Jan 272020
 

A

ashi (足, “leg”) – ligne mince qui traverse la ligne de trempe (hamon) jusqu’au bord de coupe (ha).
ayasugi-hada (綾杉肌) – motif régulier de grain de surface ondulé (jihada). Également connu sous le nom de gassan-hada du nom d’une école qui produisait généralement des épées de ce type.

B

bokutō (木刀) – une épée (d’entraînement) en bois de forme authentique (ou une autre arme à lame).
bōshi (帽子) – ligne de trempe (hamon) de la pointe de la lame (kissaki). (voir aussi ko-maru)

C

chikei (地景) – lignes noires brillantes de nie qui apparaissent dans le ji.
chirimen-hada (縮緬肌, motif de grain de crêpe) – mokume-hada nettement visible avec un acier plus clair que dans des motifs similaires mais plus grossiers.
chōji midare (丁子乱れ, “trouble des clous de girofle”) – un motif hamonique irrégulier ressemblant à des clous de girofle, avec une partie supérieure ronde et une partie inférieure étroite et resserrée.
chokutō (直刀, lit. épée droite) – une épée droite principalement produite pendant la période antique (jokotō). Leur définition de tachi (大刀) est spécifiquement chronologique, car elle se réfère uniquement aux anciennes épées pré-Heian, contrairement au tachi (太 刀) qui fait référence aux épées ultérieures. Ces anciennes épées japonaises sont également connues sous le nom de jokotō (上古 刀, ancienne épée).
chōken (長剣, épée longue) – Communément utilisé comme calque pour la définition la plus large des épées longues (européennes).
chōtō (長刀, épée longue) – soit un nagakatana (en raison de la longue lame) ou un naginata (en raison de la longue poignée).

D

daishō (大小, lit. grand (et) petit) – dans le contexte de toute paire d’épées japonaises de longueurs différentes (daitō et shōtō) portées ensemble.
daitō (大刀, lit. grande épée) – tout type d’épée longue japonaise, la plus grande dans une paire de daishō. Communément un katana.

F

fukura (脹) – le tranchant (ha) de la pointe de la lame (kissaki).
funbari (踏ん張り) – effilement de la lame de la base (machi) à la pointe (kissaki)

G

gassan-hada (月山肌) – voir ayasugi-hada.
gendaitō (現代刀, épées modernes) – épées produites après 1876. Également le nom de la période de l’histoire de l’épée de 1876 à nos jours, c’est-à-dire la période qui a succédé à la période shinshintō.
goban kaji (御番鍛冶, “honorables forgerons de rotation”) – forgerons appelés par l’empereur à la retraite Go-Toba à travailler dans son palais par rotation mensuelle.
gokaden (五ヶ伝, cinq traditions) – les cinq styles de base des épées qui, pendant la période kotō, étaient associés aux provinces: Yamashiro, Yamato, Bizen, Sagami / Sōshū et Mino.
gomabashi (護摩箸) – paire de rainures parallèles s’étendant à mi-hauteur de la lame ressemblant à des baguettes.
gunome (互目) – un contour ondulé de la ligne de trempe (hamon) composé de demi-cercles de taille similaire.
H

ha (刃, tranchant) – tranchant trempé d’une lame. Le côté opposé au mune. Aussi appelé hasaki ou yaiba.
hajimi (刃染) – taches brumeuses dans la ligne de trempe (hamon) résultant d’un broyage répété ou d’une trempe défectueuse.
hamachi (刃区) – encoche dans le tranchant (ha), séparant la lame proprement dite de la soie (nakago).
hamon (刃文) – frontière entre la partie tempérée du ha (tranchant) et la partie non trempée du reste de l’épée; la ligne de colère.
hasaki (刃先) – voir ha.
hataraki (働) de polissage à l’épée.
hijiki-hada (鹿尾菜肌) – voir matsukawa-hada.
hira (平) – voir hiraji.
hiraji (平地) – surface incurvée entre la crête (shinogi) et la ligne de trempe (hamon). Aussi appelé hira. S’il est poli, le hiraji apparaît bleu-noir.
hira-zukuri (平造) – une lame presque plate sans crête (shinogi) ni yokote.
hitatsura (皆焼) – ligne de trempe (hamon) avec des marques de trempe visibles autour de la crête et près du bord de la lame.
hon-zukuri (本造, style principal) – voir shinogi-zukuri.

