Sep 082008
 

le Tôdaiji (東大寺, Tôdai-ji, signifie le Grand Temple de l’Est, nom complet 華厳宗大本山東大寺, kegonshûdaihonzantôdaiji), est un temple bouddhiste se trouvant dans le ville de Nara (au Japon, près de Kyoto). Son Hall du Grand Bouddha (大仏殿, Daibutsuden), d’après ce qu’on dit le batiment en bois le plus grand du monde, abrite un statue en bronze colossale du Bouddha Vairocana, connu au Japon simplement comme le Daibutsu (大仏). Le temple sert aussi de quartier général japonais pour l’école de bouddhisme Kegon (華厳). Le temple est inscrit dans le patrimoine historique mondial de l’UNESCO comme ‘Monument historique de l’ancienne Nara”, en compagnie de sept autres sites incluant des temples, des santuaires et d’autres lieu de la ville de Nara. Des cerfs Sika (Cervus nippon), considéré comme les messagers de dieux de religions Shinto, parcourent le lieux librement.


batiment principale du temple

Histoire

Les racines
Le début de la construction d’une temple dans lequel l’énorme complexe Tôdai-ji se tient actuellement date de 743, lorsque l’empereur Shômu (聖武天皇 Shômu Tennô; 701 – 4 juin 756; 45ème empereur du Japon) fit établir le Kinshôsen-ji (金鐘山寺) comme un appaisement pour le Prince Motoi, son premier fils avec Kômyôshi du clan Fujiwara. Le prince Motoi décéda un an après sa naissance.

Durant l’ère Tempyô, le Japon souffra de séries de désastres naturels, sociaux et d’épidémies. Ce fut après avoir expérimenté ces problèmes que l’Empereur Shômu établit un édit en 741 pour promouvoir la construction des temples provinciaux à travers le pays. Tôdai-ji (toujours Kinshôsen-ji à l’époque) était désigné comme temple provincial de la province de Yamato et à la tête de tous les temples provinciaux. Après le présumé coup d’état de Nagaya en 729, un début de variole entre 735 – 737, aggravé par des années consécutives de mauvaises récoltes, alors suivit par une rebellion menée par Fujiwara no Hirotsugu en 740, le pays était dans une position chaotique. L’empereur Shômu fut contraint de bouger la capitale quatre fois, indiquant le degré d’instabilité durant cette période.

Construction initiale
En 743, l’Empereur Shômu promulgua une loi dans laquelle il a établit que les gens devaient s’impliquer directement dans la construction des nouveaux temples dédiés à Bouddha à travers le Japon. Ses croyances personnelles étaient telles qu’en ayant une grande piété cela voudrait surement inspirer Bouddha de protéger son pays contre d’autres désastres. Gyôki, avec ses élèves, traversa les provinves demandant des dons. Selon les écrits gardées par Tôdai-ji, plus de 2 millions 600 mille personnes aidèrent à construire le Grand Bouddha et son Hall. La statue de 16 mètres de haut fut construite à travers huit fontes sur trois ans, la tête et le cou ayant ont été assemblés ensemble ultérieurement chaque éléments étant moulé séparément. La fabrication de la statue a commencé en premier à Shigaraki (信楽町, Shigaraki-chô). Après avoir enduré de multiples feux et tremblements de terre, la construction continua à Nara en 745, et le Bouddha fut finalement terminé en 751. Un an plus tard, en 752, la cérémonie d’ouverture des yeux pu se tenir devant une audience de 10000 personne venue célébrer l’achèvement du Bouddha. Le prêtre indien Bodhisena effectua la cérémonie d’ouverture des yeux pour l’Empereur Shômu.
L’ouverture des yeux (kaigen-kuyo, 開眼供養) ou consécration (kaigen) est une cérémonie bouddhique destinée à sacraliser une représentation du bouddha.


le daibutsu du Tôdaiji

En 754, l’ordination fut donné par Ganjin, qui arriva au Japon.
Jianzhen ou Ganjin (鑒真 or 鑑真; 688-763) était un moine bouddhiste chinois qui aida à propager le bouddhisme au Japon. En 12 ans entre 743 et 754 il visita le Japon six fois pour l’impératrice Kôken, l’ancien empereur Shômu et d’autres.

Le projet ruina presque l’énconomie japonaise, et consomma la plupart du bronze disponible à cette époque.

Dimensions du Daibutsu
Le temple donne les dimensions suivante pour la statue:

  • hauteur  : 14.98 metres
  • Tête     : 5.33  metres
  • Yeux     : 1.02  metres
  • Nez      : 0.5   metres
  • Oreilles : 2.54  metres

La statue pèse environ 500 tonnes.

Reconstructions après la période Nara

La statue centrale a été refondue plusieurs fois depuis, pour diverses raisons, incluant des dommages suite à une tremblement de terre, et le Daibutsuden a été reconstruit deux fois après des incendies. La main actuelle de la statue a été faire durant la période Momoyama (1568-1615), et la tête durant la période Edo (1615-1867).

