la journée, dormant dans la remise que le nouveau chef de gare lui avait aménagé.


photo d’Hachikô (de son vivant)

La dévotion de Hachikô pour son maitre décédé toucha profondément les gens autour de lui qui le surnommèrent “chien fidèle”. D’autres à la gare pensait au début qu’il attendait pour quelque chose d’autre ou qu’il errait sans raison mais réalisèrent plus tard qu’il attendait son maitre décédé. Ainsi les gens du quartier prirent l’habitude de lui donner de l’eau ou de la nourriture. Certains doutèrent de l’histoire et dirent que le chien devait venir pour la nourriture que les gens du quartier lui donnaient. Mais le chien se montrait uniquement en fin de journée précisément lorsque le train entrait en gare ce qui acheva de les convaincre. Les gens du quartier furent si impressionnés par la fidélité indéfectible du chien qu’ils louèrent ses qualités en plus de continuer à lui offrir de la nourriture et de l’eau. Rapidement la renommée du chien s’étendit au-delà de Tôkyô et il ne devint pas rare de voir arriver des touristes de province juste pour avoir le privilège de voir et toucher Chûken Hachiko (Hachiko le chien fidèle).

Ouvrage
 
La même année, un autre ancien élève d’Ueno (qui était devenu un expert sur les Akita ken) vit le chien à la gare et le suivi à la maison des Kobayashi  où il apprit l’histoire de la vie d’Hachikô. Peu après  ce rendez-vous, l’ancien étudiant publia un recensement documenté des Akita-ken au Japon. Ses recherches ne trouvèrent que 30 Akita-ken pure race restant, incluant Hachikô de la gare de Shibuya.
 
L’ancien élève d’Ueno retourna fréquemment  rendre visite au chien et durant les années qui suivirent publia divers articles à propos de la remarquable fidélité d’Hachikô. En 1932 un de ses articles, publié dans le plus important journal de Tôkyô, propulsa le chien sous les projecteurs nationaux. Hachikô devient un sentiment général national. Sa fidélité à la mémoire de son maitre impressionna l’ensemble de la population japonaise comme esprit de fidélité familiale que tout le monde devrait arriver à accomplir. Les enseignants et les parents utilisèrent les valeurs d’Hachikô comme un exemple à suivre pour les enfants. Un artiste trés connu produisit une sculpture du chien et à travers le pays une nouvelle conscience de la race des akita-ken grandit.

Mort
 
Les années passèrent et Hachiko, accablé par de l’arthrite, fut bientôt incapable de marcher. Il continua cependant à venir régulièrement devant la gare de Shibuya où le 7 mars 1935. Hachikô mourut le 8 mars 1935 de filariose (un ver parasite), on le retrouva sans vie dans une allée aux environs du pont Inari de la rivière de Shibuya. Ses funérailles eurent lieu à la gare de Shibuya (fait par le quartier Shibuya ou la gare, je sais pas), et il y eut plus de 200 personnes dont Mme Ueno et des amis du professeur Ueno. Il fut empaillé et son corps ainsi conservé est exposé au Musée National des Sciences d’Ueno à Tôkyô.


Hachikô empaillé exposé au musée des sciences de Tôkyô

Souvenir
 
En avril 1934, une statue de bronze  à son image fut érigée à la gare de Shibuyan, et Hachikô lui-même fur présent à son inauguration. La statue fut recyclée pour les besoin de la guerre durant la seconde guerre mondiale. Après la guerre, Hachikô fut oublié. En 1948, la société pour la recréation de la statue d’Hachikô, commanda à Takeshi Ando, fils de l’artiste qui créa la première statue et qui était décédé depuis, une seconde statue d’Hachikô. La nouvelle statue, qui fut érigée en Août 1948, se tient toujours au même point et est un point de rencontre extrêmement populaire. L’entrée de la gare proche de la statue est nommée “Hachikô-guchi”, ce qui signifie “la sortie Hachikô”, et est l’une des cing sortie de la gare de Shibuya.
 
Une statue de bronze fut également érigée en 2004 à la gare d’Oodate, dans la préfecture d’Akita, ville natale de Hachikō. Dans cette même gare se trouve le « Sanctuaire Hachikō de la Japan Railways » (JRハチ公神社, JR Hachikō jinja). La nouvelle statue d’Hachikô a été érigée sur le piedestal original venant de Shibuya en face du musée des Akita-ken à Odate.

Chaque année, le 7 mars, une fête (Chûken Hachiko matsuri) est organisée devant la statue d’Hachiko à Shibuya en l’honneur du chien fidèle, symbole de loyauté.
 