I

ichimai bōshi (一枚帽子) – une zone ponctuelle entièrement tempérée (kissaki) parce que le hamon se retourne avant d’atteindre le point.
ichimonji kaeri (一文字返り) – un bōshi qui revient en ligne droite horizontale avec un kaeri court.
ikubi-kissaki (猪首切先, “pointe de cou de sanglier”) – une pointe de lame courte et tronquée (kissaki).
iori (庵) – crête supérieure du bord arrière (mune), la crête arrière.
itame-hada (板目肌) – motif de grain de surface (jihada) d’ovales irréguliers dispersés ressemblant au grain du bois. Le motif à petits / gros grains de ce type est appelé ko-itame-hada / ō-itame-hada.

J

ji (地) – zone entre la crête (shinogi) et le hamon.
jigane (地鉄) – généralement utilisé pour désigner le matériau de la lame.
jihada (地肌, grain, texture) – motif de surface visible de l’acier résultant du martelage et du pliage pendant la construction. (voir également masame-hada, mokume-hada, itame-hada et ayasugi-hada)
ji-nie (地沸え) – nie qui apparaît dans le hiraji.
jokotō (上古刀, ancienne épée) – une épée produite avant la période mi-Heian. Contrairement aux lames plus récentes, ce sont des épées droites. Le terme est également utilisé pour désigner la période respective de l’escrime qui a été suivie par la période kotō.
juka chōji (重化丁子, “double clou de girofle”) – plusieurs motifs de chōji midare en forme de clou de girofle se chevauchant.
jūken (銃剣, “épée d’arme à feu”) – une baïonnette.

K

kaeri (返り) – partie de la ligne de trempe (hamon) qui s’étend de la pointe du bōshi au bord arrière (mune).
kaiken (懐剣) – un poignard caché dans les vêtements.
kasane (重ね) – épaisseur de la lame mesurée à travers le bord arrière (mune). (voir aussi motokasane et sakikasane)
katana (刀) – épée courbe avec une longueur de lame (nagasa) supérieure à 60 cm (24 po). Poussée usée à travers la courroie avec le bord de la lame (ha) tourné vers le haut. Il a remplacé l’ancien tachi (太 刀) à partir de la période Muromachi, après 1392. Également un terme général (désormais rare) pour les lames à un tranchant, voir tō.
kataochi gunome (肩落ち互目) – un gunome avec un sommet droit et une inclinaison globale.
kawazuko chōji midare (蛙子丁子乱れ, “trouble du clou de girofle têtard”) – une variation du motif chōji midare avec des pics ressemblant à des têtards.
ken (剣) – une lame à double tranchant (épée / poignard) de n’importe quelle taille ou forme.
kinsuji (金筋, ligne dorée) – courte ligne droite rayonnante noire nie qui apparaît dans la ligne de trempe (hamon).
kissaki (切先) – pointe en éventail de la lame; séparé du corps de l’épée par le yokote.
kōgai (笄) – une brochette pour la coiffure du propriétaire, portée dans une poche des fourreaux de katana et de wakizashi du côté opposé à la kozuka.
kogatana (小刀) – tout couteau, en particulier un petit couteau utilitaire porté dans une poche des fourreaux de katana et de wakizashi.
ko-itame-hada (小板目肌) – voir itame-hada.
ko-maru (小丸, petit cercle) – un bōshi parallèle à l’arête de coupe de la zone ponctuelle (kissaki), puis forme un petit cercle en se retournant vers l’arête arrière (mune).
ko-mokume-hada (小杢目肌) – voir mokume-hada.
ko-shinogi (小鎬) – ligne diagonale qui sépare la pointe d’une lame (kissaki) du shinogiji et prolonge la crête (shinogi) jusqu’au bord arrière (mune) dans la zone de kissaki.
koshi-zori (腰反) – courbure (sori) de la lame avec le centre de la courbe situé près ou à l’intérieur de la soie (nakago).
kotō (古刀, “vieille épée”) – une épée pré-Edo par opposition à un shintō. L’année de transition est généralement considérée comme 1596. Le terme est également utilisé pour faire référence à la période respective de l’épée où la limite inférieure est donnée par l’apparition d’épées courbes au milieu de la période Heian. La période kotō succède à la période jokotō.
kozuka (小柄) – manche d’un petit couteau utilitaire (kogatana) porté dans une poche des fourreaux de katana et de wakizashi du côté opposé au kōgai. Également utilisé pour désigner le couteau entier, c’est-à-dire la poignée plus la lame.
Kyōhō Meibutsuchō (享保名物帳, registre des produits célèbres de l’ère Kyōhō) – Registre des épées de chef-d’œuvre (meibutsu) compilé par la famille Hon’ami à l’époque Kyōhō.

