Oct 062008
 

La fête de Gion (祇園祭, Gion Matsuri) prend place annuellement à Kyoto et est un des festivals les plus célèbre au Japon. Il s’étend  sur la totalité du mois de Juillet et est couronné par une parade, le Yamaboko Junkô (山鉾巡行) le 17 juillet.

Les quartiers du centre ville de Kyoto deviennent exclusivement piéton lors des trois nuits précédents la parade massive. Ces nuits  sont connu comme yoiyama (宵山) le 16 juillet, yoiyoiyama (宵々山) le 15 juillet et yoiyoiyoiyama (宵々々山) le 14 juillet. Des petites  échoppes de nuit vendant de la nourriture s’alignent dans les rues, comme des échoppes de yakitori, taiyaki, takoyaki, okonomiyaki,  des bonbons traditionnels japonais, et bien d’autres délices culinaires. De nombreuses filles sont habillées en yukata (kimono fin  d’été) et marchent autour de la zone, portant avec elle le sac à main traditionnel ou un éventail en papier. Tous les quartiers  traditionnels sont illuminés et décorés avec des lanternes, des tentures et des bannières de fleurs


Durant la veille de yoiyama, certaines maisons privatives dans le vieux district des marchants de kimono ouvrent leurs portes au  public, leur permettant de voir des objets de famille de grande valeur, dans une coutume connu comme Byôbu Matsuri, ou Fête des  Paravents. C’est une opportunité unique et précieuse de visiter et observer les résidences traditionnelles de Kyoto.

Histoire

Cette fête a pour origine une partie d’un rituel de purification (goryo-e) pour appaiser les dieux connus pour causer des  incendies, des inondations et des tremblements de terre. En 869, les gens souffraient du fléau de la peste et d’autres maladies  infectieuses qui était attribuées au dieu rampant Gozu Tennô (牛頭天王). L’empereur Seiwa ordonna que le peuple prient le dieu  Susanoo-no-mikoto au sanctuaire Yasaka. Soixante six hallebardes décorées et stylisées, une pour chaque province de l’ancien Japon,  étaient préparées et érigées à Shinsen-en, un jardin, avec un sanctuaire portable (mikoshi) à partir du sanctuaire Yasaka.


mikoshi du sanctuaire Yasaka le jour de la fête de gion

Cette pratique fut répétée chaque fois qu’une catastrophe se passait. En 970, un décrêt le plaça comme évènement annuel et a  toujours été suivi depuis mis à part quelques rares fois. Avec le temps, la puissance et l’influence grandissante de la classe  marchande définit le festival de façon plus élaborée et, à la période Edo (1603-1868), utilisa la parade pour montrer leur  richesse.

En 1533, la shogunat Ashikaga arrêta tout évènement religieux, mais le peuple protesta, établissant qu’il pouvaient faire avec sans  les rituels, mais pas les processions. Cela marqué la progression vers la forme actuelle du festival. Les plus petits chars de  carnaval qui étaient perdus ou endommagés à travers les siècles furent recréés ou restaurés, et les tisserands du quartier de  Nishijin offrirent de nouvelles tapisseries pour remplacer celles détruites. Lorsqu’ils ne sont pas utilisés, les chars de carnaval  et leurs atours sont gardés dans des entrepôts spéciaux disséminés à travers le district marchant central de Kyoto à la garde des  habitants.

Calendrier des manifestations

La liste suivante est celle des évènements sélectionnés pour Gion Matsuri chaque année.

* 1 juillet au 5 – Kippuiri, cérémonie d’ouverture du festival, dans lequel participe le voisinage
* 2 juillet  – Kujitorishiki, lotterie pour l’ordre de la parade, dans la salle de réunion municipale
* 7 juillet  – Visite du sanctuaire Yasaka par les chigo de Ayagasaboko
* 10 juillet – parade de Lanternes pour accueillir les mikoshi
* 10 juillet – Mikoshi arai, nettoyage/purification du mikoshi par de l’eau sacré de la rivière Kamo
* 10 juillet au 13 – décoration des chars
* 13 juillet matin – Visite du sanctuaire Yasaka par les chigo de Naginataboko
* 13 juillet après-midi – Visite du sanctuaire Yasaka par les chigo du sanctuaire Kuse
* 14 juillet – Yoiyoiyoiyama
* 15 juillet – Yoiyoiyama
* 16 juillet – Yoiyama
* 16 juillet – Yoimiya shinshin hono shinji, représentation d’arts
* 17 juillet – Parade des chars yamaboko
* 17 juillet – Parade du mikoshi du sanctuaire Yasaka en direction de la ville
* 24 juillet – Parade de hanagasa ou “fleurs parasols”
* 24 juillet – Parade du mikoshi de la ville au temple Yasaka
* 28 juillet – Mikoshi arai, purification du mikoshi par l’eau sacré de la rivière Kamo
* 31 juillet – Cérémonie de cloture au sanctuaire Eki

Chigo: “petit garçon”, lors des fêtes les chigo représentaient les kami, en raison de l’innocence et de la pureté des enfants.

Détails du char Yamaboko

Les chars de carnaval dans la parade de Yoiyama sont divisés en deux groupes, Hoko et Yama, et sont collectivement appelé Yamaboko  (ou Yamahoko). IL y en a neuf des plus gros, Hoko (long mat ou hallebarde) qui représentent les 66 lances/hallebardes utilisées  dans le rituel de purification original, et 23 des plus petit, yama qui portent des figurines à taille humaine représentant les  personnes célèbres et importantes. Tous les chars sont décorés avec de superbes tapisseries à la fois de Nishijin (les plus belles  et les plus rafinées de tout le Japon) et importées du monde entier. En plus des arts visuels, il y a de nombreux musiciens et  artistes assis sur les chars.


musiciens sur un hoko

Chaque années, les familles qui entretiennent les chats participent à une lotterie lors d’une réunion spéciale pour déterminer  l’ordre qu’ils vont prendre dans la parade. Ces lotteries ont lieu lors d’une cérémonie spéciale avant la parade, durant laquelle  le maire de Kyoto endosse une robe de magistrat. Sur le Naginata Hoko se trouve le Chigo, un jeune garçon en robe shinto couronné  d’un phénix d’or, choisit parmis les familles des marchants de Kyoto comme le page sacré d’une divinité. Après une semaine de  cérémonies spéciales de putification, durant laquelle il vit isolé de toute influence contaminatrice comme la présence de femmes,  il est porté au sommet d’un charts comme il ne lui est pas permit de toucher le sol. Le garçon doit couper une corde sacré  (shimenwa) d’un seul coup pour que le matsuri commence.


marcheur Ayagasaboko

Chars Hoko

* poids: environ 12000 kg
* Hauteur: environ 25 m du sol au sommet / 8 m du sol au toit
* Diamètre des roues: environ 1.9 m
* Participants: environ 30-40 personnes tirant durant la procession, habituellement deux hommes pilotant avec des cales

Chars Yama

* Hauteur: environ 6 m
* Poids: 1200 – 1600 kg
* Participants: 14-24 personnes tirant, poussant ou portant

source: http://en.wikipedia.org/wiki/Gion_Matsuri

 Leave a Reply

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

(requis)

(requis)

Solve : *
8 × 8 =


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.