Oct 172019
 


Yokozuna au centre, Tachimochi à gauche (donc à droite du Yokuzuna), et Tsuyuharai à droite (à gauche du Yokozuna)

Un lecteur m’a posé une question très intéressante: “Je cherche la signification(symbolique, religieuse, …) du tsuyuharai, le balayeur de rosée qui accompagne le rikishi“. Ne connaissant pas la réponse j’ai fait quelques recherches. Pour cela il faut parler du Yokozuna, puisque le symbolisme autour de ces deux lutteurs que sont le Tsuyuharai et le Tatemochi sont très liés.

Pour plus d’information sur le sumo en général et pour comprendre les termes voir article: 相撲 – Sumô

Yokozuna

Yokozuna (横綱) est le rang le plus élevé du sumo. Le nom signifie littéralement “corde horizontale” et provient du symbole le plus visible de leur rang, la corde (綱 tsuna) portée autour de la taille. La corde est semblable au shimenawa (標縄・注連縄・七五三縄) utilisé pour délimiter les zones sacrées du shinto et, à l’instar du shimenawa, elle sert à purifier et à marquer son contenu. La corde, qui peut peser jusqu’à 20 kilogrammes, n’est pas utilisée pendant les matches, mais est portée lors de la cérémonie d’entrée du dohyo: le dohyo-iri du yokozuna.

En tant que plus grandes stars du sport, les yokozuna sont à bien des égards le visage public du sumo et leur comportement est très scrupuleux, car il est perçu comme une réflexion sur l’image du sumo dans son ensemble. En janvier 2017, 72 lutteurs de sumo avaient obtenu le rang de yokozuna.

Histoire

La naissance du rang de yokozuna n’est pas claire et il existe deux légendes. Selon l’une d’eux, un lutteur du IXe siècle nommé Hajikami a noué un shimenawa autour de sa taille comme un handicap et défié quiconque de réussir à le toucher, créant ainsi le sumo tel qu’il est désormais connu dans le processus. Selon l’autre, le légendaire lutteur Akashi Shiganosuke a attaché le shimenawa autour de sa taille en 1630 en signe de respect lors de sa visite à l’empereur, et a reçu le titre de Yokozuna, à titre posthume, pour la première fois. Il n’y a que peu de preuves à l’appui de cette théorie – en fait, il n’est même pas certain qu’Akashi ait réellement existé – mais on sait qu’en novembre 1789, les yokozuna à partir du quatrième yokozuna Tanikaze Kajinosuke et du cinquième yokozuna Onogawa Kisaburō étaient représentés sur des ukiyo-e  portant le shimenawa. Les deux lutteurs ont tous deux reçu des licences de yokozuna de la célèbre famille Yoshida.

Avant l’ère Meiji, le titre de yokozuna avait été conféré à un ōzeki qui exécutait le sumo devant le shōgun. Ce privilège était plus souvent déterminé par le patron d’un lutteur ayant une influence suffisante plutôt que par purement sur la capacité et la dignité du lutteur. Ainsi, il existe un certain nombre de premiers lutteurs qui, selon les normes modernes, ne nommaient que les yokozuna. Dans ces premiers temps, le yokozuna n’était pas non plus considéré comme un rang séparé dans les listes, mais comme un ōzeki bénéficiant d’une dispense spéciale pour effectuer sa propre cérémonie d’entrée dans le ring.

Au début, la famille Yoshida et une famille rivale, Gojo, se sont battus pour avoir le droit de délivrer une licence de lutteur au yokozuna. La famille Yoshida a gagné ce conflit, car le 15e yokozuna Umegatani Tōtarō I, l’un des plus puissants lutteurs, a exprimé le souhait qu’il obtienne une licence de la famille Yoshida en février 1884 et ainsi les licences de la famille Gojo ne furent plus reconnues officiellement.

En mai 1890, le nom de yokozuna est écrit pour la première fois sur le banzuke en raison de l’insistance du seizième yokozuna Nishinoumi Kajirō I à ce que son statut de yokozuna soit enregistré. En février 1909, pendant les règnes du 19ème yokozuna, Hitachiyama Taniemon, et du 20ème, Umegatani Tōtarō II, il fut officiellement reconnu comme le plus haut rang. Depuis la création du Conseil de délibération du Yokozuna (横綱審議委員会 Yokozuna-shingi-iinkai) le 21 avril 1950, les lutteurs ont été promus au yokozuna par l’Association japonaise de sumo (Japan Sumo Association JSA). Le premier yokozuna promu par l’Association Sumo était le 41ème yokozuna Chiyonoyama Masanobu.