M

machi (区) – encoches qui séparent la lame de la soie. (voir aussi munemachi et hamachi)
Masame-hada (柾目肌) – motif de grain de surface droit (jihada).
Masamune juttetsu (正宗十哲, Dix grands disciples de Masamune) – dix excellents étudiants de Masamune: Gō Yoshihiro, Norishige, Kaneuji, Kinju, Rai Kunitsugu, Hasebe Kunishige, Osafune Kanemitsu, Chogi, Samonji, Sekishi Naotsuna.
matsukawa-hada (松皮肌) – motif de grain de surface (jihada) ressemblant à l’écorce d’un pin. Un type de ō-mokume-hada ou ō-itame-hada avec des chikei épais. Également connu sous le nom de hijiki-hada.
mei (名) – signature, généralement gravée sur la soie (nakago).
meibutsu (名物, “produit célèbre”) – épées désignées comme chefs-d’œuvre. Parfois utilisé pour désigner spécifiquement les épées répertoriées dans le Kyōhō Meibutsuchō.
mekugi (目釘) – une cheville de bambou ou de corne qui traverse la mekugiana pour fixer la soie dans la poignée.
mekugiana (目釘孔) – trou dans la soie (nakago) pour la cheville de retenue (mekugi) qui fixe la soie dans la poignée.
midareba (乱刃) – une ligne de colère irrégulière (hamon). (voir aussi suguha)
midare komi (乱込み) – ligne de caractère irrégulière (midareba) qui se poursuit jusqu’au point (kissaki).
mihaba (身幅, largeur de la lame) – distance entre le bord de la lame (ha) et le bord arrière (mune). (voir aussi sakihaba et motohaba)
mijikagatana (短刀, lit. épée courte) – voir tantō.
mitsukado (三つ角, trois coins) – point où les yokote, shinogi et ko-shinogi se rencontrent.
mokume-hada (杢目肌) – motif de grain de surface (jihada) de petits ovales et cercles ressemblant au grain de loupe dans le bois. Le motif à petits / gros grains de ce type est appelé ko-mokume-hada / ō-mokume-hada.
motohaba (元幅, largeur du bas) – largeur de la lame (mihaba) au bas de la lame (machi).
motokasane (元重ね) – épaisseur de la lame (kasane) au bas de la lame (machi).
mune (棟) – bord arrière d’une lame, c’est-à-dire le côté opposé au bord de coupe (ha).
munemachi (棟区) – encoche sur le bord arrière (mune), séparant la lame proprement dite de la soie (nakago).

N

nagakatana (長刀, lit. épée longue) – toute épée avec une lame plus longue qu’un tantō, particulièrement exceptionnellement grandes (par exemple nodachi). Aussi appelé chōtō.
nagamaki (長 巻, “long wrapping”) – une grande épée avec une lame généralement de la taille d’un katana et un très long manche d’environ la même longueur. Design successeur du ōdachi / nodachi.
naginata (薙刀, 長刀) – arme polaire brandie à grands coups. Typiquement avec une lame large, longue et sans yokote. Il a souvent une rainure sculptée distinctive. Aussi appelé chōtō.
nakago (茎, tang ou shank) – partie non polie d’une lame cachée par la poignée.
nakagojiri (茎尻) – extrémité de la soie (nakago), c’est-à-dire la crosse d’une lame.
nagasa (長さ, longueur) – longueur de lame mesurée du point à l’encoche du bord arrière (munemachi).
nashiji-hada (梨地肌) – motif de grain de surface (jihada) ressemblant à la chair d’une poire tranchée (jap. nashi); c’est-à-dire ko-mokume-hada essentiellement fin et dense avec une surface nia partout.
nia (沸え) – petites particules cristallines distinctes dues à la martensite, à l’austénite, à la perlite ou à la troostite qui apparaissent comme des étoiles scintillantes.
nihontō (日本刀, épée japonaise) – une lame incurvée avec une crête (shinogi).
nioi (匂い) – particules cristallines indiscernables dues à la martensite, l’austénite, la perlite ou la troostite qui apparaissent ensemble comme un lavage d’étoiles.
nioi kuzure (匂い崩) – voir yō.
nodachi (野太刀, épée éclairée de campagne) – épée très grande et lourde avec des longueurs (nagasa) jusqu’à 120–150 cm (47–59 po) pour une utilisation dans les combats de campagne. Porté sur le dos.
notare (湾れ) – agitant doucement la ligne de trempe (hamon).

