Août 122011
 


Nom: フル・コン
Romaji: Furu Kon
Autres noms:
– 全面接觸
– Full Con
– FLCN
– Full Contact

Année de parution : 2004
Auteurs :
– Kitahama, Kabuto
– Minazuki, Shinobu

Genre: Action, Shounen, Sports

Sujet

C’est l’histoire de Otowa Ryuuichi, lycéen de 16 ans qui désespère de sa faiblesse. Alors qu’il regarde une émission de karate, sa mère entre et s’étonne de l’émission qu’il regarde. Il explique alors qu’il envie ses combattants et qu’il aimerait être plus fort. Sa mère contacte alors une de ses connaissances qui n’est autre qu’un grand professeur de karate. Ryuuichi se retrouve donc inscrit dans un dojo de karate jissen. Avec son sensei et ses senpai il va évoluer à devenirun véritable pratiquant de karate. En fait, il éprouve l’envie d’être plus fort car alors qu’il avait avoué son amour pour une fille de son école, celle-ci l’a rejeté en disant qu’elle n’aimait que les garçons forts.

Mon avis

Ce manga présente le karate jissen d’une façon plutôt shôjo que shonen. Toutefois on y présente des principes des karaté d’Okinawa bel et bien de façon distincte et détaillée. De plus le manga présente de nombreux principes tactiques et techniques relatifs aux karate de plein contact (kyokushinkai, Uechi-ryû, etc…). Notamment la différence de stratégie de combat dans une même discipline selon la différence de morphologie. Ce qui est vraiment très intéressantLe manga présente aussi les principes biomécanique du karate jissen au niveau stratégique et tactique ce qui est une excellente façon pédagogique de faire comprendre les différences entre les différents styles de combat selon le but de l’école.On y voit une présentation des 100 combats du kyokushinkai, d’un point de vue de la stratégie à mettre en oeuvre pour supporter ces 100 combats, mais aussi d’un point de vue personnel au niveau du mental et du psychologique.
L’aspect un peu moins attirant du manga est la part importante des histoires d’amour des protagonistes et l’évolution des sentiments chez ces adolescents et jeunes adultes. Mais c’est un shônen, donc il ne faut pas trop s’étonner…
En outre le manga présente certains aspects des arts martiaux de façon réaliste et assez intéressante.


Par exemple une explication est donnée dans le manga sur la différence de position entre les karateka occidentaux et japonais. L’ouvrage explique que le centre de gravité des japonais étant plus bas que celui des occidentaux, ils adoptent des positions plus basses pour frapper plus efficacement . Et ainsi en terme d’efficacité, lorsque le centre de gravité est plus bas on utilise les muscles du bas pour accroitre l’efficacité de l’impact alors que lorsque le centre de gravité est plus haut on utilise les muscles du haut. Mais que dans tous les cas, le muscle le plus important dans la frappe est le dos, notamment le Latissumu Dorsi.
Une phrase philosophique sur la pratique des arts martiaux japonais: “le plus important n’est pas comment on a eu la ceinture noire, mais plutôt ce que l’on va faire à partir du moment où on l’a eu” ce qui signifie que la façon d’obtenir la ceinture noire n’est pas importante seule la façon de se comporter une fois qu’on l’a est important. En ce sens que la ceinture noire n’est pas une finalité mais simplement une pierre dans l’évolution d’un pratiquant.
Ce manga fait partie de ceux qui présente autrement une discipline où la croyance populaire et d’en faire une école de danse asiatique, où il ne faut surtout pas toucher…. Ici on parle bien de Karate et de combat au KO!!!!

 Leave a Reply

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

(requis)

(requis)

Solve : *
6 − 2 =


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.