Mai 012008
 


Tanabata (七夕), signifie “la nuit des septièmes”, c’est la fête japonaise des étoiles, dérivant de la fête chinoise  des étoiles, Qi Xi (七夕 “La nuit des sept”), aussi appelé Chilseok (칠석) en Corée.

La fête célèbre le rendez-vous de Orihime (織姫, l’étoile Véga) et Hikoboshi (Altaïr, connu aussi comme l’étoile du bouvier 牵牛星 ou 牛郎星). La Voie Lactée, un rivière faite d’étoiles  qui traverse le ciel, sépare deux amoureux, et il leur est permis de se rencontrer seulement une fois par an, le  septième jour du septième mois lunaire du calendrier luni-solaire. Comme les étoiles apparaissent la nuit, la  célébration se déroule donc la nuit.

Dans le Japon moderne, Tanabata est célébré à la même date (7e jour du 7 mois, le 7 juillet) mais du calendrier  solaire actuel, ce qui rapporte le jour prévu à plus d’un mois en avance par rapport au calendrier lunaire.
C’est similaire au nouvel an chinois qui tombe souvent en février. Dans certaines régions, les célébrations se  tiennent toujours à la date originelle (ou en sont très proches), le septième jour du septième mois du calendrier  lunaire.


Festival de Tanabata à Mobara

Histoire

La fête de tanabata a pour origine “La Fête des Souhaits de Talents” (乞巧節; qǐ qiǎo jié, ou 乞巧奠; きっこうでん); “L’Anniversaire des Sept  Soeurs” (七姐誕; qī jiě dàn);  “La Nuit des Talents” (巧夕; qiǎo xī), des noms alternatifs pour Qi Xi (Chinois: 七夕;  pinyin: qî xî; litteralement “La Nuit des Sept”), appelée parfois la Saint Valentin chinoise ou la Fête de la Pie,  qui était célébrée en Chine et fut adopté par le palais Impérial de Kyôtô  durant la période Heian. La fête s’est  répandue au peuple durant la période Edo, et devient mélangée avec Bon ou Obon (盆, une fête japonaise bouddhiste  destinée à honorer l’esprit des ancêtres, une fête qui se déroule le quinzième jour du septième mois alors), et se  développa en cette fête moderne de tanabata. Durant la période Edo, les filles et les garçons écrivaient des  souhaits sur des bandes de papiers, les filles souhaitaient de meilleurs talents de couture ou de façonnage et les  garçons pour une meilleure écriture. A cette époque la coutume était d’utiliser la rosée laissée sur les feuilles  de Taro (kalo en hawaiien, une plante de la famille des Aracées, le plus souvent de la sous-famille des Aroideae,  l’espèce la plus connue sous le nom de taro et la plus couramment cultivée est Colocasia esculenta), pour créer  l’encre utilisée pour écrire les souhaits. Incidemment, le Bon se tient maintenant le quinze d’août sur le  calendrier solaire, proche de la date originelle du calendrier lunaire, faisant de tanabata et de Bon deux  évènements complètement distincts (Tanabata le 7 juillet et Obon/Bon le 5 août).

Le nom Tanabata est vaguement lié à la lecture japonaise des lettres chinoises 七夕, dont on avait l’habitude de lire  comme “Shichiseki” (しちせき). On croit qu’une cérémonie de purification shinto a existé aux environs de la même  période, dans laquelle une miko shinto (miko : 巫女, littéralement “fille du sanctuaire”, un terme japonais qui signifie anciennement “femme shaman”, “prétresse”) tissait un habit spécial dans un tissu spécial appelé Tanabata 棚機 (たなばた) près  de l’eau et l’offrait à un dieu afin de prier pour la protection des cultures de riz contre les pluies ou les  tempêtes et pour une bonne récolte plus tard en automne. Graduellement la cérémonie fusionna avec 乞巧奠(きっこうでん), le  Festival de Souhaits de Talents, et devint Tanabata 七夕. Bizarrement l’écriture chinoise 七夕 et la lecture japonaise  Tanabata (たなばた) se rejoignent pour signifier la même fête, bien qu’à l’origine ils furent deux choses différentes.

Conte

Comme Qi Xi et Chilseok, Tanabata a été inspiré par une fameuse légende du folklore chinois: la princesse et le  bouvier.

