Mai 142010
 


Takuan (沢庵), appelé aussi takuwan ou takuan-zuke, est un légume mariné dans une saumure (tsukemono) traditionnel et très populaire. Il est fait à partir d’un radis blanc appelé daikon. En plus d’être servit accompagné d’autres tsukemono dans la cuisine traditionnelle japonaise, le takuan est aussi apprécié à la fin de repas du fait que l’on croit qu’il aide à la digestion.

Le takuan est préparé en faisant pendre le daikon au soleil pendant quelques semaines jusqu’à ce qu’il devienne souple. Puis, le daikon est placé dans une boîte à saumure (voir préparation des tsukemono) avec un mélange de sel, de son de riz, et facultativement du sucre, du daikon vert, konbu et parfois du piment et/ou des peaux séchées de kaki. Un poids est placé sur le couvercle de la boite à saumure, et le daikon est mis à macérer pour plusieurs mois. Le takuan finit est en général de couleur jaune, bien que la plupart des takuan produit en masse reposent sur un effet de colorant alimentaire pour obtenir cet effet.

Le Takuan est aussi populaire en Corée du sud où il est appelé danmuji (단무지). Il est utilisé comme garniture pour le gimbap, ou en accompagnement de repas coréens, comme jajangmyeon.

On attribue en général la création du takuan à Takuan Sôhô, une figure majeure du bouddhisme Zen de l’école Rinzai.

source: http://en.wikipedia.org/wiki/Takuan

Takuan Sôhô

Takuan Sôhô (沢庵 宗彭, 1573–1645) était un personnage important de l’école Rinzai de Bouddhisme Zen.

Takuan Sôhô est né dans une famille de samurai du clan Miura dans la ville de Izushi, se trouvant dans la province de Tajima (actuellement la préfecture de Hyôgo). A l’âge de 8 ans en 1581, le jeune Takuan commença ses études religieuses dans un monastère bouddhiste de l’école Jôdo et deux ans plus tard il entra dans un monastère bouddhiste. A l’âge de 14 ans en 1587, Takuan commença l’étude de l’école Rinzai de Bouddhisme Zen sous la tutel de son professeur Shun-oku Soen.

A l’âge de 36 ans en 1608, Takuan fut nommé abbé du temple Daitoku-ji à Kyôtô, Japon. Malheureusement, la position de Takuan fut de courte durée puisqu’il partit pour une période de voyages prolongés. A travers son voyage, Takuan leva et récolta des fonds pour la rénovation du temple Taitoku-ji et d’autres temples zen.

En 1629, Takuan fut banni au nord du Japon par le Shogunat de Hidetada Tokugawa à cause de ses protestation d’une interférence politique dans les temples bouddhistes affaires qui dépendaient des nominations ecclésiastiques. En 1632, il y eu une amnistie générale après la mort de Hidetada Tokugawa et la période de bannissement de Takuan arriva à sa fin. Takuan fut invité par Tokugawa Iemitsu (1604–1651)pour devenir le premier abbé du temple Tokai-ji à Edô, qui fut construit spécialement pour la famille Tokugawa.

Takuan Sôhô décéda à Edô (actuellement Tôkyô) en décembre 1645. Au moment de sa mort, Takuan peint le kanji yume 夢 (“rêve”), posa son pinceau et mourut. Sa tombe se trouve dans le quartier Shinagawa de Tôkyô au cimetière Oyama du temple Taokaiji.

Il est dit que Takuan conseilla et se lia d’amitié avec de nombreuses personnes, de toutes les classes sociales, parmi lesquelles se trouvent:

* Miyamoto Musashi (maître de Kenjutsu)
* Matsudaira Dewa no Kami (Daimyo)
* Ishida Mitsunari (Daimyo)
* Kuroda Nagamasa (Daimyo chrétien)
* Yagyû Munenori (Daimyo et maitre de kenjutsu, chef de l’école de sabre Yagyû Shinkage-ryû) – Les écrits de Takuan au maître de Kenjutsu le seigneur Yagyû Munenori, sont étudiés habituellement par les artistes martiaux contemporains.
* Go-Mizunoo (empereur japonais ayant abdiqué)
* Tokugawa Iemitsu (Shogun)
* Itô Ittôsai (guerrier)

Compte tenu de son caractère, Takuan resta nettement insensible à sa popularité et sa célébrité. Connu pour son esprit acerbe et son caractère intègre, Takuan se démena pour apporter l’esprit du bouddhisme zen à de nombreux et divers aspects de la culture japonaise, comme l’art du sabre japonais, le jardinage, Sumi-e (peinture), Shodô (calligraphie) et Sadô (cérémonie du thé). Ses écrits rassemblent un total de 6 volumes et plus de 100 poèmes publiés, incluant son traité le plus connu “L’âme indomptable” (en français), “The unfettered Mind” (en anglais).

En japonais:  不動智神妙録, fudôchi shinmyôroku
不動 : immobile
智 : sagesse
神妙 : tranquille, fidèle
録 : note, écrit

Son influence imprègne toujours le travail le travail de nombreuses sources actuelle du Bouddhisme Zen et des arts martiaux. On lui attribue également (bien que cela n’a pas été prouvé) l’invention du Takuan, un daikon macéré dans la saumure.

Il est représenté dans le manga “Vagabond”, une série basée sur le célèbre ouvrage de Eiji Yoshikawa, Musashi.

source: http://en.wikipedia.org/wiki/Takuan_S%C5%8Dh%C5%8D

 Leave a Reply

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

(requis)

(requis)

Solve : *
28 × 11 =


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.