O

ōdachi (大太刀) – très grande épée inventée au 14e siècle. avec des longueurs (nagasa) de 4 à 5 pieds (1,2 à 1,5 m). Porté en bandoulière.
ō-hada (大肌) – un motif à gros grains (jihada).
ō-itame-hada (大板目肌) – voir itame-hada.
ō-mokume-hada (大杢目肌) – voir mokume-hada.
ōtachi (大太刀) – lecture alternative de ōdachi.

S

sakihaba (先幅, largeur supérieure) – largeur de la lame (mihaba) au yokote.
sakikasane (先重ね) – épaisseur de la lame (kasane) au yokote.
saki-zori (先反) – courbure (sori) de la lame avec le centre de la courbe situé près du point.
sansaku bōshi (三作帽子) – bōshi vu dans les œuvres des trois forgerons: Osafune Nagamitsu, Kagemitsu et Sanenaga: hamon continue comme une ligne droite à l’intérieur de la zone de la pointe (kissaki) qui court vers le bout de la lame. Juste avant d’atteindre la pointe, le bōshi tourne en petit cercle (ko-maru) à une courte distance du bord arrière (mune) restant à l’intérieur du kissaki.
shin guntō (新軍刀, épée néo-armée) – épée de l’armée impériale japonaise avec un fourreau en métal (saya) produite des années 1930 à la fin de la Seconde Guerre mondiale en 1945.
shinken (真剣, lit. véritable épée) – une véritable épée par opposition aux armes d’entraînement non affûtées ou en bois (bokutou).
shinogi (鎬, crête) – crête qui longe le côté de l’épée, généralement plus près du dos (mune) que du tranchant (ha).
shinogiji (鎬地) – surface plane entre la crête (shinogi) et le bord arrière (mune).
shinogi-zukuri (鎬 造) – une lame incurvée avec yokote et une crête (shinogi) assez proche du bord arrière (mune). Également connu sous le nom de hon-zukuri (本 造, style principal).
shinshintō (新々刀, “nouvelle-nouvelle épée”) – période de l’histoire de l’épée caractérisée par la renaissance des anciens styles d’épée, en particulier ceux de la période Kamakura. Il suit la période shintō et est généralement daté de la fin du XVIIIe siècle à environ 1876, lorsque le port d’épées était interdit. Le terme est également utilisé pour désigner les épées produites au cours de cette période.
shintō (新刀, “nouvelle épée”) – épées post-Edo produites après la fin de la période kotō (après 1596) et avant la période de renaissance des styles anciens à la fin du XVIIIe siècle, connue sous le nom de shinshintō. Le terme est également utilisé pour désigner la période respective de l’escrime.
shōbu-zukuri (菖蒲 造) – une lame incurvée sans yokote et une crête (shinogi) assez proche du bord arrière (mune); essentiellement shinogi-zukuri sans yokote.
shōtō (小刀, lit. petite épée) – tout type d’épée courte japonaise, la plus petite d’une paire de daishō. Communément un wakizashi.
sori (反り, courbure) – courbure de l’épée mesurée comme la plus grande distance perpendiculaire entre le bord arrière (mune) et l’accord reliant l’encoche du bord arrière (munemachi) à la pointe de la lame.
sugata (姿, forme) – la forme générale de la lame.
suguha (直刃) – ligne de colère droite (hamon). (voir aussi midareba)
sumigane (墨鉄, “fer à encre”) – taches sombres sur le ji qui diffèrent considérablement du motif de surface à la fois en couleur et en grain.
sunagashi (砂流, jet de sable) – marques dans la ligne de trempe (hamon) qui ressemblent au motif laissé par un balai balayant le sable.