Le journal Japan Times joua une blague à l’ensemble des lecteurs en racontant que la statue en bronze fut volée un peu avant deux heures du matin le premier avril 2007, par des “voleurs de métal soupçonnés”. La fausse histoire racontait de façon détaillée que le vol avait été élaboré par des hommes vétu d’uniformes kaki de travailleurs qui ont sécurisé la zone avec des cônes de sécurité orange et ont caché le vol avec une bâche en vynil bleue. Le “crime” a été prétendûment enregistré sur les caméras de surveillance.


Statue d’Hachikô à la gare de Shibuya

Hachikô dans les média
 
Hachikô est le sujet d’un film de 1987 : Hachikô Monogatari, qui raconte l’histoire de sa vie de sa naissance jusqu’à sa mort et imagine une réunion spirituelle avec son maitre, le Professeur.

Il est aussi le sujet d’un dessin animé: http://www.youtube.com/watch?v=u46-ATFxbLQ

Il est aussi le sujet d’un livre pour enfant appelé “Hachikô: la vraie histoire d’un chien loyal”, écrit par Pamela S. Turner et illustré par Yan Nascimbene. Un autre livre pour enfant, une courte novuelle pour les lecteurs de tous âges appelé “Hachikô Waits” (Hachikô attend) écrit par Lesléa Newman et illustré par Machiyo Kodaira a été publié par Henry Holt & Co. en 2004.
 
En 1994, le Culture Broadcasting Network (CBN) au Japon fut capable de restaurer un enregistrement des aboiements d’Hachikô à partir d’un vieil enregistrement qui fut cassé en morceaux. Une gigantesque campagne de publicité s’ensuivit et le samedi 28 mai 1994, 59 ans après sa mort, des millions d’auditeurs purent écouter les aboiements d’Hachikô à la radio. Cet évènement fut un témoignage de la popularité d’Hachikô toujours intacte.
 
Un travail de pre-production a commencé sur Hachiko: “A Dog’s Story” (une histoire de Chien), un film américain, dirigé par Lasse Hallström avec Richard Gere au sujet d’Hachikô et sa relation avec le professeur. La film a été filmé à Rhode Island, et fait intervenir l’actrice Joan Allen, qui apparait dans “la vengeance dans la peau” et “la mort dans la peau”. Le film devrait sortir sur les écran en 2008. Outre le coté complètement hollywoodien du film, j’ai peur d’un afflux d’achats d’akita pour etre “comme le chien du film… Ca va être un énorme désastre pour la race. Seulement, les Akitaken véritables ne seront jamais à l’image du chien parfait du film, et les abandons vont pleuvoir, surtout en été! Comme les husky avec Antartica (et les autres films du genre), les ânes avec shreks ou autre. il paraitrait même qu’il y a eu un boum dans l’achat de rats depuis ratatouille… Sauf qu’un chien vit plus longtemps qu’un rat, et souffre encore plus de l’abandon d’un maitre..
 
source :  http://en.wikipedia.org/wiki/Hachik%C5%8D

Hachikô n’est pas qu’une icône représentant la loyauté et la fidélité mais il représente aussi la personne qui nous attend… lorsqu’on est seul. La nuit tombe vite à Tokyo. Dans la rue, des enseignes et des écrans vidéo géants clignotent. On peut facilement se sentir seul et perdu dans Tokyo. C’est une si grande ville!  Mais Hachiko est là, et chaque voyageur qui le voit peut se croire attendu, même dans une ville étrangères, même si loin de chez soi. Et je crois que c’est le symbole le plus fort que représente ce chien qui a passé sa vie à attendre un maitre qui ne reviendrait pas.

  6 Responses to “ハチ公 – Hachiko”

Comments (6)
  1. Oui, j’ai vu le film, il est vraiment très émouvant… surtout quand on voit la complicité entre le chien et le maitre. Et quand on sait que l’akita pure race n’existe pratiquement plus de nos jours. Et je suis moi même allée voir sa statue et j’ai vraiment eu envie de pleurer( j’y suis allée apres avoir vu le film). Je conseille vraiment le film.

  2. Hatchi, cher Hatchiko.

  3. Merci pour le info de Hachikö. Hachikö est une hero, et est une legende. Truly love

  4. Merci infiniment pour ce site incroyable ! Cette histoire est magnifique et le film la représente bien.

 Leave a Reply

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

(requis)

(requis)

Solve : *
21 + 14 =


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.