Avr 222009
 


Ceci est la traduction d’un article d’un pratiquant de Taijiquan ayant pratiqué l’aikido et le karate Uechi-ryû.

Bio: Raymond Wylie a commencé l’étude du Taijiquan avec les styles Hao (un mélange des ststème internes, notamment Bagua, Hsing-I et Taijiquan) pour ensuite continuer avec le style Yang.

Abstract: Ayant noté des similarités entre le Taijiquan, l’aikido et le kata sanchin d’Uechi-ryû, l’auteur propose d’exposer son point de vue.

Introduction

Dans cet article j’aimerais regarder le kata sanchin mais d’une façon taijiquan, en appliquant les principes et les idées du taijiquan.

Il est assez difficile de dire comment j’en suis venu à regarder sanchin de cette façon, plusieurs choses sont venu ensemble pour m’amener à ces points de vue, mais je pense que le point centrale fut lorsque mon professeur de Taijiquan démontra une forme d’une façon que je n’avais jamais vu auparavant.

Voir cette méthode m’a permis de me rendre compte aussi pourquoi tant de gens font du Taijiquan incorrectement. Pour la plus grande partie ils le font comme un art externe, basiquement de la même manière que quelqu’un ferait du karate japonais, mais doucement. Faire du Taijiquan correctement, certains principes et méthodes doivent être rigoureusement observées, la forme semble bien moins structurée et plus spontanée; bien qu’en fait la forme est plus structurée parce qu’elle adhère à des principes.

Pour faire du Taijiquan correctement, vous devez faire chaque techniques individuellement et ensuite ensemble elles vont créer la forme, alors vous pouvez commencer la forme à n’importe quel moment, mélange la, fait le début à la fin et vous serez toujours entrain de faire du Taijiquan correct. Inversement vous pouvez toujours faire la forme exactement comme on vous l’a enseigné et toujours la faire mal si vous ne faites pas les techniques correctement. Après avoir vu cette démonstration, j’ai réalisé que l’on pouvait appliquer la même chose au kata sanchin, j’avais déjà découvert des aspects du Taijiquan dans sanchin, et ce n’était donc qu’à une seul pas de modifier sanchin pour donner en fait quelque chose de pas très différent de ce que me montrait mon professeur avec le Taijiquan.

Pour faire du Taijiquan, certains exercices sont fait avant la pratique pour développer les principes utilisés en Taijiquan; ils sont utilisés pour ouvrir le Qwa. Je vais commencer à les expliquer, puis passer à comment les utiliser en combat pour finalement comparer le Taijiquan avec sanchin et montrer les modifications que je pense peuvent être incorporées dans sanchin, ensuite vous serez maintenant capable de faire deux formes de sanchin, la version mi dur mi souple que je considère comme la version dure et la version complètement souple. Je peux garantir que vous allez sentir une différence.

Les exercices

Tenez vous debout avec les mains sur les hanches, avec les pieds de la larheur des épaules. Maintenant faites des cercles dans le sens des aiguilles d’une montre et dans le sens inverse. Maintenant prenez une position en garde à droite, la jambe avant pliée et la jambe arrière tendue, et maintenant refaite des cercles de la taille dans le sens horaire et anti-horaire, répétez ce mouvement en garde à gauche. Maintenant prenez la position originale et faites des cercle de haut en bas avec le nombril, la main droite placée sur le nombril et le dos de la main gauche dans le dos au niveau des reins. Ce mouvement peut sembler un peu embarrassant mais il permet d’ouvrir le Qwa/Kua inférieur. Un fois de plus prenez une garde à droite puis gauche et faites les cercles pour les deux gardes.

Pour le Qwa/Kua supérieur, prenez la même garde mais cette fois placez votre main droite  sur le centre de la poitrine et la main gauche sur le nombril. Maintenant faites des cercles avec les épaules vers l’avant en les enroulant bien et en baissant la poitrine. Répétez ceci dans l’autre sens puis encore une fois dans les deux sens dans les positions de garde à droite puis à gauche, cela s’appelle Peng (prononcer Pong). Maintenant il faut faire tout ces exercices en un seul mouvement, et ça va sembler comme une ondulation qui part des pieds qui remonte dans l’estomac puis dans la poitrine. Ca doit ressembler à quelqu’un qui les redresse d’une poussée.

Si vous avez un sac de frappe vous pouvez placer vos mains dessus et bouger en utilisant cette méthode.

Pour le prochain exercice, vous devez essayer une poussée à deux mains en utilisant cette méthode contre l’air. Maintenant essayez cette poussée à deux mains vers le bas en se laissant tomber en position de cavalier, le faire d’une manière élastique comme si vous vous sentez tiré vers le haut après avoir été poussé vers le bas.

Taijiquan et Sanchin

J’ai donné quelques fondements très basiques en Taijiquan, maintenant regardons sanchin d’une perspective Taiji. Le premiers mouvement qui intervient dans sanchin est une double frappe vers le bas vers le tan-tien, vous vous souvenez des exercices précédents? La double frappe vers le bas, c’est comme ça que je le ferais, plus élastique et plus relâché. Mais elle peut se faire en double poussée.

Les poussées je les ferais comme dans “brosser le genou et pousser”, ce qui signifie que vous vous tournez vers la droite, pliez votre genou faites la frappe en poussant la jambe et tournez vos hanches tout en éloignant la main du centre du corps. Prenez ensuite la ligne centrale; il y a quelques autres points de vue intéressant sur les poussées que j’aimerais discuter; premièrement je ne suis pas convaincu que les positions des mains sont faites seulement pour frapper.

