Août 022009
 


Gojira (ゴジラ) est un film de science-fiction japonais de 1954 et point de repère à succès dirigé et co-écrit par Ishiro Honda avec les effets spéciaux de Eiji Tsuburaya, produit et distribué par la Toho Company Ltd. Il est le premier d’un très grand nombre de films de “monstres géants” (appelés daikaijû) produits au Japon, dont un grand nombre font figurer Gojira.

1. Histoire

Le bateau de pêche japonais Eikô-Maru (栄光丸) est attaqué par un éclair de lumière venant de l’eau près de l’île Odo et il coule. Un bateau de secours, le Bingo-Maru est envoyé pour enquêter sur l’accident, mais rencontre le même sort. Un second bateau de recherche est envoyé et arrive à trouver quelques survivants dans la zone, et comme les deux autres bateaux, il sera détruit.

Pendant ce temps, sur l’île d’Odo, les habitants s’affolent car les pêcheur n’arrivent plus à prendre de poisson. “Alors c’est Gojira qui a dû faire ça”, dit l’ancien. Selon la légende, Gojira est une divinité-monstre qui vie dans la mer et qui sort des océan pour se nourrir de l’humanité. Chaque fois que la pêche est mauvaise, les habitants avaient l’habitude de sacrifier des filles pour éviter que Gojira attaque le village.

Plus tard, un hélicoptère transportant des reporters-enquêteurs arrive à l’île Odo. Les habitants de l’île croient tous ques les récents désastres sur la mer sont la cause d’un monstre, mais les reporters restent sceptiques. La nuit les habitants effectuent un rituel d’exorcisme dans l’espoir que Gojira n’attaquera pas encore. Mais lorsque les habitants dorment, une tempête arrive et un monstre géant attaque le petit village de pêcheurs semant la mort et la destruction.

Le jour suivant, les témoins sont conduits au Diet Building à Tokyo. Le Docteur Kyohei Yamane, paléontologiste, demande à ce qu’une équipe d’enquête soit envoyée sur l’île Odo. Le bateau est envoyé et arrive sans encombre sur l’île. Yamane découvre des empruntes de pas géantes contaminées par la radioactivité, ainsi qu’un trilobite. Soudain l’alarme du village rententit et les villageois courent en direction d’une colline (cette scène est souvent mal interprêtée et prise pour le fait que les villageois se sauvent alors qu’ils se ruent vers le monstre pour le combattre). Alors, un énorme, effrayant monstre ressemblant à un dinosaure passe sa tête par-dessus la colline et rugit. Les villageois découvrent que Gojira est trop grand à combattre et fuient pour sauver leur peau. Le montre repart ensuite dans l’océan.

Peu après, Yamane commence à faire des recherches et découvre que le “dieu monstre” est en réalité un dinosaure géant qui a été réveillé et a muté à cause des tests nucléaires. Il nomme le monstre Gojira , d’après la légende de l’île Odo. Il découvre aussi que les sédiments venant de l’empreinte de Gojira contiennent une dose massive de Strontium-90, ce qui ne peut venir que d’une explosion d’une bombe atomique. Après la présentation de Yamane, un homme dans le public, Monsieur Ôyama, suggère que l’information ne doit pas être connu par le public pour l’instant. Puisque Gojira est le produit de l’arme atomique, la vérité pourrait avoir de fâcheuses conséquences, puisque les affaires mondiales sont toujours fragiles. Toutefois, une femme objecte à la suggestion de Monsieur Ôyama expliquant que la vérité devait être dévoilée. Après qu’elle ait insulté Ôyama, le chaos s’empare du Diet Building.

Les origines de Gojira sont révélées au public. Une flotte anti-Gojira est immédiatement envoyée et utilise des charges de profondeur contre Gojira, dans le but de tuer le monstre. Dans sa maison, Yamane est assis seul dans la pièce. Yamane, étant aussi zoologiste, ne veut pas tuer Gojira mais plutôt qu’il soit capturé pour être étudié.

