Mai 202007
 

Le 19/20 mai 2007 se déroulait les championnats de France d’Uechi-ryû.
L’évènement se passant de la façon suivante:
samedi 19 mai 2007 : stage d’Uechi-ryû avec Takayasu sensei et Shimabukuro sensei
dimanche 20 mai 2007: compétition kata le matin, kumite l’après midi
Mon compte rendu fera office de Coup de Coeur mais aussi de Coup de Gueule.

Samedi 19 mai 2007

1ère partie avec Takemi Takayasu
Pour des raisons médicales nécessitant une “hospitalisation” au quartier de l’opéra à la clinique Sapporo puis l’administration par voie orale de ramen, nous arrivons 30 minutes en retard.
Essayant de nous faire petits (chose aisée pour nos petits et sveltes gabarit) et de passer inaperçu nous entrons dans la salle. Takayasu-sensei aperçoit et reconnait Hanchindi, il l’invite alors en l’interpelant et par de grands gestes amicaux à montrer sur la surface d’entrainement.
Nous avons raté l’échauffement et les kote kitae.
On commencera par le travail de sanchin.
maître Takayasu nous fait exécuter le kata.
Puis nous travaillons un autre kata que je ne connaissais pas, et que je n’ai pu imprimer compte tenu de la vitesse d’exécution.
Vient ensuite le travail de bunkai sur ce kata. Takemi takayasu montre un grande quantité de formes.
Nous n’en travaillerons qu’un à chaque fois et très peu de temps.
C’est un vrai spectacle que de le voir bouger, enchainer ses techniques.
Malheureusement je ne suis pas venu assister à un spectacle.
Puis viendra le travail de la self défense. On reste longtemps assis à regarder Takayasu sensei à montrer multiples enchainements, des défenses contre deux personnes, défense contre attaque au bâton (qui se trouvait être un rondin épais et massif).
Même si le voir bouger en vrai est plus impressionnant qu’en vidéo je m’ennuie un peu à ne pouvoir expérimenter moi-même toutes ces sorties.
Chaque fois, on le regarde 15 minutes effectuer divers enchainements différents et on n’en pratiquera qu’un 1 à 2 minutes.
Viens ensuite le travail de défense au couteau.
L’attaque est une attaque école, armée de lancée de loin. Le genre d’attaque et de défense dans un esprit budo.
Takemi Takayasu montre la forme, explique ce qu’il fait mais ne montre pas les détails les plus importants.
Pour avoir travaillé un petit peu le couteau en arnis, je suis revenu de ce genre de démonstration.
Je travaille technique tout en sachant très bien que ce genre de technique a un très faible pourcentage de chance de fonctionner en situation réelle.
J’aurais préféré travailler des techniques spécifiques de son style d’Uechi-ryû.
Une première partie de stage un peu déçevante. Beaucoup de démonstrations, pas assez de pratique, un travail de forme et non de fond.
Je n’ai pas vraiment pu sentir ce qu’était le Uechi-ryû selon Takayasu sensei.
Néanmoins le maître est un personnage très cordial, très sympathique très joyeux et bourré d’humour.