Critère de la promotion d’un Yokozuna

Dans le sumo moderne, les qualités qu’un ōzeki doit satisfaire pour être promu sont qu’il dispose de suffisamment de pouvoir, de compétences, de dignité et grâce (品格 hinkaku) pour se qualifier. Il n’y a pas de critères absolus, ni de quota défini: il y a eu des périodes sans lutteurs au rang yokozuna, et il y a eu des périodes avec jusqu’à quatre yokozuna simultanément.

Les aspects de puissance et de compétence sont généralement pris en compte par rapport aux performances récentes des tournois. La norme de facto est de gagner deux championnats consécutifs en tant que ōzeki ou une performance équivalente. Dans le cas où le critère de “performance équivalente” est utilisé, le record du lutteur des trois derniers tournois est pris en compte avec l’attente d’au moins une victoire à un tournoi et d’être deux fois consécutivement finaliste au moins, aucune des trois conditions ne tombant en dessous de douze victoires. Ainsi, un niveau de performance élevé et constant est requis. Gagner deux tournois avec une performance médiocre ne suffit généralement pas. Les règles n’étant pas figées, le Conseil de délibération du Yokozuna et l’Association de sumo peuvent interpréter les critères de façon plus clémente ou plus stricte et tient compte également d’autres facteurs, tels que le nombre total de victoires au tournoi, la qualité des gains et si les défaites montrent des défauts sérieux.

La question du hinkaku (dignité et grâce) est plus controversée car il s’agit essentiellement d’une question subjective. Par exemple, ōzeki Konishiki, né à Hawaii, en particulier, a été perçu par beaucoup comme étant injustement privé du statut de yokozuna en raison de son origine non japonaise, et de nombreux membres de l’Association Sumo ont même déclaré ouvertement que les étrangers (gaijin) ne pourraient jamais obtenir le hinkaku nécessaire pour être un yokozuna. Dans le cas de Konishiki, d’autres problèmes tels que son poids ont également été cités. D’autres lutteurs ont également été retenus. Par exemple, Chiyonoyama dans les années 1950 n’a pas été promu immédiatement en raison de sa jeunesse relative malgré ses victoires consécutives dans des tournois, et bien qu’il ait atteint plus tard le premier rang. D’autre part, Futahaguro reçut le titre de yokozuna en 1986, malgré le fait que son manque de maturité était opposé à sa promotion. Après avoir été promu, il a été impliqué dans plusieurs comportements qui ont embarrassé la JSA (Japan Sumo Association, Association Japonaise de Sumo), comme frapper l’un de ses tsukebito (serviteur ou assistant personnel) pour une affaire banale conduisant à un scandale dans lequel six de ses sept tsukebito ont décidé de le quitter. La promotion s’est à nouveau révélée être un fiasco, quand il a été révélé par la suite qu’il avait eu une discussion animée avec son chef d’étable, Tatsunami, et s’était précipité hors de la heya, en frappant l’épouse de Tatsunami en cours de route. Futahaguro a finalement pris sa retraite après seulement un an et demi au premier rang et est devenu le seul yokozuna de l’histoire du sumo à se retirer sans avoir remporté au moins un championnat de première division.

Le débat concernant les étrangers ayant la dignité d’être un yokozuna a finalement été réglé le 27 janvier 1993, lorsque ōzeki Akebono a été officiellement promu yokozuna après seulement huit mois en tant que ōzeki. Depuis lors, la question de savoir si les étrangers ont la dignité nécessaire est devenue un sujet de controverse, cinq des huit lutteurs ayant atteint le dernier rang du sumo après Akebono en 1993 n’étant pas nés au Japon: Musashimaru (États-Unis), Asashōryū (Mongolie), Hakuhō (Mongolie), Harumafuji (Mongolie) et Kakuryū (Mongolie).

Devenir un yokozuna

L’élévation au rang de yokozuna est un processus en plusieurs étapes. Après un tournoi, le Conseil de délibération du Yokozuna, un groupe de profanes (c’est-à-dire non d’anciens lutteurs de sumo) nommés par la Japan Sumo Association (JSA, Association Japonaise de Sumo) pour assurer un contrôle indépendant de la qualité de la promotion du yokozuna, se rencontrent et discutent des performances des lutteurs classés. Habituellement, à l’instigation de la JSA, ils peuvent recommander qu’un lutteur classé au rang de ōzeki possède les attributs nécessaires pour être promu. Leur recommandation est ensuite transmise à la division des juges, puis au conseil d’administration de la JSA, qui prend la décision finale.