Cette nuit, Gojira sort de la baie de Tokyo soudainement devant un bateau de plaisance. En l’espace d’une minute, le monstre repars dans les profondeurs de l’océan, mais sa briève apparition a causé une panique nationale. Le lendemain matin, des officiels demandent à Yamane s’il y a un moyen de tuer le monstre. Yamane, frustré, explique que Gojira a déjà survécu à une dose massive de radiation, et il croit qu’il faudrait l’étudier pour savoir ce qui le tient en vie.

La fille de Yamane, Emiko, est fiancée au docteur Daisuke Serizawa, un collègue de yamane. Emiko, toutefois, est amoureuse du Lieutenant Hideto Ogata de l’entreprise de navire à vapeur Nankai. Lorsqu’Emiko rend visite à Serizawa pour lui dire qu’elle aime Ogata, et qu’elle souhaite rompre ses fiançailles avec lui, Serizawa lui révèle son sombre secret. Il a créé un instrument capable de détruire toute vie dans la mer. L’engin est appelé Destructeur d’Oxygène, et est plus puissant qu’une arme nucléaire. Il donne une démonstration à Emiko dans son laboratoire en utilisant un aquarium avec des poissons dedans. Tous les poissons sont désintégrés et il n’en reste que le squelette. Choquée par cette découverte, Emiko quitte Seriwaza, en lui promettant de ne rien dire à personne de ce qu’elle avait vu. Elle a été incapable de parler de Ogata à Serizawa ou qu’elle voulait rompre leur fiançailles.

La nuit, Gojira apparait encore dans la baie de Tokyo et attaque la ville. Alors que l’attaque du monstre a été relativement courte, il y a eu beaucoup de destruction et de morts. Le matin suivant, les militaires construisent hativement une ligne de 40 mètre de cloture électrifiée  le long de la côte de Tokyo qui va envoyer 300 000 volts d’électricité dans Gojira , s’il revient encore. Les civiles sont évacués de la ville et placé dans des abris à l’épreuve des bombes. Les militaires préparent un accueil le long de la cloture.

Lorsque la nuit tombe, Gojira fait surface dans la baie de Tokyo. Le monstre passe aisément la cloture électrifiée, sans trop gros dégat. Le bombardement de l’armée ne semble pas non plus lui provoquer le moindre mal. Alors que Gojira traverse des lignes à haute tension, il utilise son souffle atomique pour faire fondre les barrières électriques. Les tank de l’armée sont inutiles contre Gojira, qui continue son raid. A la fin, la ville est presqu’entièrement détruite et des milliers de civils innocents sont morts, mourants ou blessés. Alors que Gojira repart vers la baie de Tokyo, des esquadrons de chasseurs lui lancent des missiles, mais Gojira s’enfonce dans l’eau sans une égratignure.

Le matin suivant, la ville n’est que ruines. Les hopitaux sont débordés et saturés de victimes, beaucoup ont été exposés à une forte dose de radiation. Alors qu’Emiko voit les victimes de l’attaque de Gojira, elle prend Ogata à part et lui révèle le secret de Serizawa espérant qu’ensemble ils pourront faire quelque chose contre Gojira.

Ogata et Emiko rendent visitent à Serizawa et lui demandent d’utiliser son arme contre Gojira. Serizawa refuse et fonce vers son laboratoire pour détruire le Destructeur d’Oxygène. Ogata et Emiko le suivent pour l’en empêcher. Ca n’a pour conséquence qu’un petit combat entre Ogata et Serizawa durant lequel Ogata reçoit un coup léger à la tête. Alors qu’Emiko le soigne, Serizawa s’excuse et explique que “si le Destructeur d’Oxygène est utilisé ne serait-ce qu’une fois, les politiciens autour du monde le verront et l’utiliseront comme une arme.”. Il continue: “Bombe contre Bombe, Missiles contre Missiles et maintenant avec une nouvelle super-arme pour l’envoyer sur nous tous. En tant que scientifique – non, en tant qu’être humain – Je ne peux pas permettre que cela arrive”. Ogata essaye de convaincre Serizawa qu’il est le seul à pouvoir sauver le monde. “Les humains sont des animaux fragiles” réponds Serizawa, “Même si je brûle mes notes le secret sera toujours dans ma tête. Jusqu’à ce que je meurs, comment suis-je sûr que je ne serais jamais forcé par quelqu’un de refaire encore l’engin?”. Serizawa est aussi soucieux que l’arme “ne tombe pas en de mauvaises mains”. Ogata termine la conversation par “Vous avez vos peurs, qui peuvent devenir réaliter. Et vous avez Gojira, qui est la réalité”.