Orihime (織姫, la Princesse Tisserande) la fille du Tentei (天帝, le Roi du Ciel, ou de l’Univers lui-même, appelé  aussi tenkou)  tissait de très jolis habits Sur les berges de la Rivière des Cieux (天の川 Amanogawa). Son père aimait  vraiment beaucoup les habits qu’elle tissait et ainsi elle travaillait vraiment dur chaque jour pour les tisser.  Malgré tout, elle était très triste car du fait qu’elle travaillait dur, elle ne pouvait rencontrer personne et  ainsi elle ne pouvait tomber amoureuse de personne. Soucieux du bonheur de sa fille, Tenkou arrangea pour elle la  rencontre de Hokiboshi (彦星, l’étoile du Bouvier) parfois appelé Kengyuu (牽牛, nom chinois de Hikoboshi) qui vivait  et travaillait de l’autre côté de la rivière Amanogawa. Lorsque les deux se rencontrèrent, ils tombèrent  instantanément amoureux l’un de l’autre et furent marriés rapidement. Malgré tout, une fois marriés, Orihime cessa  de tisser des vêtements pour tenkou et Hikoboshi permit à ses vaches de paître partout à travers les Cieux. En  colère, Tenkou sépara les deux amoureux à travers la rivière Amanogawa, et leur interdit de se rencontrer. Orihime  devient abattu à la perte de son mari et demande à son père de lui permettre de le rencontrer encore. Tenkou fut  touché par les larmes de sa fille et leur permit de se rencontrer le septième jour du septième mois si Orihime  travaillai dur et finissait son tissage. La première fois qu’ils voulurent se rencontrer, ils réalisèrent qu’ils ne  pouvaient pas traverser la crivière car il n’y avait pas de pont. Orihime pleura tellement, qu’une volée de pies  vint et promis de faire un pont avec leurs ailes afin que les amoureux puissent traverser la rivière. S’il pleut  les pies ne peuvent pas venir et les deux amoureux doivent attendre jusqu’à l’année suivante.

La variation suivante de l’histoire est connu en Chine et au Japon: un jeune fermier nommé Mikeran découvrit sur sa  ferme une robe qui, à son insu, appartenait à une déesse appelée Tanabata. Peut de temps après, Tanabata rendit  visite à Mikeran et lui demanda s’il l’avait trouvé. Il mentit  et dit à la déesse qu’il le l’avait pas mais qu’il  voulait bien l’aider dans sa recherche. Ainsi les deux finirent par tomber amoureux, se marrièrent et eurent  beaucoup d’enfants. Seulement l’histoire ne s’arrête pas là. Un jour Tanabata nota la présence d’un bout de  vêtement qui avait jadis appartenu à sa robe, sur le toit de la hutte de Mikeran. Son mensonge fut découvert et  Tanabata accepta de lui pardonner à la seule condition qu’il tisse mille paires de chaussure en paille, mais  jusqu’à ce jour, elle le quitterait. Mikeran fut incapable de tisser les chaussure durant sa vie et ainsi ne pu  jamais revoir Tanabata. Il est dit, que les deux, se rencontre une fois par an lorsque les étoiles Altaïr et Véga  se croisent.

Coutumes

De nos jours au Japon, les gens célèbrent généralement Tanabata en écrivant des voeux, parfois sous la forme de  poème, sur des tanzaku (短冊), des petites pièces de papier, et les suspendent sur des bambous, parfois avec d’autres  décorations. Le bambou et les décorations sont souvent mis à flot sur une rivière ou brûlé après la fête, au  alentour de minuit ou le jour suivant. Cela ressemble beaucoup à la coutume des bateau en papier ou des bougies  flottant sur les rivières durant Obon. De nombreuses régions au Japon possèdent leurs propres coutumes  de  Tanabata, qui ont en général une bonne relation avec les traditions locales d’Obon. Il y a aussi un chant  traditionnel de Tanabata:

Sasa no ha sara-sara     (笹の葉 さらさら)
Nokiba ni yureru            (軒端にゆれる)
Ohoshi-sama kira-kira    (お星様 キラキラ)
Kin Gin sunago             (金銀砂ご)

Traduction:

Les feuilles de Bambou bruissent, bruissent,
Se balançant dans les combles.
Les étoilent scintillent, scintillent;
Grains de sables or et argent.