Si un lutteur est réputé avoir rempli les critères, il sera visité dans son écurie d’entraînement par un membre du conseil d’administration de la JSA qui lui donnera officiellement les nouvelles. Dans les jours suivants, une tsuna ou une corde de cérémonie sera ensuite préparée dans son écurie et il pratiquera la cérémonie d’entrée dans le ring avec les conseils d’un yokozuna précédent ou actuel. Enfin, il tiendra sa cérémonie inaugurale d’entrée de l’anneau (dohyo-iri) au sanctuaire Meiji de Tokyo, qui s’achève généralement dans les deux semaines suivant la fin du tournoi.

Retraite
Contrairement à tous les autres groupes de sumo, les yokozuna ne peuvent être rétrogradés. Cependant, lors des tournois, les attentes pour le yokozuna sont très grandes. Un yokozuna devrait gagner ou du moins être un sérieux concurrent pour les championnats sur une base régulière. Un yokozuna devrait prendre sa retraite s’il ne peut plus rivaliser au sommet du sport ou, dans certains cas, comme Futahaguro ou Harumafuji, s’il est réputé pour ne pas avoir respecté la dignité du rang. Les attentes sont si grandes que même au cours d’un tournoi, un yokozuna qui semble au début se diriger vers la perte du tournoi ressentira la pression de se retirer; il y a de nombreux cas de yokozuna qui abandonnent au milieu du tournoi avec une blessure réelle ou imaginaire pour éviter un make-koshi (負け越し, défaite: plus de combats perdus que gagnés) et l’attente de leur retraite. Un exemple récent est le départ à la retraite du 72e Yokozuna, Kisenosato, qui n’a pas pu remporter la majorité des combats à cause d’une blessure au bras gauche. Ces attentes sont en grande partie la raison pour laquelle les critères de promotion du yokozuna sont si strictes au départ.
Yokozuna, cérémonies et traditions

La naissance officielle du rang de l’époque de Tanikaze semble être due en partie à la volonté de laisser les meilleurs organiser une cérémonie d’entrée sur le ring (dohyō-iri) distincte des lutteurs de la division supérieure restants. Le dohyō-iri est une présentation cérémonielle de tous les lutteurs de première division qui a lieu avant les combats de la journée. La cérémonie normale pour les lutteurs de première division doit être introduite et former un cercle autour de l’anneau de lutte (dohyō) portant des “tabliers” en soie lourde spécialement décorés, appelés keshō-mawashi. Une brève “danse” symbolique est effectuée avant de se séparer pour se changer en mawashi de combat et se préparer pour leurs combats.

Un yokozuna, cependant, est introduit après les lutteurs de rang inférieur et est flanqué de deux autres “assistants” de lutteur de division supérieure. Le “balayeur de rosée” ou tsuyuharai précède le yokozuna, tandis que le “porteur d’épée” ou tachimochi le suit dans l’arène. Le sabre est un katana japonais et symbolise le statut de samouraï du yokozuna. Le tachimochi sera toujours le lutteur assistant le mieux classé. Comme indiqué ci-dessus, lors de la cérémonie, le yokozuna portera son tsuna à la taille. Les tabliers de cérémonie des trois forment un ensemble assorti.

Une fois sur le ring, le yokozuna occupe le devant de la scène et exécute une danse rituelle bien plus complexe. La danse peut prendre l’une des deux formes suivantes, celle que le yokozuna choisit généralement lorsqu’il est promu pour la première fois. En plus de la routine légèrement différente, le choix du rituel du yokozuna peut également être déterminé par le nœud utilisé pour attacher la corde autour de sa taille: le style “Unryū” n’a qu’une boucle à l’arrière, tandis que le style “Shiranui” en a deux. . Les styles portent le nom du 10ème yokozuna Unryū Kyūkichi et du 11ème yokozuna Shiranui Kōemon de la période Edo, bien qu’il n’existe aucune preuve historique démontrant qu’ils ont exécuté les danses qui leur ont été attribuées. En effet, certains spécialistes pensent que les historiens de l’époque ont confondus la cérémonie d’entrée dans le dohyo des deux.

Quand un ancien yokozuna a atteint l’âge de 60 ans, il organise généralement une cérémonie spéciale d’entrée dans le ring, appelée kanreki dohyō-iri, portant un tsuna rouge, pour célébrer sa longévité. Cette cérémonie a commencé avec l’ancien yokozuna Tachiyama en 1937.