Alors, après la discussion, une sinistre émission de télévision apparait, montrant la dévastation et les morts causées par Gojira, en compagnie des prières pour l’espoir et la paix. Choqué par ce qu’il vient de voir, Serizawa décide finalement d’utiliser le dernier Destructeur d’Oxygène, mais pour une seule fois. Serizawa détruit finalement ses recherches, sachant que son arme est presque aussi dangereuse et destructive que le monstre lui-même, et que détruire cette arme sera la meilleur chose pour l’humanité.

Le jour suivant, un navire de la marine emporte  Ogata et Serizawa pour mettre l’objet dans la baie de Tokyo. Serizawa demande à porter des habits de plongeur pour être sur que l’arme est correctement utilisée. Ogata au début refuse, mais finalement le laisse faire. Ogata et Serizawa plongent sous l’eau, et trouvent Gojira qui se repose. Semblant inconscient de ce qui se passe autour de lui, le monstre se met en marche doucement. Ogata est finalement remonté à la surface alors que Serizawa active le Destructeur d’Oxygène. Alors que Serizawa regarde le monstre mourir sous les effets de la terrible arme, il coupe sa corde et meurt avec Gojira, se sacrifiant afin que sa terrible arme soit inconnu du monde. Un Gojira mourant refait surface, et laissant sortir un dernier rugissement, sombre au fond des mers, désintégré.

Bien que Gojira soit mort, l’ambiance est toujours funèbre. “Je ne peux pas croire que Gojira soit le seul survivant de son espèce”, dit le docteur Yamane. “Si nous continuons les tests nucléaires, il est possible que Gojira réapparaisse encore quelque part dans le monde”. Alors que les gens embarqués sur le bateau regardent le ciel, il n’est pas certain qu’à la pensée du monstre, soit la fin ou le début d’une ère d’apocalypse. Les japonais, en particulier Emiko, se souviendront toujours du sacrifice du docteur Serizawa.

2. Acteurs

   * Takashi Shimura : Dr. Kyouhei Yamane (山根恭平 ,Yamane Kyôhei)
* Momoko Kochi : Emiko Yamane (山根恵美子 ,Yamane Emiko)
* Akira Takarada : Hideto Ogata
* Akihiko Hirata : Daisuke Serizawa
* Sachio Sakai : Hagiwara (Journaliste)
* Fuyuki Murakami : Dr. Tanabe
* Ren Yamamoto : Masaji (pécheur)
* Toyoaki Suzuki : Shinkichi (jeune frère de Masaji)
* Tsuruko Umano : mère de Shinkichi
* Tadashi Okabe : Assistant du Dr. Tanabe
* Jiro Mitsuaki : employé de la Nankai Salvage Company
* Ren Imaizumi : officier Radio de la Nankai Salvage Company
* Sokichi Maki : Chef de l’agence de la sécurité maritime
* Haruo Nakajima : Gojira

3. Production

* L’histoire de base est inspiré d’un accident réel. Un vrai navire japonais, le Dragon Chanceux, est passé trop prêt d’un site de test nucléaire. Il ne fut pas détruit mais plusieurs membre d’équipage décédèrent dans d’attroces souffrances consécutives aux brûlûres radioactives. Il en est fait allusion dans le film avec la scène d’ouverture, lorsque le Bingo Maru est détruit par la première attaque de Gojira, et quelques scènes plus tard, lorsque les survivants d’autres attaques sont découverts brûlés par les radiations.

