Déc 212014
 

Cela faisait un moment que je voulais tester ce restaurant de Râmen. Kotteri Ramen Naritake est une chaine de Ramen très célèbre et très réputé au Japon. Une succursale de cette chaîne s’est ouverte à Paris le 19 octobre 2011. La spécialité de ces Râmen c’est un Dashi à base de graisse de dos de porc. Un ami tôkyôïte qui va souvent à Naritake n’arrêtait pas de me conseiller les Miso-Râmen de cette chaine.

Et donc aujourd’hui, samedi 20 décembre 2014 j’ai décidé de prendre le temps de faire la queue dehors jusqu’à ce qu’une place se libère. Car le restaurant est non seulement petit et n’a pas beaucoup de place, mais en plus il est assez connu et assez célèbre.De plus il est une erreur de le prendre comme un restaurant, c’est plus un imbiss, un snack, car on rentre, on commande, on est servit, on mange, on paye et on sort. Ce n’est pas un lieu pour s’attarder et manger tranquillement.

Si vous regardez des critiques sur internet, parmi les critiques négatives vous verrez: miso trop salé, et dashi trop gras. Mais l’entrée donne le ton: c’est à nous de dire comment on veut notre soupe et notre bouillon. Il faut demander à avoir une soupe miso pas trop salée et un bouillon pas trop gras. La spécialité de Naritake, c’est un Dashi à base de graisse de dos de porc, donc forcément c’est gras, très gras. Du coup on peut demander à ce que le bouillon soit Gita Gita (ぎたぎた, gras) ou Sappari (さっぱり, simple, doux, dégraissé). Ensuite il faut demander à ce que le miso soit moins salé, moins fort. C’est écrit… Il ne faut pas se plaindre si on ne demande rien et qu’au final on trouve le miso trop salé, ou le bouillon trop gras: il fallait demander à avoir un miso plus dilué et un Dashi Sappari.

Une autre particularité c’est que les pâtes sont faites maison, elles sont plus épaisses que les Râmen habituelles et un peu plus al dente. Un vrai délice!

Le Menu propose uniquement deux sortes de Râmen: Shoyu Râmen (à la sauce de soja) ou Miso Râmen.

Les prix varie de 10 euros pour des Râmen simples, à 13 euros pour des Châshû. (à la date du 20 décembre 2014 il faut rajouter 1 euros à 1,5 euros aux tarifs ci-dessus). Ils proposent du riz, des Gyôza, du Châshûdon.

Personnellement j’aime le miso très épicé et salé, et n’ayant rien mangé depuis un jour entier, je me suis laissé aller à une assiette de Gyôza, et une double portion de Châshû Miso Râmen avec supplément d’oeuf, avec un niveau de gras Sappari.

Je me suis régalé. Ce fût un vrai délice et ces Miso Râmen sont les meilleures que j’ai pu manger jusqu’à maintenant.

Les cuisiniers préparent le Dashi devant vous, et le plat est fait juste en face. Comme tous les restaurants tenus par des japonais, il est propre.

Le restaurant se trouve 31 rue des petits champs à Paris: https://goo.gl/maps/URTNj

Dans l’émission Râmen Rôdo (ラーメンロード, la route des râmen) qui fait partie de Sekai naze sokoni ? Nihonjin (世界ナゼそこに?日本人, pourquoi y a-t-il des japonais à l’étranger) le photographe de guerre Watanabe Yôichi (渡部陽一) est venu à Paris pour goûter les Râmen de Naritake.

lien de la vidéo: http://youtu.be/6C_BjLsCkJ8

Un conseil, si vous recherchez des critiques sur ce restaurant, laissez tomber les notes des pseudos journalistes (comme celle que j’ai lu sur le Figaro) qui y connaissent pas grand chose et vont plus rechercher à descendre pour faire le buzz (et se faire du fric) que faire leur travail d’information. Tout ce que j’ai pu lire sur ce restaurant de ces pseudos journalistes,  ne sont que des flaques de vomit malodorantes et colorées. Bref, du journalisme actuel, qui consiste à parler sans savoir, descendre pour faire du fric, mentir sur les sujets, voir inventer, mais absolument pas informer… Le plus drôle a été un commentaire d’un de ces pseudo-journaliste sur le karanegi, il l’a trouvé “étouffant”, forcément, en France on n’est pas habitué à ce degré de piment. C’est comme les kimtchi, il y a ceux pour les français (on rajoute du sucre pour diminuer la puissance du piment) et le kimtchi original pour ceux qui aiment quand c’est fort. On ne peut pas reprocher à du piment d’être “pimenté”. Du journalisme de ce niveau, c’est proche du Darwin Awards! C’est comme faire goûter une Mirabelle à 70° à quelqu’un qui n’a connu que l’eau… forcément il va trouver ça étouffant et ne pas aimer.

Allez-y plutôt, goûtez, et surtout n’oubliez pas de demander votre Dashi moins gras et moins salé, sauf si comme moi, vous aimez vos Miso Râmen avec un goût de Miso fort  et un Dashi sirupeux.

 Leave a Reply

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

(requis)

(requis)

Solve : *
29 + 22 =


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.