Le batiment actuel a été terminé en 1709, bien qu’immense, il est actuellement 30% plus petit que son prédecesseur. Le complexe originel contenait aussi deux pagodes de 100 mètres, peut-être les deuxièmes batiments les plus hauts à l’époque après les pyramide d’Egypte.Elles furent détruites par un tremblement de terre. Le Shôsôin était leur entrepôt, et maintenant contiennent de nombres objets de la période Tempyo de l’histoire japonaise.

Les figure dançantes des Nio, les deux gardiens de 28 pieds de haut (environ 9,2 mètres) à l’entrée du temples, furent étroitement évaluées et énormément restorés par l’équipe des convervateurs d’art en 1991. Les Nio sont connu comme Ungyo, qui par tradition a la bouche fermé, et Agyo, qui a la bouche ouverte. A cette époque, ces sculptures du 12ème siècle n’ont jamais été déplacé de la niche dans laquelle ils avaient été installé à l’origine. Ce projet de préservation du complexe, courant 4.7 millions de dollars impliqua une équipe de restauration de 15 experts de l’institut de réparation des trésors nationaux de Kyoto.

Kongôrikishi (金剛力士) ou Niô (仁王) sont deux gardiens de Bouddha, très musclés et plein de colère, qui se tiennent de nos jours à l’entrée de nombreux temples bouddhistes en Chine au Japon et en Corée sous la forme d’effrayantes statues de type lutteurs. Ils sont les manifestations du Bodhisattva Vajrapāṇi divinité protectrices et une part du panthéon Mahayana. Selon la tradition japonaise, ils voyagent avec le Bouddha historique pour le protéger.
 

gardien de gauche


gardien de droite

Les quartiers du temple et les jardins

Divers batiments ont été incorporés au Tôdai-ji dans le but éthétique global de l’agencement des jardins. Les villas adjacentes sont maintenant considérées comme faisant partie du Tôdai-ji.  Certaines de ces structures sont maintenant ouvertes au publique. Le temps passé un ou plusieurs de ces batiments moins bien connus peut seulement améliorer l’appréciation du complexe du temple lui-même.


un jardin du Tôdaiji

Au cours des siècles, les batiments et les jardins ont évolués ensemble pour devenir une partie intégrale d’une communité unique, organique et vivante du temple.

Tôdai-ji inclue des chefs d’oeuvre architecturaux qui sont aujourd’hui classé comme Trésors Nationaux:

  • Kon-dô (Daibutsuden) (金堂 (大仏殿))
  • Nandaimon (南大門)
  • Kaizan-dô (開山堂)
  • Shôrô (鐘楼)
  • Hokke-dô (Sangatsu-dô) (法華堂 (三月堂))
  • Nigatsu-dô (二月堂)
  • Tegaimon (転害門)


Nandaimon

Evènements majeurs

* 728: Kinshôsen-ji, le précurseur du Tôdai-ji est établit en un geste d’apaisement de l’esprit troublé du prince Motoi
* 741: l’Empereur Shômu appelle à l’établissement national de temples provinciaux; et Kinshôsen-ji est désigné pour être à la tête des temple de Yamato.
* 743: l’Empereur commande qu’une très grande statue à l’image de Bouddha soit construite — le Daibutsu ou Grand Bouddha; et le travail initial commence à Shigaraki-no miya.
* 745: La capitale retourne à Heijô-kyô (平城京, aussi Heizei-kyô, parfois Nara no miyako), la construction du Grand Bouddha continue à Nara. L’utilisation du nom apparait dans les écrits.
* 752: Cérémonie d’ouverture des yeux pour célébrer l’achèvement du Grand Bouddha a lieu.
* 855: La tête de la statue de Bouddha tombe soudainement sur le sol; des dons des dévots à travers le pays sont collectés pour en créer une autre tête avec une meilleure assise pour le Daibutsu restauré.

Festival de musique sponsorisé par l’UNESCO

Le 20 mai 1994, le festival de musique “The Great Music Experience” s’est tenu au Tôdai-ji, supporté par l’UNESCO.

Parmis les artistes ayant participé à ce concert il y avait le Tokyo New Philharmonic Orchestra, X Japan, INXS, Bon Jovi, Joni Mitchell, Bob Dylan, Tomoyasu Hotei, Roger Taylor, des ensembles Taiko, et un choeur de moines bouddhistes.

Cet évènement sans précédent amena le monde au Tôdai-ji, ou peut-être il est plus juste de dire que le Tôdai-ji a été amené au monde. Dans 55 pays, les représentations musicales furent diffusées simultanément le 22 mai et le 23 mai 1994.

Divers

* un des piliers de soutient du Hall du Grand Bouddha a un trou qui a été percé à travers la base. Les visiteurs essauent de passer à travers le trou dont on dit qu’il a la même taille qu’une narine du Daibutsu. La légende veut que ceux qui passent à travers seront béni et atteindront l’illumination dans leur prochaine vie. Les enfants n’ont aucun problème pour passer à travers mais les adultes ont parfois du soucis et certains restent coincé dedans et nécessaitent d’être poussés ou tirés pour en sortir.
* Le Grand Bouddha Gifu au Shôhô-ji de Gifu fut modelé après le Grand Bouddha du Tôdai-ji.


Un trou dans un des piliers de soutient

source: http://en.wikipedia.org/wiki/Todaiji

 Leave a Reply

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

(requis)

(requis)

Solve : *
13 − 1 =


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.