En janvier 2018, il y avait un total de 72 yokozuna, bien que la tenue de registres formels n’ait commencé qu’avec Tanikaze et Onogawa en 1789.

Tsuyuharai

Dans le sumo professionnel, le tsuyuharai (en japonais: 露払い, littéralement “balayeur de rosée”) est l’un des deux assistants qui accompagnent un yokozuna lors de sa cérémonie d’entrée dans le dohyō (appelée dohyō-iri). L’autre préposé s’appelle le tachimochi.

Pendant la cérémonie, les tsuyuharai précéderont les yokozuna dans le ring. Il suivra généralement le gyōji qui conduit les trois lutteurs ou les rikishi au dohyō. Alors que le yokozuna effectue la cérémonie, il s’accroupit sur le côté gauche. Une fois que le yokozuna a terminé sa danse cérémonielle, le tsuyuharai le fera encore une fois plus loin du dohyō.

Les tsuyuharai doivent être des lutteurs de sumo (ou rikishi) classés dans la catégorie makuuchi et, si possible, de la même écurie (ou heya) que les yokozuna. S’il n’y a pas de choix appropriés à l’intérieur de l’écurie, les tsuyuharai proviendront normalement d’une autre écurie associée (du même groupe d’écuries appelé ichimon). Le tsuyuharai est toujours le lutteur de rang inférieur des deux assistants.

Les trois lutteurs porteront un ensemble assorti de keshō-mawashi appartenant au yokozuna lors de la cérémonie, et comme la cérémonie se déroule juste après la cérémonie d’ouverture du dohyo pour les lutteurs de la division makuuchi lors d’une journée de tournoi, cela signifie que le tsuyuharai portera également le keshō-mawashi du yokozuna  pour sa propre entrée.

Un lutteur qui doit combattre le yokozuna un jour particulier d’un honbasho (本場所, tournoi officiel professionnel) ne sera pas son tsuyuharai.

Dans des circonstances normales, le tsuyuharai ne sera pas un autre yokozuna ou un ōzeki. Un ōzeki peut jouer le rôle de tsuyuharai lors du tout premier dohyō-iri des lutteurs, qui se tient au sanctuaire Meiji de Tokyo. Un yokozuna ne remplira généralement ce rôle que lors de la cérémonie de départ à la retraite d’un autre yokozuna ou lors d’un événement spécial suivant l’annonce de son départ à la retraite par ce dernier, mais avant la cérémonie finale.

Etymologie

露払 signifie littéralement: “balayer la rosée” ou “enlever la rosée”.

露 : ici prononcé tsuyu c’est la rosée

払: du verbe “harau” qui signifie balayer, nettoyer

Le terme 露払 est également utilisé pour parler d’un “précurseur” ou d’un “héraut”

Origine

Avant d’être utilisé par le sumo, le terme était utilisé pour caractériser une personne  qui va diriger en la précédent une autre personne noble (un noble ou un esprit). Le terme se réfère également au fait de faire quelque chose avant quelqu’un.

A l’origine les habits et les chaussures laissaient pénétrer l’eau de pluie et la rosée alourdissant les vêtements et refroidissant le corps. Ainsi le terme “balayeur de rosée” faisait référence au rôle des personnes, lorsque les gens passaient à travers de champs herbeux ou dans la nature sauvage, où de la rosée se déposait le matin ou la nuit, qui avancaient en tête et dirigeaient la progression ou la marche d’un groupe, en brassant l’herbe et les arbres avec leurs pieds et leurs mains et éliminaient la condensation de rosée ou l’eau de pluie restant sur les plantes. Ainsi ils permettaient aux personnes suivantes d’être moins mouillées. À l’époque où il n’y avait pas de bottes, ce n’était pas un travail de prédilection. Cela évitait au reste du groupe d’avoir les pieds mouillés (ou les vêtements) et de tomber malade à cause du froid que cela provoque. C’était le cas pour des processions de nobles notamment qui payaient des “tsuyuharai” pour éviter au reste du convoi de se retrouver avec les chaussures et les vêtements trop mouillés. C’est par ailleurs une scène familière dans les drames historiques, etc. durant lesquels on peut voir ces balayeurs de rosée précéder la procession des Daimyo, etc., dirigeant la procession en élevant la voix en disant “plus bas, plus bas” (shita nii, shita nii, 下にぃ、下にぃ).