2e partie avec Yukinobu Shimabukuro
Maître Shimabukuro avait pour but de nous montrer le Uechi-ryû de la famille Uechi et ses différences par rapport au style d’Uechi-ryû de Takemi Takayasu.
On travaille de kihon puis de sanchin version famille Uechi, avec explication des mouvements.
On commence par un léger échauffement puis du kote kitae.
Goya champuru me montre les différentes techniques de frappe. Ce qui montre que le kote kitae n’est pas qu’un travail d’endurcissement mais aussi un travail de frappe.
Puis travail de kihon à deux sur la base de sanchin. Chaque technique de Kihon est basé uniquement sur les mouvement de sanchin.
Je travaille encore avec goya champuru qui me montre la façon d’utiliser le mawashi uke. Et la façon de donner correctement des low kick (pardon, des gedan mawashi geri).
Ainsi mes nombreux coups de pieds ne le chatouillaient à peine plus qu’une caresse de chérubin.
Par contre ses coups bien que donnés de façon relâchée, souple et douce donnaient des impacts conséquents. Seul un imbécile n’écouterait pas les conseils de goya champuru.
Ensuite toujours sur la base du travail de sanchin on travaille quelques mouvements de self défense. Le travail est des plus intéressants.
Un travail de fond insistant bien sur les bases de l’Uechi-ryû de la famille Uechi.
On travaille ensuite un travail qui m’est familié: absorption  d’un mawashi pour saisir la jambe et maitriser uke en clef.
Forcément, cela m’était familié… j’avais travaillé ce type d’exercice la veille avec Hanchindi.
C’est un réel plaisir de travailler avec goya champuru. Je peux sentir la puissance de ses attaques et la masse qui suit.
J’ai une pression mentale qui m’oblige à ne surtout pas essayer d’encaisser car je sais que je me ferais décaisser!
Derrière chaque attaque j’ai vraiment le sentiment d’être en danger, et ce type de travail permet de progresser énormément.
Au finale le travail donné par maître Shimabukuro est très bien construit, on part du kata, échange de mouvements simple avec partenaires puis travail plus plus complexe en application sur des principes de self-défense.
Shimabukuro sensei inspire le respect, il émane de lui un grand calme et une infinie gentillesse.
Toujours un mot de sympathie, c’est un grand qui mérite d’être connu.
Et pour reprendre ce qu’on m’a dit de lui et que je crois volontier après avoir rencontré ce maître, il incite toujours ses élèves à aller voir ailleurs et garde toujours un excellent contact avec ses élèves qui suivent des chemins différents.
sensei shimabukuro
De l’avis d’experts, c’est plutôt rare en France, qu’un maître Japonais garde contact et ait un bon contact avec un élève qui l’aurait quitté pour suivre une autre voie.
Maître Shimabukuro est l’un d’eux, un maître au grand coeur. Et pour avoir vu la qualité des pratiquants qu’il a formé un excellent professeur.
J’ai beaucoup appris avec lui lors de ces cours stages et c’est toujours avec un grand plaisir que  je participe à ses stages.
Vivement le prochain!!!!

Dimanche 20 mai 2007

Encore une fois pour des raisons de recherches de parking (et autres) nous arrivons en retard à la compétition, mais à temps pour les finales.
Nous avons raté le kata de goya champuru (qui n’a pas accédé à la finale car se réservant pour les combats).

compet uechi
Je rencontre le titan aux cheveux poivres et sels alias pekker. Rencontre pour ma part extrêmement agréable compte tenu de la gentillesse et la sympathie de ce tas de muscle.
On a pu voir de très bons pratiquants parmi les jeunes et moins jeunes.
Tsuyoshi Shimabukuro exécute un kata de toute beauté. Ce qui le propulse en tête de la finale. Il sera donc champion de France kata Uechi-ryû.
Il se fera remettre son titre par son père.
compet uechi
Nous profitons de l’intermède entre midi pour aller grignoter quelques plats chinois.
Puis à 14h nous retrouvons la salle pour attendre le début de la compétition.
C’est le moment des pesées. On peut voir de beaux bébés passer, comme notre ami goya champuru.
A 14h30, Didier, un des gradés et responsable du club de Shimabukuro-sensei nous annonce qu’il y aura du retard, ils attendent encore le médecin de la fédération qui doit assurer la sécurité des compétiteurs.
15h, toujours rien…
C’est avec tristesse que Didier nous annonce que le médecin envoyé par la fédération ne venant pas, la compétition sera annulée, faute de pouvoir assurer la sécurité des combattants.
Des gens sont venus de Toulouse, de Bretagne, de Belgique (Flandre) pour cette compétition!
Des gens se sont impliqués dans l’organisation de cet évènement!
Didier a passé plusieurs mois à tout mettre au point.
Et tout ça pour voir le manque de respect de l’administration, le manque de sérieux d’une organisation fédérale pour les combattants, les officiels, les spectateurs (nombreux) et les organisateurs!
Je n’ai pas de mots assez durs pour qualifier cela.
C’est un manque de respect! C’est se moquer du monde, c’est montrer le peu d’implication pour les autres écoles de karate qui ne se sont pas rangées dans les formes maintenant mondialement connues.
C’est écoeurant. Lamentable et indigne!
Si je possédais des mots correct pour les caractériser, je le ferais volontier!
J’espère que le responsable de l’annulation se fera sévèrement tancer! Un tel manque de professionnalisme est inadmissible! DANS le privé, on se fait licencier pour moins que ça! Quelles personnes abjectes!
J’applaudis néanmoins le courage des combattants, la présence des officiels, qui n’hésitent pas à donner de leur temps pour que ces évènements aient lieu, les organisateurs et Didier qui a été un magnifique animateur.
Bravo à tous. En espérant que ça ne décourage personne et que la prochaine en 2008 ait lieu.

 Leave a Reply

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

(requis)

(requis)

Solve : *
6 ⁄ 2 =


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.