Je pense qu’elles peuvent être un point de référence pour quelques types de drill tactiques comme des mains collantes ou des poussées de mains. Je dirais plus probablement des poussées des mains, vous allez voir ce que je veux dire quand je parlerai de wauke et de ses applications.

Lorsque vous ramenez la main à partir de la poussée pour le faire de façon interne, ne ramenez pas seulement votre main en place, à partir de la position tendu, pliez votre coude et pensez à cela, mettez votre YI (intention) dans le fait de seulement plier le coude, puis vous ramenez votre bras en tournant les hanches.

Mettez vous en garde à droite; votre partenaire dans la même garde que vous doit vous attraper le poignet et tirer légèrement afin qu’il y ait un certain degré de tension et vous devez essayer d’écarter votre main. La manière habituelle est qu’on a juste à tirer notre main, dans ce cas, à cause de la tension, ça ne fonctionne pas; ce que vous devez faire est de relâcher votre bras et se concentrer sur le fait de bouger les hanches et le fessier. Je me concentre sur ma fesse droite où je place mon YI et j’oublie tout le reste sauf bouger mon derrière et hanches autour.

Maintenant le wauke. Lorsque je fais ceci sur un tour, je refais en miroir l’exercice dont j’ai parlé un peu plus tôt. Je le fait comme un coup de coude avec ma main gauche dans le creux de mon bras droit ensuite je baisse mon bras pour le blocage. Lorsque je relève le bras je fais ce que j’ai décrit précédemment: Je mets mon YI dans mon coude. Je concentre mon attention dans le fait de baisser mon coude et pas nécessairement lever mon bras.

Lorsque vous levez votre bras la paume de la main vers l’intérieur, les doigts vers le haut, votre main tourne autour de votre visage vers l’extérieur. Votre autre main doit être maintenant pressée contre votre bras au niveau du coude. Lorsque vous ramenez les mains en arrière pour la double frappe faites une anteversion du bassin et baissez votre poitrine (Peng), la double frappe devrait avoir de l’ondulation ce dont j’ai discuté au début de cet article.

Evidemment c’est juste des grandes lignes basiques dans la méthode de faire sanchin, mais je suis sur que vous pouvez aller plus profondément. Je concluerai avec quelques bunkai du tai-chi.

1) d’un coup de poing droit au visage, parez avec votre main gauche et passez votre bras droit en dessous, enroulez par-dessus puis attrapez son bras droit pour le tirer vers le bas. Lorsqu’il frappe avec le poing gauche, bloquez avec votre main gauche et montez votre main droite, en tenant toujours sa main droite et en la montant sous son coude gauche. Ce qui va l’immobiliser et le verrouiller. On peut maintenant lui mettre un coup de tête. On peut faire un exercice similaire avec une seule main qui bloque ses deux attaques, on peut ainsi utiliser la position de la main en l’air comme un kokyu-nage en poussant seulement sur ses bras croisés.

2) de la position des bras croisés, il place sa main droite sur votre coude droit, couvrez cela avec votre paume gauche et presser vers votre bras puis descendez votre bras droit vers le bas et remontez le sous son coude et poussez le vers le haut dans un demi-cercle devant vous ce qui va le forcer à se pencher à la taille, à partir de là vous avez toutes les variations d’aiki sur les clefs de poignet. Pour contrer cela, lorsque le mouvement est placé sur vous, il suffit simplement de suivre la main droite avec la main gauche en décrivant un cercle avec, ce qui va repousser ses mains, notez que vous pouvez harponner son bras ou aggriper sa peau.

3) Lorsque votre main est levée pour pouvez l’utiliser pour frapper ou bloquer, que cela vienne instinctivement ou après un conditionnement vous pouvez bloquer à l’intérieur ou à l’extérieur des attaques droites ou gauches. Exemple: d’un coup de poing droit, bloquer vers l’intérieur avec votre main droite attrapez son poignet avec votre main gauche passez par-dessus sa main gauche avec votre droite et pressez votre paume droite dans son estomac. Cela va le verrouiller si le mouvement est effectué contre son côté gauche. Lorsque vous tournez par-dessus son bras, attrapez son coude gauche avec votre main droite puis tirez le par-dessus.

  2 Responses to “Une vision de Sanchin Uechi-ryû par le Taijiquan”

Comments (2)
  1. Bonjour Jack,

    Merci pour cet article. Je suis pratiquant de Uechi depuis trop peu d’années pour en avoir une vue suffisamment profonde. Cependant, sa vison de l’utilisation des hanches m’étonne; je n’avais pas compris cela dans les explications données par Shimabukuro senseï.

    A bientôt?

    Marc

    • Hello,

      L’utilisation des hanches dépend de la génération d’énergie. Si on nous fait fixer les hanches c’est pour apprendre à générer l’énergie sans mouvements de hanches afin d’apprendre et de comprendre la génération via la colonne et la ceinture scapulaire et notamment en mettant le YI sur le coude et non le poignet ou l’épaule.
      Après, l’utilisation des hanches se fait façon grue.

      Amicalement,
      Jack

 Leave a Reply

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

(requis)

(requis)

Solve : *
26 + 2 =


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.