Le terme est encore utilisé en dehors du Sumo dans un “Festival du balayage de rosée” (Matsuri no tsuyuharai, 祭礼の露払い). Durant la procession avec le o-mikoshi, il arrive qu’il soit précédé de taikodai (太鼓台, littéralement “char tambour”, voir article sur le taiko) et des danses du lion (Shishimai, 獅子舞). Ils sont également appelés “balayeur de rosée”. De plus ils existe des cas où dans le cadre d’une danse du lion il y ait une démonstration d’arts martiaux avec des bo durant laquelle le maitre présente des techniques de bo-jutsu (棒術) et devient lors un “balayeur de rosée”.

De même au niveau ferroviaire avant que le train qui transporte les passagers ne passe, un premier train s’appelant “le train balayeur de rosée” (露払列車, tsuyuharai ressha) passe afin de vérifier s’il y a des anomalies sur les voies.

Lors du dohyo-iri du yokozuna, le tachimochi représente le caractère noble et important du yokozuna et fait référence à la procession d’un daimyô ou d’un noble de haut rang dans le Japon féodal.

Tachimochi

Dans le sumo professionnel, le tachimochi (太刀持ち, littéralement: “porteur de l’épée longue”) est l’un des deux accompagnateurs qui accompagnent un yokozuna lorsqu’il effectue son dohyō-iri, ou cérémonie d’entrée dans le ring. L’autre préposé s’appelle le tsuyuharai.

Pendant la cérémonie, le tachimochi suivra le yokozuna, portant son épée dans la main droite, jusqu’à l’anneau et s’accroupissant du côté droit. L’épée du yokozuna est une indication traditionnelle de son statut de samouraï. Une fois que le yokozuna a terminé sa danse cérémonielle, le tachimochi le suivra à nouveau hors du dohyō.

Le tachimochi doit être un lutteur de sumu classé makuuchi (ou rikishi) et provient, si possible, de la même écurie (ou heya) que le yokozuna. S’il n’y a pas de choix appropriés dans l’écurie, le tachimochi proviendra normalement d’une autre écurie associée (du même groupe d’écuries appelé ichimon). Le tachimochi est toujours le lutteur le mieux classé parmi les deux assistants.

Les trois lutteurs porteront un ensemble assorti de keshō-mawashi appartenant au yokozuna lors de la cérémonie. Comme la cérémonie a lieu juste après la cérémonie d’entrée sur le ring pour les lutteurs de la division makuuchi un jour de tournoi, cela signifie que le tachimochi portera également celui du yokozuna. keshō-mawashi pour sa propre entrée.

Un lutteur qui est programmé pour combattre le yokozuna un jour particulier d’un honbasho (ou d’un tournoi) ne sera pas son tachimochi.

Dans des circonstances normales, le tachimochi ne sera pas un autre yokozuna ou un ōzeki. Un ōzeki peut jouer le rôle de tachimochi lors du tout premier dohyō-iri d’un lutteur, qui s’est tenu au sanctuaire Meiji de Tokyo. Un yokozuna ne remplira généralement ce rôle que lors de la cérémonie de départ à la retraite d’un autre yokozuna ou lors d’un événement spécial suivant l’annonce de son départ à la retraite par ce dernier, mais avant la cérémonie finale.

L’épée est conçue comme une décoration et est appelée Jindachi (陣太刀, Epée Jinda), et même si elle est utilisée pour la décoration, elle est fabriquée sérieusement. Cependant, l’épée n’est pas une vraie épée mais bien souvent une lame de bambou. Pourtant, son poids est considérable et il est assez difficile de tenir longtemps dans la posture que prend le Tachimochi avec l’épée dans une main. Lorsqu’il porte cette épée, le fourreau est enveloppé d’un cocon violet. Mais en 2015 en l’honneur du soixantième anniversaire de l’ancien yokozuna Chiyonofuji Mitsugu (千代の富士 貢) de son vrai nom Akimoto Mitsugu (秋元 貢), un kanreki dohyo-iri (還暦土俵入り) a eu lieu au Ryôgoku Kokugikan de Tokyo, l’enveloppe du Jindashi était de couleur rouge.

La Tachimochi portant le katana représente le statut de samurai du yokuzuna.

Etymologie

太刀 : Tachi (épée longue). 太 signifie “épais”, “gros”, “grand”; 刀 (qui se lit “katana” si écrit seul) qui signifie épée.

持ち: du verbe “motsu” qui signifie “porter”

sources:

 

 Leave a Reply

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

(requis)

(requis)

Solve : *
24 ⁄ 24 =


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.