Date

La date originelle de Tanabata était basé sur le calendrier japonais luni-solaire, qui est à environ un mois  derrière le calendrier grégorien. Ce qui a pour résultat que, certaines fêtes se déroulent le 7 juillet et d’autres  quelques jours autour du 7 août, alors que d’autres prennent place au septième jour du septième mois lunaire du  calendrier japonais traditionnel luni-solaire, qui se trouve généralement au mois d’août du calendrier grégorien.

Les dates grégoriennes du “septième jour du septième mois du calendrier luni-solaire japonais” pour les prochaines  années et l’année passée sont:

  1. 19 août 2007
  2. 07 août 2008
  3. 26 août 2009
  4. 16 août 2010
  5. 06 août 2011
  6. 24 août 2012 (Note: la date chinoise est le 23 août 2012 à cause de la différence d’heure.)
  7. 13 août 2013
  8. 02 août 2014
  9. 20 août 2015
  10.  09 août 2016

Festivales


Tanabata à Sendai

Des festivales à grande échelle prennent place au Japon, principalement le long des galeries de centres commerciaux  et des rues, qui sont décorées de larges serpentins de colorés. Le plus célèbre festival de Tanabata se déroule à  Sendai du 5 août au 8 août. Dans la région de Kantô, le plus gros festival de Tanabata se déroule à Hiratsuka,  Kanagawa pour quelques jours autour du 7 juillet. Un festival de Tanabata prend place aussi à São Paulo, Brésil aux  alentours du premier week-end de juillet.

Bien que les festivales de Tanabata varient de région en région, la plupart incluent un concours de décorations de  Tanabata. D’autres évènements incluent des parades et l’élection de Miss Tanabata. Comme de nombreux autres  festivales japonais, de nombreuses vitrines ambulantes vendent de la nourriture, apportent des jeux de carnaval,  … et ajoutent une atmosphère festive.

Le festival de Tanabata de Sendai commença peut après que la ville fut fondée durant la période Edo. Le festival de  Tanabata se développa graduellement et devint de plus en plus vaste suivant les années. Bien que la popularité du  festival déclina après la Restoration Meiji, et disparu presque durant le récession économique qui apparu après la  première guerre mondiale, des bénévoles à Sendai réanimèrent le festival en 1928 et établirent la tradition de  tenir le festival du 6 août au 8 août.

Durant la seconde guerre mondiale, il était impossible de tenir le festival, et pratiquement aucune décoration,  purent être trouvées dans la ville entre 1943 et 1945, mais après la guerre, le premier festival de Tanabata majeur  à Sendai se déroula en 1946, et présenta 52 décorations. En 1947, l’empereur Showa Hirohito, visita Sendai et fut  accueilli par 5000 décorations de Tanabata. Le festival se développa postérieurement en trois festivals d’été  majeur dans la région de Tohoku et devint une attraction touristique majeure. Les festival inclue maintenant des  feux d’artifice qui se tiennent le 5 août.

Au festival de Tanabata de Sendai, les gens utilisent traditionnellement différents types de décorations, chacune  d’entre-elles a une signification différente. Les sept décorations et leur signification symbolique sont:


Tanzaku
Ruban de papier (短冊; Tanzaku) : souhaits pour de bonnes écriture et études


Kamigoro
Kimono en papier (紙衣; Kamigoromo) : souhaits pour des bons talents de couture. Ecartement des accidents et de la  mauvaise santé.
   

Orizuru
Grue en papier (折り鶴; Orizuru) : Sécurité de la famille, santé et longue vie

  
kinchaku
Porte monnaie (巾着; Kinchaku) : Bonnes affaires


taomi
Filet (投網; Toami) : Bonnes pêches et récoltes
   

kuzukago
Sac Poubelle (くずかご; Kuzukago) : propreté et non gaspillage


fukinagashi
serpentins (吹き流し; Fukinagashi) : Les fils qu’Orihime utilise pour tisser
   

kusudama
Des balles d’ornement (くす玉 ou 薬玉; Kusudama) souvent décorant le dessus des serpentins colorés de Tanabata de nos jours  fut une idée originale du propriétaire d’un magasin de Sendai qui les conçues en 1946. La balle était  originellement modelée d’après la fleur de Dahlia. Ces récentes années, des ornements en forme de boite devinrent  plus populaires comme une alternative aux balles d’ornement.


kusudama sur fukinagashi

source: http://en.wikipedia.org/wiki/Tanabata

 Leave a Reply

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

(requis)

(requis)

Solve : *
16 × 26 =


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.