Mai 232010
 


De nombreux élèves occidentaux en karate seront choqués lorsqu’ils s’entrainent dans un dojo de karate à Okinawa. Ils vont trouver beaucoup moins de formalités attachées à la pratique. Par exemple, il y a vraiment peu de courbettes faites autres que celles que l’on fait en entrant ou en sortant du dojo, ou peut-être au début et à la fin du cours. Généralement les dojo à Okinawa sont moins structurés et moins formel comparé aux homologues occidentaux et même japonais. Bien sûr il y a des variations entre les dojo, mais en général les dojo à Okinawa sont plus décontractés.

Bien qu’il y ait moins de formalités, s’incliner quand même est toujours très important et peut être compris de travers à partir d’une perspective occidentale. J’ai entendu dire par de nombreux pratiquant de karate occidentaux que s’incliner est un simple échange de respect, un salut, comme une poignet de main. C’est mensonger car ça ne comprends seulement qu’une partie de la signification et ça l’encadre à partir d’une perspective culturelle occidentale. Non, saluer d’une courbette à une peu plus de facettes lorsqu’on le regarde d’autres points de vue. Une de ces points est que c’est une expression de respect et de dépendance. Nous comme élève sommes dépendants de l’enseignant pour apprendre et devons donc nous déférer à lui ou elle pour prendre les décisions vis à vis du bénéfice de notre instruction. Cette instruction n’est pas seulement intégrée au contexte de l’art que l’on apprend, mais aussi en terme de modelage de notre personnalité pour être un membre constructif de la communauté. Alors, choqué? Peut-être un peu j’espère.

une traduction d’un article de Mario McKenna.

  One Response to “Le salut dans les dojo à Okinawa”

Comments (1)
  1. Bonjour Jack,

    Je crois à l’aspect multi-dimension de tout comportement.
    Dans les kyokun du Shotokan, il y a “Reï au commencement, reï à la fin” (traduction qui m’en a été donnée). Il me semble effectivement que notre comportement conditionne notre état d’esprit et que cette relation est réfléchie (au sens de la réflexivité mathématique). Mais cela peut être fait sans assujettissement.

    Personnellement, j’utilise souvent le statut pour me “mettre dedans”, adopter une attitude déférente à l’égard de l’instructeur, des senpaï. Dans ma tête, il s’agit de me rendre réceptif, non de me prosterner devant une idole de chair et d’os.
    Je prends cela comme une manière de faire de la psychologie appliquée en me mettant sciemment et temporairement dans une situation régressive où je redeviens le petit garçon venu pour apprendre.

    Donc, non, pas vraiment choqué pour ce qui me concerne.

    Marc

 Leave a Reply

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

(requis)

(requis)

Solve : *
10 − 8 =


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.