T

tachi (大刀) – épée droite (chokutō) produite dans les temps anciens avec une longueur de lame (nagasa) supérieure à 60 cm (24 po). À ne pas confondre avec le tachi (太刀).
tachi (太刀) – épée incurvée avec une longueur de lame (nagasa) supérieure à 60 cm (24 po) et généralement de 70 à 80 cm (28 à 31 po). Porté en bandoulière sur la hanche avec le bord de la lame (ha) vers le bas. Produit principalement à l’époque kotō. À ne pas confondre avec le tachi (大刀).
tanken (短剣, épée courte) – couteau ou poignard (à proprement parler uniquement ce dernier) d’une longueur (nagasa) inférieure à 30 cm (12 pouces) et généralement d’environ 26 cm (10 pouces). Généralement construit dans un style plat (hira-zukuri). (voir aussi tantō, kaiken) Couramment utilisé comme calque pour la définition la plus large des épées courtes (européennes).
tantō (短刀, épée courte éclairée) – couteau ou poignard (à proprement parler uniquement le premier) d’une longueur (nagasa) inférieure à 30 cm (12 po) et généralement d’environ 26 cm (10 po). Généralement construit dans un style plat (hira-zukuri). Aussi appelé mijikagatana. (voir aussi tanken, kaiken)
tō (刀) – lames à un tranchant (sabre / couteau) de toute taille ou forme.
tobiyaki (飛焼) – une tache trempée dans le ji non connectée à la ligne de trempe principale (hamon).
tōken (刀剣) – terme générique pour toutes les lames à simple et à double tranchant de toutes tailles et formes.
torii-zori (華表反り) – courbure (sori) de la lame dans laquelle le centre de la courbe se situe approximativement au centre de la lame ressemblant à la barre horizontale de torii.
tōsu (刀子) – un ancien couteau très court (jokotō) avec une longueur de lame (nagasa) de 10 cm (3,9 po) ou moins.
tsuba (鍔 ou 鐔) – garde d’épée; généralement une plaque métallique ronde avec un trou central en forme de coin pour la lame et si nécessaire jusqu’à deux petits trous pour le kozuka ou le kōgai
tsurugi (剣) – arme de poussée symétrique à double tranchant populaire à Nara et au début de la période Heian. Également un terme général (désormais rare) pour les lames à double tranchant, voir ken.

U

uchi-zori (內反) – courbure (sori) de la lame avec une légère courbe vers le tranchant (ha).
utsuri (映り, “réflexion”) – réflexion brumeuse sur le ji ou shinogiji généralement en acier plus doux.

W

wakizashi (脇 差) – lames d’une longueur (nagasa) comprise entre 30 et 60 cm (12 et 24 pouces). Plus courte des deux épées portées par les guerriers à l’époque d’Edo.

Y

yaiba (刃) – voir ha.
yakitsume (烧诘) – sans retour en arrière (kaeri); un bōshi qui continue directement au bord arrière (mune).
yasurime (鑢目) – déposer des marques sur la soie (nakago) appliquées comme une sorte de signature supplémentaire et avant de graver la vraie signature (mei).
yō (葉, “feuilles”) – activité (hataraki) dans la ligne de trempe (hamon) qui ressemble à des feuilles tombées ou à de minuscules empreintes de pas. Après la fin de la période Sengoku (fin du 16e siècle), appelée nioi kuzure.
yokote (横手) – ligne perpendiculaire à la crête (shinogi) qui délimite le kissaki du reste de la lame.
yoroi tōshi (鎧通し, lit. armure droite) – poignard utilisé pour couper l’armure. Leur longueur (nagasa) était initialement fixée à 9,5 soleil (29 cm), une valeur qui a ensuite été réduite à 7,5 soleil (23 cm). Poussée portée à l’origine verticalement à l’arrière de la ceinture; porté plus tard sur le côté de la promenade avec la poignée vers l’avant et le bord vers le haut.
yubashiri (湯走) – tache ou taches où nie est concentré sur le ji.

 

 Leave a Reply

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

(requis)

(requis)

Solve : *
40 ⁄ 20 =


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.