* L’histoire du monstre lui-même a été nécessité par une urgence. Les producteurs avaient planifiés un film complètement différent, mais le projet est tombé à l’eau. Toho demanda un film, n’importe quel film, dans les plus brefs délais. Durant le voyage en avion, un des scénaristes a lu l’histoire de l’incident du Lucky Dragon et fut inspiré. L’angle du monstre est dérivé d’un succès d’une bête de la Warner Bros de 20000 Fathoms (1953). Plusieurs monstres ont été retenu (par exemple une pieuvre). Mais finalement ils ont choisit un dinosaure muté, qui ressemblerait au croisement d’un Tyrannosaure Rex, un Iguanodon et un Stégosaure.

* Le costume de Gojira a été actuellement un dernier ressort. Le Metteur en Scène Ishiro Honda a été profondément impréssionné par la méthode “stop-motion” utilisée dans King Kong. Toutefois, cette méthode était bien trop couteuse et prenait trop de temps (le stop-motion a été utilisée , très brièvement, dans deux scènes de King Kong vs Gojira, mais Toho n’a jamais essayé de la réutiliser par la suite). Ils ont décidé que le moyen le plus facile était un cascadeur, un costume de monstre, et Tokyo en échelle réduite. Ce qui fut assez difficile. Le premier essai d’un costume de Gojira était trop raide et lourd, presqu’impossible à utiliser. Ils ont finalement réussit à trouver un design qui fonctionnait; mais même cela était exténuant. Le cascadeur a souffert de nombreux crises d’épuisement dûes à la chaleur intense et de déshydratation. Le costume comportait une soupape permettant d’évacuer la sueur  pour éviter son accumulation et que le cascadeur baigne dans son jus.

* Dans un étrange effet du hasard, le décors présentait de façon très visible un vieux théatre pour films de Tokyo, qui a été détruit par Gojira. Entre-temps, les spectateurs de Tokyo a vu la scène de destruction dans le même théatre qui était détruit dans la scène.

* L’idée générale de l’attaque de Gojira était actuellement était de montrer en exemple “une attaque nucléaire” : comme Hiroshima et Nagasaki, mais en plus lent. Honda l’a établit de cette façon, en ayant été choqué par la vraie dévastation de ces villes.

* Les studios Tohos ont rechigné à utiliser la couleur pour filmer Gojira. Ironiquement, le moins cher, les films noir et blanc ont augmenté la portée des effets spéciaux (par exemple en cachant les cables et autres choses dans l’ombre), mais aussi en ajoutant de l’eefet de terreur dans les scènes d’attaques de nuit. Deux ans après, Toho fait le film Rodan en couleur, bien que la suite “Gojira attaque encore” est aussi en Noir et Blanc. A partir de là, Toho utilisera de la couleur.

* Un des noms de Gojira durant la production a été “Anguirus”. Ce nom a été gardé et sera utilisé plus tard comme nom d’adversaire dans une suite.

* Les fans des films de Gojira appellent souvent le monstre de ce film “Shodai Gojira” ou “Gojira première génération”.

* Dans une prise de vue d’effet spécial pour le film, Nakajima a été placé dans une piscine. Quelqu’un a accidentellement placé des charges électrique dans le bassin.

* Masaaki Tachibana (un annonceur d’une scène dans la tour de fer) a peint son visage à l’huile d’olive pour exprimer un visage luisant de sueur de la peur.

4. Box Foffice japonais et critiques

Lorsque le film a été publié en 1954, le film a fait vendre approximativement 9 160 000 tickets, et a été le huitième meilleur film de cette année au Japon. Il est resté le deuxième films en terme de nombre d’entrées au Japon au Japon, derrière “King Kong vs Gojira“. Il a rapporté approximativement 152 millions de Yen (1.15 millions d’euros).

Au début, les critiques japonaises accusaient le film d’exploiter la dévastation gigantesque dont le pays avait souffert lors de la seconde guerre mondiale, aussi bien que de l’incident du Daigo Fukuryû Maru survenu quelques mois plus tôt avec le début du film. Toutefois, le temps passant, le film a gagné plus de respect dans son propre pays d’origine.

