Juil 112010
 


Voici deux vidéos de coupe au naginata ou tameshigiri.

tameshigiri (試し斬り ou 試し切り) signifie tester une nouvelle lame. A l’origine sur un condamné, ou un cadavre, actuellement sur du bois.
tameshi (試し ou 験し ou 験) : test, épreuve, expérimentation, essaie
kiri (切る ou 斬る) : couper, émincer, trancher

http://youtu.be/79fRC7qV_jc

http://youtu.be/uABSwnJKuZE

Dans l’article sur le naginata-jutsu je parlais du pouvoir de coupe supérieur du naginata par rapport à celui du katana, notamment par son bras de levier, on peut en voir un aperçu ici. Ces vidéos sont de très belles démonstrations de maitrise du naginata, vraiment superbe…

  7 Responses to “Naginata Tameshigiri”

Comments (7)
  1. C’est encore moi…j’ai déjà posté sur d’autres articles, souvent pour une éloge mais là…
    “Pouvoir de coupe supérieur” du naginata je ne suis pas d’accord.
    Le pouvoir de coupe ne vient pas vraiment de l’arme mais de la façon dont le pratiquant la manie. le trajet du tranchant, le plan de coupe est important. Une fausse inclinaison même minime et on ne coupe rien.
    De même il n’est pas nécessaire de mettre de la force (et c’est assez flippant).
    Dans mon école on parle de shizan-jutsu, c’est du tameshi mais en usant un terme plus correct (aux yeux de Sekiguchi sensei). Tameshi c’est vraiment le test et ça a toujours cette connotation peu flatteuse de “coupe sur cadavre”. Par contre Shizan-jutsu on pratique les kata de Iai mais sur cibles (dans certaines variations le nombre de cibles peut être de 7 ou 10 dans toutes les directions) toujours en se focalisant sur le plan de la coupe. Même avec un naginata si on n’est pas bien dans le plan on ne fait que renverser la cible. D’après ma prof, Sekiguchi sensei reçoit tous les jours des videos d’élèves faisant tameshi et les voir “couper” pour couper (video 1) l’exaspère. C’était pour l’anecdote…
    Ceci dit les vidéos sont sympas à regarder (sauf la première où c’est justement de la coupe pour la coupe…en plus il ne maitrise pas son geste et ne le freine pas….dangereux le garçon)

    • Bonjour,

      Merci pour votre explication et votre correction. A ma décharge, il s’agissait de parler de la différence de coupe entre kata et naginata qui ne concerne pas seulement la lame mais aussi l’implication du corps dans l’utilisation mais aussi la structure. Et le bras de levier du naginata lui donne un force, une énergie supérieur. C’est physique, E=1/2.mv² et v=r.w (ou w, omega, est la vitesse angulaire). Vis à vis du katana, pour la même vitesse angulaire, le naginata aura une énergie cinétique supérieure. Le terme pouvoir de coupe était peut-être mal utilisé, mais en tant que profane je n’en connais pas d’autres.

      Merci pour les corrections et les explications. Et merci pour le terme shizan jutsu. Vous avez les kanji? Car dans mon dictionnaire le terme shizan signifie “mort-né”.

      Amicalement
      Jack

      • Bonjour!
        Correction correction…c’t’un peu fort. Disons précisions.
        Alors oui pour shizan il semble que ça s’écrive shi zan jutsu…ce serait donc deux kanji différents (que je n’ai pas hélas hélas) mais on en a reparlé à mon club lundi…il parait qu’il y a des videos sur le net j’ai cherché mais n’ai pas trouvé. Je demanderai à ma prof.
        Personnellement je n’ai jamais abordé les budo sous l’aspect physique pure (la physique et moi ça a toujours fait 2) mais en effet si vous le dite ^^

        • Bonsoir,

          En fait je ne sais pas pour la naginata, mais pour le katana, le terme tameshigiri ((試し斬り, 試し切り, 試斬, 試切) signifie test de coupe. De nos jours lorsqu’il s’agissait d’un test de la technique et des qualités de sabreurs on utilise Shito (試刀, test du katana) et Shizan (試斬, une autre lecture de tameshigiri, les kanji sont les mêmes) pour faire la distinction avec la pratique historique. La pratique historique avait pour but de tester la lame (shito), alors que la pratique moderne de tester l’habileté du sabreur Shizan. Mais le terme historique popularisé au 17ème siècle (ère Edo) est tameshigiri.
          Ce qui est intéressant est que le kanji 試 signifie “test” et le kanji 斬 signifie “trancher”, “couper”, mais aussi “décapiter”. Ces tests à l’origine était fait sur les cadavres de prisonniers condamnés à mort par décapitation.

          Par contre, je peux me tromper, mais il me semble qu’on parle plus de shizan-waza que jutsu. le waza est une technique, alors que le jutsu une sciences, une école. Exemple les mathématiques, les sciences sont des jutsu, alors la mécanique, l’hydrodynamique, sont des waza… Un jutsu est une école, et est un ensemble de waza… Enfin c’est mon point de vue et ça se défend…

          Amicalement
          Jack

          • Oui la différence waza/jutsu est très discutable. Pour ma part je le rangerai plutôt dans les jutsu. Mon seul argument serait qu’il existe des ouvrages référençant les façons de couper, des études sur les angles etc etc…ce sont souvent des ouvrages datant de l’ère Edo et difficilement accessibles de par leur écriture mais aussi leur rareté. Je sais que mon sensei possède un ouvrage sur les techniques de coupe et que la pratique que l’on en fait nous permet de vérifier notre façon de faire (par rapport au mouvement, à la façon dont on enchaîne les coupes au coeur d’un kata…) de nous corriger.
            Et puis à partir du moment ou comme moi on place la pratique d’une koryu dans un ensemble d’étude sur une période passée ou en tant que sujet de réflexion…enfin c’est assez difficile à expliquer comme cela à l’écrit mais en bref j’aborde cette étude en tant que science du combat, science de la guerre (ou art de la guerre) en l’appliquant dans mes recherches historiques sur le japon féodal (qui vont du simple paysan au noble de cour)…alors je place le tout dans le jutsu :)
            Mais comme tu le dis tout est subjectif.

          • Merci pour ton commentaires ;)
            Jack

  2. Bonjour Jack,

    Je ne suis pas expert en choses tranchantes (quoi que je connaisse des haies qui tremble en me voyant cisailles en mains). Cependant, je pense que l’homme de la deuxième vidéo a un niveau de maîtrise très supérieur à la femme de la première vidéo. Mon argument? Il ne se laisse pas emporter par l’arme bien qu’il pèse un poids égal ou inférieur) et donc il peut immédiatement enchaîner tout en étant capable de trancher efficacement. Voire mieux si l’on tient compte de la façon dont les morceaux tranchés tombent.

 Leave a Reply

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

(requis)

(requis)

Solve : *
14 ⁄ 14 =


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.