Fév 072011
 


Tonneaux de sake a Nikko Edomura (18 janvier 2010)


Tonneaux de sake à Meiji Jingu (13 janvier 2010)

Lorsque je lis les articles wikipedia sur le sake japonais (Nihonshu), je m’aperçois qu’il y a des manques importants.
http://fr.wikipedia.org/wiki/Sak%C3%A9
http://en.wikipedia.org/wiki/Sake

Mais ce n’est pas une critique négative au contraire les articles sont très bons car ils permettent de présenter le sake et ses particularités au profane que je suis, mais il manque ce qui permet de montrer qu’il y a une vrai richesses culturelle derrière… de la même façon qu’on ne peut pas transmettre toute la science du vin français en un seul article, on ne peut pas transmettre toute la richesse et la variété du sake en un seul article.

De plus il y a de nombreux restaurants japonais en France qui sont tenus par des chinois, je n’ai rien contre les chinois, bien au contraire, mais dans le cadre de la restauration japonaise, ils proposent souvent sous le terme sake, un alcool plus ou moins fort qui s’appelle en fait Mei Kwei Lu Chew parfumé à la rose dans une petite tasse avec une femme nue (ou un monsieur nu pour les dames) au fond du verre. Wikipedia France nous dit “Le meiguilujiu (ou mei kwei lu chew ; chinois traditionnel : 玫瑰露酒 ; hanyu pinyin : méiguīlùjiǔ) est un alcool de sorgho distillé aromatisé à l’extrait de rose”. Du coup, beaucoup de gens s’imaginent que le sake japonais, c’est cela: un alcool fort. Beaucoup de gens croient déjà que le Mei Kwei Lu Chew est à base de riz… (moi le premier, c’est ce que je croyais jusqu’à ce que Marc un ami pratiquant de Uechi-ryu me l’explique), ce qui n’est pas le cas… le Mei Kwei Lu est à base de sorgho, cette plante d’origine africaine.

Afin de démontrer ce qu’est le vrai sake japonais (nihonshu), et surtout introduire la notion de culture derrière le sake (au même titre que le vin, le bordeaux, etc…) je vais faire des articles basés sur des ouvrages qui explorent la culture et la science du sake japonais, mais aussi sur mes propres tests et dégustations.

Lorsque je disais trouver un manque dans les wikipedia, c’est justement en partie en ce sens, qu’ils ne permettent pas de choisir un bon sake selon des critères gustatifs. Et aussi car de nombreuses choses importantes n’y sont pas définis.

Vous retrouverez la liste des articles sur cette page accessible depuis le menu de droite sous le nom “Nihonshu” ou dans la page “Culture Japonaise” du Menu du haut: 日本酒 – Nihonshu .

Ma source principale sera issue des sake de Kioko
Epicerie japonaise Kioko
46 rue des petits champs
75002 PARIS

Dans cette page, je ne manquerai pas de vous faire part des marques de sake que j’aurais pu déguster et de mes appréciations, ainsi que des recettes de cuisine et de cocktails à base de sake. Il sera aussi mentionné les évènements en France liés à la culture du nihonshu. Notamment les ateliers dégustations et les bonnes adresses.

 

  2 Responses to “酒 – Sake/Nihonshu : introduction”

Comments (2)
  1. J’ai découverts les nihonshu au Japon il y a deux ans et je cherche en vain un bon saké japonais en France (d’où mon arrivée sur votre blog !). Merci pour cette introduction qui nettoie bien les “clichés” français sur le saké et qui devrait être beaucoup plus diffusé !

    • Bonjour,

      Merci pour votre visite sur mon site et pour votre sympathique message.
      Si vous êtes à Paris, je vous recommande “Kioko”, “Workshop Issé” ou “la maison du saké” (où vous avez en plus l’occasion de les goûter).
      Kioko organise assez souvent des dégustations, il faut s’inscrire sur leur newsletter qui n’est pas envahissante du tout.
      Kioko avait des Saké que je retrouvais au Japon… c’est juste que les acheter en France, c’est plus cher… mais quand on aime…

      Amicalement,
      Jack

 Leave a Reply

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

(requis)

(requis)

Solve : *
23 ⁄ 1 =


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.