5. Versions nord-américaines

5.1 Edition originale limitée

En 1955, le gojira original est sortit aux états-unis avec des sous-titres et a été confiné dans des salles de cinéma destinées aux américano-japonais. La même version a été présentée à nouveau dans les années 1960, puis dans les années 1980 et récemment en 2004 par l’intermédiaire de Rialto Pictures. A la fin des années 2006, Rialto Picture perd les droits de distribution du film au moment où la version originale sort pour la première fois en DVD en amérique du nord via Classic Media.

5.2 Godzilla, King of the Monsters

En 1956, Jewell Enterprises ré-édite le film pour le public américain en combinant la pélicule originale et avec une nouvelle pélicule américaine de Raymon Burr incarnant un reporter américain couvrant l’arrivé de Gojira. Cette version sortit au Japon en 1958, a été de façon surprenante, très populaire.

Renommée, “Godzilla, King of the Mosnters!”, cette version fut la seule représenté en vidéo personnelle en amérique du nord lorsque le DVD Gojira fut parut, contenant à la fois l’édition japonaise théatrale non éditée et la version retravaillée américaine.

5.3 Publié à nouveau après restauration

Le 7 mai 2004, l’édition originale du film fut publiée de nouveau dans deux théatres en amérique du nord. Cela rapporta la somme de 38030$ dollars américain (19015$ par écran) lors du premier week-end d’ouverture et est resté à l’écran jusque décembre 2004, n’étant pas joué dans plus de 60 salles à aucun moment sur tout le continant nord américain.A la fin, le film aura fait 412520$. Le film a été joué dans environ 60 salles et villes à travers tous les USA durant ces sept mois et demi. Il avait été joué auparavant dans les années 1960.

6. Critiques

La réédition nord américaine de 2004 de Gojira a été bien accueilli par de nombreuses critiques qui n’avaient jamais vu le film dans sa forme originale sans Raymon Burr. Son taux d’approbation sur Rotten Tomatoes est de 93% actuellement (et 88% parmis les “Cream of the Crop”).

Dans Entertainment Weekly, Owen Glieberman, qui a donné une note de A au film a écrit:

“Godzilla, une ancienne bête jaillit des profondeurs de l’océan et irradiée par des tests japonais de bombe H, réduit Tokyo en une montagne de cendres, et, comme Kong, il devient de plus en plus sympathique alors que les destructions continuent. Les personnages parlent de lui, non comme un ennemi, mais comme une force du destin, un “dieu”. L’inéluctable sous-entendu est que je Japon, de façon assez étrange, mérite cet enfer. Godzilla est le plus grand symbole au niveau culture populaire de l’apocalypse nucléaire, mais il est aussi l’esprit primitif de l’agression japonaise, avec une part du destin, tournée contre elle-même.”

Dans le Dallas Observer, Luke Y. Thompson a écrit:

“Beaucoup de gens vont probablement être surpris de ce qu’ils vont voir. Le film japonais de 1954 est tourné comme un film classique noir et blanc, et la destruction inévitable de la reconstruction de Tokyo est plutôt lente avec nos standards actuels. L’écho de la seconde guerre mondiale est très fort et les dévastations commises par Godzilla (joué par Haruo Nakajima) ne sont pas enrobés de sucre; elles reflètent étrangement celles de Hiroshima et Nagasaki, les blessés et les morts étant basés sur ces dernières. Le monstre lui-même n’est pas révélé avant un moment, et lorsqu’il se montre finalement, il est un un prédateur noir malveillant avec une peau luisante, qui reste en grande partie dans l’ombre, bien plus effrayant que le monstre à la peau verte mangeur de biscuits qui est montré dans des suites pour botter le fondement de nombreux envahisseurs extra-terrestres en affreux justaucorps.”

Une des plus récentes critiques négatives a été écrite par Roget Ebert dans le Chicago Sun-Times. Ebert a admis que le film était “un film important” et “a parfaitemenr décodé qu’il était le Fahrenheit 9/11 de son temps”, mais il a aussi dit
“Dans ces temps d’effets spéciaux sans défauts, Godzilla et les villes qu’il détruit sont tous rudimentaires. Godzilla par moment semble étonnament comme un homme dans un costume de lézard, écrasant des espaces en carton, ce qu’il était en fait, et faisait. D’autres scènes le montre comme une peluche ou un modèle mécanique. Ce n’était pas ce qui se faisait artistiquement à ce niveau; King-Kong (1933) était plus convainquant. Lorsque le docteur Serizawa démontre le Destructeur d’Oxugène à sa fiancée, la super-arme est quelque part très déçevant. Il jette une pilule dans un aquarium de poissons tropicaux, l’aquarium s’allume, il crit ‘recule’, la fiancée hurle, et les poissons remontent le ventre à l’air. Oui ça stoppera certainement godzilla sur son passage.”

7. Multimedia

7.1 Bande originale

Les partitions par Akira Ifukube ont été publiées trois fois sur une période de 13 ans. Le premier enregistrement a été paru par Futureland Toshiba en 1993, et contient presque toutes les musiques du film, manquant seulement la mélodie d’ambiance pour la scène du bateau de tourisme. La liste des morceaux comprend:

* 01 – Titre principal
* 02 – Empreinte de pas (Effets spéciaux sonores)
* 03 – Eiko-Maru qui coule
* 04 – Bingo-Maru qui coule
* 05 – Malaise à l’île Odo
* 06 – Rituels de l’île Odo (Musique d’ambiance)
* 07 – La tempête sur l’île Odo
* 08 – Thème de l’île Odo
* 09 – Frégate en marche I
* 10 – Horreur du réservoir d’eau
* 11 – Gojira débarque
* 12 – Gojira en furie
* 13 – Emission meurtrière
* 14 – Gojira se dirige vers la baie de Tokyo
* 15 – Gojira attaque!
* 16 – Tokyo dévastée (Contient des sound d’effets spéciaux)
* 17 – Le destructeur d’oxygène
* 18 – Prière pour la paix
* 19 – Frégate en marche II
* 20 – Gojira sous la mer
* 21 – Fin

7.2 DVDs

A part la ré-édition U.S. du film “Godzilla, King of the mosnters!”, le film original de Gojira n’a pas été édité aux USA en DVD avant le 6 septembre 2006, bien que l’original soit apparu au Japon en 2002. La qualité de l’impression utilisée pour la sortie japonaise a été partiellement restauré et remasterisé, incluant 3 pistes audio (la piste originale mono, une piste audio isolée, et la piste isolée avec les pistes d’effets spéciaux), et une intervieuw de Akira Ifukube.

En 2004, le film fut re-publié au Japon, comme une partie d’un ensemble contenant le dernier film de Gojira: “Gojira:Final Wars”. La qualité du disque était la même que la version de 2002, et elle incluait la version U.S. du film.

Vers la fin de 2005, BFI a sortit théatralement la version originale japonaise en Angleterre; elle a été similaire à la version de Rialto Pictures aux US, et à la fin de la même année, le film a été distribué en DVD par BFI. La qualité de l’enregistrement était très bonne (mais pas parfaite), le DVD incluait la piste mono originale et plusieurs bonus supplémentaires, comme des documentaires et les commentaires de Steve Ryfle, Ed Godziszewski et Keith Aiken sur les détails de production et les changements. La différence entre la version japonaise et la version US a été aussi débattu, ainsi qu’accompagné de rares clichés de production, des sketches et des planches de scénario, des scènes non filmées ou filmées,  et des scultpures de Gojira. Le DVD incluait aussi un documentaire sur le Daigo Fukuryu Maru, un navire de pèche japonais qui s’est retrouvé pris dans une explosion nucléaire américaine et qui a partiellement inspiré la création du film. Cette version fut très bien accueilli.

source: http://en.wikipedia.org/wiki/Godzilla_%281954_film%29

Générique: http://youtu.be/WcT5u7y2_yA

 Leave a Reply

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

(requis)

(requis)

Solve : *
29 − 26 =


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.